08/10/2020

Paris va commander 12 Rafale !

786986619.jpg

Le gouvernement français va commander d'ici la fin de l'année 12 avions de combat Rafale pour ses forces aériennes et spatiales. Ces appareils doivent venir remplacer les aéronefs vendus à Grèce en urgence.

"Nous avons l'intention, d'ici la fin de l'année, de passer une commande, parallèlement aux commandes pour la Grèce, de 12 avions pour l'armée de l'air et de l'espace", a déclaré la ministre des Armées Florence Parly aux parlementaires de l'Assemblée nationale. Commission de la défense lors d'une audition sur le budget de la défense.

Rappel :

Lorsque la Grèce a annoncé qu'elle achèterait 18 Rafale à la France, dont 12 d'occasion, le gouvernement français avait déclaré que chaque Rafale retiré de l'inventaire serait remplacé afin de ne pas impacter les opérations. « Je voudrais vous rassurer. Ensemble, nous avons convenu que d’ici 2025, conformément à la loi sur le programme militaire, nous aurions 129 avions Rafale et j’ai l’intention de respecter cela », a déclaré Parly.

La bataille des ministères :

L'achat des nouveaux Rafale ne peut pas être payé avec les fonds que la Grèce paiera pour leurs 18 appareils. La commande hellénique est évaluée entre 1 milliard et 2 milliards d’euros.  Cet argent

Ira directement dans le budget de l’État et non dans celui de Ministère des armées. Cela signifie qu'une bataille est en cours avec le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance concernant le transfert de fonds dans les caisses de la défense pour payer les avions de remplacements.

 Des Rafale au standard F-3R :

Les installations de Dassault fournissent actuellement le standard F3-R, qui apporte des nouvelles capacités qui changent profondément la donne dans le domaine de l’aviation de combat :

- L’association du nouveau missile air-air à très longue portée « Meteor » avec le radar à balayage électronique « RBE2 » à antenne active.

- L’arrivée de la nacelle de désignation de nouvelle génération « Talios » qui améliore considérablement les capacités dans le domaine de la détection, de la reconnaissance et de l’identification de cibles, de jour comme de nuit en vue de frappes air-sol de grande précision. 

En termes de capacité air-sol, le pilote peut sélectionner le mode d'impact de la bombe guidée laser/GPS AASM. Par ailleurs, le Rafale sera aussi capable de tirer la bombe guidée laser GBU-16 Paveway II, dont le kit de guidage se monte sur un corps de bombe Mk 83. D'un poids de 500 kg, dont la charge explosive est de 200kg, elle est aujourd'hui utilisée par les Mirage 2000D uniquement. Son intégration permet au Rafale de frapper des cibles faiblement durcies et d'une taille petite à moyenne.

Dans le cockpit et de manière moins visible, le Rafale dispose d'un nouvel IFF mode 5/S, le système SPECTRA se renforce avec de meilleures capacités de guerre électronique et le système de communication cryptée OTAN, la Liaison L16, sera amélioré. En outre, le radar RBE2-AESA (antenne active, ou Active Electronically Scanned Array) est modernisé et le Rafale dispose d'un système AGCAS (Automatic Ground Collision Avoidance System) qui permet de récupérer l'avion en cas d'une perte de contrôle.

On retrouvera aussi le système SAASM (Selective availability anti-spoofing module). Ce dernier permet, entre autres, d'éviter le brouillage électronique du GPS par l'adversaire. Les Rafale Marine disposeront pour le ravitaillement en vol du système « buddy-buddy » qui sera effectué avec la nacelle NARANG (Nacelle de ravitaillement nouvelle génération).

Le nouveau standard F3-R prend également en compte les retours d’expérience opérationnelle, notamment pour l’armement air-sol modulaire (AASM), l’interopérabilité et les exigences réglementaires. La démarche d’amélioration continue du Rafale se poursuit donc en renforçant le caractère omni-rôle de l’avion.

Photos : Rafale F-3R @ Dassault Aviation

 

Un A400M pour le Luxembourg !

cq5dam.web.1280.1280.jpeg

Les forces armées luxembourgeoises ont pris livraison de leur avion de transport militaire Airbus A400M, qui a été accepté sur la ligne d'assemblage final de l'A400M à Séville (Espagne). Il fera une première escale au Luxembourg avant de poursuivre son voyage vers la 15e escadre de transport aérien à Melsbroek (Belgique), où sera basée l'unité de transport aérien mixte entre la Belgique et le Luxembourg. Avec cette livraison, le Luxembourg devient le septième opérateur de l'A400M.

L'avion, connu sous le numéro de série MSN104, sera exploité par les forces armées luxembourgeoises et la Belgique au sein d'une unité binationale, ainsi que les sept A400M commandés par la Belgique, qui devrait recevoir son premier avion dans les semaines à venir. 

L'A400M a récemment atteint des capacités supplémentaires telles que l'envoi simultané de parachutistes pour un maximum de 116 parachutistes utilisant les portes latérales, le vol automatique à basse altitude dans des conditions météorologiques de vol à vue (le seul avion de transport militaire avec cette capacité), et la livraison aérienne et le combat à vide qui permet de larguer automatiquement une seule charge de 16 tonnes par extraction par parachute. En outre, 25 tonnes peuvent être larguées par gravité et le déchargement de combat manuel jusqu'à 19 tonnes sur palettes ou 25 tonnes sur une piste non goudronnée est possible, ce qui est sans précédent. En ce qui concerne les opérations de ravitaillement en vol des hélicoptères, l'A400M a récemment réussi les premiers contacts de ravitaillement avec un hélicoptère H225M. 

Photo : A400M luxembourgeois@ Airbus DS