23/01/2021

Airbus débute les essais d’un hélicoptère Flightlab !

H130-EXPH-2032-29.jpg

Airbus Helicopters a commencé les essais en vol à bord de l'installation de son laboratoire volant « Flightlab », soit un hélicoptère de type H130. Ce laboratoire de vol indépendant est exclusivement dédié à la maturation de nouvelles technologies pour les hélicoptères actuels de la société et les futures conceptions d’avions à voilure fixe et » eVTOL ».

Plus précisément, Flightlab sera utilisé pour tester la propulsion hybride et électrique, l'autonomie, la réduction du bruit et l'amélioration des technologies de maintenance et de sécurité. Les essais en vol sur la réduction du bruit ont débuté en avril 2020 et se sont concentrés sur l’impact des bâtiments sur la perception sonore des gens en vue d’appliquer les données à la modélisation sonore et à la régulation des aéronefs à mobilité aérienne urbaine (UAM). Des essais ont été poursuivis en décembre pour évaluer le système d'alerte de choc de rotor (RSAS) destiné à alerter les équipages du risque imminent de collision avec les rotors principal et arrière.

 Les vols ultérieurs en décembre se sont concentrés sur l'évaluation du système d'alerte de choc du rotor. Parmi les autres tests à effectuer cette année, citons une solution de détection d'image par caméra pour permettre la navigation à basse altitude, un système de surveillance de la santé et de l'utilisation (HUMS) dédié aux hélicoptères légers et un système de secours du moteur qui fournit une alimentation électrique de secours en cas de panne de turbine.

 

Les tests en 2022 évalueront une nouvelle conception ergonomique des commandes de vol intuitives du pilote qui pourraient être appliquées aux hélicoptères traditionnels et aux véhicules UAM. Les avions d'essai précédents comprenaient des avions de ligne A340 et A350 utilisés pour évaluer les ailes à flux laminaire et les technologies de cabine connectée.

Photo : le H130 Flightlab @ Airbus Helicopters

 

22/01/2021

Des B737-800BCF supplémentaires pour BBAM !

737-800-BCF-696x392.jpg

BBAM Limited Partnership va étendre sa flotte de Boeing B737-800 avec six commandes fermes et six options. L'accord porte à 15 les commandes et engagements avec le B737-800BCF de BBAM.

Basé sur le populaire « 737 » de nouvelle génération, le B737-800BCF répond à la demande des clients pour un cargo de nouvelle génération qui offre une plus grande fiabilité et une consommation de carburant et des coûts d'exploitation par trajet inférieurs par rapport aux autres cargos à carrosserie standard.

Principalement utilisé pour transporter du fret express sur des itinéraires intérieurs ou court-courriers, l'avion est capable de transporter jusqu'à 23,9 tonnes et de voler jusqu'à 3‘750 kilomètres. Depuis sa mise en service en 2018, le B737-800BCF a remporté plus de 150 commandes et engagements.

BBAM est le plus grand gestionnaire d'investissements dédié au monde dans les avions commerciaux loués, fournissant à plus de 200 compagnies aériennes dans plus de 50 pays des solutions de flotte et de financement au cours des trois dernières décennies. BBAM est le seul gestionnaire du secteur de la location d'avions à se concentrer exclusivement sur la génération de retours sur investissement pour les investisseurs tiers. BBAM a actuellement plus de 28 milliards de dollars d'actifs sous gestion et emploie plus de 150 professionnels à son siège social de San Francisco et dans des bureaux supplémentaires à Tokyo, Singapour, Zurich, Dublin et Santiago.

Photo : B737-800 BCF de BBAM @ Boeing

Les EAU commandent 50 F-35 !

3887455909.2.jpg

Les Émirats arabes unis ont signé un accord avec les États-Unis portant sur un total de 50 avions de combat Lockheed Martin F-35A pour un coût estimé à 10,4 milliards de dollars. Les Émirats arabes unis, l'un des alliés les plus proches de Washington au Moyen-Orient, ont depuis longtemps exprimé leur intérêt pour l'acquisition des avions furtifs F-35 fabriqués par Lockheed Martin et se sont vu promettre une chance de les acheter dans le cadre d'un accord parallèle lorsqu'ils ont accepté de normaliser les relations avec Israël en août dernier. 

Signature avant l’investiture :

L'accord avait été signé environ une heure avant l'assermentation du nouveau Président Jo Biden. Le document a donné aux Émirats arabes unis la possibilité d'accepter le calendrier et la configuration négociés des avions tout en officialisant la demande d'achat. La date de livraison finale dans le pays n'a pas pu être confirmée immédiatement, mais la proposition initiale envoyée aux EAU indiquait 2027.

Maintenir la supériorité d’Israël :

Pour pouvoir vendre l’avion furtif aux EAU, les USA ont travaillé à la structure d’un accord sans gêner l’allié Israélien. Tout accord doit satisfaire des décennies d’accord avec Israël selon lequel toute arme américaine vendue à la région ne doit pas nuire à « l’avantage militaire qualitatif » d’Israël, garantissant que les armes américaines fournies à Israël sont « supérieures en capacité » à celles vendues à ses voisins.

La sophistication technique du F-35 qui intéresse énormément les clients potentiels est intimement liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement. C’est cette puissance de calcul intégrée dans le F-35 qui le rend si efficace dans l’analyse des données qui vont permettre d’obtenir une vision de la situation quasi parfaite. Cette même puissance et au cœur du système en réseau qui apporte les véritables changements de la gestion du combat aérien. Mais qu’en est-il de la valeur du F-35, si ce système si performant est « ainsi bridé » pour les clients étrangers de l’avion ? Certes, il restera plus performant que d’autres appareils plus anciens, mais qu’adviendra-t-il, lorsque la concurrence mettra prochainement sur le marché des aéronefs disposant d’une capacité de calcul équivalente ?

Des F-35 bridés :

Les avions de combat F-35 vendus aux Émirats arabes unis pourraient être construits de manière à garantir que les mêmes avions appartenant à Israël surclassent tous les autres vendus dans la région.

En effet, il faut savoir que Washington exige déjà que tout F-35 vendu à des gouvernements étrangers ne puisse égaler les performances des avions américains, a déclaré un membre du Congrès. La sophistication technique du F-35 est liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement et « c'est la puissance de calcul qui vous permet de vendre un avion de plus haute technologie à Israël qu'aux Émirats arabes unis », a déclaré Doug Birkey, directeur exécutif du Mitchell Institute for Aerospace Etudes à Washington. Toujours selon Birkey, « lorsque des pilotes étrangers sont en formation aux États-Unis, ils tapent un code dans une interface utilisateur lorsqu'ils montent à bord d’un F-35, le code attribue une capacité présélectionnée dans l’avion, différente pour chaque pilote en fonction des autorisations légales données aux pays utilisateurs ».  

Cette affirmation montre clairement que des niveaux de capacité sont décidés par Washington pour chaque pays utilisateurs du F-35. Les clients n’ont du coup pas la pleine capacité à disposition, de fait d’un système qui « bride » l’avion. 

Que va faire Biden ?

Le président Jo Biden a déclaré qu'il réexaminerait l’accord. Dès le début de cette affaire, les sénateurs américains se sont écharpés sur le bien-fondé de cette vente. Emmené par le sénateur démocrate Chris Murphy, qui avait déclaré que le fait de conclure l'énorme contrat d'armement avec les Émirats arabes unis (EAU) en ce moment comportait un « danger ». Murphy a justifié sa position par la présence d'un « grand nombre de questions et de problèmes auxquels l'administration du président américain Donald Trump n'a pas répondu ». Diverses organisations évoluant dans les domaines de la défense des droits de l'homme et du contrôle des armements ont signé une demande pour annuler la vente d'armes aux EAU, que le Congrès, dominé par les Républicains. Cette tentative ayant échoué. C’est à la nouvelle administration de la Maison Blanche de prendre position. Quoi qu’il en soit, si le nouveau président autorise la vente des F-35 aux EAU, ceux-ci seront « bridés » et donc sérieusement limités dans leurs capacités. 

Photo : F-35I au décollage @ IAF

 

21/01/2021

Premier F-16 grec modernisé ! 

FG_3871173-JDW-10091.jpg

Si Athènes prépare la modernisation de sa force aérienne avec le Rafale et le F-35, l’ossature de cette dernière va également être renforcé avec la mise à niveau des Lockheed Martin F-16 « Fighting Falcon ».

 

Lancée au printemps 2018, le projet prévoit la mise à jour de 125 F-16 sur un total de 155 au standard Block 70/72 « Viper ». Le contrat est estimé à plus de 2,4 milliards de dollars. Le premier appareil modernisé vient d’effectuer son vol inaugural chez Lockheed Martin à Fort Worth au Texas. Un second apapreil devrait le rejoindre prochainement. Ce premier vol a eu lieu survenue 25 mois après que le département américain de la Défense (DoD) a accordé à Lockheed Martin le contrat de ventes militaires étrangères pour effectuer les travaux de mise à niveau. Les autres appareils seront modernisés en Grèce chez Hellenic Aerospace Industry (HAI). Les travaux devraient être terminés le 30 juin 2027. 

Le F-16 « Viper » Block70/72 » :

La modernisation au standard « Viper » Block70/72 comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Pour Lockheed Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V reçoit un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS).

143_0756w6+.jpg

Photos : 1 le premier F-16 grec modernisé @ LM 2 F-16 Solo display @ HAF

20/01/2021

Essai d’un COVID Travel Pass pour les passagers !

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

L'Association du transport aérien international et Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, ont annoncé en début de semaine la mise en place d’un partenariat pour le lancement du « Pass de voyage IATA » pour les clients d'Etihad Airways. Le IATA Travel Pass est une application mobile pour aider les passagers à gérer facilement et en toute sécurité leur voyage conformément aux exigences gouvernementales en matière de tests ou de vaccins COVID-19.

L’IATA Travel Pass sera initialement offert aux clients d'Etihad sur certains vols au départ d'Abu Dhabi au premier trimestre de 2021. En cas de succès, le pass sera étendu à d'autres destinations du réseau Etihad.

Un passeport numérique :

L'IATA Travel Pass permettra aux clients d'Etihad de créer un « passeport numérique »' pour recevoir les résultats des tests COVID et vérifier qu'ils sont éligibles pour entreprendre leur voyage. Surtout, IATA Travel Pass permettra aux passagers de garder le contrôle de leurs données et facilitera le partage de leur test avec les compagnies aériennes et les autorités pour les voyages. Cela permettra également aux passagers de gérer facilement les documents de voyage tout au long de leur périple.

Permettre un retour du transport aérien et du tourisme :

« Les tests et les vaccinations COVID-19 seront essentiels pour relancer le monde. Depuis le 1er août 2020, les transporteurs demandent maintenant un résultat de test PCR négatif avant le départ pour tous les passagers. Cette mesure va se généraliser au monde entier. Pour Etihad, ce test est un moyen pour permettre aux clients de disposer d'un moyen simple, sécurisé et efficace d'identifier et de vérifier leurs informations.

Etihad explore activement le déploiement de la certification de la santé numérique pour ses clients, et ce dernier partenariat avec l'IATA, aux côtés de programmes similaires en cours de développement, montre que la technologie progresse rapidement pour en faire une réalité. Pour normaliser la manière dont le bien-être des passagers peut être assuré pendant la pandémie COVID-19, au niveau de l'industrie, Etihad fait activement campagne pour la collaboration et une réponse réglementaire unifiée pour restaurer la confiance dans le vol.

L’IATA Travel Pass :

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

IATA Travel Pass a été développé sous forme de quatre modules indépendants qui peuvent interagir les uns avec les autres. Ces modules couvrent les registres des exigences réglementaires d'entrée et des laboratoires / centres de test, la délivrance de certificats vérifiés, l'identité numérique et la possibilité pour les passagers de partager les résultats de leurs tests tout au long de leur voyage via leur appareil mobile. Ces modules peuvent fonctionner ensemble comme une solution complète de bout en bout. Ou ils peuvent être utilisés séparément pour compléter les systèmes que d'autres construisent. L'IATA a développé ces modules pour garantir leur interopérabilité avec d'autres solutions industrielles.

Pour rouvrir les frontières sans quarantaine et redémarrer l'aviation, les gouvernements doivent être convaincus qu'ils atténuent efficacement le risque d'importation de COVID-19. Cela signifie avoir des informations précises sur l'état de santé COVID-19 des passagers.

Informer les passagers des tests, vaccins et autres mesures dont ils ont besoin avant le voyage, des détails sur les endroits où ils peuvent se faire tester et leur donner la possibilité de partager leurs tests et résultats de vaccination de manière vérifiable, sûre et respectueuse de la vie privée est la clé pour donner les gouvernements la confiance d'ouvrir les frontières.

Défis actuels pour une information sanitaire précise :

L'ensemble fragmenté et diversifié d'exigences de test COVID-19 pour l'entrée et la sortie ainsi que la gamme de différents types de tests (PCR, LAMP, antigène et spectroscopique) requis par les gouvernements ont créé un environnement difficile et complexe pour les autorités d'immigration, les passagers et compagnies aériennes pour naviguer.

Les passagers sont confus et ont besoin d'informations précises. Mais ils ne savent pas où le trouver - ni le comprendre, même s'ils le trouvent.

Inefficacités, erreurs, fraudes:

Les agents d'enregistrement doivent suivre des directives détaillées sur les exigences d'entrée et essayer de déterminer l'authenticité de plusieurs documents de test non standard que les passagers leur présentent. Cela conduit à des inefficacités, des erreurs et des fraudes dans les bilans de santé - un problème croissant dans le monde.

L'infrastructure de flux d'informations nécessaire aux tests systématiques doit prendre en charge:

Les gouvernements ayant les moyens de vérifier l'authenticité des tests et l'identité de ceux qui présentent les certificats de test.

Les compagnies aériennes ont la capacité de fournir des informations précises à leurs passagers sur les exigences de test et de vérifier qu'un passager satisfait aux exigences de voyage.

Des laboratoires ayant les moyens de délivrer des certificats aux passagers qui seront reconnus par les gouvernements, et

Les voyageurs disposant d'informations précises sur les exigences en matière de tests, où ils peuvent se faire tester ou vacciner, et les moyens de transmettre en toute sécurité les informations sur les tests aux compagnies aériennes et aux autorités frontalières

Solution:

Une solution globale et standardisée pour valider et authentifier toutes les réglementations nationales concernant les exigences de voyage des passagers COVID-19. L IATA Travel Pass comprendra quatre modules open source et interopérables qui peuvent être combinés pour une solution de bout en bout:

Permet aux passagers de trouver des informations précises sur les voyages, les tests et les vaccins requis pour leur voyage

Permet aux passagers de trouver des centres de test et des laboratoires à leur lieu de départ qui répondent aux normes de test / vaccination de leur destination

Permet aux laboratoires et centres de test autorisés d'envoyer en toute sécurité les résultats des tests ou les certificats de vaccination aux passagers

Permet aux passagers de créer un « passeport numérique », de vérifier que leur test / vaccination est conforme à la réglementation et de partager les certificats de test ou de vaccination avec les autorités pour faciliter les voyages.

Peut être utilisé par les voyageurs pour gérer les documents de voyage de manière numérique et transparente tout au long de l'expérience de voyage.

La principale priorité est de faire voyager à nouveau les personnes en toute sécurité. Dans l'immédiat, cela signifie établir la confiance dans les gouvernements que les tests systématiques du COVID-19 avant le départ peuvent remplacer les exigences de quarantaine. Et cela finira par devenir un programme de vaccination. (Sources IATA/Etihad)

Commentaire :

Cette initiative est un élément de simplification des informations et de transparence en vue d’un retour progressif à la normale du transport aérien, mais également du tourisme en général. Une telle application pourrait également être mise en place pour les voyages internationaux en trains comme pour les croisières et peut-être même lors de passages frontières en voiture. Bien évidemment, si les tests au COVID sont obligatoires, la vaccination risque fort de devoir se généraliser. La Grèce par exemple a lancé une initiative dans ce sens au sein de L’UE. Des pays comme les l’île Maurice ou le Nouvelle Zélande s’emblent également aller dans ce sens.

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

Photos : 1 B787 Etihad Airways @ Etihad 2 Passagers @ IATA