07/01/2021

Le canadien WestJet prépare le retour du B737 MAX !

boeing,b737 -8 max,westjet,les nouvelles de l'aviation

Le retour en vol du Boeing B737 MAX continue de marque l’actualité de l’aviation civile en ce début d’année. C’est le transporteur canadien WestJet qui annonce le retour en vol du « MAX » pour le 21 janvier prochain.

Ce premier vol avec passagers est prévu le 21 janvier, sous réserve de l'ouverture de l'espace aérien par Transports Canada (TC). Le régulateur canadien a de son côté validé les modifications apportées à la conception du B737 MAX. Mais Transport Canada doit encore confirmer la date d’ouverture du ciel canadien au retour du « MAX ».

« Nous poursuivons notre collaboration avec Transports Canada relativement aux nouvelles exigences au Canada, et notre premier appareil MAX sera prêt à reprendre le service en toute sécurité à compter du 21 janvier », a déclaré Ed Sims, président-directeur général de WestJet.

Vols préparatoires :

WestJet, dont une partie du personnel navigants est en phase de certification sur le B737 « MAX » modifié prévoit la reprise du service en commençant par des vols d'essai non commerciaux dès la mi-janvier.

Les premiers vols commerciaux devraient desservir Calgary à Toronto-Pearson trois fois par jour. Ce calendrier sera en vigueur pendant quatre semaines, période au cours de laquelle le transporteur évaluera la possibilité d'ajouter des trajets et d'augmenter la fréquence des vols.

 Effort de communication :

Le transporteur canadien prévoit de mettre en place différentes ressources pour aider les futurs passagers à se sentir à l'aise, avec notamment une vidéo qui relate le travail effectué par les équipes d'entretien et de formation pour que l'aéronef puisse reprendre du service en toute sécurité.

 

Photo : B737-8 MAX WestJet @ WestJet

Le Tempest officialisé politiquement !

1357888640.jpg

Le projet du futur avion de combat Tempest est politiquement officialisé. Jusqu’ici le programme initialisé par BAe systems en Angleterre, Leonardo en Italie et le suédois Saab était principalement industriel.  

Accord politique :

Le ministre italien de la Défense Lorenzo Guerini, le secrétaire d'État britannique à la Défense Ben Wallace et le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist ont signé le 21 décembre un protocole d'accord trilatéral (MoU) sur le développement du Tempest Future Fighter, le ministère italien de la Défense (MoD) annoncé dans un communiqué de presse le 3 janvier.

 L'Italie, le Royaume-Uni et la Suède ont signé le 21 décembre un protocole d'accord trilatéral sur le développement de Tempest, décrivant le mémorandum d'accord sur la coopération future des systèmes aériens de combat (FCASC) comme « crucial pour l'équilibre des capacités militaires et industrielles aux niveaux européen et mondial », le ministère a déclaré que l'accord définissait « les principes généraux de la coopération sur une base d'égalité entre les trois pays comprenant toutes les activités, y compris la recherche, le développement et la conception conjointe nécessaires pour que les gouvernements acquièrent un système aérien avancé pour remplacer l'Eurofighter ». Le ministère de la Défense a ajouté : « L'accord sera suivi des dispositions du projet et de la phase de développement complet, actuellement prévue pour 2025.» Comme l'a souligné Guerini lors de la présentation du Documento Programmatico Pluriennale (Document de planification pluriannuelle, DPP) 2020-2022 au parlement italien en novembre, « Le programme Tempest fait partie des programmes prioritaires de défense », selon le communiqué de presse du ministère de la Défense, qui indique « Une première ligne budgétaire importante pour la participation italienne au Tempest a été clairement identifiée dans le programme Eurofighter pour permettre le démarrage concret des activités à travers la transition technologique dite « du l’Eurofighter au Tempest ».

Rappel :

Le Tempest a été lancé en 2018 après que la France et l'Allemagne ont opté pour leur propre programme aérien de combat de nouvelle génération sans le Royaume-Uni. Le projet étudie une suite de technologies à utiliser dans un système aérien de combat, qui pourrait impliquer des aéronefs avec et sans pilote, des drones et des armes laser.

Le Tempest est la pièce maîtresse de la stratégie aérienne de combat britannique et a été conçu pour aider à préserver l’expertise du pays en matière d’aérospatiale militaire. L'objectif est de développer un système aérien de combat de sixième génération qui entrera en service au milieu des années 2030. Le gouvernement a engagé 2 milliards de livres sterling pour financer les premières étapes du projet.

De nouveaux fournisseurs : 

Le programme Tempest a également de gagner en nouveaux fournisseurs, ces derniers mois le secrétaire à la Défense Ben Wallace, a annoncé les engagements des entreprises suivantes : GKN, Thales UK, Qinetiq, Martin-Baker.  

De nouvelles méthodes de travail : 

Le programme Tempest adopte de nouveaux processus et de nouvelles façons d'aborder les défis pour non seulement faire du Tempest FCAS un « système de systèmes », capable de vaincre la menace et d'obtenir avec succès les effets souhaités dans les opérations futures, mais également obtenu avec un développement et une fabrication ayant une efficacité maximale pour réduire les coûts et les temps de développement de moitié de ce qui peut être réalisé traditionnellement.

Au cœur du programme de développement, les initiateurs du programme Tempest mettent un accent beaucoup plus marqué sur la collaboration que sur les projets aériens de combat antérieurs, non seulement entre les entreprises britanniques, mais aussi au niveau international. Il s’agit par exemple de ne pas reproduire les erreurs commises avec le programme de l’Eurofighter.

La Team Tempest bénéficie désormais de l’expertise industrielle de l’Italie et de la Suède dans un effort tri-national. Travailler ensemble permet non seulement de tirer les innovations de tous les secteurs de l'industrie, y compris les PME, mais réduit considérablement la duplication des efforts et par conséquent, les coûts.

Les travaux sur la technologie FCAS se poursuivent sur une base nationale, mais les trois pays partenaires établissent rapidement une plate-forme solide pour fusionner les efforts dans un proche avenir pour lancer la phase de développement principale du programme. Une étude trilatérale a révélé des résultats encourageants en termes d'avantages pour les pays partenaires, leur permettant de conserver leurs bases de compétences nationales et d'assurer leur position mondiale dans l'industrie de la défense pour les années à venir, tout en conservant leur liberté d'action nationale.

Le Team Tempest a déjà remporté des succès considérables en un temps record et est en bonne voie pour atteindre ses objectifs, alors qu'elle se prépare à soumettre une analyse de rentabilisation au gouvernement vers la fin de l'année pour obtenir davantage de financement. Depuis le lancement du programme de stratégie aérienne de combat à Farnborough en juillet 2018, le pays a plus de 60 démonstrations technologiques en cours, dont certaines montrent déjà des niveaux de maturité au-delà de leurs objectifs, avec des tâches d'ingénierie de conception présentant d’importantes réductions.  D'autres ont obtenu les résultats souhaités avec 10% de la main-d'œuvre requise pour des tâches similaires en utilisant des méthodes traditionnelles. Environ 1’500 personnes travaillent actuellement sur le projet Tempest au Royaume-Uni.

La nouvelle approche du développement de Tempest consiste à introduire des innovations en dehors du secteur de la défense, en s'appuyant sur la technologie commerciale apportée par les industries de l'énergie, du nucléaire et de l'automobile, par exemple. Le secteur financier est également à l'étude pour apporter une assistance technologique significative dans le domaine crucial de la cybersécurité.

Le programme de développement Tempest verra également la technologie en cascade dans des industries autres que la défense et l'aérospatiale, ainsi que dans les avions de combat actuels tels que l'Eurofighter Typhoon et le Saab Gripen. Ce dernier est important non seulement en termes d'efficacité opérationnelle, mais aussi pour maintenir la crédibilité de ces types sur le marché d'exportation jusqu'à ce que le Tempest lui-même puisse être exporté.

1581105161_12411434_original.jpg

Photos : Maquette du Tempest @ BAe