10/07/2021

Sensible amélioration du trafic passagers !

9.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) annonce que la demande dans le secteur aérien de passagers, tant internationale qu’intérieure, s’est légèrement améliorée en mai 2021, comparativement au mois précédent, mais que le trafic demeure bien inférieur au niveau d’avant la COVID-19. La reprise du trafic international, en particulier, s’achoppe encore aux larges restrictions de voyage des gouvernements.

Étant donné que les comparaisons entre 2021 et 2020 sont biaisées en raison de l’impact extraordinaire de la COVID-19, toutes les comparaisons qui suivent, à moins d’indication contraire, réfèrent à avril 2019 alors que le schéma de la demande était normal.

La demande totale de voyages aériens en mai 2021 (mesurée en kilomètres-passagers payants, ou RPK) était en baisse de 62,7 % par rapport à mai 2019. C’est un gain, si on compare au déclin de 65,2 % enregistré en avril 2021, en comparaison d’avril 2019.

Le trafic de passagers internationaux en mai était inférieur de 85,1 % à celui de mai 2019, un léger gain comparativement au déclin de 87,2 % enregistré en avril 2021, en comparaison d’avril 2019. Toutes les régions, à l’exception de l’Asie-Pacifique, ont contribué à cette modeste amélioration.

La demande intérieure totale était en baisse de 23,9 % par rapport au niveau d’avant la crise (mai 2019), ce qui dénote une légère amélioration sur avril 2021, alors que le trafic intérieur était en baisse de 25,5 % par rapport à avril 2019. En Chine et en Russie, le trafic demeure en croissance comparativement aux niveaux d’avant la COVID-19, tandis qu’en Inde et au Japon, on observe une détérioration importante dans le contexte de l’apparition de nouveaux variants et d’éclosions.

Evolution positive

« Nous commençons à constater une évolution positive, et certains marchés internationaux s’ouvrent aux voyageurs vaccinés. La saison de pointe de l’été dans l’hémisphère Nord est maintenant arrivée. Et il est décevant de constater que plusieurs gouvernements n’agissent pas plus rapidement pour mettre en place des stratégies de réouverture des frontières basées sur les données, ce qui aiderait à raviver l’emploi dans le tourisme et à réunir des familles », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

Marchés de passagers internationaux

Les transporteurs d’Europe ont vu leur trafic diminuer de 84,7 % en mai, comparativement à mai 2019, ce qui marque une amélioration après le déclin de 87,7 % observé en avril, par rapport à avril 2019. La capacité était en baisse de 75,7 % et le coefficient d’occupation des sièges perdait 31,3 points de pourcentage pour s’établir à 52,9 %.

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une chute du trafic international de 94,3 % comparativement à mai 2019, un résultat légèrement pire que le taux de 94,2 % observé en avril 2021, comparativement à avril 2019. La région subit la pire baisse de trafic pour un dixième mois consécutif. La capacité était en baisse de 86,4 % et le coefficient d’occupation perdait 45,5 points de pourcentage pour s’établir à 33,2 %, le taux le plus faible parmi toutes les régions.

Les transporteurs du Moyen-Orient affichent en mai une diminution de la demande de 81,3 % comparativement à mai 2019, une légère amélioration par rapport à la baisse de 82,9 % enregistrée en avril, en comparaison d’avril 2019. La capacité a décliné de 63,7 % et le coefficient d’occupation a perdu 35,3 points de pourcentage pour s’établir à 37,7 %.

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont vu la demande chuter de 74,4 % par rapport à mai 2019, ce qui constitue une amélioration après le déclin de 77,6 % enregistré en avril, par rapport à avril 2019. La capacité a diminué de 58,5 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 32,2 points de pourcentage pour s’établir à 51,7 %.

 

Les transporteurs d’Amérique latine ont enregistré une baisse de la demande de 75,1 % en mai, par rapport au même mois en 2019, ce qui marque une amélioration notable après le déclin de 80,9 % observé en avril, comparativement à avril 2019. La capacité en mai était en baisse de 69,9 % et le coefficient d’occupation perdait 14,6 points de pourcentage pour s’établir à 69,5 %, le taux le plus élevé parmi toutes les régions pour un huitième mois consécutif.

 

Les transporteurs d’Afrique ont vu le trafic diminuer de 71,4 % en mai, par rapport à mai 2019, après un déclin de 75,6 % observé en avril, par rapport à avril 2019. La capacité en mai a diminué de 61,8 % comparativement à mai 2019, et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 16,9 points de pourcentage pour s’établir à 50,2 %.

Marchés de passagers intérieurs

En Inde, le trafic intérieur a chuté de 71,0 % en mai, par rapport à mai 2019, en raison de l’émergence du variant Delta, nouveau et plus contagieux. Par comparaison, le trafic avait diminué de 42 % en avril, par rapport à avril 2019.  

Au Brésil, le trafic intérieur a rebondi après un déclin de 60,9 % en avril, par rapport à avril 2019. Le déclin en mai n’était plus que de 44 %, en raison d’un allégement des restrictions.

La vaccination pour sauver le secteur

Trop de gouvernements continuent d’agir comme si leur seule arme contre la COVID-19 consistait en une fermeture généralisée des frontières ou une quarantaine à l’arrivée. En fait, les recherches menées par des organisations médicales de premier plan de partout dans le monde confirment que les voyageurs vaccinés représentent un très faible risque pour les populations locale, tandis que les données démontrent que les tests préalables au départ éliminent grandement le risque que des patients non vaccinés importent la COVID-19.

Il est grand temps que les gouvernements commencent à réagir à cette information avec des stratégies plus nuancées, fondées sur les données et le risque. (Sources IATA).