22/12/2020

Le Canada a choisi le drone Hermes 900 !

Starliner04.jpg

Les Services publics et Approvisionnement Canada, au nom de Transports Canada ont choisi le système d'aéronef sans pilote (UAS) Hermes 900 « StarLiner » pour soutenir les missions de protection de l'environnement maritime dans l'Arctique et le long des côtes Est et Ouest du Canada, dans le cadre du Programme national canadien de surveillance aérienne. Le contrat est estimé à 36,16 millions de dollars US, le drone devrait être livré d'ici décembre 2022.

L’Hermes 900 d’Elbits systems était en concurrence avec le Heron 1 d’IAI et le Predator B de General Atomics.

Certifié pour l’espace civil :

Entièrement certifié pour opérer dans l'espace aérien civil, l’Hermes 900 « StarLiner » décollera et atterrira dans des aérodromes civils pour effectuer un large éventail d'opérations visant à réduire les impacts environnementaux néfastes, y compris la détection de la pollution par les hydrocarbures, la patrouille des glaces et la reconnaissance, l'étude de la faune, la patrouille des pêches et d'autres.

Le ministre des Transports du Canada Marc Garneau, a déclaré dans un communiqué du gouvernement du Canada : « Le Canada s'est engagé à protéger nos espèces en voie de disparition et notre environnement marin. L'intégration d'aéronefs télépilotés dans notre flotte rendra nos opérations de surveillance plus robustes que jamais. Le Programme national de surveillance aérienne contribue également à la recherche et au sauvetage, aux efforts humanitaires, à l'application de la loi sur la pêche illégale et au développement et à la réglementation de l'industrie canadienne des drones.

L’Hermes 900 « StarLiner » : 

Des conditions météorologiques défavorables et une faible endurance dégradent les capacités de recherche et de surveillance des aéronefs pilotés, les empêchant souvent d'exécuter leurs missions. Le déploiement du drone Hermes 900 « StarLiner » permettra à Transports Canada de maintenir une surveillance continue sur de vastes étendues d'eau et de longues côtes. Capable de vol continu, l’ Hermes 900 peut fonctionner dans des conditions météorologiques défavorables de jour comme de nuit, améliorant ainsi l'efficacité des missions et augmentant le nombre de missions pouvant être exécutées en toute sécurité.

Le Hermes 900 « StarLiner » drone à moyenne altitude longue endurance (MALE) qui comprend un système unique au monde anticollision, conforme à l'exigence 4671 de l'Accord de normalisation de l'OTAN (STANAG) d'opérer dans l'espace aérien civil aux côtés des aéronefs pilotés. Il a effectué une série de vols certifiés par l'autorité israélienne de l'aviation civile au cours de la période 2017-2018 et a été déployé en juillet 2018. Il est le premier drone doté d’un système unique au monde de type anticollision « Sens & Avoid ».  Le drone doit en effet pouvoir être engagé dans tous les espaces aériens sans être escorté par un aéronef avec pilote. Si certains systèmes existent déjà en termes de protection d’abordage, ce nouveau système permet une totale identification des éventuelles menaces volantes. Le nouveau système qui équipe le drone Hermes 900 « StarLiner » permet grâce à des capteurs radars et électro-optique de repérer à 360° tous les aéronefs en rapprochement. De plus l’Hermes 900 est doté des liaisons de données redondantes, un système d'avertissement d'évitement de terrain, des capacités de décollage et d'atterrissage automatiques avec une visibilité presque que nulle, des capacités de dégivrage et de soutien direct à la foudre, ainsi qu'un puissant moteur à carburant lourd.

L’Hermes 900 canadien travaillera de manière conjointe pour le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (JAIC) avec le ministère de la Défense nationale du Canada dans le cadre d'un accord de collaboration avec Thales et L-3 Communications MAS (Canada). Le fabricant Elbits systems a dévoilé l'entente de collaboration avec L-3 MAS plus tôt ce mois-ci lors d’une conférence au Canada à St Johns. Thales et Elbit entretiennent une relation stratégique à long terme basée sur le programme British Army Watchkeeper.

Hermes 900 « StarLiner » design et caractéristiques :

L'avion sans pilote Hermes 900 « StarLiner » a une envergure de 17 mètres et une masse maximale au décollage de 1’600 kg. La capacité de décollage et d'atterrissage automatiques (ATOL) de l'avion lui permet de décoller et d'atterrir dans des environnements de visibilité proche de zéro. Un système de dégivrage actif est installé pour éliminer la glace sur les surfaces afin d'assurer un fonctionnement sûr dans des conditions de givrage.

Le drone a une capacité d'éclairage directe et indirecte de cible et peut effectuer des missions, selon les règles de vol aux instruments (IFR) dans toutes les conditions météorologiques.

Le drone Hermes 900 « StarLiner » peut transporter une gamme de charges utiles multi-capteurs pesant jusqu'à 450 kg pour de multiples applications. Il est compatible avec les charges utiles électro-optiques multispectrales (EO) telles que SPECTRO XR, Wescam MX15/20, la vidéosurveillance aéroportée persistante à grande échelle SkEye (WAPS), le système d'imagerie aéroportée MIST-G et le marqueur laser.

Le système SPECTRO XR (ISTAR) est installé sous le cône de nez pour fournir des capacités de surveillance, de contrôle des tirs et de ciblage. Le SkEye WAPS monté sur le ventre est utilisé à des fins de collecte de renseignements, d'observation et de surveillance. Les capteurs d'imagerie embarqués capturent des images / vidéos en temps réel et assurent une surveillance persistante sur une large zone de jour comme de nuit. Il dispose d’un plafond pratique de 30’000 pieds et offre une autonomie de vol allant jusqu'à 36 heures.

Le véhicule aérien Hermes 900 « StarLiner » est équipé d'un système d'avertissement et d'évitement de terrain (TAWS) pour la prédiction et l'évitement des obstacles. Un système coopératif et non coopératif de détection et d'évitement (D&A) avec des capteurs radar air-air est installé pour détecter les aéronefs coopératifs et non coopératifs.

Une liaison de données redondante avec une large bande passante est installée sur le cône avant de l’avion pour fournir des communications en visibilité directe (LOS) et au-delà des communications en visibilité directe (BLOS).

Il peut être doté d'un radar à synthèse d'ouverture (SAR), d'un radar à indicateur de déplacement du sol (GMTI) et d'un radar de patrouille maritime pour détecter, localiser et acquérir des cibles. Il peut également transporter des charges utiles de guerre électronique pour fournir une capacité d'attaque électronique aéroportée.

Le véhicule aérien est exploité par deux membres d'équipage, dont un pilote et un opérateur de charge utile au sein du poste de commande au sol (GCS), qui comprend un cockpit avec écrans EFIS couleurs, deux consoles informatiques identiques, un écran de caméra vidéo et un affichage de carte mobile. L'opérateur contrôle et communique vers l'aéronef via une liaison de données sécurisée. Le drone peut être contrôlé depuis une station fixe à Emmen ou depuis une station mobile dans le terrain.

L’avionique est innovante, ainsi que ses systèmes électroniques, il dispose d’un moteur ROTAX à faible bruit. Le modèle HFE offre une plus une grande vitesse ainsi qu’un taux de montée amélioré. Le train d’atterrissage est escamotable. L’Hermes 900 « StarLiner » bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels acquis avec les modèles précédents. En outre, il peut décoller de terrains peu aménagés à proximité du théâtre d’opération. L’Hermes 900 n’emporte pas d’armement. 

 L’Hermes 900 « StarLiner » canadien est la même version que celle destinée à la Suisse, actuellement en cours d’introduction.

Utilisateurs de la famille Hermes 900 :  

Israël, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Mexique et la Suisse. L'Union Européenne a commandé l'Hermes 900 en 2018 pour les patrouilles maritimes en méditerranée.

23.jpeg

Photos : 1 Hermes 900 StarLiner @ Elbits Systems 2 Hermes 900 StarLiner Swiss Air Force @ P.Kummerling

 

Commentaires

Sait-on pourquoi le drone ne vole toujours pas en Suisse? Il semble qu’il n’était pas équipé de ce système de de dégivrage!

Écrit par : Pepe | 22/12/2020

@Pepe: Il y a deux raisons en ce qui concerne le retard: dans un premier temps la certification pour voler dans un espace civil a pris plus de temps que prévu, ce problème est résolu. De l'autre, le système de dégivrage n'était pas assez efficace, il a fallu revoir le fonctionnement, ce dernier decrait être certifié d'ici peu.

Écrit par : Pk | 22/12/2020

Bonjour PK

Le crash d’un de nos drones en Israël a-t-il affecté le délai de mise en œuvre ? Savez-vous où en est l’enquête et a-t-on quelques informations sur les circonstances ?

Merci encore pour votre excellent blog !

Écrit par : Hobiwan | 23/12/2020

Hobiwan: il y aura un retard de livraison. Pas d’infos sur les raisons du crash, ce que l’on sait par contre clés que le contributeur en assume l’entière responsabilité.

Écrit par : Pk | 23/12/2020

Sait-on pourquoi le drone ne vole toujours pas en Suisse? Il semble qu’il n’était pas équipé de ce système de de dégivrage!

Écrit par : Pepe | 28/12/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.