05/08/2020

Calendrier avancé pour le drone S-70 « Okhotnik » !

photo_413700.jpg

United Aircraft (UAC) est en passe d’accélérer son programme de drone sans pilote (UAV) S-70 « Okhotnik » (Hunter) avec une avance de 12 mois sur le calendrier initial. Le Ministère russe de la Défense espère une livraison avancée à 2024 au lieu de 2025.

Le calendrier de livraison accéléré a été reconnu publiquement pour la première fois lorsque le président russe Vladimir Poutine a rencontré le directeur général de l'UAC, Yuri Slyusar, pour une mise à jour des plans de développement de produits de la société le 3 août dernier.

Conçu par Sukhoi, filiale de l'UAC, le prototype S-70 a décollé pour la première fois en août 2019. Le drone est conçu pour transporter une charge utile de 6’000 kg et dispose d’un rayon d’action de 6’000 km et un plafond opérationnel de 59’000 pieds. Le drone est capable de transporter des missiles air-air et du matériel de reconnaissance et d’attaque au sol.

Le S-70 est « notre drone d'attaque lourd aux capacités sans précédent, ayant le plus grand rayon de combat, la plus large gamme d'armes et la plus large gamme d'équipements », explique Yuri Slyusar.

Le S-70 a une apparence similaire aux drones de type aile volante construits par plusieurs pays, dont le chinois Sharp Sword, le français Dassault/Saab avec le Neuron, le BAE Systems Taranis du Royaume-Uni et le Northrop Grumman X-47B des États-Unis. La forme de l'aile volante a intrinsèquement une section transversale radar inférieure.  La Russie affirme que son S-70 est également recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar.

Le drone Sukhoi S-70 Okhotnik :

Le drone S-70 Okhotnik (Udarno-Razvedyvatelnyi Bespilotnyi Kompleks), ou « complexe de frappe sans reconnaissance » produit par l’avionneur Sukhoi dispose d’une signature basse, un schéma aérodynamique d’aile volante et une masse au décollage de 20 tonnes. Il est composé de matériaux composites et d'un revêtement absorbant les radars. Le drone dispose des équipements de reconnaissance des plus avancés. Les travaux de développement datent de 2011. L’Okhotnik est assemblé à l’usine d’aviation de Chkalov, située à Novossibirsk. Le drone serait doté d’un réacteur Klimov RD-33MK sans postcombustion.

3443940875.png

Le gouvernement russe a signé un accord de développement avec le bureau de design Sukhoi en 2011, date à laquelle le drone était décrit comme un « aéronef de sixième génération ». L’Okhotnik aurait une vitesse maximale de 1’000km à l’heure. Selon un porte-parole de Sukhoi, le drone est prévu pour détruire les systèmes de défense aérienne, les communications, le commandement et le contrôle de l’ennemi. L’Okhotnik sera un drone totalement autonome. Autrement dit, il pourra décoller, accomplir sa mission et atterrir sans ingérence humaine. L’utilisation d’armes nécessitera l’approbation de l’homme, en maintenant un « homme, un expert » capable d’analyser de manière critique une situation de combat et, si nécessaire, d’abandonner une attaque. L’Okhotnik sera le pionnier dans la mise au point d’un système d’intelligence artificielle de combat qui sera éventuellement utilisé par les chasseurs russes de la sixième génération. tel le Su-57 "Felon"

russias-s-70-ucav-first-flight-with-su-57.jpg

Photos : drone S-70 Okhotnik @ UAS

 

Commentaires

L'industrie de défense, et en particulier l’aéronautique, nécessite un écosystème d'entreprises à la pointe des technologies.
Or l'industrie russe ne produit quasiment aucune innovation.
C'est à se demander comment la Russie peut produire un armement de pointe au milieu d'une économie aussi atone ?

Écrit par : François-01 | 07/08/2020

vous avez une méconnaissance totale de la russie, ce pays possède des compétences de trés haut niveau, mathématiciens, physiciens et informaticiens

Écrit par : om | 07/08/2020

@om
Vous parlez de science, je vous parle d'industrie, de technologie, et d'économie.
Evidemment la Russie possède sans conteste des très grand scientifique.
Encore faut-il posséder les moyen de mettre en application ce savoir.

Écrit par : François-01 | 07/08/2020

@François-01. D 'accord avec vous sur le potentiel scientifique. Pour moi, c'est bien l'Europe qui a envoyé le premier satellite et le premier humain en orbite. Pour tous ici, géographiquement , la Russie est européenne au moins jusqu'à l'Oural.. Ne confondons pas UE et Europe. Merci. Pour la NASA, elle-même a profité du sctientifique européen qu'était Von Braun.

A méditer.

Écrit par : Baz driver | 07/08/2020

@Baz driver
Je ne suis pas certain que vous ayez saisi mon propos.
Relisez mon premier commentaire.
Rien à voir !

Écrit par : François-01 | 07/08/2020

@Baz driver je ne parle pas de la Russie des années cinquante ou soixante, mais de la Russie contemporaine, dont l'économie s'est effondrée depuis.

Écrit par : François-01 | 07/08/2020

Je rejoins assez le commentaire de François-01. OK pour les connaissances académiques, mais là, l'on parle bien de connaissances appliquées, avec à la clef un tissus industriel pour que la recherche se traduise par un produit final à la hauteur.

En partie, il y a eu de l'espionnage, en partie la faute à la naïveté de nos dirigeants/industriels (ex: Mistral). Et l'on ne sait pas tout sur la qualité finale et de la cohérence du système d'arme. Comme pour l'Armata: moteur OK, mais problèmes de boîte. Et l'on ne sait rien ou presque de la fiabilité de l'électronique sur le terrain. Idem pour la construction de navires. Enfin, à voir.

Écrit par : BadCox57 | 08/08/2020

Je me demandais ce qui le rendait, du moins en apparence, moins furtif et plus rustique que les prototypes US et européens. C'est la tuyère apparente.
S'agit-il d'une tuyère à poussée vectorielle, afin de compenser l'absence de dérive verticale ?

Écrit par : François-01 | 08/08/2020

@François-01. Vous avez..raison, l'économie soviétique était prospère..Famine, oppression, répression.Ridicule. Non juste une économie de guerre qui a subsisté jusqu'à son effondrement dans les années 80. Aujourd'hui même Poutine ne peux pas remettre en route ce système totalement dédié à la défense. Sa priorité est de rendorcer sa capacité stratégique, donc nucléaire. Mais si besoin est, les ressources humaines seront mises à contribution pour les armes conventionnelles. Les Russes sont un peuple fier, et les restrictions , ils connaissent..

Écrit par : Baz driver | 09/08/2020

@BadCox57. Je vous rejoins dans ce que vous dites sur les capacités réelles de tous ces systèmes. Cela n'a rien de nouveau, les Russes ont toujours aimé proclamer haut et fort la pseudo-superiorite de leurs systèmes d'armes. Et les services d'espionnage Occidentaux se sont toujours empressés de le relayer...Ils ont très souvent surestimé le potentiel russe/soviétique par peur par peur de perdre leur honneur et leur job si jamais ils auraient sous/estimé la dite menace. De plus,cela a permis aux états-majors occidentaux de réclamer toujours plus de budgets pour leur propre R&D et la production de nouvelles armes. Et cela continue aujourd'hui y compris avec la Chine...

Écrit par : Baz driver | 11/08/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.