05/06/2020

Transport aérien : bataille sino-américaine !

5ca0697da3104842e4a658c6.jpeg

Le ministère américain des Transports a interdit aux compagnies aériennes chinoises de se rendre aux États-Unis à partir de la mi-juin en représailles à une ordonnance chinoise qui, selon les responsables américains, interdit effectivement aux compagnies aériennes américaines de reprendre les vols en Chine.

Le DOT affirme que les actions de la Chine ont empêché les États-Unis d'exercer "la pleine mesure de leur droit bilatéral" d'exploiter un service commercial de passagers entre les deux pays, selon une ordonnance du DOT du 3 juin dernier.

Le mois dernier, Delta Air Lines et United Airlines ont demandé à la Civil Aviation Authority of China (CAAC) l'autorisation de reprendre de nombreux vols de passagers entre les pays. Les compagnies aériennes avaient suspendu les routes plus tôt cette année en raison de la pandémie mondiale de coronavirus.

La CAAC a rejeté cette demande :

En mars, cette agence a limité les vols entre la Chine et d'autres pays, permettant aux compagnies aériennes étrangères d'opérer un seul vol hebdomadaire vers la Chine. L’ordonnance de la CAAC a également interdit aux transporteurs d’ajouter plus de capacité qu’ils n’avaient prévu le 12 mars, date à laquelle les compagnies aériennes américaines n’ont pas eu l’autorisation de vols en Chine en raison du coronavirus, indique l’ordonnance du DOT.

Le trafic entre les deux pays est régi par l'accord de transport aérien civil entre les États-Unis et la Chine, signé en 1980, qui établit les droits des transporteurs des deux pays à assurer le transport aérien entre les États-Unis et la Chine.

Le DOT américain interdit les compagnies aériennes chinoises :

«Le gouvernement chinois a, malgré les objections du gouvernement américain, porté atteinte aux droits d'exploitation des transporteurs américains et privé les transporteurs aériens américains de la possibilité équitable et égale d'exercer leurs droits d'exploitation en vertu de l'accord», indique l'ordonnance du DOT. «Notre objectif primordial n'est pas de perpétuer cette situation, mais plutôt d'améliorer l'environnement dans lequel les transporteurs des deux parties pourront exercer pleinement leurs droits bilatéraux.»

"Nous concluons que ces circonstances nécessitent que le ministère prenne des mesures pour rétablir un équilibre concurrentiel et des chances justes et égales entre les transporteurs aériens américains et chinois sur le marché des services passagers réguliers", indique l'ordonnance.

Réactions des transporteurs américains :

Le 3 juin, Delta Air Lines, basée à Atlanta, a déclaré "apprécier" la pression exercée par le gouvernement américain sur la Chine "pour faire respecter nos droits et garantir l'équité". La compagnie aérienne a déclaré qu'elle avait demandé à prendre l'avion le 1er juin, mais a reporté cette date car les autorités chinoises n'ont pas approuvé les demandes. "Notre demande actuellement en attente doit permettre de voler dès le 11 juin".

United, basé à Chicago, a déclaré: «Nous sommes impatients de reprendre le service passagers entre les États-Unis et la Chine lorsque l'environnement réglementaire nous le permettra.»

Situations inverses :

Les opérations des compagnies aériennes américaines ont été suspendues en mars afin de ralentir la propagation du coronavirus, et la demande de passagers a fortement diminué en raison des restrictions de voyage imposées par le gouvernement.

Les compagnies aériennes chinoises ont continué de voler un horaire limité entre les pays tout au long de la pandémie. China Eastern Airlines est le premier transporteur à destination et en provenance des États-Unis. Air China, China Southern Airlines, Hainan Airlines et Xiamen Airlines relient également les pays.

Le DOT ajoute qu'il «a appris par la voie diplomatique» que certains de ces transporteurs ont contourné les règles et faussé davantage la concurrence en déclarant de nombreux vols entre les deux pays comme vols charters à des fins de rapatriement, alors qu'en réalité, il s'agissait d'opérations commerciales normales de passagers.

Le DOT dit qu'il examinera les futures demandes des compagnies aériennes chinoises pour les vols charters «avec le plus haut degré de scrupule».

Photos : A350-900 China Eastern Airlines @ VCG

Commentaires

Décidemment le conflit entre les USA et Chine se retrouve à tous les niveaux..

Écrit par : Florence | 05/06/2020

Je suis pas un fan invétérer de Trump, mais lui contrairement autres dirigeants occidentaux il comprends comment parler à la Chine et utiliser les rapports de forces pour obtenir un traitement égale pour chaque partie.

Écrit par : Philippe | 06/06/2020

@Philippe: je vous rejoins très volontiers, très étonnant de voir nos dirigeants se plier devant le dictature chinoise.

Écrit par : Serge | 06/06/2020

Pas de panique: tout ça c'est du cinéma, les chinois sont coutumiers du fait dans les négos et quand les business men de la Maison Blanche vont arriver aux limites de ce qu'ils peuvent menacer pour se maintenir "great again" , ils vont vite trouver un arrangement , comme d'hab. Mais ils jouent à qui pisse le plus loin.. La où il faut s'inquiéter c'est quand ils ne jouent plus avec des lignes aériennes mais avec des missiles ou des porte avions..
ON en reparle dans quelques jours..
Par contre d'accord avec @Philippe , nous on a plus les moyens de faire les gros bras..

Écrit par : lotser68 | 06/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.