30/09/2020

Premier vol d’un Piper M avec un moteur à l’hydrogène !

http---yaffa-cdn.s3.amazonaws.com-yaffadsp-images-dmImage-SourceImage-zeroavia.jpg

L’information est presque passée inaperçue, pourtant il s’agit là, d’une avancée importante dans le domaine de l’éco-aviation. La société britannique ZeroAvia a réussi le 24 septembre dernier le vol inaugural d’un avion Piper de la série M converti pour fonctionner à l'hydrogène. 

Cette première mondiale s’est déroulée depuis l’aérodrome de Cranwell en Angleterre. Ce vol, qui ne comportait qu'un seul circuit, ne produisait que de la chaleur et de l'eau en tant que sous-produits d'un groupe motopropulseur reliant des piles à hydrogène à un moteur électrique. Au cours du vol de huit minutes, l'avion n'a pas dépassé 100 nœuds.

Pour ZeroAvia, le moteur électrique à hydrogène devrait avoir des coûts d'exploitation inférieurs à ceux des avions traditionnels en raison de la baisse des coûts de carburant et de maintenance. La société prévoit de contrôler la production et l'approvisionnement en hydrogène de ses groupes motopropulseurs. Maintenant la société travaille à l’amélioration des performances du moteur.

-195432.jpg

La prochaine et dernière étape du programme de développement est un vol zéro émission de 250 milles au départ d'Orkney avant la fin de cette année. La plage de démonstration prévue équivaut aux routes principales très fréquentées telles que Los Angeles à San Francisco ou Londres à Édimbourg.

Produire l’hydrogène proprement :

Développer un moteur électrique avec une pile à hydrogène est une chose, mais il fallait également produire de manière durable l’hydrogène. Pour ce faire ZeroAvia s’est impliqué dans le développement de l'écosystème de ravitaillement en hydrogène (HARE) à l'aéroport de Cranfield. Pour ce faire la société travail sur une combinaison photovoltaïque et d’éolien, soit une représentation de ce à quoi ressembleront les systèmes aéroportuaires en termes de production d'hydrogène vert, de stockage, de ravitaillement et de vol alimenté par pile à combustible.

NT6C3AWSHFGTNHBISVUWOKKKJM.jpg

Un énorme marché :

Pour la startup américaine ZeroAvia, le développement d’avion à hydrogène est un fabuleux marché qui va révolutionner le monde de l’aviation et le réconcilier avec la protection du climat. Dans un proche avenir il sera possible de faire voler des avions de tourisme non polluants pouvant transporter jusqu’à 20 passagers.

En direction d’une aviation décarbonisée :

Le Piper M-class modernisé de ZeroAvia est le plus gros avion à hydrogène au monde. La réalisation de ZeroAvia est la première étape vers la réalisation des possibilités de transformation du passage des combustibles fossiles à l’hydrogène zéro émission en tant que principale source d’énergie pour l’aviation commerciale. Finalement et sans aucune nouvelle science fondamentale requise, les avions à hydrogène correspondront aux distances de vol et à la charge utile de l'avion à combustible fossile actuel.

Cette étape majeure sur la voie du vol commercial zéro émission fait partie du projet HyFlyer, un programme de R&D séquentiel soutenu par le gouvernement britannique et fait suite au tout premier vol électrique à batterie à l'échelle commerciale du Royaume-Uni, effectué dans le même avion en juin.  

Photos : 1 Piper M décolle avec son moteur électrique à l’hydrogène 2 Principe du moteur électrique à hydrogène ici sur un bimoteur 3Schéma de production de l’hydrogène @ ZeroAvia

Commentaires

Produire de l'hydrogène proprement ? Le mieux, c'est le nucléaire.

Mais, comme l'écologisme, c'est de la pensée magique ...

Écrit par : Franck Boizard | 01/10/2020

La question n'est psa « comment on produit de l'hydrogène », ça on le sait. La question n'est pas non pls de savoir comment on vole avec de l'hydrogène, on le sait aussi, et les rendements sont globalement connus, et défavorables en ratio puissance/masse par rapport à kéro raison pour laquelle Boeing avait enterré cette piste il y a 10 ans.
.
Se pose un problème de volume.
.
Pour faire voler les avions qui ont décollé l'an dernier de Paris CdG, il faut l'énergie produite par l'équivalent de 16 réacteurs nucléaires (ou 1000 km² de cellules photovoltaïques), pour ne parler que d'un seul des 3 aéroports d'une seule des villes d'un seul pays d'un seul continent.
.
La question n'est pas comment on vole à l'hydrogène, ni comment on produit de l'hydrogène, mais comment on en produit assez, ou bien comment on baisse massivement la conso des avions.
.
Un planeur sachant planer sans son moteur, la question est plus exactement, comment on élève une masse de 300 tonnes à 12km d'altitude (30% d'économie), puis comment on lui imprime une vitesse initiale de 890km/h (30% d'économie).
.
Le reste c'est du discours, et je ne crois pas que chez Airbus ils y croient plus que ça, tout le monde là bas à lu l'excellent rapport de SupAéro-décarbo enterrant proprement l'hydrogène comme solution de décarbonification de l'aviation.

Écrit par : pfff | 02/10/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.