19/09/2020

Premiers pilotes français brevetés sur PC-21 !

armée de l'air,pilatus  aircraft,pc-21 formation de pilotes,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Cette a eu lieu la première cérémonie de remise des diplômes des élèves-pilotes ayant terminé leur formation sur le nouvel avion école de type Pilatus PC-21. La cérémonie s’est déroulée sur les installations de la base aérienne 709 de Cognac-Châteaubernard.

C’est mercredi dernier, que les nouveaux pilotes et navigateurs de combat ont reçu le « macaron » de pilote de chasse. Cet acte hautement symbolique atteste de leur appartenance à la famille des pilotes de chasse ou opérateurs de systèmes d'armes.

EiDI1MPXYAAtwp4.jpeg

Nouvel avion, nouvelle formation :

En 2016, l'armée de l'air française a initié un ambitieux programme de modernisation de la formation des pilotes de chasse, baptisé Fomedec (Formation modernisée et entraînement des équipages de chasse). En effet, la France cherchait un remplaçant à son avion école Dassault Alphajet, une demande de pré-sollicitation initiale a été publiée en avril 2015 par la DGA. Elle a été suivie d'une demande de propositions (DP) en septembre de la même année. Sous le nom de FOMEDEC (Formation modernisée et entraînement différencié des équipages de chasse) le programme poursuit deux objectifs : Remplacer le système actuel (avions et moyens sol) de formation (phase basique) des équipages des avions de chasse (pilotes et navigateurs officiers systèmes d’armes) à Tours et Cognac. Et de permettre une activité aérienne sur avion de formation en complément d’une activité sur avion d’arme pour les pilotes du « second cercle » qui ont vocation à renforcer et à soutenir les unités opérationnelles quand elles sont engagées. Le programme porte sur l’acquisition d’une flotte d’avions, de moyens de simulation au sol et des infrastructures associées. Une prestation de soutien est également prévue. Il s’agit de former une cinquantaine de personnels navigants par an et d’entraîner une cinquantaine de pilotes de chasse expérimentés. Le volume horaire annuel prévu est de l’ordre de 11’000 à 13’500 heures de vol.

Le contrat signé a été signé le 30 décembre 2016 par l'armée de l'air française avec Babcock Mission Critical Services France (BMCSF) et Pilatus. Le contrat comprend la location des PC-21 par la société Babcock Mission Critical Services France ainsi que du matériel connexe de formation, l’avionneur suisse assurera la logistique.

Configuré pour la transition sur Rafale :

Les Pilatus PC-21français sont configuré grâce à un système de simulation interne unique au monde en configuration Rafale. Ce système permet notamment de simuler le comportement d’un réacteur d’avion de combat et de simuler l’ensemble des armements de bord spécifique actuels et avenir du Rafale. Bien que plus lent, le PC-21 offre une grande maniabilité avec des accélération de l’ordre de -4G/+8G.

954838877.jpg

Photos : 1, 3 PC-21 aux couleurs de l’Armée de l’air 2 Pilote et instructeur sur PC-21@ Armée de l’air

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Tiens, comment un mono turbo peut il simuler un bireacteur lourd ?

Écrit par : Pascal | 19/09/2020

@Pascal: L'Alphajet peut puissant et très éloigné ne pouvait faire de mème hormis une vitesse plus grande. Ce que le PC-21 permet tient dans son système interne de simulation qui génère des réaction proche de l'avion de combat sur lequel l'élève devra voler plus tard. Pour le Rafale mais également les Hornet, F-35 ou Eurofighter, les commandes sont adaptées, le système reprend les caractérisistiques du radar, de l'instrumentation et de l'armement. Une fois la transition en cours sur l'avion de combat, l'ex-élève retrouve toutes ses caractéristiques, sa formation est alors plus rapide et celui-ci peut se concentrer sur les différences de puissance.

Écrit par : Pk | 19/09/2020

@Pascal
Pour le coup si on compare avec des autres biréacteur, le rafale est un biréacteur léger
:-D

Écrit par : Emixam | 19/09/2020

Un simulateur de vol...volant! Encore bravo à Pilatus , qui a réalisé de main de maître cette démarche intellectuelle , qui n'était pas gagnée !...Son adoption par l'AA confirme le bien-fondé de la formule , et étoffe notablement sa réputation .

Écrit par : philbeau | 20/09/2020

Bonjour,
Je me suis toujours posé la question de la confidentialité des caractéristiques et performances des appareils que le système du PC21 est sensé 'émuler' ?

Pilatus a donc accès aux détails des avions et des armements ?
J'espère qu'ils ne 'partagent' pas trop !

Et quid du rôle exact de Babcock, une entreprise Britannique ?

Si les GB décrètent un embargo 'à la Trump', plus de formation de pilotes ?

Écrit par : bpapon60 | 20/09/2020

@bpapon60. Les caractéristiques des avions simulés par le PC21 sont intégrées par le client final, pas par Pilatus.

Écrit par : Baz driver | 20/09/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.