17/06/2020

Berlin cherche un nouvel avion de patrouille maritime !

809488705.JPG

Le ministère allemand de la Défense prépare une étude de marché portant sur le remplacement des avions de patrouille maritime Lockheed P-3 « Orion ». Ces derniers actuellement sont en cours de modernisation, mais ce chantier est actuellement à l’arrêt en vue de l’acquisition d’un nouvel avion.

Préparé pour la commission parlementaire de défense, le document montre que le ministère a décidé d'arrêter la modernisation des avions de patrouille de la Bundeswehr (forces armées) après une étude de faisabilité économique.

Les candidats potentiels :

L'examen du marché retient trois types d’appareils : il s’agit du C-295 MPA d'Airbus DS, de l’ATR72 MPA de Rheinland Air Service/ ATR Aircraft et le Boeing P-8A « Poseidon ». 

Airbus C-295 MPA :

1879719780.jpg

La nouvelle génération de C-295 est l'appareil idéal pour les missions de défense et d’actions au profit de la société, telles que les actions humanitaires, les patrouilles maritimes, et des missions de surveillance de l'environnement, entre autres. Avec des systèmes simples, le C-295 de transport tactique fournit par sa taille et sa grande polyvalence une très bonne flexibilité de mise en oeuvre pour le personnel. En version MPA l’avion d'un système d’avionique intégrée avancé. La suite avionique comprend quatre écrans à cristaux liquides et des unités de contrôle associées. Un ensemble de capteurs géophysiques fournit des informations sur l'attitude, le cap et les données aériennes. D'autres sous-systèmes comprennent un AHRS (système de référence d'attitude et de cap), un ADS (système de données aériennes), un FMS (système de gestion de vol) et un système de commande de vol automatique. L'avion est équipé d'un système tactique entièrement intégré (FITS) pour le contrôle de la mission. Le système comprend une gamme de capteurs et de composants, notamment un radar de recherche, des capteurs électro-optiques / infrarouges (EO/ R), des mesures de support électronique (ESM) / un système d'intelligence électronique (ELINT), COMINT, un détecteur d'anomalies magnétiques (MAD), un interrogateur IFF, un SATCOM, une liaison de données et un Link-11. Le C-295 fait partie de la famille Airbus Military avions de transport légers et moyens, qui comprend également le plus petit C-212 et CN-235.

ATR72 MPA :

Multimission Surveillance Aircraft - SP ATR 72MP_fto3_Luca_La_Cavera.jpg

ATR en collaboration avec Rheinland Air Service propose l’ATR72-500 MPA (RAS 72) « Sea Eagle ».  Le « Sea Eagle » est basé sur un avion de ligne régional ATR72 qui a été équipé par la division mission spéciale de la société allemande MRO RAS (Hall 2C, Stand C342) dans ses installations de Mönchengladbach. La suite de patrouille maritime de l’avion est intégrée par Aerodata, basée à Braunschweig, centrée sur le système de gestion de mission AeroMission de l’entreprise.

La suite d'équipements comprend un radar de recherche à balayage électronique AESA Leonardo Seaspray 7300, une tourelle électro-optique / infrarouge FLIR Systems Star Safire III, des mesures de support électronique Elettronica, des communications par satellite et un système de lancement / récepteur de bouées acoustiques. L'avion a un point dur de chaque côté du fuselage avant pour le transport de torpilles.

La variété de capteurs embarqués à la pointe de la technologie permet aux opérateurs et aux décideurs de détecter et d'identifier des cibles sensibles au-dessus ou en dessous de la surface de l'océan, tout en transmettant en temps réel toutes les informations capturées à bord au centre de commandement.

 Le P-8A «Poseidon» :

3568062867.JPG

Le P-8A « Poseidon » de Boeing est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autres aéronefs. 

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

Photos : 1 P-3 Orion allemand @ Bundeswehr 2 C-295MPA@ Airbus DS 3 ATR-72MPA@ ATR Aircraft 4 P-8A@ Boeing

Commentaires

On avait évoqué l'étude conjointe franco-allemande , sous l'égide d'Airbus , d'un dérivé de l'A320 neo ...Vous n'en parlez pas , je pense qu'elle reste d'actualité ?

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/et-si-l-airbus-a320neo-mpa-bousculait-le-marche-de-la-patrouille-maritime-794924.html

Écrit par : philbeau | 17/06/2020

@Philbeau: oui, un très joli projet, mais qui semble ne pas être pour l'instant dans les papiers de Berlin.. A suivre!

Écrit par : Pk | 17/06/2020

@Pk : aïe ! Acheter le P8 , une manière pour Berlin de rattraper le coup du refus du F35 , et calmer Trump ?

Écrit par : philbeau | 17/06/2020

@Philbeau: Pour l'instant rien n'est décidé en ce qui concerne le choix. Rien à voir avec l'histoire des F-35, étant donné que Berlin se dirige en direction du Super Hornet/Growler associé à l'Eurofighter. Dailleurs, concernant le Super Hornet je vais vous révéler prochainement une nouvelle qui va en étonner plus d'un !

Écrit par : PK | 17/06/2020

@Philbeau
L'étude franco-allemande d'un dérivé d'A320, devait se faire dans le cas d'une modernisation des P-3 Orion.
Dans ce cas le besoin allemand pour un nouvel appareil était prévu à l'horizon 2035, et aurait été synchronisé chronologiquement, avec le besoin des français, ceux-ci procédant actuellement à la rénovation de leurs Atlantiques 2.

Mais les allemands abandonnant la modernisation de leurs P-3 Orion, il leur faut désormais un appareil disponible en 2025. C'est la date à laquelle les premiers Orion seront mis à la retraire, dixit le ministère de la défense allemand.

Il leur faut donc se rabattre sur un appareil sur étagère, livrable en 2025.
Outre l'impossibilité de lancer la conception, la qualification et la production d'un nouvel avion, dans un délais si bref, cette date ne coïncide plus avec le besoin des français.

Après, le besoin de la France serait-il suffisant pour permettre à Airbus de rentabiliser un projet tel que l'adaptation d'un A320 à la patmar, sachant que bon nombre de pays se sont déjà tournés ver le P-8 Posseidon. Le marché international sera-t-il assez grand ?

Écrit par : François-01 | 17/06/2020

@Philibeau,
L'Allemagne voulait conserver le P-3 Orion jusqu'en 2035. Mais le manque de disponibilité, et les problèmes quant à la modernisation ainsi que l'accident sur un modèle ont "scellé" son sort. (Avions hollandais transférés à la Marine Allemande, datant de 82).
A noter que l'étude ayant mené à cette décision a été effectuée par Airbus. Donc à mon avis, si ils n'avaient pas d'idée derrière la tête, ils auraient cherché à gagner du temps en conseillant au gouvernement de continuer avec cette plateforme.
...
A noter aussi que l'Allemagne et la France ont signé une lettre d'intention concernant un avion de patrouille maritime avec une date initialement mentionnée à 2030 (MAWS). Le contrat de coopération pour la phase de faisabilité du projet était définie à 2020. Mais en mars 2020, des désaccords du côté français sur le leadership (selon un média français) ont bloqué l'avancement du projet).
Malgré cela, l'Allemagne annonce informer la France de la situation et entame une discussion sur la possibilité de collaborer malgré le contexte modifié.
...
L'Allemagne parle de plateforme de transition avec les 3 modèles mentionnés. Si le choix se fait vers le P-8, la version A320MPA ne sera jamais achetée en Allemagne.
Par contre, en cas de choix pour le C-295 ou le RAS-72, il seraient en réalité complémentaire à un appareil de type A320 par la suite. Et l'ATR est un avion civil avec une disponibilité remarquable, d'autant plus en début de vie. Donc le nombre à acheter pour remplacer des avions peu disponibles n'est pas énorme (4 pour l'Italie, 2 pour le Pakistan).

Écrit par : Fab | 17/06/2020

l'A320 MPA est à mon avis mort. Je doute que l'Allemagne est les moyens de le développer seul, surtout pour moins de 10 appareils (l'Allemagne à seulement 8 P-3...), et la France vient de moderniser assez fortement ces Atlantique II...
C'est dommage parce que, du coup, le P-8 n'a aucune concurrence...

En effet, comparer les P-8 et les ATR-72/C-295 est quand même assez paradoxal, parce que les capacités ne seront pas du tout les mêmes.
Juste un chiffre qui dit à peu près tout :
Un ATR ou un C-295 ont une masse maximale au décollage d'environ 23 tonnes.
Un P-8 a une masse à vide de 62 tonnes et une masse maximale au décollage de 85 tonnes.


Du coup, le choix allemand entre ATR/C-295 et P-8 risque de dépendre aussi des besoins opérationnels (courte/moyenne/longue distance ?), ainsi que du budget disponible...
A mon avis l'Allemagne peut se contenter d'ATR ou de C-295 vu sa façade maritime relativement "fermée" (mer du nord et mer baltique),

Écrit par : chris2002 | 17/06/2020

ah ces allemands si prompt a resserrer les liens avec les Usa alors qu'ils sont sensés être le moteur de la defense Européenne.

Écrit par : Robin | 17/06/2020

@Pk. Je suppose que c'est en lien avec la téléconférence donnée aux medias le 17 juin par la directrice du développement du F/A-18E chez Boieng.

Écrit par : Baz driver | 18/06/2020

@ Baz Driver : Non

Écrit par : Pk | 18/06/2020

@PK : "Dailleurs, concernant le Super Hornet je vais vous révéler prochainement une nouvelle qui va en étonner plus d'un !"

Ou comment faire durer le suspens... ^^

Allez, je mise sur une proposition de Boeing, pour les 6 mia de FrS de budget de la Suisse : 60 Advanced-Super-Hornet BlockIII avec tous les codes sources, etc.
Non? Oh zut, encore raté ! ;o)

Écrit par : Jo-ailes | 18/06/2020

@Jo-ailes: Non pas possible ! Car d’une part les offres définitives des avionneurs seront remises en novembre et que celles-ci sont hautement confidentielles !

Écrit par : Pk | 18/06/2020

@Chris2002,
Alors oui, évidemment que les appareils que vous mentionnez ne sont pas comparables. Mais en même temps, le terrain de "chasse" français est "sans limite", pour plusieurs raisons (territoires partout, sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, porte avions, etc...). Donc il ont besoin d'allonge.
Par contre, l'Allemagne techniquement n'a que sa côte à défendre.
C'est pour ça que de comparer la Marine allemande à d'autres pays européens, plus petits mais ayant une Marine plus importante n'est pas pertinent.
...
Et pour ce besoin, un C295, et l'ATR-72 pourraient ne pas être un problème, quitte à remettre à plus tard des capacités additionnelles avec des A320 MPA (voire A220?)

Écrit par : Fab | 18/06/2020

@ Chris et Fab : l'Allemagne remplit des missions conjointes (NATO ou EU ) diverses et variées , et utilisait ses Atlantique , puis P3 Orion pour cela :
https://eunavfor.eu/german-p3-c-orion-heads-home-after-successful-deployment-with-eu-navfor/

Et étant sollicitée pour faire plus notamment dans le cadre OTAN , on peut penser que les "petits"patrouilleurs style C295 ou ATR risquent de ne pas être retenus . Le P8 aura-t-il le champ libre ?

Écrit par : philbeau | 18/06/2020

@ Fab : le problème c'est que, justement, les allemands les mettent dans le même panier, vu qu'examen du marché a retenu ces trois appareils là...

En l'occurence, pour l'Allemagne des appareils de type ATR/C-295 suffiraient probablement vu la façade maritime à couvrir. Surtout si cela veut dire pouvoir acheter plus d'appareils.

Les pays européens qui auraient besoin d'appareils plus gros sont la France, le Royaume-Uni, la Norvège et l'Espagne. Eventuellement aussi le Portugal, l'Irlande et le Danemark.

La Norvège et le Royaume-Uni ont choisi le P-8 Poseidon, la France est entrain de moderniser lourdement ces Atlantique II (de quoi tenir au moins 10 ans voir plus).

L'Espagne a des besoins/capacités financières limitées (mais va bien devoir remplacer ces quelques P-3 un jour), le Portugal et l'Irlande ont encore des capacités plus limitées (il me semble que les deux ont opté pour des solutions type ATR/C-295) et le Danemark aurait probablement besoin de quelques appareils pour défendre le Groenland, mais il ne me semble pas qu'actuellement ils aient en flotte ce genre d'appareils (les US devant assurer la sécurité maritime du Groenland je suppose).

Bref, le marché européen pour développer un équivalent au P-8 Poséidon est très faible, surtout que l'Italie a des ATR et semble toujours intéressée par le P-8 (elle doit déjà avoir des 737 AEW&C donc bon...)
Et au loin, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud ont déjà choisi le P-8 (et le Japon une solution domestique). De fait des grosses nations "occidentales" ou assimilée il reste plus que le Canada.
A ce niveau il y aurait peut-être une carte à jouer avec un A220 de patrouille maritime. Mais qui financera le développement face à un P-8 déjà financé et développé ?

Écrit par : chris2002 | 18/06/2020

@ Chris : votre analyse tient la route . Sans l'Allemagne , l'A320 MAWS n'a pas d'avenir commercial , sauf si la France le prenait en charge en remplacement de ses Atlantique 2 . Le P8 semble avoir déjà partie gagnée .

Écrit par : philbeau | 19/06/2020

@PK : "@Jo-ailes: Non pas possible ! Car d’une part les offres définitives des avionneurs seront remises en novembre et que celles-ci sont hautement confidentielles !"

Oui, et un tel prix serait une offre difficile à concevoir (je ne crois pas qu'ils en soient à brader leurs appareils comme dans l'industrie automobile). ^^

Écrit par : Jo-ailes | 19/06/2020

@Chris,
Le panier c'est "quel avion de patrouille maritime OTAN existe"?
Forcément qu'ils considèrent toutes les options en fonction d'autres paramètres aussi. Parmi ces paramètres, il y a le coût.
Dans votre liste de pays européens, vous oubliez quelques nations, la Grèce qui a une surface maritime importante et un réel besoin de protection en continu, avec en face une nation qui teste sans cesse la réactivité des Grecs.
...
Et après il y a potentiellement des achats communs possibles avec des pays jouant le jeu OTAN dans les interventions internationales ou dans le déploiement d'aviation et de marine au Moyen Orient entre autres. Cela pourrait concerner la Belgique et les Pays-bas.
...
Quoi qu'il en soit, oui, l'Europe se lance bcp trop tard sur un tel projet. En même temps, la France a décidé que sa plateforme resterait les Atlantique 2.
L'Italie et l'Espagne ont tout intérêt à utiliser leurs solutions produites localement.
L'Allemagne seule n'a aucun intérêt à faire un tel investissement.
Par contre, l'Europe a à nouveau raté une opportunité, celle de créer une plateforme modulable comme l'A330 MRTT mais au bon moment.
Mais rien n'empêche l'Allemagne de louer un appareil pour 10-15 ans avant d'avoir son propre appareil.
Ça reste improbable, mais il faudra voir ce qui ressort de la discussion franco-allemande.

Écrit par : Fab | 19/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.