12/08/2020

La Grèce a placé son aviation en état d’alerte !

Mirage-2000-5-Grèce_MinDefGrèce-1068x712.jpg

La tension est à son comble en mer Méditerranée, la Grèce a appelé la Turquie à retirer un de ses navire qui a quitté le port pour effectuer une enquête de forage en Méditerranée orientale.

Les deux voisins ont connu de fréquentes flambées, mais cette dernière dispute sur les réserves de gaz et les droits maritimes fait craindre une aggravation des tensions. 

Rappel :

Lorsque la Turquie a annoncé en juillet dernier qu'elle prévoyait d'envoyer son navire d'étude dans les eaux au large de l'île grecque de Kastellorizo, la première dispute a été interrompue par l'Allemagne, qui assure actuellement la présidence de l'Union européenne.

Mais maintenant que le navire est parti et avec lui cinq navires de la marine turque, le différend a de nouveau atteint son paroxysme et les deux alliés de l'OTAN sont engagés dans une guerre des mots. La Grèce s'est engagée à défendre sa souveraineté et l'UE, dont la Grèce est membre, a appelé au dialogue.

La Turquie et la Grèce ont des ambitions concurrentes sur les réserves de gaz et elles sont profondément en désaccord sur qui a des droits sur des zones clés de la Méditerranée orientale. Ils ont revendiqué des zones qui se chevauchent, arguant qu'ils appartiennent à leurs plateaux continentaux respectifs.

Réaction militaire :

000-Grèce-couverture-F-16C-1068x668.jpg

La Grèce a été placée en état d'alerte lundi après que la Turquie a envoyé son navire d'étude, une décision qu'Athènes a décrite comme une menace pour la paix et la stabilité dans la région. La zone concernée fait actuellement l’objet de nombreux vols de drones, mais également d’avions de combat des deux pays.

Dangereuses interceptions :

5eb4219e204ad366f75a4768-1024x512.jpg

Le 21 juillet dernier, vers 13H23 une patrouille de deux Lockheed-Martin F-16 de l'armée de l'air turque a survolé les îles grecques de l'archipel de Kastellorizo à une altitude de 12’500 pieds. Ils ont été interceptés par des F-16 de l'armée de l'air grecque. Les quatre appareils se sont engagés dans des manœuvres d’évitement qui auraient pu conduire à un engagement avec des tirs.

Le 3 mai dernier une vidéo montre un F-16 turc « verrouillé » par un Mirage 2000-5 et ses missiles air-air Magic 2 de la force aérienne grecque.

m2000-grec-20200506.jpg

Depuis plusieurs années, les rencontres entre les deux aviations sont particulièrement agressives, en octobre 1996 un Mirage 2000 grec avait abattu un F-16 turc à l’issue d’un combat aérien bien réel cette fois.

Photos : 1 Mirage 2000 grec 2 F-16 grec 3 F-16 grec contre F-16 turc 4 F-16 turc dans le viseur d’un Mirage 2000 grec @ FAH

 

 

 

 

L’Inde commande le HTT-40 !

HTT-40-696x362.jpg

Le ministère indien de la Défense (MoD) a approuvé l’achat de l’avion école de base HAL HTT-40 de pour l’Indian Air Force (IAF).

Le Bureau d'information de la presse (PIB) du gouvernement indien a annoncé le 11 août que le Conseil d'acquisition de la défense (DAC) du ministère de la Défense, dirigé par le ministre de la Défense Rajnath Singh, avait accepté 70 avions Hindustan Turbo Trainer-40 (HTT-40) de la société publique Hindustan Aeronautics Limited (HAL) suite à leur certification.

On s'attend à ce que 36 autres HTT-40 à siège tandem soient acquis par la suite, une fois que l'IAF aura rendu opérationnel le premier lot de l’appareils. Un prototype HTT-40 propulsé par un turbopropulseur Honeywell TPE331-12B a effectué son premier vol d'essai en juin 2016, après un retard de six ans, mais l'avion n'est pas encore entré en production en série.

Le HTT-40 a été développé pour remplacer le HPT-32 « Deepak » conçu par HAL, qui a été refusé par l’IAF en juillet 2009 à la suite d'accidents récurrents. Une fois intronisé, le HTT-40 est destiné à compléter 75 avions école de base Pilatus PC-7 Mk II qui sont en service IAF depuis 2013.

Le HTT-40 est un aéronef à voilure fixe incorporant une conception de cellule tout en métal. Sa masse au maximale au décollage et de 2’800 kg et peut être configuré pour porter des armes, en vue de l’entrainement, mais également pour des missions de contre-insurrection. Le cockpit climatisé peut accueillir deux membres d'équipage, dont un instructeur et stagiaire dans la configuration des sièges en tandem de type « zéro-zéro ». Il intègre une avionique avec écrans multifonctions et des systèmes de navigation et de communication modernes. La motorisation du HHT40 comprend une turbine Honeywell TPE331-12B dotée d’un FADEC et qui développe une puissance maximale de 950 ch sur l'arbre (shp). Le HTT40 devrait pouvoir atteindre une vitesse maximale de 450 kilomètres par heure pour un rayon d’action 1’000 km. La vitesse de décrochage avec les volets est de 135 km/h.

 L’Indian Air Force (IAF) prévoit une formation en trois phases pour ses élèves pilotes. La formation de base (BTA) s’effectue sur l’avion suisse Pilatus PC-7MKII, puis la phase II, dite intermédiaire doit être faite sur l’avion indigène HAL HTT-40. Puis, la phase avancée se termine sur le jet anglais BAE Hawk.

Un aéronef qui ne fait pas l'unanimité:

Le HAL HTT-40 ne fait pas l'unanimité au sein de l'école de pilote de l'IAF. De nombreuses critiquent mettent en doute l'ergonomie du poste de pilotage, la mauvaise visibilité depuis la place de l'instructeur, ainsi que les finitions de l'avion. Pour les politiciens indiens, cet appareil tout comme d'autres créations indiennes sont le signe que le pays à sa place au sein des nations de l'aviation.

d'aéronautique. 1_img129719191309.jpg

Photos : HAL HTT-40 @ HAL