21/02/2021

L’USAF confirme son intérêt pour un avion de 4ème génération !

f-16v.jpeg

L'US Air Force cherche à remplacer ses plus anciens F-16, a confirmé mercredi le général en chef du Charles Brown. Pour cette réalisation, l’USAF a lancé une étude qui décrira sa combinaison préférée de chasseurs et d'autres avions tactiques qui seront utilisés pour aider à construire le budget de l'exercice 2023. Ce résultat pourrait inclure un tout nouveau chasseur de « quatre et demi ou cinquième génération » avec des capacités qui se situent quelque part entre l'ère des années 1970, avec comme point de départ le F-16 et des chasseurs furtifs de cinquième génération comme le F-22 et le F-35.

Selon le général Charles Brown : « Si nous avons la capacité de faire quelque chose d'encore plus efficace pour moins cher et plus rapidement, pourquoi pas ? Ne nous contentons pas d’acheter dans le commerce, jetons un œil à quelque chose d’autre que nous pouvons construire », a déclaré Brown aux journalistes lors d’une table ronde cette semaine.

Ces déclarations sont importantes, car elles sont pour la première fois confirmées par un responsable de l’US Air Force et confirment l’introduction d’un autre avion de quatrième génération dans l’inventaire des avions de combat du service.

Rappel :

En janvier, l’ancien chef des acquisitions de l’armée de l’air, Will Roper, a révélé que l’étude en cours du service pèsera également sur l’achat de nouveaux F-16 de type Block 70/72 « Viper » auprès de Lockheed Martin. Il avait alors déclaré : « Lorsque vous regardez la nouvelle ligne de production de F-16 en Caroline du Sud, ce système a de merveilleuses capacités améliorées qui méritent d'être considérées dans le cadre de notre solution de capacité à l’avenir ».

Différentes options :

Le général Charles Brown a également souligné l'approche adoptée par l’USAF avec le nouvel avion école Boeing/Saab T-7A « Red Hawk » et son futur chasseur secret, connu sous le nom de Next Generation Air Dominance (NGAD). Les deux avions ont été conçus à l'aide de pratiques d'ingénierie numérique, ce qui a permis au service de modéliser le cycle de vie de diverses conceptions et de préparer rapidement des démonstrateurs à grande échelle pour les essais en vol.

L'étude en cours comprendra la modélisation, la simulation et l'analyse visant à déterminer le bon mélange d'aéronefs, les capacités dont chacun dispose et le nombre de chaque type nécessaire pour garantir le succès de l’USAF dans les conflits futurs. Investir dans un autre type d’avion de combat pourrait également avoir comme conséquence un refus du financement par le Congrès, en particulier parce que plusieurs appareils sont déjà en production. C’est pourquoi la prudence est de mise et qu’une nouvelle commande de F-16 serait plus amène d’être acceptée par le Congrès, comme celle faite avec le F-15EX.

AIrPowerAsia.png

Réduction de la flotte de F-35 :

De l’autre côté, l’US Air Force n'a pas officiellement dérogé aux plans d'achat de 1’763 avions de combat de type F-35A à Lockheed Martin au cours de son programme d'enregistrement. Mais selon le général Charles Brown, des documents internes de la future cellule de combat de l'USAF indiquent un plan pour réduire les commandes de F-35A à 1'050 unités.

On notera qu’en parallèle, le Corps des Marines américains (USMC) semble également avoir réduit son appétit pour les chasseurs F-35B à décollage court à atterrissage vertical et les variantes de porte-avions F-35C et ceci de part, son intention de réduire la taille des escadrons en 2020. L’USMC semblait impliquer qu'il réduirait ses prévisions d’achat de 420 exemplaires du F-35 (353 F-35B et 67 F35C) d'ici 2031 par 120 à 130 avions.

Il faut comprendre que le Bureau de l’évaluation des coûts et de l’évaluation des programmes du Pentagone et le Bureau du programme commun du F-35 ont précédemment exprimés leur scepticisme commun, quant au fait que les coûts de fonctionnement du F-35A pourraient être réduits à 25’000 dollars de l’heure d’ici 2025, ce qui est l’objectif de l’avionneur Lockheed Martin. 

Lockheed Martin joue la montre : 

De son côté l’avionneur Lockheed Martin, a déclaré aux journalistes le 19 février que la société était toujours déterminée et confiante à réduire le coût de vol du F-35 à 25’000 dollars de l'heure. Au cours des cinq dernières années, l’avionneur a réussi à réduire d’environ 40% de l’élément de coût de maintien en termes de coût par heure de vol. L’avionneur prévoit une réduction similaire de 40 à 50% au cours des cinq prochaines années. Cependant, il reste les nombreux problèmes techniques qui ne sont toujours pas corrigés et continuent de péjorer le programme F-35, soit 871 à ce jour. L’avionneur tente de faire valoir les capacités de guerre en réseau du F-35, qui serait le seul à pouvoir déjouer par exemple des batteries de S-400 russes. De plus, le F-35 reste une référence aux capacités de traitement informatique et de communication. Sur ce point, Lockheed Martin n’a pas tort, mais semble oublier volontairement que F-16 Block 70/72 « Viper » sera lui aussi doté d’une capacité de guerre en réseau qui l’amènera au plus près des capacités du F-35, mais avec l’avantage que ce dernier reste un avion moins cher et capable de mener des opérations plus classiques. D’une manière générale, Lockheed Martin tente de sauver le F-35 notamment vis-à-vis de l’exportation. Car un retrait partiel de l’USAF et de l’USMC sans oublier l’USN pourrait durement affaiblir l’intérêt de l’avion auprès de clients potentiels. En même temps Lockheed Martin peut encore jouer la carte du F-16 comme bouée de secours.

F35-BAE_b6be.jpg

 

Photos : 1 F-16 Block70/72 Viper@ LM  2 Projet NGAD 3 F-35 @ USAF

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Beaucoup de contorsions intellectuelles en ce moment sur ce sujet dans les milieux de la défense US...Pour minimiser et présenter une solution qui , sous un aspect de gestion efficace des moyens aériens , évite de de reconnaître l'échec technique du F 35 , même si tout n'est pas à jeter heureusement dans la conception de ce programme . Car il y a d'énormes conséquences financières mais aussi de confiance à rétablir , entre Washington et ses alliés . Encore une fois,on ne va pas s'apitoyer sur l'avenir immédiat de LM , ils ont la poule aux oeufs d'or avec le F 35 , à la fois produit marketing , mais aussi produit dérivé , si on intègre les bénéfices réalisés par les innombrables mises à niveau des appareils déjà produits en nombre ...Et si on était cynique on pourrait même noter que remplacer le F 35 défaillant par son grand frère F 16 est une encore plus belle opération pour les caisses de la firme ...
Mais on arrive quand même à la situation sur laquelle beaucoup avaient alerté savoir l'impasse de ce concept , usine à gaz dans laquelle le constructeur , fort de ses appuis au pentagone , à conduit non seulement l'USAF ,la Navy ,et les mMrines , mais toute une cohorte de pays européens . On est curieux de savoir maintenant comment tout ce monde va laver son linge sale en famille .
Et si décemment cet avion va continuer à concourir sur les marchés export .

Écrit par : philbeau | 21/02/2021

Les marines vont arriver avec ces réductions du F35B à un problème de disponibilité, mais surtout pas de remplaçant en vue ? On risque bien dans le futur de voir une complète stratégie entre les marines et l’aéronavale avec une fusion des deux : d’un côté l’aéronavale avec des avions de chasse et les marines avec des convertibles armée comme le V280 - SB1 et l’abandon du F35B ?
Après on veut avoir la dernière génération d’avion qui est furtif et qui remplace plusieurs types d’avions, mais la on voit bien que c’est du pipo, car votre avion pour être furtif doit tout mettre en avant sur l’aspect extérieur (bombe en interne) revêtement spécial et tous le reste et au final ça donne quoi ? Rien ?
Aujourd’hui vous prenez un avion de 3ème ou 4ème génération et vous y mettez sous les ailes un système de brouillage et vous arriverez aussi bien et même mieux qu’un avion de dernière génération.

Écrit par : jean1 | 21/02/2021

On en arrive précisément à la situation que seuls les fans qui idolâtrent tout ce que produisent les US refusaient de voir.
Le F35 ne pourra jamais assumer l'ensemble des missions qui lui étaient destinées initialement et dans la mesure où c'était le jet qui devrait assurer le gros du volume de la force aérienne, cela met carrément en danger la crédibilité de l'ensemble. Il y urgence pour trouver un jet de remplacement pour faire le volume et voilà comment ils se retrouvent à songer à commander des updates de la génération précédente.
Les plus à plaindre dans tout cela, ce ne sont pas les US, qui eux ont les moyens de lancer un nouveau programme en urgence ou acheter d'autres avions de manière anticipée, mais tous les pays client qui se sont faits copieusement enfumés et on financés indirectement tout cela. Amis belges bonsoir.

Écrit par : lolo | 21/02/2021

@ jean1 : Le F-35B quoi qu'on en dise est un ENORME progrès par rapport au Harrier, dont certains n'étaient même pas équipés de radar (seuls les Sea Harrier britanniques et les AV-8B+ US en avaient un).

Quant à la Navy et aux Marines, il semblerait que la Navy tout comme les Marines commencent à se poser des question sur leur stratégie aéronavale/amphibie.
Du coté de la Navy, avoir une dizaine de porte-avions géants c'est bien, mais :
1) ils coûtent extrêmement cher à construire (au point que le renouvellement de la flotte pose question)
2) avec le développement de nouveaux missiles anti-navires chinois voir russes (notamment balistiques), ils deviennent de plus en plus vulnérable.

De fait, une des stratégies qui semble évoquée c'est de diminuer la taille des navires, ou d'utiliser des LHA de la classe America ou équivalent (qui n'ont pas de radier, juste pour rappel).
Du coté des Marines, idem, concentrer plusieurs centaines voir milliers de troupes et des milliards d'équipement dans un seul navire commence à poser des questions, pour les mêmes raisons....

Accessoirement, un F-35 avec quelques armements extérieurs sera toujours plus discret qu'un Super Hornet avec 100% d'équipements à l'extérieur et une cellule de base moins furtive.
Et cela n'empêche pas le F-35 de pouvoir, si besoin est, retourner dans une configuration furtive, même avec des capacités d'emport limitées, pour certaines missions.

@lolo : cela ne changera pas des F-16 achetés par l'Europe qui ne pouvaient à la base n'emporter que des missiles Sidewinder... (les Sparrow sont venus plus tard, et les AMRAAM encore bien plus tard...) Donc niveau enfumage, je crois que certains pays européens doivent aimer cela...

Écrit par : chris2002 | 22/02/2021

@philbeau : mille fois d'accord. On avait encore ce tantôt un certain John qui béat devant le retrait des B1B. La situation est périlleuse car il y a un vrai risque de rupture capacitaires globale, une situation économique dangereuse pour les pays européens clients. A une situation pas brillante, on a en face des russes qui avec tous leurs défauts industriels connus, ont un Su57 dont la mission centrale de bombardement est bien mieux définie que le F35, et qui semble en mesure d'assurer ces missions bien avant que la relève ne soit prête.
.
Ca fait 10 ans qu'on annonce le risque très réel de cette réalité qui est sur le point de frapper à la porte, mais on dit qu'il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...

Écrit par : pfff | 22/02/2021

@chris2002 : Je vous suis pour le Harrier. En ça les anglais ont réussi leur pari, et ont le successeur qu'il leur fallait. Et je pense qu'il s'en tirent à moins cher que s'ils avaient fait seul cet avion pour une petite série.
.
Le Tornado, est le second avion qui devait être changé. Il y a certes une très grosse amélioration qualitative encore qu'on perde en distance franchissable et en charge utile, car les deux appareils ne boxent pas dans la même catégorie. Certes, et c'est heureux pour un avion né 50 ans après... mais rien ne dit qu'ils ne s'en seraient pas sorti mieux en coopération avec les Italiens (voire les allemands) comme ils l'avaient prévu au départ. CE qui était prévu au départ, étaient 2 avions pour le groupe Eurofighters : un chasseur (le Typhon) et un bombardier (le Tempest), et je crois que le Tempest aurait été très différent du F35. Sans doute moins disant, mais plus efficace.
.
Quant autres qui devaient changer des F16... pardon, mais il y a mal donne.

Écrit par : pfff | 22/02/2021

Chers Amis lecteurs (rices) et rédacteurs (rices)

Je pense que vous êtes tous d'accord avec moi, on ne peut pas laisser nos chers amis et alliés américains dans un tel marasme.
Il faut les aider! et rapidement!

Faites le plus vite possible une pétition (signatures) adressée au Président Français E. Macron, afin qu'il prenne contact avec son Homologue américain Joe Biden, afin qu'il puissent ensemble rapidement définir un vente express (FMS) pour quelques centaines de beaux et performants Rafale au dernier standard F4+++

D'un coup de baguette magique, les problèmes américains seraient résolus
- l'USAF aurait un avion (bête de somme à tout faire) sur lequel elle pourrait (enfin) compter.
- L'US-Navy et L'USMC auraient également un avion validé sur leurs porte-avions avec les mêmes qualités que citées ci-dessus.

Allez! on est pas regardant du côté français, ils consentiraient même à créer une chaîne de montage, avec transfert de technologie, bien sûr; aux Etats-Unis.

Si après un tel exemple de parfaite entente cordiale (EU-USA), les US ne sont pas reconnaissants, c'est à ne plus rien y comprendre...

Écrit par : forêt10 | 22/02/2021

Je ne sais pas si il faut s'en réjouir ! En dépassant la satisfaction primale de voir notre concurrent boire le bouillon avec son projet phare, une production 1000 avions assorties de ventes à tous les alliés de L’OTAN n'est pas un échec non plus ! Par contre, le deuxième effet est à craindre ! L'arrivée de cet avion coïncidera avec la 3 ème phase du cycle de vie du Rafale et de l'Eurofighter ! Celui qui est le plus rentable pour les constructeurs, les coûts de lancement et de production ayant alors été amortis ! Après le F-35 qui a oblitéré la phase deux du cycle de vie de deux avions européens, cela devient carrément du sabotage ! Mais c'est de bonne guerre....commerciale !

Écrit par : Ben | 22/02/2021

@pfff : pour les pays qui veulent changer leurs F-16 : pour assurer la police aérienne au dessus de leur territoire et éventuellement aller opérer dans une coalition dirigée par les US (et avec couverture aérienne US), dans la majorité des cas cela suffit largement...
parce que bon, soyons réalistes, que ce soit la Belgique, les Pays-Bas ou le Danemark, cela se résume plus ou moins à cela... Et ça ne date pas de l'achat des F-35, mais au moins de l'achat des F-16...

Le pays où cela pourrait poser le plus de problème est, pour l'instant, la Norvège, qui est en "première" ligne face aux incursions russes sur l'atlantique. A ce niveau des F-15 pourraient être plus intéressants (ou des Typhoon/Rafale). Aussi pour des questions d'autonomie.

Si le Danemark déploie des avions de chasse au Groenland, on peut aussi éventuellement en dire la même chose. Mais il me semble que c'est déjà les US, via les F-15 qui y sont basés, qui s'occupent de la défense aérienne de ce territoire...

Si le Canada ne devait prendre que des F-35, cela pourrait aussi poser problème, pour les mêmes raisons que la Norvège. Mais pour l'instant aucun achat n'a été effectué il me semble...

La Finlande est aussi un cas intéressant, mais au moins eux ils ont lancés un vrai appel d'offres. Et, comme la Suisse, n'ont pas pris part au développement de l'appareil, donc ne payerons "que" l'achat des appareils (et leur maintenance).

PS : l'Italie était aussi intéressée par des appareils STOVL, ne l'oublions pas.

Écrit par : chris2002 | 22/02/2021

@Forêt10: ^_^ Très drôle. En plus ça leurs permettrait d'arrêter les lignes de F18 qui prennent trop de place ;).
.
Plus sérieusement, il y a 5 ans, il y avait eu un poisson d'avril qui avait circulé comme quoi l'USAF prenait des rafales français d'occas comme agressors. J'avais marché, d'autant mieux qu'il y a une offre US pour toujours ouverte des agressors de types M2k et Rafales...

Écrit par : pfff | 22/02/2021

Dans un autre registre, Le Monde qui informe ses lecteurs qu'un 777 a cassé une pale d'un de ses ventilateurs. Rien de grave, c'est le ventilo de mémé rose qui s'est cassé en soute.
.
Ce n'est pas comme s'il avait cassé l'aube de la soufflante du réacteur droit et provoqué un atterrissage d'urgence...
.
@PK : vous ne voulez pas faire la pige pour quelques journaux français, il semble que la culture aéronautique soit réservée aux Suisses. Alors bien sûr Safran et Airbus sont en France, mais si un journaliste doit s'abaisser à demander à des ingénieurs comment s'appelle les éléments d'un avion...
.
Ou alors vous continuez comme ça, la médiocrité des journaux français est encore l'assurance d'avoir des lecteurs de votre blog.

Écrit par : pfff | 22/02/2021

@Pff: Malheureusement, les journalistes de base ne sont pas meilleurs en Suisse qu'en France, ni ailleurs. La presse généraliste manque de spécialiste comme ce fût le cas dans les années 80. La médiocrité ne touche pas seulement le monde aéronautique, la médecine, l'économie, la géopolitique, histoire et j'en oublie sont des sujets qui traités de mauvaise manière. C'est pour celà que le complotisme à le vent en poupe. L'information doit être recherchée ailleurs, blogs, postcast, sites ou journaux spécialisés .

Écrit par : PK | 22/02/2021

Ben puisqu'on parle de média... un article sur le site de la RTS qui vient de sortir :
https://www.rts.ch/info/suisse/11994110-le-choix-de-la-suisse-une-vitrine-pour-les-constructeurs-davions-de-combat.html
Interview de quelques représentants des constructeurs, quelques explications, etc. Des infos pour les profanes concernant le processus d'évaluation de la Suisse et son sérieux (pourquoi ne pas l'avoir fait AVANT les votations?). Une chose me frappe dans cet article : il est fait mention du F-35 et de l'Eurofighter comme les deux favoris selon les spécialistes.
J'aimerai avoir l'avis de PK, pour moi véritable spécialiste (entre autres) de l'aviation en Suisse : est-ce vraiment les favoris? Personellement, j'avoue que j'aurais plutôt parié sur les deux autres... la preuve que je n'en suis pas un. (rire!)

Écrit par : Jo-ailes | 22/02/2021

@Jo-ailes: Soyons clair il n'y pas de favori au sein de l'équipe d'évaluation. En ce qui concerne l'idée que le F-35 et l'Eurofighter seraient deux favoris, celà n'engage que le journaliste. Ce dernier, que je connais n'est pas un spécialiste de l'aviation, loin de là. Il fait de son mieux avec ces compétences limitées sur le sujet. Le reste de l'article est pour une fois assez juste. Mais on sent que LM et Airbus ont poussé les réponses marketings en évitant ce qui pourrait les déranger. normal en soi.

Écrit par : PK | 22/02/2021

Contractuellement & financièrement parlant, quel impact aurait une baisse des commandes des F-35 US sur les autres pays partenaire du projet ?? Va-t'en assister à une augmentation des prix unitaires des F-35 voire des coûts de maintenance ??

Écrit par : MBMW | 22/02/2021

@PK : Merci pour la réponse !

"Le reste de l'article est pour une fois assez juste."
Oui, et comme je l'ai dit plus haut, je regrette que ces explications n'aient pas été données avant les votations en septembre : je suis sûr que ça aurait éclairé de nombreuses personnes...

Écrit par : Jo-ailes | 22/02/2021

Le problème du journalisme est partout. Les journalistes qui avaient un emploi stable et le temps de bosser leurs matières et leurs enquêtes, ça n'existe malheureusement plus. Et dès qu'on est spécialiste dans une matière, on le remarque. :-(

Écrit par : Bouli | 25/02/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.