18/09/2020

Des canons à laser sur les avions de combat d’ici cinq ans ?

Tactical-Airborne-LWS-01-768x432.jpg

Verra-t-ont l’arrivée des premières armes à laser venir équiper les avions de combat dans quelques années ? La question est ouverte et du côté de Lockheed-Martin, on affirme être en mesure de faire des essais d’ici 2025.

Le responsable de la division « laser » de Lockheed-Martin, Mark Stephen, a déclaré lors d’une conférence de presse en fin de semaine, que la société travaille à l’installation d’une arme laser défensive sur les avions de combat d’ici cinq ans.

Le programme SHiELD :

Cet objectif fait partie du programme SHiELD (Self-Protect High-Energy Laser Demonstrator) de l’Air Force Research Lab et vise à installer un module « laser » défensif sur les chasseurs pour les défendre contre les missiles antiaériens. Par contre, un « laser » offensif pour abattre des avions ennemis devrait frapper plus fort et à plus longue distance et n’est pas réalisable aujourd’hui. Il s’agit d’un objectif à plus long termes.

Selon le Pentagone un « laser » offensif ne viendra pas équiper les aéronefs avant l’arrivée de la 6ème génération d’avions de combat. Par contre, le « laser » du programme SHiELD devrait être applicable sur les appareils actuels. 

Le projet SHiELD prévoit d’utiliser le prototypes IFPC-HEL (Indirect Fire Protection Capability-High Energy) Laser, soit un canon laser monté sur un camion déjà en construction qui sera opérationnel en 2024. Soit un an avant le calendrier de Lockheed-Martin pour placer un laser sur un avion de combat. Pour Lockheed-Martin, il s’agit de produire une nacelle dotée du système IFPC-HEL qui servira de prototype opérationnel. Ce dernier devra démontrer que la technologie peut réellement fonctionner, sous un avion. En effet, la technologie IFPC-HEL est avant tout développée sur une plateforme fixe, soit un camion. Hors l’utilisation de celle-ci à bord d’un avion n’est simplement pas garantie.

De plus, le camion offre plus de place pour la production d'énergie et les systèmes de refroidissement qu'une nacelle qui tient sous un avion. L’IFPC-HEL doit produire 300 kilowatts d'électricité, la puissance du SHIELD est à déterminer, mais elle sera probablement inférieure à 100 kW, ce qui permettra à l’avion de combat de charger le laser sans installer un générateur d'énergie additionnel.

On le voit, si l’on se rapproche des armes laser en vol, il faudra attendre au moins 10 ans, avant de pouvoir compter sur un système fiable de défense et probablement 10 ans de plus en ce qui concerne les armes offensives. Pour autant, 20 années ne représentent qu’une goutte d’eau temporel.

Photo :  Image de synthèse F-16 doté d’un laser de défense @ LM

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.