20/02/2021

Troisième GlobalEye pour les EAU !

20210220-en-3896563-1.jpg

 L’avionneur suédois Saab a livré le troisième exemplaire du « GlobalEye » destiné aux Emirats arabes unis (EAU). La réalisation de trois livraisons de l’avion d’alerte avancée « GlobalEye » en moins d’un an démontre que l’avionneur suédois maîtrise son produit de haute technologie. Deux autres appareils doivent encore être livrés, ils font partie de la seconde commande effectuée par le pays.

« En gérant l'ensemble du processus, y compris le développement et l'intégration des capteurs, nous contrôlons de manière unique chaque partie critique de ce programme complexe », déclare Micael Johansson, président et chef de la direction de Saab.

4192456205.jpg

Le GlobalEye AEW&C :

Basé sur une cellule de jet d’affaires Global 6000, le « GlobalEye » offre les plus récentes technologies, cet impressionnant biréacteur peut relier Paris à Tokyo sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage (en mode jet privé). Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers. De son côté la Société de Défense et de la sécurité Saab a installé sa nouvelle version du système de radar Saab « Erieye ER » intégrant la technologie GaN (nitrure de gallium), le système « Swing Role Surveillance System » (SRSS) capable de détection simultanée et le suivi des cibles multiples dans les airs, sur terre et en mer.

Le système AEW&C « GlobalEye » dispose de la nouvelle version du radar « Erieye ER », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieure à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Leonardo 7500E AESA en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral et d’une tourelle électro-optique. Le « GlobalEye » est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple : un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

879674594.jpg

Photos : GlobalEye pour les EAU @ Saab

 

L’Indonésie rêve de Rafale et de F-15EX !

indonésie rafael,f-15ex,boieng,dassault,nouvel avion de combat,les nouvelles de l'aviation,blog défense

Jakarta va-t-elle enfin se décider pour un type d’avion de combat ? Les annonces se succèdent en faveur d’un type ou d’un autre depuis plusieurs mois, mais sans résultat jusqu’ici. 

Rappel :

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliards de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt pour le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72 et Boeing Super Hornet.

Exit le Su-35 et l’Eurofighter :

Il semble bien que cette fois les offres russes avec le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » et autrichiennes avec les Eurofighter T1 d’occasions soient définitivement tombées aux oubliettes. Deux appareils semblent maintenant avoir les faveurs de l’Indonésie, soit le Rafale de Dassault et le nouveau F-15EX en version export (similaire au Qatar) de Boeing.

Bataille de communiqués :

Jakarta jour la carte de la concurrence entre Boeing et Dassault. Pour cela, le gouvernement indonésien caresse les deux avionneurs dans le sens du poil. A tel point, que la presse de deux pays par l’intermédiaire de l’avionneur américain et français, annonce le même achat ! En effet, les deux concurrents annoncent un achat portant sur 36 avions de combat. Autant dire qu’à ce stade la lectrice et le lecteur peuvent se retrouver bredouilles sur les réelles volontés de choix de l’Indonésie.

Pour tenter de mettre de l’ordre dans ce qui ressemble à une bataille d’information, je citerais les propos évoqués la semaine dernière du maréchal de la Force aérienne Indonésienne (TNI-AU), Fadjar Prasetyo, qui a déclaré aux médias lors d'une conférence de presse que le plan de passation des marchés est actuellement géré par le ministère de la Défense, qui examine l’achat de 36 Boeing F-15EX et de 36 Dassault Rafale. A noter que le pays s’intéresse également à l’avion d’alerte lointaine Saab GlobalEye et à l’avion de transport C-130J « Super Hercules ».

Ces moyens aériens devraient être acquis par étapes, selon le maréchal de la TNI-AU. La question d’un achat mixte de F-15EX et de Rafale reste encore possible, mais les moyens financiers du pays sont relativement faibles et la situation du COVID n’a bien évidemment rien arrangé. Historiquement parlant, Jakarta n’a jamais acheté d’avion français et le Rafale serait donc une grande première pour le pays.

Photo : F-15EX export qatari et Rafale indien @ Boeing & Dassault