18/02/2021

Livraison du premier AT-6 pour l’USAF !

at-6e-top.jpg

L'US Air Force (USAF) a reçu son en premier avion d'attaque léger de type Textron AT-6E « Wolverine ». Au total, l’USAF a passé commande pour deux avions d'attaque légers AT-6 E. Ces appareils viendront compléter la paire de Embraer A-29 « Super Tucano ». Ces appareils seront utilisés pour poursuivre les essais d’engagement en matière d'attaque légère (LAE).

Un AT-6 spécifique :

La désignation AT-6E est spécifique à l'USAF pour le « Wolverine » comprend une configuration de base, ainsi que les communications par satellite avec une antenne située au sommet du nez et d'autres équipements comme une tourelle FLIR WESCAM MX-15D, qui comprend également un désignateur laser, de L3Harris. Pour en revenir aux communications, l’AT-6 E est doté de radios ARC-210/VHF/UHF/ avec cryptage AES / SATCOM / Iridium Cell Satellite / AERONet / Full motion ROVER vidéo.

On notera un élément particulier sur l’AT-6 E, soit la livrée camouflage de type « Europe » qui n’était plus de mise depuis la fin des années 1980.

L’AT-6 « Wolverine » Light Attack :

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Hawker Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proche que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona.

L’appareil intègre un système de gestion NetCentric de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que son petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Photo : L’AT-6 E « Wolverine » de l’USAF @ USAF

 

 

 

 

Commentaires

Est-ce juste ? C’est une base de PC-9.

Écrit par : Guillaume | 18/02/2021

@Guillaume: Absolument

Écrit par : Pk | 18/02/2021

Depuis que ce projet d'appareil d'attaque au sol léger turbo-propulsé et low cost est dans les cartons de l'US Air Force, celle-ci ne parvient ni à se lancer ni à l'abandonner

Écrit par : François-01 | 18/02/2021

Heureusement que les gauchistes sont nuls en (re)connaissance d’avions, car sinon ils seraient déjà en train de hurler au Pilatus PC-9 armé...

Écrit par : Jim | 22/02/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.