04/03/2021

Le Diamond DA42 « Centaur » propriété d’armasuisse !

centaur-aurora_43984.jpg

Armasuisse louait depuis 2012 un aéronef spécial Diamond DA42 « Centaur OPA » pour effectuer des tests opérationnels et de développement. Dorénavant, l’avion est propriété d’armasuisse.

Aurora Flight Sciences, une société de Boeing, a annoncé aujourd'hui la vente internationale de son système Centaur OPA à armasuisse, l'agence d'approvisionnement de l'armée suisse.

« Centaur est une plate-forme idéale pour l'évaluation des capteurs aéroportés et le développement d'un système de détection et d'évitement pour les drones », a déclaré Roland Ledermann, responsable du programme des systèmes d'aéronefs sans pilote (UAS) d'armasuisse. « Après huit ans d'exploitation, l'achat de Centaur augmentera encore la flexibilité de son utilisation.

Dans les opérations de routine depuis 2012, Centaur intègre les capacités des avions non pilotés sur l'avion bimoteur Diamond DA42. Le système offre une portée exceptionnelle et de faibles coûts de cycle de vie pour de multiples missions de formation de l'équipage, de renseignement et d'essais en vol. Le système Centaur OPA d’Aurora fait partie de l’offre élargie de Boeing de solutions autonomes offrant des capacités permettant des missions du fond marin à l’espace.

Armasuisse teste à l'aide de cette nouvelle plate-forme technologique des capteurs pouvant être utilisés dans de futurs systèmes de drones. Les activités portent également sur les procédures « Sense and Avoid » destinées aux aéronefs sans pilote (UAS). Il permet d'acquérir le savoir-faire pour l’engagement de charges utiles dans le domaine SAR/SIGINT et de tester des concepts SOA (Service Orientierte Architektur) et d’effectuer des engagements dans le domaine SatCom.

La plate-forme technologique Centaur OPA ( Optionally-Piloted Aircraft ) est réalisée sur la base d'un avion bimoteurde type  Diamond Aircraft ( DA-42 ). Le DA-42 a été transformé en OPA par la société Aurora Flight Science, à Manassas (USA) qui appartient à Boeing. En Suisse Aurora dispose d’une importante antenne à Lucerne.

Le « Centaur » prend en charge trois modes de fonctionnement via des options pilotées, non pilotées et hybrides. En mode non piloté, l'aéronef est autonome d'avant décollage à après atterrissage, y compris les opérations de roulage à distance. Le mode hybride permet un contrôle depuis le sol avec un pilote de sécurité à bord de l'avion pour faciliter les tests. La conversion entre les modes de vol habité et sans pilote ne prend que quatre heures. Centaur est capable de transporter sa propre station de contrôle au sol, ce qui en fait le premier système d'avion sans pilote auto-déployable au monde.

Les Suisses sont des leaders dans le développement des opérations UAS dans des espaces aériens complexes et denses.

Diamond DA42 « Centaur OPA » :

Économique le Centaur est un avion bimoteur qui offre à la fois une efficacité exceptionnelle et qui est extrêmement silencieux. Le Centaur brûle moins de 40 livres de carburant par heure et peut rester dans les airs durant trois jours. Le bruit des moteurs a été spécialement atténué au point que l'aéronef et pratiquement indétectable à des altitudes de plus de 3’000 pieds depuis le sol.

En service depuis les installations de l’aérodrome d’Emmen, le Centaur sers à tester différents systèmes de navigation ainsi que les futurs systèmes de capteurs pouvant équiper les drones qui équiperont les Forces aériennes Suisses.

Le Diamond DA42 « Centaur OPA » ne fait pas partie de l’inventaire des Forces aériennes et seuls des pilotes d'armasuisse en prennent les commandes.

Au total, l’OPA peut revêtir les trois configurations suivantes :

Avec équipage : 1 pilote et 3 passagers (PAX) comme avion de liaison VFR/IFR (vol à vue/vol aux instruments), ou 1 pilote et 1 payload operator (siège arrière), engagement VFR/IFR

Hybride :1 pilote et 1 payload operator (siège arrière, si le payload operator est nécessaire), engagement : VFR/IFR

Sans équipage : pas d’équipage à bord, engagement VFR/IFR

Photo : Centaur en service au sein d’armasuisse @ DDPS

 

La Thaïlande va moderniser ses Gripen !

2098370.jpeg

La direction de l'ingénierie aéronautique (DAE) de la Royal Thaï Air Force (RTAF) a attribué un contrat pour la mise à niveau des 11 avions de combat multirôles Saab JAS 39 Gripen C/D à la dernière norme MS20. Le contrat est estimé à 20,84 millions de dollars.

L'exigence de la mise à niveau au standard MS20 est désirée depuis 2018 afin de garder la flotte d’avion de combat Gripen C/D à un haut niveau opérationnel. Pour des raisons financière cette dernière a été repoussée. Cette exigence a été réitérée dans le Livre blanc 2020 de la RTAF, avec une date de début prévue en 2021. Selon les informations disponibles, l’objectif de la RTAF est de doté les Gripen des dernières capacités disponibles pour l’avion. L’achat d’armement complémentaire comme le missile à longue portée MBDA Meteor et la mise à jour des AMRAAM et diverses bombes sera effectué plus tard avec un autre programme d’équipement.

Gripen C/D au standard MS20 :

saab gripen,gripen c7d ms20,rtaf,modernisation avions de combat,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation militaire,aviation francophone,thaï aviation

La modernisation au standard MS20 du Gripen C/D englobe les systèmes suivants : une nouvelle architecture électronique pour faire face à l’évolution des menaces et de la guerre électronique à venir. L’arrivée du radar PS-05 Mk4 à antenne mécanique est le développement le plus récent du radar PS-05. Une nouvelle configuration et un nouveau « back-end » complètent et permettent de renforcer les performances en matière de plage de fonctionnement et de détection. Cette nouvelle version à antenne mécanique permet à la version actuelle du Gripen d’emporter le missile MBDA Meteor et la dernière version du Raytheon AIM-120C7 AMRAAM. 

Le Saab JAS-39 Gripen C/D MS20 comprend : 

Le missile MBDA Meteor.

La bombe SDB (Small Diameter Bombe) GBU-39 ainsi que les GBU-22, GBU-10.

Une nouvelle application radar.

Amélioration de l’autoprotection.

Le GCA Ground Collision Avoidance System.

Des nouveaux équipements de protection (CBRN) qui permettent un vol dans une zone contaminée.

Diverses sécurités en matière de cyberguerre.

Amélioration de liaison électronique Link16 (OTAN) et Link TAU (liaison Gripen).

Amélioration de la liaison au sol CAA/JTAC.

Fonctions de reconnaissance étendues.

Petit rappel :

La Thaïlande a lancé le programme de remplacement partiel de ses Northrop F-5 E/F Tiger II, soit 15 machines appartenant au Squadron 701 basé à Surat Thani (Sud de la Thaïlande). Pour mémoire, la RTAF avait choisi dans les années nonante le Boeing F/A-18 Hornet, mais le contrat fût dénoncé par les Etats-Unis, faute de moyen de paiement du pays du sourire. En effet, celui-ci avait proposé faute de liquidités de payer la moitié des Hornet avec de la viande de poulet et des fruits !

Suite à une seconde évaluation au début des années 2000, c’est le Gripen suédois qui remporta le marché. La commande fût lancée en 2008 pour l’achat d’un premier lot de 6 avions (2 biplaces et 4 monoplaces) assortit d’une option pour 18 autres aéronefs. En parallèle, la RTAF a commandé également au constructeur suédois un Saab 340 Erieye (AEW) ainsi qu’une seconde machine en version commandement aérien et contrôle de liaisons de données. La flotte actuelle de Gripen en Thaïlande est de 11 aéronefs, un appareil ayant été perdu.

482361954.jpg

Photos : 1 Gripen C RTAF @ Teerawut W 2 Gripen suédois au standard MS20, le Meteor est engagé au côté de diverses bombes  3 Gripen D @ RTAF