19/02/2021

Retrait partiel des bombardier B-1B « Lancer » !

3978913651.jpg

L’US Air Force entame une nouvelle réduction de sa flotte de bombardier stratégique Rockwell B-1B « Lancer » avec le retrait d’un premier exemplaire cette semaine. L’objectif vise la mise à la retraite de 17 appareils et de disposer au final de 45 aéronefs. Il s’agit du second retrait de l’appareil, le premier avait porté la flotte de 100 à 66 aéronefs.

Avec ce second retrait partiel de la flotte de B-1B, l’US Air Force prépare progressivement l’arrivée du futur nouveau bombardier furtif de nouvelle génération, le Northrop-Grumman B-21 « Raider ». Les appareils prévus pour le retrait sont les plus usés de la flotte. Selon l’USAF, l’entretien de ces bombardiers coûterait des dizaines de millions de dollars par avion.

Stocké et cannibalisé :

Les 17 B-1B seront stockés sur les base aériennes de Davis-Monthan, en Arizona et Dyess au Texas, où ils seront conservés pour venir servir de stock de pièces détachées. Ce choix fait partie de la demande de budget de l'exercice 2021, afin de soutenir et garantir la maintenance des appareils restants.

Nouvelle feuille de route :

Pour autant, le lien entre le départ de ces B-1B et l’arrivée des premiers B-21, doit encore être retravaillé. L’US Air Force doit fournir prochainement une nouvelle stratégie de feuille de route pour la gestion de la flotte de bombardiers détaillant comment sa « structure actuelle des bombardiers doit évoluer pour permettre de répondre aux exigences de la mission de frappe à longue portée ». La définition de la nouvelle stratégie est attendue ce mois-ci.

Une flotte restreinte mais modernisée :

Entré en service en 1986, la flotte de bombardier stratégique B-1B a subi une cure de jouvence, afin de se maintenir opérationnelle. Cette mise à niveau concernait le système de navigation et de communication et s’est achevée en septembre 2020.

maxresdefault.jpg

Les améliorations concernaient la mise à jour du système de navigation et d’affichage, la communication, ainsi que le radar et les systèmes d’armes. L’arrivée d’un affichage sur écrans couleurs, un système de liaison de données permet de renforcer de façon significative l’emploi de ce type d’avion au sein de l’US Air Force.

En plus de la capacité de transporter des bombes à guidage de précision et des bombes conventionnelles, le « Lancer » est maintenant capable de contenir plus de munitions en soute et pourra dans un proche avenir emporter des armes hypersoniques.

Selon le calendrier de l’USAF, la flotte restante de B-1B devrait rester en service jusqu’en 2036.

Le B-1B « Lancer » :

Le premier exemplaire a été livré le 29 juin 1985 à l'US Air Force. Le B-1B n’a cessé d'évoluer pour répondre aux exigences d'un champ de bataille en évolution rapide. Capable de remplir une mission nucléaire comme un bombardier classique, il est également capable d’effectuer des missions d'appui au sol classiques.

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B « Lancer » est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’Administration dirigée par le président Reagan, qui en 1981 lancé le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le « Lancer » a subi plusieurs améliorations, afin de l’adapter aux multiplications des menaces.

rockwell,bombardier stratégique,les nouvelles de l'aviation,usaf,b-1b lancer,blog défense

 

Photos : 1 B-1B en vol 2 Le B-1B est capable de délivrer un tapis de bombes 3 Au décollage @ USAF

Commentaires

Quelle puissance ces américains, ils travaillent simultanément sur un Bombardier, et deux chasseurs de 5 et 6 ème génération (F-35 et NGAD) et tout le reste qu'on ignore ! Ce pays est tout simplement incroyable !

Écrit par : John | 19/02/2021

Techniquement au moins 3 chasseurs, car l'US Navy en a aussi besoin d'un, et il risque d'être différent de celui de l'Air Force.

De plus, j'ai lu aujourd'hui que l'USAF semble entrain de réfléchir à la construction d'un remplaçant pour les F-16, moins cher et complexe que le F-35, sur la base d'une cellule nouvelle.
(cf. un article de "The War Zone" en anglais)

Quant au B-1B, j'avais lu que les appareils commençaient sérieusement à montrer des signes de fatigue, d'où probablement aussi la réduction de flotte.
Après tout on parle d'appareils aussi lourds que des 767, au minimum trentenaires (certains approchent des 40 ans), conçus pour faire de la pénétration à basse altitude.

Écrit par : chris2002 | 19/02/2021

@Jhon. C'est beau l'amour. On dit que ça rend aveugle.
.
De façon un peu plus pragmatique, ils sont face à un trou capacitaire, en tout cas ça y ressemble fort.

Écrit par : pfff | 19/02/2021

@John: « c'est tout simplement incroyable »
.
Je ne vous le fais pas dire.

Écrit par : pfff | 19/02/2021

Bon, cela étant en Europe, on travaille sur 1 bombardier et deux chasseurs (F35, Scaf et Tempest) des améliorations de rupture sur les rafales typhon et gripen, quelques drones, quelques avions d’entraînement (ce n'est pas pilatus qui dirait le contraire), de transport (A400M) de ravitaillement, plus tout ce qu'on ne sait pas ; c'est beaucoup plus croyable... mais c'est Européen.
.
Quand on dit que l'amour rend aveugle...

Écrit par : pfff | 19/02/2021

Ah ce concours de qui a la plus grosse...

La vraie question, que ce soit en Europe ou aux USA, est : pourront-ils vraiment réussir à aller jusqu'au bout de tous les projets, sans dépassement de coûts et/ou réduction massive des commandes.

Et quand je dis que ce soit en Europe ou aux USA, l'Europe ne fait pas forcément beaucoup mieux que les USA dans certains domaines, soyons réalistes...

A400M, NH90, Tigre, Eurofighter, frégates FREMM, etc. sont loin d'être des programmes forcément exemplaires, que ce soit niveau surcouts, fiabilité (pour le Tigre, cf. par exemples les Tigre australiens mais pas seulement), nombre d'appareils finalement commandés, ou même succès à l'export (Leonardo et Airbus Hélicoptère préférant par exemple vendre des appareils "maisons" plutôt que des NH90 dans bien des cas...)

Écrit par : chris2002 | 19/02/2021

@chris2002
Si les USA envisagent un nouveau programme de remplacement des F16 c'est justement parce qu'ils ne souhaitent pas aller au bout du programme F35

Écrit par : François-01 | 19/02/2021

@François : ils ne commanderont probablement pas tous les appareils prévus, mais soyons réalistes, le F-35 restera un élément majeur de la doctrine US, utile dans pas mal de circonstances, pour les décennies à venir.

Mais le F-35 coûte cher à exploiter, et pour certaines missions ce n'est pas forcément l'appareil le plus adapté, notamment parce que le contexte a aussi évolué. De fait avoir un appareil moins cher à exploiter semble un élément de plus en plus important pour l'USAF.

Typiquement en Extrême-Orient Pacifique, face à la menace chinoise l'USAF tout comme l'USMC semblent de plus en plus envisager des opérations depuis des bases "de fortune", les bases principales semblant de plus en plus vulnérables.
Soit un mode d'opération qui ressemble de plus en plus à ce que la guerre du Pacifique a pu connaître.
Voilà par exemple un exercice de l'USAF sur le Northwest Field de Guam : https://www.thedrive.com/the-war-zone/39278/air-force-f-35-stealth-fighters-are-now-operating-from-guams-austere-airfield
Ou un exercice aux USA où les Marines utilisent leurs F-35C dans des conditions sommaires et en utilisant des brins d'arrêt mobiles M-31 : https://www.thedrive.com/the-war-zone/38068/marine-corps-f-35cs-make-first-arrested-landings-at-an-expeditionary-airfield

Écrit par : chris2002 | 19/02/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.