04/12/2020

Nouvel avion de combat, le suspens continue en Indonésie !

unnamed-1.png

Jakarta va-t-elle enfin se décider pour un type d’avion de combat ? Les annonces se succèdent en faveur d’un type ou d’un autre depuis plusieurs mois, mais sans résultat jusqu’ici.  

Rappel :

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72.

Offre autrichienne :

En juillet de cette année l’Indonésie a fait part de son intérêt pour l’acquisition de la flotte autrichienne d’avions de combat Airbus DS Eurofighter T1« Typhoon II ». Cette étonnante surprise venait directement du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, qui a écrit une lettre à son homologue autrichienne, Klaudia Tanner, cherchant à entamer des négociations en vue d’acheter les 15 Eurofighter appartenant à l’armée de l’air autrichienne.

Dans sa lettre, qui a été publiée par les organes de presse indonésiens, Prabowo a déclaré que l'achat potentiel l'aiderait à atteindre ses objectifs de continuer à moderniser l'armée de l'air indonésienne.

Il a ajouté qu’il comprenait la « sensibilité » de sa proposition, qui était probablement une référence à la controverse persistante entourant l’acquisition du Typhoon par l’Autriche en 2002. Cet achat a été entravé par des questions sur le coût et l'efficacité de l'avion. Plus récemment, il y a eu des allégations de corruption liées à l'attribution initiale du contrat. 

Dassault en embuscade :

Plus discrètement, l’Indonésie s’est également tournée en direction de la France et du Rafale de Dassault Aviation suite à la visite du ministre de la Défense indonésien à Paris en début d’année. En octobre dernier, une nouvelle visite à Paris semble avoir fait avancer l’argumentaire en faveur du Rafale, on parle maintenant d’un possible contrat de 36 à 48 appareils.

Le jeu européen :

A ce stade, il semble que les pressions américaines ont eu comme effet de refroidir les indonésiens, les poussant à venir voir de plus près, ce qui se passe en Europe, en France et en Autriche. Si l’un des deux contrats devait aboutir, c’est toute la stratégie américaine qui en porterait du moins en partie la responsabilité.

Russes et américains encore dans la partie :

Pour autant rien n’est complètement joué, Moscou confirme que le contrat pour le Sukhoi Su-35 est toujours d’actualité et Washington confirme que l’Indonésie s’intéresse maintenant au Boeing « Super Hornet ». De son côté Paris semble également de plus en plus confiant dans la possibilité d’un accord sur le Rafale dans les semaines à venir…

Pour autant, une question subsiste et non de moindre, la capacité financière de l'Indonésie ? En effet, le pays est actuellement en difficulté pour terminer le paiement des avions écoles coréens Kai T-50i "Golden Eagle". 

Photos : Les avions en concurrence pour Jakarta, Rafale, Super Hornet, Su-35 et Eurofighter

 

Commentaires

@Pk

Sur Opex 360 me Parly parle d'une affaire quasiment faite, qu'en est il ?

Écrit par : Bruce | 04/12/2020

Esperons que ce sera plus que de "bonnes intentions" ! Parceque en Grèce non plus, rien n'est encore signé !

Écrit par : Rob | 05/12/2020

Ce n'est que de la communication politique.
Chez DASSAULT rien n'est signé.
Il n'y a toujours pas de nouvelles lignes de productions de Rafale prévu!
Pour info, l'armée de l'air devra ce passer de ses Rafale vendu à la GRECE...

Écrit par : Loïc | 05/12/2020

@Bruce : une fois n'est pas coutume, il semble que ce soit la partie française qui freine le contrat et que l'acheteur soit particulièrement pressé.
.
Il semble que la partie française souhaiterait être payée, ce qui semble désagréablement compliqué à la partie indonésienne depuis que l'huile de palme ne peut être importée comme carburant.
.
Si on observe le refus du F35, une offre de F16 40% moins chère, une offre d'EF d'occasion qui semble ne pas convenir... et en rappelant que l'indonésie a beaucoup de mal à solder les factures des avions d’entraînement sud coréens il y a quand même des chances que le contrat ne se fasse pas, mais que ce soient les français qui refusent.
.
Il est possible que l'optimisme français soit lié à des paiement en nature par gouvernements interposés, genre des accords exclusifs de pêche ou autre, il est presque acquis que ce ne sera pas en numéraire, pas l'intégralité en tous cas.... Donc w&s.

Écrit par : pfff | 05/12/2020

On se demande parfois à quel jeu on joue ! Selon le magasin meta-defense, certains rafales (les plus anciens) seront offerts en échange d'une commande ferme !!!

Écrit par : Rob | 05/12/2020

Un contrat engage les 2 parties, donc il est important que tout doit être clair avant signature, il n’y a pas que l’achat mais surtout les services, formation, maintenance
Pour la Grèce, ils sont dans les temps pour un contrat « normal », n’oublions pas que c’est la 1ere vente de Rafale d’occasion

Écrit par : James | 05/12/2020

@tous. Comme dit pfff, restons prudent. Les contrats ne sont valables que lorsqu'ils sont signés....

Écrit par : Baz driver | 05/12/2020

@ James

On s'en doute bien, mais c'est les F-35 baoys qui regardent au dessus de l'épaule ce qu'on fait qui rend nerveux !

Écrit par : boss | 05/12/2020

@Rob
Pour le Grèce ça sera officialisé (ou pas) le 17 décembre date du vote du parlement grec sur le contrat Rafale négocié avec la France.

Écrit par : Emixam | 05/12/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.