20/08/2020

L’A400M peut enfin ravitailler les hélicoptères !

Copyright-DGA-1.jpg

Elle était attendue cette capacité de l’Airbus A400M « Atlas » pour le ravitaillement en vol des hélicoptères. Jusqu’alors, seuls des essais de contact « sec » en vol avaient été réalisés, afin d’évaluer le comportement aérodynamique des appareils et de vérifier la faisabilité des contacts entre la perche de ravitaillement de l’hélicoptère et le panier du tuyau de ravitaillement de l’A400M.

Campagne réussie :

Cette fois, la campagne d’essais, menée du 20 au 31 juillet 2020 avec un A400M d’Airbus et un H225 « Caracal » de l’escadron d’hélicoptères EH 1/67 « Pyrénées » de Cazaux mis à disposition par l’armée de l’Air, avait pour objectif de transférer du carburant entre les deux appareils afin d’évaluer le domaine de vol et les performances de ravitaillement.

Coté Caracal, cette campagne va permettre d’ouvrir la capacité opérationnelle au ravitaillement par A400M en plus de celle par KC130J de l’armée de l’Air. Coté A400M, l’avion est déjà apte à ravitailler des avions de chasse comme le Rafale ou des gros porteurs comme le C-130 ou même un autre A400M. Cette campagne prépare l’ajout de la capacité de ravitaillement des hélicoptères, prévue pour 2021. Elle fait partie des dernières capacités restant à qualifier au titre du standard final de l’avion attendu en 2022.

Le centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol a supervisé la réalisation de ces essais, dans le respect des mesures sanitaires particulières. L’A400M et le Caracal ont été mis en œuvre par des équipage mixtes DGA/Airbus.

Fin d’un calvaire :

Cette réussite signe la fin d’un calvaire pour l’A400M qui a connu une période de turbulences particulièrement difficile. Des voix se sont mêmes élevées chez nos voisins français pour dire qu’il fallait « oublier » la capacité de ravitaillement des hélicoptères en vol. La solution du problème des turbulences causées par les hélices de l’A400M a été trouvée une modification des tuyaux de ravitaillement.  Auparavant, les tuyaux de ravitaillement en vol, ceux qui se trainent derrière les ravitailleurs, mesuraient environ 24 mètres de long. Aujourd'hui, ces mêmes tuyaux ont été allongés et mesurent maintenant environ 37 mètres. Ce qui représente une différent positive de 13 mètres. Avec cet allongement, l'hélicoptère ravitaillé ne se trouve plus sous l'influence des turbulances des hélices. 

Les essais ont été effectués entre 1’000 et 10’000 pieds à une vitesse de vol, très basse de 194 km/h, et ont confirmé les résultats positifs des précédents vols de proximité effectués au début de l'année.

Copyright-DGA-4.jpg

Photos : Ravitaillement avec un A400M d’un H225M Caracal, un H160 est également testé  @ DGA

 

Commentaires

ce magnifique avion va enfin pouvoir montrer ce dont il est capable .
Notre bon vieux C160 va pouvoir prendre sa retraite

Écrit par : Romain | 21/08/2020

@François01: Il ne s'agit nullement de suceptibilité, mais un devoir de vérification. A ce sujet je vous remercie pour votre remarque. Après quelques recherches, j'ai modifié mon article qui effectivement n'était pas parfaitement juste. Bien à vous.

Écrit par : Pk | 21/08/2020

Il faut préciser que la solution n'est pas seulement un allongement des tuyaux mais aussi une diminution de leur diamètre pour qu'ils puissent toujours rentré dans le pod une fois replié.
Ca entraine comme contrainte un débit de carburant moindre vers l'helico à ravitailler

Écrit par : BiLKiNiS | 21/08/2020

Je vois sur la photo que les RVTL se font depuis les pods.. mais est ce la seule possiblité??
En tout cas , compte tenu des difficultés aérodynamiques des essais pour ce genre de manip.. Félicitations aux ingénieurs et Crew qui ont résolu le pb.

Écrit par : lotser68 | 21/08/2020

Je souhaite que le problème soit enfin réglé, mais ne nous emballons pas trop vite. Pour l’instant il y a eu des contacts avec transfert, c’est un bon début, mais on n’en est pas encore à la validation opérationnelle (hélicoptère à forte charge avec commandos à bord, et ravitailleur aussi lourdement chargé, en cas d'opérations spéciales avec emport de véhicules et de commandos).

Écrit par : Richard | 21/08/2020

@lotser68 sur l'A400M oui c'est la seule possibilité.

Écrit par : François-01 | 21/08/2020

@Richard
Effectivement entre la qualification du constructeur et la qualification opérationnelle par l'armée de l'air, il peut s'écouler beaucoup de temps.

En revanche de quel transport de véhicule parlez vous ?
Si une opération militaire se fait par hélicoptère le rôle de l'A400M n'est que celui d'un ravitailleur. Il ne transporte pas de véhicule ni de personnel dans ce cas.

Écrit par : François-01 | 21/08/2020

Le Caracal est utilisé principalement par les forces spéciales. Il est armé de deux mitrailleuses M3M et d’un canon de 20 mm SH20 en sabord et d'autres dispositifs d'attaque. Il dispose également de plaques de blindage.
Donc sans entrer trop dans les détails on peut dire qu'il est un "nettoyeur de zone"

Il peut emporter un nombre important de personnes à bord (équipage, commandos et autres)

Certes, l'A400M ne peut faire que du ravitaillement pour certaines missions, mais pour d'autres plus complexes il peut, par exemple embarquer des parachutistes, donc le caracal aura préalablement nettoyer la zone de saut, ou bien des fantassins avec de petits véhicules.
Il faut voir l'utilisation du tandem dans toutes leurs possibilités;

Écrit par : Richard | 22/08/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.