11/09/2020

L’Inde réceptionne officiellement ses Rafale !

DA00038720_M-696x464.jpg

Il s’agit d’un double évènement, l’Inde a réceptionné sur son sol officiellement ses premiers avions de combat Rafale. Double, car le fait de réceptionner un nouvel appareil est en soi un jour important, mais également, car rien n’a été simple dans ce dossier. C’est lors d'une cérémonie sur la base militaire indienne d'Ambala, que la ministre des armées Florence Parly a remis les cinq premiers avions Rafale à l’Indian Air Force.

Rappel : 

Le contrat Rafale, a été signé en septembre 2016 pour un montant de 7,9 milliards d’euros pour 36 appareils. L’Inde aura mis Paris et Dassault aviation au pied du mur pour obtenir une forte réduction du prix. Cette demande enterrait un précédent appel d'offres de 126 avions de combat pour lequel Dassault était en négociations exclusives avec l'Inde depuis 2012. Mais les tractations n'avaient jamais abouti. A noter que l’Inde semble avoir obtenu une baisse du prix tout en gardant un les standards négociés à l’époque pour 126 avions. En effet, les négociations de départ semblaient débuter à près de 10 milliards d’euros sans armement. 

Combler un vide :

Pour l'Armée de l'Air indienne, il devenait urgent de combler le vide qui se creusait chaque jour un peu plus avant l’arrivée du Tejas. Pour cela, il est évident que seul l’avion français était en mesure de venir remplacer rapidement les bons vieux MiG-21 à bout de souffle. La commande de 36 avions Rafale de Dassault Aviation était donc très attendue chez les pilotes indiens. Cependant la demande en nouveaux avions de combat pour l’IAF reste très importante, le marché est donc encore particulièrement attractif pour les avionneurs et Dassault espère obtenir d’autres commandes.

602x338_cmsv2_fb96fc03-506f-5a4e-9b7a-62760270f095-4845580.jpg

La réponse à Pékin :

Cette remise des cinq premier avions Rafale est également l’occasion pour New Dehli d’envoyer un message fort pour le monde, et en particulier pour ceux qui contestent la souveraineté de l'Inde", a martelé le ministre indien de la défense Rajnath Singh. L’arrivée du nouvel avion a permis notamment de renforcer la coopération franco-indienne stratégique ces dernières années, notamment dans le cadre de la doctrine Indopacifique française qui consiste, face au comportement de la Chine, à multiplier les initiatives de défense avec les pays alliés de la région, depuis Abu Dhabi jusqu'à Canberra en passant par Singapour, Djakarta et Tokyo.

Le Rafale Indien :

Les Rafale indiens sont au standard le plus récent, soit le F3-R et disposent de certains aménagements spécifiques demandé par l’Inde soit le viseur de casque israélien Elbit Systems TARGO II, la nacelle de reconnaissance Rafael AN/AAQ-28(V) LITENING G4, mise à niveau de la centrales inertielles Sigma 95N pour les satellites indiens, intégration du TCAS et du TAWS, les moteurs Safran M88-E4 ont été adaptés pour un démarrage en altitude, intégration du système IESI  (Integrated Electronic Standby Instruments)de Thales.

En matière d’armement les Rafale indiens emportent les missiles air-air Mica et Meteor, le missile de croisière Scalp, des bombes MBDA SmartGlider avec éjecteurs multiples, la bombe guidée Rafael SPICE 1000, le missile antiradar ALARM de BAe Systems, le missile indien ASTRA et le système de leurre tracté Rafael X-Guard.

2TcbKb-Small-Rafale-IAF-biplace.jpg

Photos : 1 Rafale indien @ G.Gosset/Dassault Aviation 2 Premiers pilote indiens du Rafale 3 Rafale indien @ Dassault Aviation

 

 

Commentaires

Il est difficile d'avancer un chiffre précis du prix unitaire des avions , ce que ne manqueront pas de faire les détracteurs de Dassault . Mais à la finale l'extraordinaire publicité faite par les autorités indiennes à son chasseur...n'a pas de prix !
Sans parler de la relance d'autres marchés ,dans le cadre d'une coopération accrue , stratégique pour la France

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/armement-quel-role-pour-la-france-en-inde-rafale-scorpene-856912.html

Écrit par : philbeau | 11/09/2020

@philibeau
Dans le contrat Rafale indiens il y a avait des spécificités comme l'intégration d'armement Indien et israélien, la construction de deux bases pour accueillir chacune 36 appareils, et un support technique de Dassault pour assurer une très haute disponibilité des Rafales (au niveau logistique).
C'est pour cela que le premier contrat est onéreux le second sera beaucoup moins "cher" car une partie des coût n'est pas recurent (intégration, infrastructures, logistique)
A titre de comparaison pour le Qatar le 1er contrat avait été du même acabit (24 appareils, spécifications, logistique etc.pour 6 milliards) et leur deuxième commande avais été beaucoup moins cher 12 appareils pour 90 millions pièce environ.

Écrit par : Emixam | 11/09/2020

Je pense que l'Inde ne se contentera pas de 36 Rafale. Il est très bien placé pour obtenir au moins encore une commande égale à l'avenir. Quelque soit les assauts des autres concurrents.

Écrit par : Baz driver | 12/09/2020

Ce qui m'étonne (sans critique aucune) c'est le fait que les Rafale indiens incorporent passablement de systèmes d'origine israélienne de chez Rafael et Elbit. En soi c'est très bien, notamment pour Dassault qui comble ainsi une problématique en ce qui concerne l'offre de différents systèmes. Par contre c'est un peu cocasse étant donné qu'a l'époque le notre gouvernement avait politiquement refusé d'offrir le Rafale à Israël pour ne pas "froisser" nos amis arabes !!

Écrit par : Mathieu | 12/09/2020

@Mathieu
Quel intérêt de proposer le Rafale à Israël ?
Israël n'achète que local car ils ont une industrie de défense très développé ou américain car les USA leurs donne plusieurs milliards par an pour acheter du matériel US.
Avec ça il reste peu de place pour d'autres pays en tout cas pas pour les avions.
Donc ne pas proposer un appareil à un pays auquel on a 0% de chance de vendre c'est logique.
Et cela sans parler du passif entre Dassault et l'industrie israélienne (espionnage et vol de plan...).
Par contre je ne comprends pas un truc, l'une a payé (et payé cher) l'intégration des bombes SPICE israélienne sur la Rafale et ils viennent de commander en urgence des AASM français qui feront un travail similaires aux SPICE.

Écrit par : Emixam | 12/09/2020

@Emixam: Je ne crois pas qu'Israël achète local, du moins en ce qui concerne les avions: F-15, F-16, M346 et T-6. Il deux vision celle de Dassault qui vendre ses avions et qui en son temps avait répondu à une demande israélienne pour le Rafale. Mais c'est bien le gouvernement et donc la politique qui avait au final bloqué toute négociation. Oui, je vous rejoinds en ce qui concerne les AASM, Un complément ?

Écrit par : Mathieu | 12/09/2020

Ce que je trouve remarquable aussi dans ce contrat, c'est la preuve de la modularité du système ouvert qu'est le Rafale. L'incorporation de systèmes extérieurs comme le casque et systèmes de visée et guerre électronique s'est fait à priori sans heurts et dans un temps record.
Je serais curieux de voir ça chez l'eurofighter, le super hornet, ou pire le F35.

Écrit par : Bluemartini | 12/09/2020

@Emixam
Contrairement au SPICE, AASM est propulsé et probablement plus cher

Écrit par : James | 12/09/2020

Les israéliens n'ont pas oublié le blocage français suite à la guerre des Six Jours. Toute vente de matériel français aux Israéliens est suspendue aux règlements de tous les problèmes actuels, Palestine,Liban etc... et on n'est loin d'un règlement....

Écrit par : Baz driver | 12/09/2020

@Bluemartini: Eh bien c'est le cas justement ! C'est bien ce qui manquait au Rafale depuis longtemps !

Écrit par : Marco | 12/09/2020

@Baz Driver: D'accord avec vous, mais pour autant celà ne dérange pas d'incorporer des systèmes israéliens à bord du Rafale, vision politique à deux vitesses.

Écrit par : Mathieu | 12/09/2020

@mathieu
J'ai dit local ou US et dans la liste que vous donnez le seul qui n'est pas américain est un avion d'entraînement italien donc pas vraiment un avion de guerre.

@James
Oui mais SPICE/AASM c'est le même principe un kit pour augmenter la portée des bombes, a la base ils avaient choisi le système planant israélien ils ont payé une intégration coûteuse, et maintenant ils commande en urgence le système propulsant français (et qui dit demande urgente prélevé sur les stock stratégique d'un pays dit coût élevé).
Ma question était pourquoi ce double achat?
Mauvais retour des SPICE ? Fièvre acheteuse? Opportunités d'achat ?

Écrit par : Emixam | 12/09/2020

@Emixam, peut-être, comme souvent la diversité des fournisseurs pour l'Inde, ou un besoin accru et urgent de l'armée de l'air israélienne en missiles SPICE...

Écrit par : Baz driver | 12/09/2020

@Mathieu. Politique à deux vitesses? Le contexte est totalement différent. Tous les occidentaux soutiennent l'Inde face à l'ogre chinois. Le seul pays occidental qui soutient la politique israélienne face à la Palestine, ce sont les États-unis. Sur ce dernier point, c'est juste un constat, pas un avis. Pourquoi la France s'opposerait-t'elle à l'intégration de systèmes israéliens sur les Rafales indiens?? Si cela lui permet de vendre des Rafales à l'Inde, tant mieux.

Écrit par : Baz driver | 12/09/2020

@Emixam
La portée de l’AASM est sensiblement supérieure à celle du SPICE, les indiens disposent ainsi d’une gamme de bombes planantes plus large

Écrit par : James | 12/09/2020

« Je pense que l'Inde ne se contentera pas de 36 Rafale. Il est très bien placé pour obtenir au moins encore une commande égale à l'avenir. Quelque soit les assauts des autres concurrents »

Bien sûr qu’ils vont en redemander, 36 c’est juste limite, mais bon d’après les propos de Mr Trappier il faut être très patient et pas leurs forcer là mains, seul le retex du rafale fera là suite.

Écrit par : Adrien74 | 12/09/2020

@Baz Driver : Votre dernière phrase résume préciséement ma pensée du moins en ce qui concerne une vision politique à deux vitesses.

Écrit par : Mathieu | 12/09/2020

@Adrien. Qu'il faille être patient avec l'inde est une évidence. D'ailleurs je la verrait aussi commander des Rafale M si d'aventure Boeing réussissait à placer son F-15EX (version Inde bien entendu), sachant que le F-18ASH serait à ce moment abandonné, à mon avis, par l'Inde.

Écrit par : Baz driver | 14/09/2020

@Adrien. Qu'il faille être patient avec l'inde est une évidence. D'ailleurs je la verrait aussi commander des Rafale M si d'aventure Boeing réussissait à placer son F-15EX (version Inde bien entendu), sachant que le F-18ASH serait à ce moment abandonné, à mon avis, par l'Inde.

Écrit par : Baz driver | 14/09/2020

Bien que dans ces cas là, on parle pas des sujets qui fâchent, l'Inde se plaint du manque de transfert réel de technologie pourtant spécifié dans le contrat Rafale, et la France conditionne l'aide au développement du réacteur indigène indien à une commande supplémentaire de 36 rafales !!! Etonnant !



https://eurasiantimes.com/france-wants-india-to-order-36-more-rafale-jets-if-new-delhi-wants-aero-engine-tech/

Écrit par : Claude | 24/09/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.