20/06/2020

Air2030, les défis de la maintenance d’une flotte !

image.Titelbild_6972_006.png

Une séance d’information aux médias, portant sur la gestion des flottes à l’exemple du F/A-18, a eu lieu le vendredi 19 juin 2020 sur la Base aérienne d’Emmen. Cette manifestation a attiré de nombreux représentants des médias souhaitant s’informer directement sur place sur les défis actuels et à venir en rapport avec la flotte d’avions de combat de l’Armée suisse.

Garantir la sécurité :

Pour garantir la sécurité de la Suisse et de sa population, l’armée doit continuer de pouvoir assurer la surveillance de son espace aérien, le protéger et le défendre en cas d’attaque. En tant qu’État neutre, la Suisse veut dépendre le moins possible d’États ou organisations tiers. Cette indépendance, et donc aussi la neutralité, impliquent que la flotte d’avions de combat des Forces aériennes présente une certaine taille et une certaine disponibilité afin de pouvoir maintenir la protection de l’espace aérien sur le long terme, en toute situation et avec des moyens propres.

Ea4U-m8XkAEeOBU.jpeg

Priorité à la sécurité :

Le domaine de l’aviation doit répondre à des exigences élevées en matière de sécurité. Avant de pouvoir s’envoler pour la première fois dans l’espace aérien suisse, un avion de combat est vérifié et certifié par armasuisse. Il s’agit ensuite de respecter les concepts de maintenance en vigueur dans le cadre des opérations quotidiennes afin d’atteindre une durée d’utilisation maximale des appareils. Cependant, des impondérables peuvent entraîner une baisse rapide de la disponibilité de la flotte. C’est ainsi que la découverte de fissures a amené le DDPS à ordonner certaines restrictions d’utilisation de la flotte de F/A-18 comme mesures de sécurité. Car en temps de paix, le DDPS obéit au principe de ne pas prendre de risques inutiles.

La flotte suisse de F/A-18 :

Les F/A-18, qui ont été introduits dans l’Armée suisse en 1997, sont toujours performants. À ce jour, divers projets ont été réalisés pour maintenir leur performance, avec l’introduction d’un système de transmission de données (Datalink), d’un nouveau système d’alerte radar, de nouveaux écrans de visualisation dans le cockpit ou d’un viseur de casque, par exemple. Mais le F/A-18 peut de moins en moins rivaliser avec les avions de combat modernes parce qu’il n’est pas équipé des radars ou systèmes d’autoprotection modernes et que son ordinateur de bord ne dispose pas de la capacité nécessaire. Le Parlement a approuvé en 2017 une prolongation jusqu’en 2030 de la durée d’utilisation du F/A‑18 afin d’éviter l’apparition de lacunes capacitaires dans notre défense aérienne d’ici à l’acquisition d’un nouvel avion de combat. Ce programme de maintien de la valeur opérationnelle des F/A-18 influe sur la gestion et la disponibilité de la flotte.

Des forces physiques extrêmes :

Accélération, vibrations, changements de températures : les avions de combat sont soumis à d’importants facteurs de charge et contraintes physiques. Le domaine de vol du F/A‑18 est clairement défini et respecté par les pilotes suisses. Les manœuvres inhérentes au combat aérien à vue mettent davantage les appareils à contribution que celles réalisées lors d’un engagement de police aérienne. Mais les pilotes doivent maîtriser tous types d’engagement et l’entraînement se fait selon le principe « train as you fight ». Afin de garantir une prolongation de la durée d’utilisation du F/A‑18 jusqu’en 2030, les Forces aériennes limitent le nombre de missions et de manœuvres impliquant des hauts facteurs de charge. Et certaines séquences d’entraînement se déroulent désormais sur simulateur.

air203,oui au nouvel avion de combat,votation 27 septembre 20,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,aviation francophone

2030, date limite d’utilisation des F/A-18 :

L’année 2030 sonne comme la date limite d’utilisation des F/A-18 dans le monde. En effet, selon le rapport de l’US NAVY de 2017, l’avionneur Boeing ne fournira plus les mises à jour logiciels à partir de 2023, amenant progressivement les systèmes en direction d’une obsolescence. Par ailleurs, il ne sera pas possible de garantir aux utilisateurs de l’avion de disposer de pièces détachées à partir de 2032. C’est pour cela que les différents utilisateurs dans le monde travaillent, aujourd’hui au remplacement progressif des F/A-18.

Des travaux de maintenance intenses :

Les appareils F/A‑18 de l’Armée suisse nécessitent un entretien régulier, assuré au quotidien par des mécaniciens engagés sur les Bases aériennes de Payerne, d’Emmen et de Meiringen. Ces spécialistes vérifient les différents systèmes électroniques, électriques et hydrauliques, remplacent des filtres et lubrifient des composants en fonction des besoins. Outre les contrôles de routine avant et après un vol, les F/A‑18 sont également soumis à des examens planifiés après 50, 10, 200, 300 et 600 heures de vol. Les grands services d’entretien après 300 et 600 heures de vol requièrent un vaste démontage des appareils afin de pouvoir contrôler l’ensemble des systèmes, vérifier certains composants et analyser la structure de l’avion de combat. La maintenance prend beaucoup de temps et malgré le travail en équipes, une partie de la flotte se trouve toujours en cours d’entretien.

Du matériel de remplacement précieux :

La disponibilité des pièces de rechange fait l’objet d’une planification permanente, basée sur les propres expériences et les échanges d’expériences avec d’autres pays. Certains composants comme les gouvernes sont relativement faciles à remplacer si les pièces nécessaires sont disponibles en stock. D’autres éléments comme les sections maîtresses des ailes et du fuselage sont en revanche constitutives de la structure de l’avion et leur remplacement n’est généralement pas prévu par les avionneurs. Ce type d’intervention exige alors des ressources techniques et financières importantes et ne peut être effectué que par des spécialistes qualifiés. Ainsi, depuis l’acquisition des pièces jusqu’à l’achèvement des travaux, une telle intervention peut durer entre une et plusieurs années.

Le futur avion durera plus longtemps :

Les F/A-18 Hornet actuels ont une durée de vie cellule de 5'000 heures. En Suisse un programme de prolongation à 6'000 heures est actuellement engagé pour mener la flotte jusqu’en 2030. La transition vers le futur avion, doit se faire entre 2025 et 2030, afin d’assurer le lien entre la flotte actuelle et la nouvelle. Quel que soit le choix du nouvel avion de combat, celui-ci aura une vie cellule plus longue. La fourchette est définie comme suit : F-35 et Eurofighter = 8'000 heures, Rafale = 8'500 heures, Advanced Super Hornet = 10'000 heures. Par ailleurs, de nouveaux systèmes de diagnostique travaillant notamment avec de l’Intelligence Artificielle permettront de faciliter la maintenance.

image-1.jpg

Textes : Eve Hug DDPS et complément P.Kümmerling

Photos: Alfredo Barcos DDPS

 

Commentaires

Merci de ces commentaires ! Une fois de plus nous constatons le bien-fondé de la solution suisse et de la qualité de nos techniciens de tous ordres. Il est à espérer que le Peuple ne se fera pas berner par les pseudos arguments de groupements qui ne pensent qu'à l'affaiblissement de nos moyens de défense.

Écrit par : Daniel Cochard | 20/06/2020

Avis d'un français:

Ok,cette fois,il est clair pour tout le monde que les coûts d'entretien entreront pour une large part dans le choix définitif de l'avion....

Exit le F35,donc,TRES compliqué à entretenir,TRES cher à entretenir,pour le peu de "performances" apportées en plus face à un rafale ou F18 ASH


Il est de notoriété publique (et c'est même sa force! puisque conçu aussi pour) que le Rafale est assez simple à entretenir,ce qui diminue les coûts....

Alors,si Boeing prouve que le F18 ASH est aussi simple à entretenir que le Rafale,pour des coûts équivalents (note aux anti-Rafale: ne rêvez pas,RIEN de commun entre un F18 et un ASH!!! donc pas de partage de "pièces",contrairement à ce que beaucoup affirment,hors armement...lequel,à part le canon,est 100% compatible Rafale,vu les normes de compatibilité Otan auxquels ces avions répondent),alors,le choix du F18 s'imposerait naturellement,à performances équivalentes.....


Donc,perso,je pense que le F18 ash sera votre prochain avion (SAUF SI le Rafale est plus performant en vol et entretien....ça commence à faire beaucoup!)

Écrit par : Grosminet | 20/06/2020

Tout ça pour patrouiller aux heures de bureau en semaine... Ça fait cher, non?

Écrit par : Vaudois | 20/06/2020

LUSMC est actuellement en train de moderniser 98 F/A-18C avec entre autres le radar AESA APG-79(V)4 et la RCAF 96 appareils dont 36 avec le nouveau radar. Donc j'imagine que des mises, à jour logicielles existeront encore pour l'avionique. Pour l'appareil effectivement, il y a probablement peu de chance. Cependant, ces deux programmes n'amèneront les appareils qu'à environ 2032, où ils seront progressivement retirés. Cela souligne une fois de plus la nécessité pour notre pays de se doter de nouveaux avions compétitifs.

Écrit par : Baz driver | 20/06/2020

@Baz driver: Ce prgramme canadien suscite beaucoup de critiques. D'une part l'argent aurait pu venir grossir le programme d'acquisition du nouvel. Le radar APG-79 AESA ne sera pas complètement utilisable étant donné justement que les mises à jour des systèmes plus anciens ne seront plus disponibles. Cette solution avait été étudiée en Susse pour nos Hornet, mais finallement mise de côté pour on manque d'efficience. Certains au Canada se demandent ce que deviendront ces radars en cas de choix d'un autre apapreils que le l'Advanced Super Hornet ? L'armement lui pourra toujours être monté sur le futur avion.

Écrit par : PK | 20/06/2020

@Vaudois : Vous dormiez ces 5 dernière années ? Les heures de bureau c'est TERMINE !

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/09/05/police-aerienne-les-heures-de-bureaux-appartiennent-au-passe-867918.html

Écrit par : Pk | 20/06/2020

@Pk Evidemment le programme canadien suscite des critiques et beaucoup, ne serait-ce que le report constant du programme d'achat du nouvel appareil de combat. D'un autre côté, la mise à jour logicielle des radars dépend avant tout de son fabricant (Raeython) et non de Boeing. Du moment ou l'USMC s'engage dans cette voie, je doute que sur ce point particulier, il n'y est pas de mises à jour. Cependant je concède volontiers que nos forces aériennes ne s'y intéressent pas plus que çà. Le coût/bénéfice n'est pas à la hauteur pour ses missions.

Écrit par : Baz driver | 20/06/2020

Étonnant de voir comment les français retiennent leur souffle pour une hypothétique commande de à peine 30 avions ! Ou est le temps du mirage 3 qui se vendait pas centaines ? La politique trop interventionniste de la France est passée par là. Par exemple, le camouflet des mistrals fait aux russes et la trahison de De Gaulle aux Israeliens, deux pays connus pour agir dans l'ombre....ça devient difficile. Et si par dessus, vous ajoutez la mauvaise habitude de Macron de vouloir faire la leçon...on se retrouve dans mission impossible là !

Écrit par : Robin | 20/06/2020

@Grosminet. Non, l'armement air-air du F-18 en partculier n'est pas intégré au Rafale. Un bus de terrain c'est bien , mais l'intégration "physique" , c'est autre chose. Il faut valider les supports, les vibrations, les limites de charges,separations,tirs etc. Et cela coûte. De même pour les équipements du pilote, y compris le JHMCS. Quant aux aux critiques concernant le F-35, je ne les partage pas totalement, ni d'ailleurs ces utilisateurs, et également des pliotes français opérationnels ou récemment à la retraite(ate Chouet, ex pliote de Rafale de la Marine nationale ne partage pas tous vos sentiments ainsi que beaucoup d'autres utilisateurs...)

Écrit par : Baz driver | 20/06/2020

@PK
Les heures de bureau c'est terminé.... Oui, bientôt...(fin 2020)

Écrit par : vaudois | 20/06/2020

@Vaudois: Non, les heures de bureau c'était 08h00 12H00 - 13H30 17H00 la semaine uniquement. Nous osmmes passé à 7j7 jusqu'à 22H00, mais il y a déjà des périodes ou l'on est 24h24. Ne pas oublier non plus que la détection radar et le suivi et depuis longtemps 24H24.

Écrit par : Pk | 20/06/2020

@Robin: 30 avions ? Non, il s'agit d'un minimum de 36 pour l'appareil le plus cher, mais on parle d'une moyenne de 40 voir 44 pour le moins cher. N'oublez pas que le choix de l'avion survivra à Macron et d'autres président. Et puis, air2030 c'est égqlement le future système sol-air ou la France joue une carte très imporante avec le SAMP-T.

Écrit par : Marco | 20/06/2020

@Robin. 30 avions ou un peu plus, vous n'avez pas idée de ce que cela représente aujourd'hui par rapport aux affaires des années 60 ou 70.

Écrit par : Baz driver | 20/06/2020

@Robin : un , les français ne retiennent pas leur souffle , vous savez ...les passionnés d'aviation ici , fan de leur poulain, oui, mais hélas le français moyen est peu intéressé par ces problématiques aéronautiques . Pour plein de raisons qu'on ne va pas développer ici . Deux , vous faîtes une fixette sur De Gaulle et Israel, sans doute une raison personnelle,mais on peut espérer sans se tromper je pense que les relations franco-suisse n'ont rien à craindre de ces questions qui visent des pays extérieurs à l'Europe .Le choix suisse sera fait sur des critères qui écartent , heureusement , ces aigreurs extra-diplomatiques qui vous tiennent à coeur .

Écrit par : philbeau | 20/06/2020

Dans l'exposé on peut lire que le F35 à une durée de vie de sa cellule de quelques 8000 heures, il semblerait que l'on peut largement diviser par deux ce chiffre.

Écrit par : Jean-François | 20/06/2020

@Jean-François: Nous parlons ici de l'offre pour la Suisse soit le F-35A. A ne pas confroncdre avec le F-35B.

Écrit par : Pk | 20/06/2020

@ Baz driver:

Bon,je recommence:

architecture ouverte,donc intégration facilitée,presque plug and play sur Rafale niveau électronique

les rails sont aux standard Otan (dois je vous rappeler l'intérêt de la STANDARDISATION des matériels? )

pour rappel,Rafale utilise AUSSI de l'armement US (GBU,Sniper.....) et Israëlien dans le cas des Rafale Indiens et Quataris (le viseur de casque Elbit,par exemple.....dont le coût ne sera PAS à charge du futur client,les études ayant déjà étées financées),donc les Aim9 et Aim 120 ne sont que des "détails" (surtout vu les perfs "reconnues",il SEMBLERAIT que les missiles européens soient meilleurs)

Ce n'est pas parce qu'officiellement,Rafale est vendu avec des armes européennes(préférence européenne pour la souveraineté,ainsi qu'éviter les interdictions de vente selon les règles ITAR) qu'il est incompatible avec....

@ Robin: si vous pensez à moi avec votre commentaire,sachez que vous vous trompez de cible.....et que,globalement,le français "moyen" se contre-fout royalement de ce que nos voisins achètent comme armes....
Perso,ici,PERSONNE ne peut m'accuser de tomber dans le "pro-Rafale" ,vu que,depuis le début,j'affirme que,SI les performances du Gripen E étaient équivalentes à un Rafale,il eût été le meilleur choix possible pour la Suisse...
Et que,SI le F18 ASH prouve qu'il est aussi simple et peu coûteux à entretenir que le Rafale,il est donc,à mon sens,le meilleur choix restant


J'adore le Rafale certes,mais je suis conscient des capacités REELES (pas celles du power point présenté depuis X années par LM....qui chaque année sont dévaluées,le rendant moins performant en vol qu'un "Gen 3",soit dit en passant! celle-là,je la dédicace aux pro-F35 :D) de la conccurence....

Écrit par : Grosminet | 20/06/2020

@ Robin:

Citation: "et la trahison de De Gaulle aux Israeliens"

Hey!!!!!!de quelle trahison parlez vous?
Du fait que De Gaulle ait décrété un embargo total SUITE à l'agression préventive d'Israël sur l'Egypte,et à la résolution du 22 novembre 67 votée A L'UNANIMITE du conseil de sécurité....Où est la trahison,quand un état ami et allié stratégique se comporte comme le dernier des voyous,en lui refusant des armes?????
Ce n'est justement pas par politique "interventionniste" de la France,que de Gaulle pris cette mesure....laquelle n'à nullement refroidit par la suite les commandes de Mirage 3 entre 67 et 77,Mirage 5 par la suite...

Dans ce cas,je vous invite FORTEMENT à revoir les TRES nombreuses trahisons AVEREES,ELLES,des USA envers leurs amis et alliés (et encore actuellement! ),avant tout dans un but mercantile allant dans LEURS intérêts


Citation: "Par exemple, le camouflet des mistrals fait aux russes"
Dois je vous rappeler que ce "camouflet" est avant tout dû à la lâcheté du président français de l'époque devant les "pressions amicales" us et le chantage polonais de ne pas nous acheter d'armes (on a vu par la suite la "valeur" de la parole polonaise.....contrat Caracal,par exemple)



Heureusement,les décideurs Suisses ne sont pas sensibles à vos "arguments" non seulement nauséabonds,mais totalement orientés,faux,et surtout,partiaux!


@ Baz Driver: mes "sentiments" sont avant tout des faits,issus des américains eux-même!
le Fail 35 est très compliqué donc très cher à entretenir,tout en étant moins performant dans de très nombreux domaines face aux rafale/Ef2000/F18sh/ash....

et puisque vous citez "Até" comme gage de "qualité" sur le F35,voilà ce qu'il disait en novembre 2011 à son sujet:

"Le F-35? Je n'aime vraiment pas le design, je pense que c'est un avion de merde pour être honnête… mais ne me citez pas là-dessus!"
https://hushkit.net/2019/11/11/flying-fighting-the-dassault-rafale-interview-with-a-rafale-combat-veteran/

Écrit par : Grosminet | 20/06/2020

@pk
Il ne me semble pas que la cellule du f-35 est subit de test de vieillissement. Donc de toute façon il n'y a pas beaucoup de référence sur ce sujet pour le f-35A.

Écrit par : herviv | 20/06/2020

@Grosminet,
Le F-35 n'a jamais vraiment été une option !
Les exigences suisses en matière d'avions de combat, depuis "toujours" sont:
- capacité d'entretien total de l'appareil sans support externe (hormis les pièces détachées)... les F-35 européens sont supposés faire leur maintenance lourde en Italie
- accès aux codes source: seul Israël a réussi à obtenir cela, je doute fortement qu'un petit client comme la Suisse puisse convaincre les USA de partager cela.
- la connectivité de l'appareil, le fait que les données soient transmises sur sol américain, et que sans cela, pas d'appareil fait poser une menace trop importante sur la sécurité d'un pays neutre.
Et étant un pays neutre, aucun pays ne devrait avoir accès à ces données critiques suisses (comme les stratégies qui seront entraînées, etc...)
Bref, le F-35 n'est pas une option !

Écrit par : Fab | 20/06/2020

@Jean François,
Parler du F-35 comme si il s'agissait d'un avion est faux.
Le F-35, c'est une famille d'avions aux caractéristiques très différentes !
- F-35 A: avion de base pour l'USAF, ayant une capacité de 8'000 heures.
En général, tout avion réalise le double d'heures pour valider une valeur définie. Mais là, les US veulent 3 cycles de vies totaux pour valider les 8'000 heures. Et le F-35A a atteint son objectif, donc à priori, cette capacité n'est pas une question.
En réalité, cette valeur pour tous les appareils donne une idée du nombre d'heures sans travail coûteux sur la structure. Soit la durée de vie assurant un coût à l'heure de vol maîtrisé. Au-delà, l'entretien peut exploser.
- F-35B: l'appareil le plus complexe mécaniquement car à décollage et atterrissage vertical... La première version et la version actuelle n'ont plus grand chose en commun. Les premiers F-35B n'ont une capacité 1ue de 2'000 heures selon les observations faites sur la structure.
- F-35C: version embarquée dont la durabilité s'améliore grâce aux découvertes sur les essais de durabilité.

Pour information, le programme F-35 souffre d'un problème majeur, c'est une production à large échelle avant qu'il soit mature. Donc les premiers F-35 auront le même problème que l'Eurofighter T1. Ils ne seront pas modernisables. Et même si ils l'étaient, ce sera difficile de s'y retrouver, avec chaque appareil étant unique tant les modifications ont été régulières.

Par contre, pour un pays qui commanderait le F-35 pour 2030, il s'agira d'une plateforme mature ne souffrant pas de problèmes de jeunesse.

Écrit par : Fab | 21/06/2020

@ Philbeau,
Mais de quoi parlez vous ???
Moi je dis que la France s'est privée d'alliances majeures et de marchés potentiels de facon définitive, en Israël suite à
l'embargo de De Gaulle, en Russie avec les Miistrals et maintenant en Égypte avec Macron ! Ça c'est factuel ! Et tout ces marchés ont ete récupéré par d'autres ! Ça aussi c'est factuel !! Je ne vous ferai pas l'offence de vous rappeler quelle est l'importance de ces 3 acteurs en matière d'alliances strategiques ! Difficile aujourd'hui concernant la commercialisation des Rafalles de ne pas faire le rapprochement avec ces faits parfois anciens. On est loin de l'évoque des Mirages 3 et 5 que tout le monde s'arrachait ! Autres constatation, vous ne parlez plus que du Scaf, mais ce projet est extrêmement limité puisqu'il n'englobera que la France et à l'Allemagne, les deux promoteurs du projet. Je ne citerai pas l'ambivalence de l'Allemagne avec l'Otan pour ne pas torpiller vous espoirs, mais vous conviendrez avec moi que crien n'est encore acquis ! Alors vous connaissant, vous allez dire que le projet va s'étendre aux autres pays Européens, l'Eurofighter étant interopérable avec le système ! Mais encore une fois on n'est pas dans le factuel, mais dans le domaine des intentions !! Avec des "si":-), sinon ça va l'aigreur ?

Écrit par : robin | 21/06/2020

@Grosminet. Tout nouveau materiel nécessite des essais en vol sur chaque plateforme. L'Aim-120 (pour ne parler que de lui) a nécessité des essais de certications en vol spécifiques pour chacune des plateformes qui l'utilsent. Il en a été de même pour le JHMCS. Il en est de même pour tous les armements air-air et air-sol qui existent. Et non ce n'est pas une simple formalité comme vous le sous-entendez. Pour ce qui est de Ate , je connais ce commentaire, suivez son actualité sur sa chaîne YouTube et attendez. J'apprécie énormément son côté éducatif, l'analyse qu'il donne et qui n'est jamais "partisane".

Écrit par : Baz driver | 21/06/2020

@Baz driver
Concernant ATE, il faut bien comprendre que son commentaire n'est pas aussi libre que ça. Il reste soumis au secret défense mais aussi il doit faire attention à ne pas compromettre les stratégie commerciales de la France et de Dassault dont il n'est pas salarié. Comme il est très écouté il préfère adopter un avis neutre pour ne pas compromettre son audience.
C'est un compromis plutôt classique quand on tient un blog ou une chaine Youtube. Je pense que @pk ne me donnera pas tord.

Écrit par : Herciv | 21/06/2020

@Robin
Il faut arrêter de dire n'importe quoi !
La Russie n'a jamais été un marché potentiel pour la vente d'armes. Le BPC faisait figure d'exception et vu l'invasion en Crimée et en Ukraine, oui cela aurait été absurde de le leur livrer.
Israël n'est plus un marché non plus, les américains leur filent des milliards tous les ans, c'est pas pour acheter français. De Gaulle n'a rien à voir là dedans.
Enfin d'une manière générale le contexte géostratégique et industriel n'a plus rien à voir.
En période de guerre froide beaucoup de pays ne voulaient pas s'aligner sur les deux blocs, il y avait donc un vaste marché sur lequel non seulement les US ne nous mettaient pas des bâtons dans les roues mais même voyaient cela avec bienveillance préférant que l'Inde achète Dassault que Sukhoï par exemple.

Depuis 1990 c'est fini. Les US ont déclaré une guerre économique et technologique totale à l'Europe, et dans l'industrie de l'armement aux Français plus spécifiquement. Dans le même temps ils ont permis à leurs entreprises d'investir massivement en Chine... On voit le résultat de cette brillante stratégie aujourd'hui.
Enfin les avions sont devenus beaucoup, beaucoup plus chers. Les marchés se sont rétrécis, et font l'objet d'une concurrence féroce US où tous les coups sont permis.
Voilà pourquoi Dassault ne vend plus ses avions comme par le passé.
Les Russes achètent et Russes, les Chinois achètent chinois, les américains achètent américains, les Indiens veulent acheter Indiens mais n'y arrivent pas encore... Les Européens sont les seuls à savoir faire mais à quand même acheter ailleurs. Et je ne parle pas que d'armes, mais aussi d'électronique, de Telecom, de services web, du cloud, de la pharmaceutique...
C'est complètement suicidaire évidemment.
Mais à chaque fois c'est les mêmes arguments naïfs "oui mais si c'est un peu moins cher/un peu mieux pourquoi devrais je acheter aux autres Européens ?"
Divisée, soumise, faisant semblant de croire que les entreprises des autres pays obéissent aux mêmes règles et normes, ne sont pas subventionné, ne pratiquent pas de dumping, sans vision stratégique à long terme, l'Europe se fait plumer par tout le monde.
Mais oui que les Suisses achètent donc encore américain, c'est sûrement mieux. Franchement je me demande presque pourquoi ne pas faire concurrir les Chinois...

Écrit par : Oryzon | 21/06/2020

@Grosminet. Bien sûr que Ate a un devoir de réserve. Comme n'importe que autre pilote actif/retraité. Cela ne remet pas en cause le fond de ses analyses.

Écrit par : Baz driver | 21/06/2020

@Grosminet : avec un peu de retard, merci pour votre lien sur le site hushkit.net , une mine de témoignages sur les expériences vécues à bord de la plupart des avions qui nous ont passionné !

Écrit par : philbeau | 23/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.