25/10/2020

Vol inaugural pour la réplique d’un Nieuport 23C-1 !

122459300_10224234206673632_2467398068441245796_o.jpg

La semaine dernière, dans une certaine discrétion, l’association Nieuport Memorial Flyers a réussi le premier vol de sa réplique d’un Nieuport 23C-1. Petit récit d’une aventure incroyable et d’une bande de passionnés.

La réplique du Nieuport 23C-1 construite par Nieuport Memorial Flyers a effectué un vol inaugural réussi à Grenchen, en Suisse, le 21 septembre 2020. L'avion, immatriculé HB-RNA, était piloté par Isidor Von Arx. Il est propulsé par le moteur rotatif Thulin A (Blériot XI sous licence suédoise). Ce projet a débuté il y a 20 ans, en 2000.

En 2019 la réplique a été dévoilée pour la première fois dans le cadre de la commémoration du 100 ème anniversaire de la mort du pionnier de l’aviation Oskar Bider, le baptême du Nieuport 23 C-1. Le dévoilement de la réplique originale de cet avion de combat de la Première Guerre mondiale était d'autant plus émouvant après de nombreuses années et d'innombrables heures de travail.  Mais il fallait encore attendre et effectuer de nombreuses heures de travail avant de pouvoir faire voler ce magnifique oiseau.


Ces dernier mois, l’équipe du Nieuport Memorial Flyers a obtenu les différentes autorisations de l'OFAC, pour le moteur, les ajustements des commandes, la préparation d’une liste de dépannage, pour enfin pouvoir voir, s’envoler pour la toute première fois ce magnifique Nieuport 23C-1.

Une équipe de passionnés :

Nous devons cette superbe réplique à deux passionnés, Kuno Schaub, le chef de projet, responsable de la planification et de la production, luthier de profession à Neuendorf SO. Et Isidore Von Arx pilote, spécialiste en usinage de pièces métalliques, sponsoring et documentation. Il est également impliqué dans la voltige et est membre de l'équipe nationale suisse de voltige depuis 2014. Champion suisse de voltige illimitée en 2015 et 2017.

nieuport 23c-1,nieuport memorial flyers,avions de légende,patrimoine aéronautique,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

 

Le Nieuport 23 C en Suisse :

C’est en 1916 que les Troupes d’aviation suisses recevaient 5 Nieuport 23C-1 dotés à l’époque de moteurs Le Rhône J110. L’avion était doté de deux mitrailleuses sur capot avec trajectoire au niveau de l’hélice. Le tir étant synchronisé avec cette dernière. L’avion est resté en service jusqu’en 1921.

nieuport 23c-1,nieuport memorial flyers,avions de légende,patrimoine aéronautique,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

 

Photos : 1 en vol Nieuport 23C-1 2 derniers réglages avant vol @ Nieuport Memorial Flyers 3 Oskar Bider et son Nieuport @ DDPS

24/10/2020

Le Gripen officialisé au Brésil !

ElBZ0phX0AAUx5B.jpeg

Le F-39E « Gripen » destiné à l'armée de l'air brésilienne (FAB), a été officiellement présenté vendredi, lors de l'événement pour célébrer la Journée de l'aviateur et de l'armée de l'air brésilienne, à Brasilia. L'avion a effectué un vol au-dessus de la base aérienne.

La cérémonie a été suivie par le président du Brésil Jair Bolsonaro, le Ministre de la défense du Brésil, Fernando Azevedo e Silva, l'ambassadrice de Suède au Brésil, Johanna Brosmar-Skoogh, le commandant de l'armée de l'air brésilienne, le lieutenant-brigadier de l'Air Antonio Carlos Moretti Bermudez, le commandant de l'armée de l'air suédoise, le général de division Carl-Johan Edström, le président du conseil d'administration de Saab, Marcus Wallenberg, le président et chef de la direction de Saab, Micael Johansson.

Le lieutenant-brigadier Bermudez, a souligné que le nouvel avion de combat se rapproche du début de son entrée opérationnelle au sein de la FAB.

jpm_0588.jpg

Rappel :

L'avion est arrivé au Brésil le 20 septembre et a effectué trois jours plus tard son premier vol dans le pays, entre Navegantes (SC) et Gavião Peixoto (SP), pour poursuivre le programme d'essais en vol.

Au Brésil, les activités comprennent des essais sur les systèmes de contrôle de vol et de climatisation, ainsi que des essais sur l'aéronef dans des conditions climatiques tropicales. Outre les tests communs aux avions du programme Gripen E, des caractéristiques uniques des avions brésiliens seront testées au Brésil, telles que l'intégration des armements et le système de communication Link BR2, qui fournit des données cryptées et une communication vocale entre les avions.

Les premiers chasseurs seront livrés à l'armée de l'air brésilienne, à Anápolis à partir de la fin de 2021. Selon le calendrier de Saab/ Embraer le Gripen E doit atteindre sa capacité opérationnelle initiale en 2021 et sa pleine capacité opérationnelle en 2023. 

Le programme Gripen E/F au Brésil :

Le partenariat avec le Brésil a débuté en 2014, avec un contrat pour le développement et la production de 36 avions Gripen E/F pour l'armée de l'air brésilienne, y compris les systèmes, le support et l'équipement. Un vaste programme de transfert de technologie, en cours depuis dix ans, stimule le développement de l'industrie aéronautique locale par le biais de sociétés partenaires participant au programme brésilien du Gripen.

Pendant cette période, plus de 350 techniciens et ingénieurs brésiliens participeront à une formation théorique et pratique en Suède pour acquérir les connaissances nécessaires pour effectuer les mêmes tâches au Brésil. Jusqu'à présent, plus de 230 professionnels ont suivi les cours et la plupart d'entre eux sont de retour dans le pays pour travailler au Gripen Design and Development Center (GDDN, du réseau anglais de conception et de développement Gripen).

Les chasseurs Gripen E/F qui seront livrés à la FAB sont en cours de développement et de production en collaboration avec des techniciens et ingénieurs brésiliens. À partir de 2021, l'assemblage complet de 15 appareils débutera localement. Le développement du Gripen F biplace progresse avec de nombreuses activités au sein de la GDDN.

ElB52RrWMAUlVV4.jpeg

Photos : 1 Gripen E aux couleurs du Brésil 2 Cérémonie de présentation 3 Vol pour le public @ Saab/Embraer

23/10/2020

Un futur missile Ramjet pour le Super Hornet !

23.jpeg

L’avionneur Boeing en collaboration avec la marine américaine feront la démonstration de technologies de missiles avancées en vue d’une future intégration. L’objectif étant de rendre les aéronefs de l’US Navy plus meurtriers contre les menaces au cours de la prochaine décennie.

Boeing a remporté un contrat de 30 millions de dollars de la part de la Marine pour co-développer le démonstrateur de vol SPEAR (Supersonic Propulsion Enabled Advanced Ramjet) avec la division des armes du Navy's Air Warfare Center. L'attribution du contrat intervient après que le ministère de la Défense a demandé des informations à l'industrie de la défense pour aider la marine à déterminer les exigences techniques des futurs systèmes d'armes de frappe terrestres et maritimes basés sur des transporteurs.

Le démonstrateur de vol SPEAR fournira au F/A-18 « Super Hornet » et au groupe de frappe des transporteurs des améliorations significatives en termes de portée et de capacité de survie contre les systèmes avancés de défense contre les menaces.

Boeing et la division des armes du Navy Air Warfare Center prévoient de piloter le démonstrateur SPEAR à la fin de 2022. Les succès antérieurs de Boeing dans le développement de technologies supersoniques et hypersoniques comprennent le véhicule d'essai X-51 Waverider en 2010 et le système de propulsion à flux variable sous le triple Programme Target Terminator en 2014.

La technologie Ramjet :

Unknown.jpeg

La technologie Ramjet des statoréacteurs est intéressante parce qu’elle offre à la fois une portée étendue et une vitesse moyenne accrue pendant le vol du missile, avec une vitesse de croisière effective de Mach 3. Contrairement aux missiles à propergol solide, cependant, les conceptions actuelles de statoréacteurs, pour fonctionner efficacement, doivent être allumées à des vitesses approchant Mach 2. Cela exige que la propulsion du statoréacteur soit utilisée en conjonction avec un propulseur à fusée solide. La séquence d'allumage du statoréacteur pose elle-même de nombreux problèmes de conception. La chambre de combustion doit être débarrassée des éléments du surpresseur solide.

Une fois que l'allumage du statoréacteur est obtenu avec succès, le flux d'air dans les entrées doit être géré pour garantir que le moteur ne s'éteigne pas.

Photos : 1 F/A-18 Super Hornet@ Robert Bell 2 Image d’artiste d’un Ramjet @ Boeing

Delta réceptionne le premier A220 assemblé aux USA !

34.jpg

L’avionneur Airbus a livré le premier A220 entièrement assemblé aux États-Unis depuis l’usine de Mobile, en Alabama, consolidant ainsi le rôle du constructeur aéronautique en tant que producteur mondial d'avions. L'appareil a été livré au transporteur Delta Air Lines.

« La livraison du premier A220-300 assemblé aux États-Unis est un moment historique qui met en évidence l'empreinte industrielle croissante d'Airbus en Amérique du Nord et nous rend tous extrêmement fiers », a déclaré C. Jeffrey Knittel, président et PDG d’Airbus Americas, Inc. « Nous attendons avec impatience de voir la réaction positive des passagers lorsqu’ils feront l'expérience de voyager à bord de ce tout nouveau A220-300 fièrement assemblé à Mobile, en Alabama ».

Plusieurs jalons ont permis d’aboutir à ce moment historique. Depuis la mise en service de la chaîne d'assemblage final de l'A220 de Mobile en janvier 2019, jusqu'au démarrage officiel de la production de l'A220 en août 2019 et au vol inaugural de cet appareil en juin, les équipes A220 de Mirabel (Québec) et de Mobile ont travaillé en étroite collaboration pour assurer le succès de la production de l'A220 aux États-Unis.

À ce jour, environ 400 employés américains ont été formés pour la production de l’A220. Certains d’entre eux ont reçu la formation à Mirabel, au Québec (Canada), où se trouvent le programme A220 et la chaîne d'assemblage final primaire. Il y a un an, la première équipe de production A220 basée aux États-Unis qui est composée de nouveaux membres ainsi que de membres plus expérimentés, commençait à assembler des A220 à Mobile.

Delta Air Lines est actuellement le plus gros client de l'A220, avec un total de 95 appareils A220 en commande et sera le premier opérateur A220 en Amérique à exploiter les deux types d'appareils, soit l'A220-100 et A220-300.

Bénéficiant des technologies les plus récentes, l'A220 est l'appareil le plus silencieux, le plus propre et le plus écologique de sa catégorie. Avec une empreinte sonore réduite de 50 % par rapport aux appareils de la génération précédente, une consommation de carburant par siège réduite de 25 % et des émissions de NOx inférieures de 50 % aux normes de l’industrie, l'A220 est un excellent appareil pour les quartiers situés près des aéroports. Grâce à sa conception épurée, l'A220 offre une efficacité opérationnelle inégalée et des coûts d’exploitation par siège réduits de 25 % par rapport aux appareils de la génération précédente. 

En date de la fin septembre 2020, 123 appareils A220 ont été livrés à sept opérateurs et sont en opération sur des itinéraires en Asie, en Amérique, en Europe et en Afrique, ce qui prouve la grande polyvalence du dernier membre de la famille Airbus.

unnamed-11.jpg

Photo : 1 A220 Delta Airlines 2 l’A220 construit à Mobile s’envole @ Airbus

22/10/2020

L’aviation se prépare au transport du vaccin contre le COVID-19 !

image.jpg

L’industrie de l’aviation subit comme tant d’autres toujours les effets négatifs de la pandémie de COVID-19. L’arrivée prochaine d’un vaccin devrait permettre de sortir définitivement de cette dernière. Le fret aérien sera l’élément clé pour le transport de ce dernier, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, le transport de vaccins en avion n’est pas simple.  

Le fret aérien moteur de la distribution :

Mis à mal par la pandémie et également par la fronde écologique contre l’aviation, c’est pourtant bien l’industrie de l’aviation qui sera au centre d’une distribution des doses de vaccins. Le déploiement en vue de ce transport doit être organiser, planifier à l’avance, sans quoi il ne sera pas efficace et pire, des millions de doses de vaccins pourraient être involontairement détériorées.

Le transport des vaccins est un processus très délicat et exigeant qui nécessite des installations et des équipements de stockage spécialisés. Les vaccins doivent généralement être stockés à des températures basses entre 2 et 8°C. A ce sujet, l’IATA a lancé dès le mois de septembre des avis demandant que les gouvernements et intervenants du monde de l’aviation d’engager des mesures de préparations minutieuses.

En temps normal, le fret aérien joue un rôle clé dans la distribution des vaccins grâce à son système mondial bien établi de distribution de produits périssables et sensibles à la température. Cette capacité́ sera cruciale pour le transport rapide et efficace ainsi que la distribution des vaccins contre la COVID-19 lorsque ces derniers seront disponibles, et cela exigera une planification minutieuse de la part des gouvernements et le soutien des intervenants de l’industrie.  

Les vaccins doivent être manutentionnés et transportés conformément aux exigences réglementaires internationales, à température contrôlée et sans retard, afin d’assurer la qualité du produit. Bien qu’il subsiste plusieurs inconnus (nombre de doses, vulnérabilité à la température, lieux de fabrications, etc.), il est évident que les activités seront de grande ampleur, qu’il faudra des installations pour assurer la chaîne du froid, et qu’il faudra livrer dans tous les coins de la planète.

Il faudra donc :

Disposer d’installations et d’équipements doté d’un contrôle de température de taille et ne nombre suffisant.

Du personnel formé à la manutention des vaccins.

Des systèmes de contrôle à chaque étape du stockage et du transport.

Une étroite collaboration entre les pays, les services de santé et des douanes.

Mettre en place des procédures accélérées pour les survols de territoires et les permis d’atterrissage à l’intention des vols transportant des vaccins contre la COVID-19.

Exempter les membres d’équipage des exigences de quarantaine pour assurer le maintien des chaînes d’approvisionnement du fret.

Soutenir les droits de trafic temporaires pour les vols transportant les vaccins contre la COVID-19 là où des restrictions peuvent s’appliquer.

Assurer et maintenir une couverture mondiale du réseau aérien.  

Préparer des alternatives pour relier les villes et régions du monde ou la connectivité aérienne est limitée.

 Un énorme défi :

Selon l’analyse de l’IATA, le défi est énorme car une simple dose à 7,8 milliards de personnes suffirait à̀ remplir 8’000 avions-cargos de type B747. Le transport terrestre va contribuer, en particulier dans les économies développées ayant une capacité́ de fabrication locale. Mais les vaccins ne peuvent être distribués dans l’ensemble du monde sans l’utilisation importante du fret aérien.

« Même en supposant que la moitié des vaccins nécessaires pourront être transportés par voie terrestre, l’industrie du fret aérien devra tout de même relever le plus grand défi de son histoire. Dans la planification de leurs programmes de vaccination, en particulier dans les pays en développement, les gouvernements doivent soigneusement tenir compte de la capacité́ limitée du fret aérien offerte en ce moment. Si les frontières demeurent fermées, les voyages interrompus, les flottes clouées au sol et les employés mis à pied, la capacité́ de livrer les vaccins qui sauvent des vies sera gravement compromise », selon M. de Juniac, Directeur de l’IATA. (Sources: IATA, OACI, OMS)

Photo : A330 @ Fret Air France/KLM