22/01/2021

Les EAU commandent 50 F-35 !

3887455909.2.jpg

Les Émirats arabes unis ont signé un accord avec les États-Unis portant sur un total de 50 avions de combat Lockheed Martin F-35A pour un coût estimé à 10,4 milliards de dollars. Les Émirats arabes unis, l'un des alliés les plus proches de Washington au Moyen-Orient, ont depuis longtemps exprimé leur intérêt pour l'acquisition des avions furtifs F-35 fabriqués par Lockheed Martin et se sont vu promettre une chance de les acheter dans le cadre d'un accord parallèle lorsqu'ils ont accepté de normaliser les relations avec Israël en août dernier. 

Signature avant l’investiture :

L'accord avait été signé environ une heure avant l'assermentation du nouveau Président Jo Biden. Le document a donné aux Émirats arabes unis la possibilité d'accepter le calendrier et la configuration négociés des avions tout en officialisant la demande d'achat. La date de livraison finale dans le pays n'a pas pu être confirmée immédiatement, mais la proposition initiale envoyée aux EAU indiquait 2027.

Maintenir la supériorité d’Israël :

Pour pouvoir vendre l’avion furtif aux EAU, les USA ont travaillé à la structure d’un accord sans gêner l’allié Israélien. Tout accord doit satisfaire des décennies d’accord avec Israël selon lequel toute arme américaine vendue à la région ne doit pas nuire à « l’avantage militaire qualitatif » d’Israël, garantissant que les armes américaines fournies à Israël sont « supérieures en capacité » à celles vendues à ses voisins.

La sophistication technique du F-35 qui intéresse énormément les clients potentiels est intimement liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement. C’est cette puissance de calcul intégrée dans le F-35 qui le rend si efficace dans l’analyse des données qui vont permettre d’obtenir une vision de la situation quasi parfaite. Cette même puissance et au cœur du système en réseau qui apporte les véritables changements de la gestion du combat aérien. Mais qu’en est-il de la valeur du F-35, si ce système si performant est « ainsi bridé » pour les clients étrangers de l’avion ? Certes, il restera plus performant que d’autres appareils plus anciens, mais qu’adviendra-t-il, lorsque la concurrence mettra prochainement sur le marché des aéronefs disposant d’une capacité de calcul équivalente ?

Des F-35 bridés :

Les avions de combat F-35 vendus aux Émirats arabes unis pourraient être construits de manière à garantir que les mêmes avions appartenant à Israël surclassent tous les autres vendus dans la région.

En effet, il faut savoir que Washington exige déjà que tout F-35 vendu à des gouvernements étrangers ne puisse égaler les performances des avions américains, a déclaré un membre du Congrès. La sophistication technique du F-35 est liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement et « c'est la puissance de calcul qui vous permet de vendre un avion de plus haute technologie à Israël qu'aux Émirats arabes unis », a déclaré Doug Birkey, directeur exécutif du Mitchell Institute for Aerospace Etudes à Washington. Toujours selon Birkey, « lorsque des pilotes étrangers sont en formation aux États-Unis, ils tapent un code dans une interface utilisateur lorsqu'ils montent à bord d’un F-35, le code attribue une capacité présélectionnée dans l’avion, différente pour chaque pilote en fonction des autorisations légales données aux pays utilisateurs ».  

Cette affirmation montre clairement que des niveaux de capacité sont décidés par Washington pour chaque pays utilisateurs du F-35. Les clients n’ont du coup pas la pleine capacité à disposition, de fait d’un système qui « bride » l’avion. 

Que va faire Biden ?

Le président Jo Biden a déclaré qu'il réexaminerait l’accord. Dès le début de cette affaire, les sénateurs américains se sont écharpés sur le bien-fondé de cette vente. Emmené par le sénateur démocrate Chris Murphy, qui avait déclaré que le fait de conclure l'énorme contrat d'armement avec les Émirats arabes unis (EAU) en ce moment comportait un « danger ». Murphy a justifié sa position par la présence d'un « grand nombre de questions et de problèmes auxquels l'administration du président américain Donald Trump n'a pas répondu ». Diverses organisations évoluant dans les domaines de la défense des droits de l'homme et du contrôle des armements ont signé une demande pour annuler la vente d'armes aux EAU, que le Congrès, dominé par les Républicains. Cette tentative ayant échoué. C’est à la nouvelle administration de la Maison Blanche de prendre position. Quoi qu’il en soit, si le nouveau président autorise la vente des F-35 aux EAU, ceux-ci seront « bridés » et donc sérieusement limités dans leurs capacités. 

Photo : F-35I au décollage @ IAF

 

Commentaires

Qui vont être les prochains bénéficiaires de la Pax Americana et bénéficier du coup d'une belle ristourne ? Le Maroc ?

Écrit par : Bob d'Arvey | 22/01/2021

@Bob d'Arvey: je ne crois pas que l'on puisse parler de ristourne, le prix du f-35 doit être considéré avec les nombreuses rallonges financières demandée pour sa mise à jour. Ai vue des 800 "bugs" toujours présent la facture va encore gonflé. Ajouter le fait que l'avion est bridé et que vous payer pour un appareil au final diminué, donc trop cher.

Écrit par : Mathieu | 22/01/2021

@Mathieu : D'autant plus que que l'oncle SAM va sortit un autre aéronef donc je me demande à quoi ça sert.

Écrit par : MBMW | 22/01/2021

Donc cinquante des cent F-35 turques viennent de trouver preneur. Reste à voir qui aura les cinquante autres.

@MBMW les pays du Golfe sont en queue de peloton pour le droit d'acheter du matériel récent. Et un hypothétique futur avion non-annoncé (oui je suis au courant du NGAD) ne leur sera accordé que dans bien bien longtemps.

Écrit par : Noth | 22/01/2021

certainement le spitfire devrait toujours être en activité en suivant votre raisonnement

Écrit par : aeschlimann | 23/01/2021

@Noth :
Toujours est-il que le F-35 n'est ni mature, ni fini, donc, ça devient illogique, même pour des achats politiques, qui plus est, pour du matériel downgradé.
Mais d'un autre coté, les USA, ont trouvé les clients (Pour ne pas dire autre chose) nécessaires pour rentabiliser LM.
Par contre, et ça reste mon avis, la Turquie va se calmer et rentrer dans le rang, suite à l'arrivée de Biden, et ça ne m'étonnerait pas de les revoir dans le projet F-35 (Poutine récupérera les S-400), car ça arrangerait tout le monde (La Turquie gagnerait en transfert de technos pour leur futur avion national, et les USA écoulerait plus de F-35, en attendant le NGAD).

Écrit par : MBMW | 23/01/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.