14/07/2021

Le KC-46A a atteint sa première phase opérationnelle !

210712-F-ZZ000-0009.JPG

Le Boeing KC-46A a longtemps souffert de faiblesses, mais l’avion se dirige maintenant en direction de sa capacité opérationnelle provisoire (ICR). 

« Les six derniers mois d'utilisation opérationnelle et d'évaluation programmatique indiquent que les conditions ont été remplies pour la déclaration ICR de l'ensemble de missions « Centerline Drogue System », a déclaré Van Ovost. "Cette décision reflète une approche fondée sur les risques, les données et l'analyse des contraintes pour libérer les capacités opérationnelles du KC-46A à la force interarmées."

Le KC-46A est un système en pleine acquisition de maturité avec certaines restrictions opérationnelles, mais il possède désormais des capacités éprouvées qui peuvent être utilisées de manière opérationnelle pour le ravitaillement en vol avec le panier souple. L’US Air Force continue d'effectuer le ravitaillement en vol avec des chasseurs, des bombardiers et des avions de transport pour des missions d'entraînement, d'exercice, de démonstration et de familiarisation avant d'opérationnaliser officiellement la capacité. Le concept ICR fournit une approche basée sur les données pour certifier ces capacités de manière incrémentielle à mesure que le programme progresse vers la pleine capacité opérationnelle (FOC).

On notera que deux lacunes importantes doivent encore être résolues, elles concernent le système de vision à distance 2.0, soit un ensemble de caméras et de capteurs qui permettent à l'opérateur de perche de diriger la perche fixe de carburant de l'avion récepteur et la refonte de cette dernière qui produit trop de résistance à la poussée pour ravitailler. Le KC-46A n'atteindra pas le FOC tant que ces défauts ne seront pas corrigés.

Photo : le KC-46A peut maintenant correctement ravitailler avec le panier @ USAF

 

 

SWISS se met au carburant durable !

First-SWISS-flight-with-SAF-from-ZRH_1-696x385.jpg

Le transporteur SWISS est devenu la première compagnie aérienne régulière à voler avec du carburant durable au départ de la Suisse. Pour ce faire la compagnie a ouvert des partenariats avec plusieurs entreprises afin de mettre en place une toute première chaîne logistique intégrée pour l'importation de carburant durable d'aviation (SAF) en Suisse.

Compte tenu de la haute technologie de ses avions, tels que ceux de la famille Airbus A320neo, la quantité de SAF livrée permet mathématiquement à SWISS d'effectuer près de 175 vols. Les passagers de SWISS peuvent promouvoir l'utilisation de SAF par l'intermédiaire de Compensaid et ainsi voyager de manière responsable. Un accroissement de la production permettrait potentiellement une réduction durable des émissions de CO2.


En collaboration avec Neste, l'un des plus grands producteurs de carburant durable au monde (Sustainable Aviation Fuel – SAF), SWISS a mis en place une toute première chaîne logistique intégrée pour l'importation de carburant durable (SAF) en Suisse. Elle est ainsi la première compagnie aérienne à utiliser ce type de carburant sur ses vols réguliers en partance de la Suisse. L'importation de carburants d'aviation à teneur biogène et leur avitaillement en Suisse sont possibles depuis le 1er juillet 2021 grâce à une nouvelle réglementation douanière.
Dieter Vranckx, CEO de SWISS : « Nous sommes très heureux d'avoir pu prendre livraison du premier train de SAF en auto-approvisionnement en Suisse, peu après l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation. SWISS et le groupe Lufthansa plaident depuis des années en faveur de l'importation de carburants durables. En regard des technologies de propulsion aujourd'hui disponibles dans le transport aérien, les SAF constituent à moyen et long terme une technologie- clé pour atteindre nos objectifs 2030. Nous exprimons nos plus vifs remerciements à toutes les personnes qui se sont impliquées dans la mise en place du nouveau processus en déployant leurs efforts pour trouver une solution – en particulier la Direction générale des douanes, Flughafen Zürich AG, Avenergy et Neste. »
A l’aéroport de Zurich l’approvisionnement s'effectue par les oléoréseaux habituels. Le mélange de Neste est certifié Jet A-1 et, comme le kérosène fossile, peut être utilisé pour tous les types d'avions sans qu'il soit nécessaire de modifier les appareils ou les moteurs. Le SAF de Neste est produit à partir de déchets et de matières premières résiduelles provenant de sources durables et renouvelables. Sous sa forme pure et tout au long de son cycle de vie, son utilisation peut réduire les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de max. 80 % par rapport aux combustibles fossiles. La production a été certifiée durable par l'organisation indépendante Roundtable on Sustainable Biomaterials (RSB) en avril de cette année. Neste dispose d'une longue expérience de la production de biocarburants et collabore efficacement avec le groupe Lufthansa depuis de nombreuses années.
 

Le SAF, une technologie-clé pour des vols neutres en CO2

Le SAF a un rôle exceptionnel à jouer dans la décarbonisation du transport aérien. SWISS considère donc qu'il est essentiel d'en promouvoir la commercialisation et la mise sur le marché, d'une manière coordonnée au niveau international. Par cette première importation en Suisse et les efforts qu'elle déploie pour mettre en place une logistique SAF, SWISS souligne son intention de promouvoir le lancement du SAF sur le marché.
« Nous nous sommes fixé des objectifs climatiques ambitieux : une réduction de 50 % de nos émissions nettes de CO2 d'ici 2030, par rapport au niveau atteint en 2019, et des émissions nettes nulles d'ici 2050. En investissant des milliards de francs dans une flotte de haute technologie, en promouvant le SAF par le biais de collaborations ainsi qu'en adaptant nos produits et nos processus métier, nous apportons notre contribution à un avenir plus durable pour les voyages », poursuit Dieter Vranckx.

En Suisse des recherches, mais pas encore de production

Notre pays ne produit pas encore de biocarburant, mais de nombreux chercheurs travaillent à la mise en points de techniques révolutionnaires afin de rendre l’avion plus respectueuse du climat. La demande se fait sentir de la part des compagnies aériennes mais également des Forces aériennes. Si les avions électriques et à l’hydrogènes offrent de bonnes perspectives, leurs développements prendra du temps. Pour l’instant les biocarburants restent chers et ne sont utilisés et mélangés qu'en quantités limitées par certaines compagnies aériennes. Mais l'Association internationale du transport aérien (IATA), l'organisation qui chapeaute l'industrie aérienne, souhaite augmenter massivement l'utilisation des SAF d'ici 2025. Ce plan nécessite un engagement accru des compagnies aériennes, de l'industrie, des gouvernements et des scientifiques. Cela pour produire des carburants durables plus nombreux et moins chers. Dans notes pays plusieurs initiatives sont engagées comme celle de

l'Institut Paul Scherrer (PSI) et le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa), qui ont lancé un programme de recherche conjoint de 6,2 millions de francs suisses. Le programme Synfuels doit permettre d’identifier les meilleurs moyens de produire du biocarburant pour l’aviation.

On relèvera également l’initiative du groupe Lufthansa auquel appartient SWISS qui a conclu un partenariat avec Synhelion, une start-up suisse issue de l'EPFZ, qui utilise une technique permettant de produire des carburants neutres en carbone à partir de la lumière du soleil et de l'air.

saf.jpg

Photos : 1 Vol avec du biocarburant 2 des moteurs plus respectueux @ SWISS