22/10/2020

L’aviation se prépare au transport du vaccin contre le COVID-19 !

image.jpg

L’industrie de l’aviation subit comme tant d’autres toujours les effets négatifs de la pandémie de COVID-19. L’arrivée prochaine d’un vaccin devrait permettre de sortir définitivement de cette dernière. Le fret aérien sera l’élément clé pour le transport de ce dernier, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, le transport de vaccins en avion n’est pas simple.  

Le fret aérien moteur de la distribution :

Mis à mal par la pandémie et également par la fronde écologique contre l’aviation, c’est pourtant bien l’industrie de l’aviation qui sera au centre d’une distribution des doses de vaccins. Le déploiement en vue de ce transport doit être organiser, planifier à l’avance, sans quoi il ne sera pas efficace et pire, des millions de doses de vaccins pourraient être involontairement détériorées.

Le transport des vaccins est un processus très délicat et exigeant qui nécessite des installations et des équipements de stockage spécialisés. Les vaccins doivent généralement être stockés à des températures basses entre 2 et 8°C. A ce sujet, l’IATA a lancé dès le mois de septembre des avis demandant que les gouvernements et intervenants du monde de l’aviation d’engager des mesures de préparations minutieuses.

En temps normal, le fret aérien joue un rôle clé dans la distribution des vaccins grâce à son système mondial bien établi de distribution de produits périssables et sensibles à la température. Cette capacité́ sera cruciale pour le transport rapide et efficace ainsi que la distribution des vaccins contre la COVID-19 lorsque ces derniers seront disponibles, et cela exigera une planification minutieuse de la part des gouvernements et le soutien des intervenants de l’industrie.  

Les vaccins doivent être manutentionnés et transportés conformément aux exigences réglementaires internationales, à température contrôlée et sans retard, afin d’assurer la qualité du produit. Bien qu’il subsiste plusieurs inconnus (nombre de doses, vulnérabilité à la température, lieux de fabrications, etc.), il est évident que les activités seront de grande ampleur, qu’il faudra des installations pour assurer la chaîne du froid, et qu’il faudra livrer dans tous les coins de la planète.

Il faudra donc :

Disposer d’installations et d’équipements doté d’un contrôle de température de taille et ne nombre suffisant.

Du personnel formé à la manutention des vaccins.

Des systèmes de contrôle à chaque étape du stockage et du transport.

Une étroite collaboration entre les pays, les services de santé et des douanes.

Mettre en place des procédures accélérées pour les survols de territoires et les permis d’atterrissage à l’intention des vols transportant des vaccins contre la COVID-19.

Exempter les membres d’équipage des exigences de quarantaine pour assurer le maintien des chaînes d’approvisionnement du fret.

Soutenir les droits de trafic temporaires pour les vols transportant les vaccins contre la COVID-19 là où des restrictions peuvent s’appliquer.

Assurer et maintenir une couverture mondiale du réseau aérien.  

Préparer des alternatives pour relier les villes et régions du monde ou la connectivité aérienne est limitée.

 Un énorme défi :

Selon l’analyse de l’IATA, le défi est énorme car une simple dose à 7,8 milliards de personnes suffirait à̀ remplir 8’000 avions-cargos de type B747. Le transport terrestre va contribuer, en particulier dans les économies développées ayant une capacité́ de fabrication locale. Mais les vaccins ne peuvent être distribués dans l’ensemble du monde sans l’utilisation importante du fret aérien.

« Même en supposant que la moitié des vaccins nécessaires pourront être transportés par voie terrestre, l’industrie du fret aérien devra tout de même relever le plus grand défi de son histoire. Dans la planification de leurs programmes de vaccination, en particulier dans les pays en développement, les gouvernements doivent soigneusement tenir compte de la capacité́ limitée du fret aérien offerte en ce moment. Si les frontières demeurent fermées, les voyages interrompus, les flottes clouées au sol et les employés mis à pied, la capacité́ de livrer les vaccins qui sauvent des vies sera gravement compromise », selon M. de Juniac, Directeur de l’IATA. (Sources: IATA, OACI, OMS)

Photo : A330 @ Fret Air France/KLM

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.