15/01/2021

L’Australie remplace le Tigre par l’Apache !

australie,boeing,airbus helicopters,raaf,ah-64 e apache guardian,tigre,blog défense,les nouvelles de l'aviation

 

C’est un complet retournement de situation qui vient de se produire en Australie, Canberra a choisi l’hélicoptère AH-64E BlockIII « Apache Guardian » de Boeing pour répondre à ses besoins en hélicoptère de reconnaissance armé (ARH) à partir de 2025.

De fait, les actuels hélicoptère Airbus Helicopters H655 « Tigre » seront remplacés par l’Apache américain. Le projet de remplacement du tigre, désigné Project Land 4503, nécessite 29 « Apache » pour remplacer les 22 "Tigre" actuellement en service.

« Cette nouvelle capacité ARH renforcera la force de reconnaissance armée australienne pour mieux façonner notre environnement stratégique et décourager les actions contre notre intérêt national », a déclaré la ministre de la Défense, Linda Reynolds.

« La défense a examiné un certain nombre d'hélicoptères par rapport à des critères clés de capacité éprouvée, de maturité et d'un système d'exploitation prêt à l'emploi.»

Le Tigre qui ne satisfaisait pas :

australie,boeing,airbus helicopters,raaf,ah-64 e apache guardian,tigre,blog défense,les nouvelles de l'aviation

C’est en 2018 que Canberra, publie une demande d'informations sur les "hélicoptères de reconnaissance" afin de soutenir les opérations spéciales. Le projet visait le remplacement de la flotte actuelle d’hélicoptères Airbus Tigre ARH de reconnaissance armée.

Bien que récent, la flotte australienne d’hélicoptères « Tigre » ne satisfait pas aux exigences des militaires australiens. En février 2016, l’armée australienne parlait déjà de remplacer les Tigre ARH, si leurs performances ne répondaient pas aux exigences de combat et de maintenance. Pour l’Australie, la maintenance s’avère complexe, longue et difficilement inapplicable en combat réel, de plus l’hélicoptère ne satisfait pas aux exigences du combat actuellement. Le rapport annuel de la défense de l'Australie avait montré, que les hélicoptères Tigre avaient volé 3’000 heures dans une période de 12 mois, soit bien en dessous des 6.000 heures recherchés. L'armée dénonce notamment que la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère, ont un coût plus élevé que prévu. L’Australie se plaint de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit ont été relevés.

Canberra remet en cause, le programme d’améliorations mis en place avec les utilisateurs que sont : la France, l’Allemagne et l’Espagne. Pour les australiens ce programme ne va pas assez loin et ne permettra pas de répondre de manière satisfaisante aux besoins actuellement identifiés.

Le remplacement :

Publiée le 25 septembre 2018, la demande du département de la Défense sollicite des informations sur les hélicoptères en service "optimisés pour les environnements urbains denses" et pouvant être déployés par les transports stratégiques depuis l’avion de transport Boeing C-17. L’hélicoptère devrait être équipé d’équipements et de systèmes d’armes simples, éprouvés, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR). Par ailleurs, le nouvel aéronef doit pouvoir soutenir les opérations des forces spéciales, comme demandé dans le livre blanc de la défense australienne.

Les concurrents :

Avec une telle demande de la part des australiens, plusieurs machines étaient susceptibles de répondre à la demande, il s’agissait pour les monomoteurs du Boeing AH-6 « Little Bird », de l’Airbus H125M. En ce qui concerne les hélicoptères bimoteurs, on retrouvait, le Boeing avec son AH-64E « Apache », Bell avec l'AH-1Z.

Le Tigre va mieux :

Pour autant, l’hélicoptère « Tigre » se porte mieux depuis les améliorations mise en place, mais le différent datant de plusieurs années entre Airbus Helicopters et l’Armée australienne à visiblement rompu ce qui restait de la confiance. Le ministère de la Défense note que les leçons tirées avec le « Tigre » et d'autres acquisitions ont « éclairé une stratégie visant à rechercher une capacité de remplacement ARH éprouvée et mature ».

«L'Apache Guardian est l'option la plus meurtrière, la plus résistante et la moins risquée, répondant à toutes les exigences de Defence en matière de capacité, de support tout au long de la vie, de sécurité et de certification», déclare Reynolds.

Boeing AH-64 E BlockIII « Apache »:

L’AH-64E « Apache » offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir AN/APG-78 « Longbow » Block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aériens et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

australie,boeing,airbus helicopters,raaf,ah-64 e apache guardian,tigre,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 & 3 Apache E Block III @ Boeing 2 Tigre australien @ RAAF

Commentaires

Quelqu'un en connait plus sur cette histoire... Les hélicoptères TIGRE ne semble pas avoir ses problèmes en France!

Écrit par : Loïc | 15/01/2021

"Pour l’Australie, la maintenance s’avère complexe, longue et difficilement inapplicable en combat réel, de plus l’hélicoptère ne satisfait pas aux exigences du combat actuellement."
Question la France n'utilise pas au combat et ne maintient pas ses Tigres au Mali?
L'exigence là-bas est moindre que pour les besoins de l'Australie?

Écrit par : Dknh | 15/01/2021

Sérieux revers tout de même pour cet appareil.
Ca va être difficile de le vendre ailleurs qu'à un des pays producteur.

Écrit par : François-01 | 15/01/2021

Ils vont changer leur F-35 alors...

Écrit par : Fyd | 15/01/2021

Dknh,
Les commentaires de cet article explicitent bien les raisons des problèmes techniques et de coût du Tigre australien.

http://www.opex360.com/2019/09/02/airbus-defend-ses-chances-en-australie-ou-les-helicopteres-tigre-sont-sur-la-sellette/

Écrit par : nibua | 15/01/2021

@Loïc et Dknh
L’Affaire remonte à 2016 déjà ; Air et Cosmos titrait le 02-09-2016 en réponse à un audit rendu public de la cour des comptes australienne, qui dressait un constat sans appel :

A & C : « L’Hélicoptère Tigre ne fournit pas les capacités attendues ».

Extrait de l’époque (cour des comptes Australienne) :

« Les conclusions de l'audit mené sont sans équivoques et à charge contre ce choix gouvernemental : « La flotte d'hélicoptères Tigre n'a pas encore atteint la capacité initiale attendue par le gouvernement australien et continue de souffrir de coûts de maintenance élevée en offrant une disponibilité plus faible que prévu ». L'ANAO critique d'importantes dérives des coûts et glissements de calendrier. A titre d'exemple, le rapport estime qu'une heure de vol du Tigre coûte plus de 30 000 dollars au lieu des 20 000 prévus. En moyenne, moins de 4 appareils sur la flotte opérationnelle de 16 hélicoptères était disponible en 2015, alors que l'objectif initial est de 12...
Pour Avril 2016, le rapport comptabilise 76 lacunes relatives aux besoins opérationnels actuels et futurs de l'armée, dont 60 ont été jugées critique par la défense. La cour, dans ses recommandations demande ainsi à la Défense australienne de réfléchir et d'évaluer l'intérêt d'investir dans ce programme pour le futur... »

Par la suite PK nous a proposé plusieurs articles sur le sujet, avec à chaque fois, déjà des débats très houleux, le 19-04-2019, Pascal pensait que l’affaire se tassait…

Ce n’était manifestement pas le cas et les pourparlers entre Airbus et les autorités Australiennes se sont poursuivis dans une atmosphère délétère, entretenue, il est vrai, par les américains, pour en arriver à la conclusion exposée aujourd’hui dans l’article de PK.

Malgré, il faut le reconnaître des efforts pour améliorer l’hélicoptère, Airbus n’a jamais pu apporter une réponse réellement positive aux australiens et les problèmes liés aux coûts de l’entretien n’ont jamais été résolus.

@ Loïc : Votre question : « Les hélicoptères TIGRE ne semble pas avoir ses problèmes en France! »

Les médias français n’en parlent certes (presque) pas en effet (Défense du produit oblige), mais dans les faits, Allemands et Français reconnaissent, que l’appareil ne remplit pas les conditions initiales, du cahier des charges.
C’est la raison pour laquelle les travaux pour une modernisation à mi-vie (standard 3) a été votée.
Outre, l’amélioration des performances opérationnelles de l’appareil, il est expressément demandé au constructeur « la réduction des coûts de maintenance » !
Si vous lisez l’article d’Air & Cosmos du 8 janvier 2021, sur : ‘’l’hélicoptère face aux mouvements de guérillas au Sahel’’ et le suivant : ‘’Innovations technologiques et créativité tactique’’, les problèmes récurrents du Tigre y sont, certes à mots couverts, évoqués par ce journal.

Écrit par : forêt10 | 15/01/2021

Dknh et Loïc: le Tigre a une disponibilité très mauvaise, y compris au Mali. C'est un problème qui dure depuis son déploiement dans ce théâtre et la situation ne s'améliore pas vraiment. Moins de 50% d'après les chiffres qui circulent. Peut-être que les appareils australiens seront rachetés par la France pour les cannibaliser ou augmenter le parc d'appareils sur place. Ca ne serait pas la plus la mauvaise des idées...

Écrit par : Noth | 15/01/2021

L’Apache est un excellent hélicoptère d attaque et il est d ailleurs très certainement le meilleur hélicoptère d attaque lourd actuellement en service avec un armement très fourni et de très bonne qualité.. De plus, la maintenance est moins cher et plus aisée que pour le tigre. Le choix de l’Australie est logique même si ils doivent tout de même se mordre les doigts de ne pas avoir immédiatement choisi l’Apache lors du premier appel d’offre.

Écrit par : Mathieu | 16/01/2021

Il y aquelque chose qui m'échappe depuis qu'on évoque les problémes australiens (et aussi Francais je rejoins @Foret10)
Quelle ont été les évaluations avant achat? et par qui? parcequ'on sait bien qu'on achéte pas ce genre de matériel comme un paquet de café.. les les evals sont longues et précises.

Écrit par : Lotser68 | 16/01/2021

Je pense que les forces françaises rencontrent ces mêmes problèmes, mais la France faisant partie des pays producteurs, elle ne peut pas envisager l'achat d'autres appareils. Les soldats français n'ont pas d'autre alternative.
On est tout de même surpris de ne pas entendre davantage de plaintes de leurs part.

Écrit par : François-01 | 16/01/2021

@Forêt 10

Votre argument " les pourparlers entre Airbus et les autorités Australiennes se sont poursuivis dans une atmosphère délétère, entretenue, il est vrai, par les américains" ne suffit pas à expliquer le fiasco du Tigre en Australie ! Excusez moi de vous le faire remarquer ! Les Australiens avaient tout intérêt à faire fonctionner ces machines, ce qui leur aurait couté bien moins cher que de devoir les remplacer ! Encore la faute des américains, ah la belle affaire ! Je vous rappelle les problèmes des Tigres au Mali qui confirment des problème de qualité sur les productions d'Airbus ! Et de manière plus générale, les problèmes rencontrés sur le NH-90 et de l' A-400M confirment une tendance qui prend de l'ampleur !

Écrit par : Bob | 16/01/2021

@Bob

Je ne comprend pas votre remarque, en ce sens, que si vous suivez mes interventions sur le sujet ici présent (depuis 2016) et sur Airbus DS en général (surtout depuis les débuts de l'A-400), nous nous rejoignons, je l'exprime, simplement d'une autre manière...

Concernant, mon allusion sur nos amis "américains", je vous conseille de prendre connaissance des péripéties de la vente par la France des sous-marins Barracuda à l'Australie, pour prendre conscience du bashing exercé par ceux-ci pour faire capoter l'affaire, (ils continuent encore aujourd'hui de le faire, et ainsi faire ralentir l'avancement des travaux, cause potentielle d'une rupture de contrat) et en général tout marché non américain.

Écrit par : forêt10 | 16/01/2021

forêt10 merci!

Écrit par : Loïc | 18/01/2021

En revanche, les griefs qui sont retenus contre le TIGRE me semblent très en dessous des problèmes du F35 qui lui passe crème!

Écrit par : Loïc | 19/01/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.