09/10/2020

La Chine continue la production du J-15 !

34jpeg.jpeg

L’Armée populaire de libération (APL) a publié cette semaine de nouvelles photos montrant un nouveau lot d’avions de combat Shenyang J-15 « Flying Shark ». Ces images attestent des preuves supplémentaires que l’avionneur Shenyang Aircraft Company (SAC) a poursuivi la production du chasseur multirôle J-15 embarqué, avec au moins deux avions du troisième lot maintenant confirmés comme étant en service.

Ces photos montrent deux appareils attachés à l’Université de l’aviation navale de l’APL en train de rouler au cours d’un vol organisé fin septembre. L'un des chasseurs porte le numéro de production « 0206 » indiquant qu'il fait partie du deuxième lot, tandis que l'autre porte le numéro « 0306 »: une indication qu'il appartient au dernier troisième lot de production. Une deuxième image montre un autre J-15 portant le numéro de production « 0303 ».

La poursuite de l’assemblage d’un nouveau lot d’avions de combat J-15 coïncide avec la mise en service du deuxième porte-avions chinois, le Shandong, en décembre 2019. Environ trois mois plus tard, l’avionneur Shenyang avait indiqué avoir repris la production du J-15. Le constructeur avait publié des images montrant au moins un J-15 peint en apprêt vert, suggérant que l'avion faisait partie d'un nouveau lot.

FG_3757959-JDW-8389.jpg

Shenyang J-15 « Flying Shark » :

Le Shenyang J-15 « Flying Shark » est un avion de chasse embarqué sur porte-avions, dérivé du Sukhoi 33 russe. Bien que pendant un certain temps les rumeurs faisaient état d’un appareil semi-furtif, celui-ci est en fait une copie chinoise, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de Su-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.
La Chine a activement cherché à acheter des Su-33 en provenance de Russie à de nombreuses reprises, l’offre a été faite en mars 2006, mais les négociations se sont effondrées en 2009, après qu'il fut découvert que la Chine avait développé une version modifiée du Su-27SK désigné Shenyang J-11B, en violation des accords de propriété intellectuelle.

Premier vol :

Le premier prototype du J-15 a effectué, selon l’agence Chine nouvelle, son premier vol le 31 août 2009. Le J-15 est doté de moteurs chinois de type WS-10, l’un des grands défis pour les ingénieurs chinois fut la conception des ailes repliables et le développement des moteurs. Le J-15 dispose d’une queue raccourcie et des trains d’atterrissages renforcés. Le J-15 utilise la technique STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery), décollant sur la totalité de la piste/pont (incliné au bout) pour décoller et atterrissant avec l’aide d’un brin d’arrêt. Les derniers rapports indiquent que la Chine a développé un radar AESA, qui pourrait être installé sur le chasseur.

j-15-1.jpg

Photos : 1 Shenyang J-15 en vol @ Weimeng 2 La photo avec les N° 0306 & 0206 3 J-15 du lot 1 sur le porte-avion Liaoning @ CCTV

 

L’A330-900 MTOW supérieure certifié par l’EASA !

A330-900-Airbus-MSN1967-251-Tonnes-First-Flight-taxiing-e1602198145902-1000x655.jpg

L'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne (EASA) a accordé la certification à Airbus pour son A330-900 à masse maximale au décollage plus élevée (MTOW). Le MTOW de 251 tonnes permet une augmentation de la portée de 650nm, soit six tonnes de charge utile supplémentaire par rapport à la version actuelle de 242 tonnes de l'A330-900.

Cette augmentation de l'autonomie répond à l'évolution des besoins du marché, a déclaré Airbus, permettant aux compagnies aériennes de bénéficier de missions pouvant durer jusqu'à 17 heures. La société française Corsair a accepté de devenir la première compagnie aérienne à exploiter la nouvelle variante.

La nouvelle option MTOW fait de l'A330-900 « la solution idéale » pour les liaisons transpacifiques ou Asie-Europe plus longues. Le plus long des deux A330neo, l'A330-900 peut accueillir de 260 à 300 passagers dans une configuration de cabine typique à trois classes.

Tout en conservant 99 % des pièces de rechange communes, Airbus a réussi à atteindre l'augmentation du MTOW obtenue grâce à une combinaison de renforts structurels à poids neutre et d'adaptations de trains d'atterrissage. Les modifications apportées au train avant et au train d’atterrissage principal ont également permis aux ingénieurs d’Airbus de prolonger le délai de révision (TBO) de l’avion, prolongeant ainsi l’intervalle précédent de 10 ans à une nouvelle période de 12 ans.

La campagne d'essais en vol a été courte, avec environ 40 heures d’essais en vol. Cela permet la certification et les premières livraisons d'ici le milieu de l'année. Le plus petit A330-800 certifiera la version 251t l'année prochaine.

Une plus longue portée :

L'avantage d'un MTOW supérieur de neuf tonnes offre une portée plus longue. L’A330-900 possède de grands réservoirs de 139’000 litres, mais il n’est pas possible de les remplir au maximum avec la MTOW d’aujourd’hui de 242 tonnes. Avec les neuf tonnes de carburant supplémentaires, l'A330-900 peut voler à 7’200 nm en volant avec les règles d'Airbus concernant le poids des passagers et les réserves de carburant obligatoire.

L'A330-800, la version plus courte de 250 sièges de l'A330neo, obtiendra la certification MTOW la plus élevée l'année prochaine.

Photo : A330-900 MTOW à 251t @ Airbus