06/06/2020

Musée Clin d’Ailes : Hommage aux pionniers de l’aviation suisse !

2224224314.4.jpg

 

Pour sa réouverture, le Musée de l’aviation militaire de Payerne rend hommage aux pionniers tous issus de la région broyarde qu’étaient Failloubaz, Grandjean et Cailler. 

Comme tous les musées du pays, Clin d’Ailes a dû fermer ses portes en mars dernier. Coup dur pour l’équipe des bénévoles, mais ces derniers se réjouissent de la réouverture de ce samedi 13 juin avec toutes les mesures de sécurité nécessaires pour les visiteurs, mais aussi pour les collaborateurs. 

0-1.jpeg

Pour cette saison estivale qui s’annonce, le musée a totalement remodelé son espace des pionniers qui a pris de la hauteur. Et pour couronner cette renaissance, honneur aux faucheurs de marguerites broyards et vulliérains qu’étaient Ernest Failloubaz, René Grandjean et Georges Cailler. Trois pionniers qui font la passion de Jean-Charles Lauper, cheville ouvrière de cette exposition, en compagnie de deux autres férus d’aviation historique, Fred Graf et Peter Winckler. 

Tant a été dit sur le «gamin volant» qu’était Failloubaz. «C’est peut-être le plus connu, mais c’est celui où nous avons le moins de documents, il est mort jeune», regrette Fred Graf. «Failloub» a réalisé à 17 ans, le premier vol de Suisse, d’Avenches à Payerne, en 1910, sur un avion fabriqué par René Grandjean, autre pionnier et constructeur qui a vécu plus longtemps (1884-1963). Quant à Georges Cailler (1890-1938), c’est probablement le moins connu de trio d’aviateurs régional. L’héritier des chocolatiers a construit trois avions. 

Jean-Charles Lauper et ses compères ont réuni de nombreux objets ayant appartenu au trio d’aviateurs, des documents rares, comme la licence originale de Grandjean, son livret militaire ou encore le siège original de son avion. Des pépites à voir sans restriction durant les prochains mois, au Musée Clin d’Ailes, en bordure de piste. «Nous avons en notre possession plus de 2500 documents, photographies ou objets ayant appartenu à ces trois illustres personnages», sourit Jean-Charles Lauper, heureux de pouvoir montrer quelques trésors durant cette exposition. 

0.jpeg

Durant cette année spéciale, d’autres surprises sont prévues au musée, notamment concernant la simulation, mais chaque chose en son temps. Pour les groupes, les visites guidées sont bien entendu toujours possibles. Il suffit de contacter le musée. 

La cafétéria et la boutique sont à disposition. 

Plus d’infos sur www.clindailes.ch et sur Facebook. Musée ouvert dès le samedi 13 juin. Horaires en juin: du mercredi au samedi de 13 h 30 à 17 h. Juillet-août: du mercredi au dimanche, de 13 h 30 à 17 h. 

Toute l’équipe du Musée Clin d’Ailes est heureuse de vous accueillir après ces semaines de confinement. 

4264580486.jpg

Photos : 1 & 4 L’intérieur du Musée 2 & 3 Un trio de passionné dédie son temps pour un autre trio de pionniers de l’aviation suisse que sont Grandjean, Cailler er Failloubaz. De gauche à droite, Jean-Charles Lauper, Peter Winckler, avec une hélice originale en noyer de la Fabrique Failloubaz à Avenches. A droite, Fred Graf, avec une affiche d’un autre temps. 

Commentaires

En regardant les dotations historiques de l'armée suisse, on ne preut que constater que a quelques exceptions près, la part belle a été systématiquement faite aux avions anglo-saxons. De même pour les systèmes de détection et d'offensive aériens.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Armée_suisse

Écrit par : Francois | 06/06/2020

Vous être un petit marrant François , toujours prêt à jeter une pierre aux français ! Sur la photo , je vois quand même Deux mirages , un S et un RS , qui ont constitué l'épine dorsale de la chasse suisse de 1966 à 1997 , soit au plus fort de la guerre froide , et alors que ne manquaient pas les concurrents anglo-saxons dont le F104 qui raflait les marchés européens à l'époque . Les Hunter anglais qu'ils ont remplacé , pour apprécié qu'ils étaient , n'étaient pas supersoniques . Avant il y avait eu le Venom (Vampire) Tiens , pour votre plus grand plaisir , il y a eu pendant la guerre le Morane-Saulnier 406 , en nombre (84 D 3800 , 207 D 3801 , fabriqués en Suisse chez EKW à Thoune) qui assuraient la neutralité du ciel suisse en compagnie de ME 109 (106).
En matière de systèmes , radar , on mentionnera le SRF ,du français SFR , qui a été , de 1955 à 1970 , le premier système , installé en altitude , de surveillance de l'espace aérien suisse , remplacé ensuite par le fameux Florida de Hughes .
Bref, la part belle des anglo-saxons(sic) cela mérite d'être nuancé . Mais cela n'est pas votre propos .

Écrit par : philbeau | 06/06/2020

@Philbeau : Pourquoi prenez-vous les propos de François mal ? Oui depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, il y un nombre assez important de systèmes anglo-saxons dans l'armée suisse. Mustant P-51D, T-6, Vampire, Venom, Hunter, F-5, Hawk, F/A-18 et au sol Missiles Bloodhound, Rapier, Stinger et radar TAFLIR et PSTAR. Sans enlevé les prétentions d'autres fournisseurs, il y bine une certaine majorité d'un moins dans une periode donnée. Et je ne crois pas que ce propos soit anti-français.

Écrit par : Marco | 06/06/2020

@philbeau. Les Mirage III suisses étaient équipés d'un radar américain...Parce que à cette époque les radars américains étaient bien meilleurs que les radars français ou autres. Si les Israeliens se sont dirigés vers les américains avant même l'embargo du Général de Gaulle suite à la guerre de 1967, c'est aussi parce que leurs radars et systèmes ECM étaient autrement plus performants que ceux des français. Je ne conteste pas les progrès français depuis, par ailleurs.

Écrit par : Baz driver | 06/06/2020

@philbeau. Les Mirage III suisses étaient équipés d'un radar américain...Parce que à cette époque les radars américains étaient bien meilleurs que les radars français ou autres. Si les Israeliens se sont dirigés vers les américains avant même l'embargo du Général de Gaulle suite à la guerre de 1967, c'est aussi parce que leurs radars et systèmes ECM étaient autrement plus performants que ceux des français. Je ne conteste pas les progrès français depuis, par ailleurs.

Écrit par : Baz driver | 06/06/2020

@philbeau
C'est vous qui êtes un petit marant, même l'armée de l'air française fut aussi pourvue entre 1960 et 1977 de machines ango-saxones :En 1960, les principaux avions de chasse français sont les Republic F-84F Thunderstreak et North American F-100 Super Sabre (premier avion équipé de missiles air-air et à capacités nucléaires et aux North American F-86K Sabre !

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Armée_de_l%27air_française

Écrit par : Francois | 07/06/2020

@philbeau
C'est vous qui êtes un petit marant, même l'armée de l'air française fut aussi pourvue entre 1960 et 1977 de machines ango-saxones :En 1960, les principaux avions de chasse français sont les Republic F-84F Thunderstreak et North American F-100 Super Sabre (premier avion équipé de missiles air-air et à capacités nucléaires et aux North American F-86K Sabre !

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Armée_de_l%27air_française

Écrit par : Francois | 07/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.