07/03/2021

Le trafic passagers s’est encore effondré en janvier !

Coronavirus-le-defi-de-la-reprise-du-transport-aerien.jpg

Dans l’attente d’une vaccination à grande échelle et de la mise en place d’un passeport sanitaire, le trafic aérien a continué sa chute vertigineuse.  Selon les derniers chiffres publié par l’IATA, la demande totale en janvier 2021 (mesurée en kilomètres-passagers payants, ou RPK) était en baisse de 72,0 % par rapport à janvier 2019. C’est pire que le déclin de 69,7 % observé en décembre 2020.

La demande intérieure totale était en baisse de 47,4 % par rapport au niveau d’avant la crise (janvier 2019). En décembre, la diminution était de 42,9 % en glissement annuel. Cet affaiblissement est largement provoqué par des contrôles plus stricts des voyages intérieurs en Chine durant la période du Nouvel An lunaire.

Le trafic de passagers internationaux en janvier était en baisse de 85,6 % par rapport à janvier 2019, ce qui marque encore une basse comparativement au déclin de 85,3 % en glissement annuel observé en décembre.

Marchés de passagers internationaux :

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont vu le trafic plonger de 94,6 % en janvier, par rapport à janvier 2019, soit une baisse semblable au déclin de 94,4 % en glissement annuel enregistré en décembre 2020. La région subit encore le déclin le plus marqué, et ce, pour un septième mois consécutif. La capacité a diminué de 86,5 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 49,4 points de pourcentage pour s’établir à 32,6 %, le taux le plus faible parmi toutes les régions.

Les transporteurs d’Europe ont enregistré en janvier une baisse de trafic de 83,2 % par rapport à janvier 2019, ce qui est pire que le déclin de 82,6 % en glissement annuel observé en décembre. La capacité a chuté de 73,6 % et le coefficient d’occupation a perdu 29,2 points de pourcentage pour s’établir à 51,4 %.

Les transporteurs du Moyen-Orient ont vu la demande chuter de 82,3 % en janvier, par rapport à janvier 2019, ce qui équivaut à peu de chose près à la diminution de 82,6 % en glissement annuel enregistrée en décembre. La capacité a diminué de 67,6 % et le coefficient d’occupation a perdu 33,9 points de pourcentage pour s’établir à 40,8 %.

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré en janvier une baisse de trafic de 79,0 % par rapport à janvier 2019, soit une légère amélioration comparativement au déclin de 79,5 % en glissement annuel observé en décembre. La capacité a chuté de 60,5 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 37,8 points de pourcentage pour s’établir à 42,9 %.

Le trafic intérieur en Chine était en baisse de 33,9 % en janvier, par rapport à janvier 2019, soit une détérioration dramatique si on compare au déclin de 8,5 % en glissement annuel enregistré en décembre. Cette chute est attribuable aux contrôles plus stricts exercés en vue de la période de congé du Nouvel An lunaire, dans un contexte marqué par plusieurs nouvelles éclosions localisées de COVID-19.

Le trafic intérieur en Russie, par contraste, a augmenté de 5,5 % par rapport à janvier 2019, ce qui va à l’encontre du déclin de 12,0 % observé en décembre par rapport à décembre 2019. Cela est attribuable à une diminution des cas de COVID-19 depuis le pic de la fin de décembre et aux congés nationaux de la première semaine du mois.

Le bilan

« Dire que l’année 2021 n’a pas bien commencé serait un euphémisme. Les perspectives financières pour l’année se dégradent, alors que les gouvernements resserrent les restrictions de voyage. Nous prévoyons maintenant que l’industrie consommera de 75 à 95 milliards de dollars (US) de liquidités cette année, plutôt que de retrouver une trésorerie positive au quatrième trimestre comme on le prévoyait précédemment. Ce n’est pas une situation que l’industrie pourra supporter s’il n’y a pas d’aide additionnelle de la part des gouvernements. Les capacités de dépistage accrues et la distribution des vaccins sont des éléments clés pour que les gouvernements puissent libérer l’activité économique, y compris les voyages. Il est essentiel que les gouvernements élaborent et partagent leurs plans de relance ainsi que les critères de référence qui les guideront. Cela permettra à l’industrie de se préparer à stimuler la reprise sans délai inutile », affirme M. de Juniac.

Il faut d’urgence des normes mondiales pour enregistrer les données de test et de vaccination dans des formats reconnus internationalement. « Ces normes seront essentielles pour redémarrer les voyages internationaux si les gouvernements continuent à exiger des données vérifiées sur les tests et les vaccins. L’IATA va bientôt lancer le Travel Pass pour aider les voyageurs et les gouvernements à générer les attestations de santé numériques. Mais les avantages complets du Travel Pass de l’IATA ne pourront être obtenus tant que les gouvernements ne s’entendront pas sur les normes de l’information désirée », selon M. de Juniac. (Sources IATA).

Photo : En Asie après un redémarrage en fin d’année sur les vols régionaux, le transport stagne.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.