20/05/2020

Demande d’offres pour la fourniture des moteurs du F-15EX !

2102628956.png

L'US Air Force (USAF) a lancé une demande d’offres de moteurs pour son programme de Boeing F-15EX « Advanced Eagle ». Initialement, il était prévu qu’un fournisseur unique, General Electric produirait le F110. Mais sous pression du GAO, l’USAF se doit de mettre en concurrence les fournisseurs potentiels.

Une chance pour Pratt & Whitney :

Le motoriste Pratt & Whitney (P&W) était initialement sur les rangs pour fournir le moteur F100, mais ce dernier n’était pas à l’époque pas certifié pour le modèle « EX », ce qui signifie que l'intégration et l'évaluation du moteur sur l’avion auraient ralenti les acquisitions.

Dans le cadre de sa nouvelle approche, l’USAF sollicite désormais des offres concurrentielles pour fournir 461 moteurs pour le F-15EX « Advanced Eagle », selon un appel à propositions mis en ligne le 15 mai. Les livraisons devront débuter en juin 2023 et prévoit que la production se poursuivra jusqu'en 2030. Désormais General Electric et Pratt & Whitney se retrouvent face à face pour produire le moteur du « EX ». 

Le projet F-15EX  "Advanced Eagle" :

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing va doter le F-15X du d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif, avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15X « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’arme comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar  HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration.  Dernier élément, le F-15X pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

F-15EX-Video.jpg

Photos : le F-15 EX Advaced Eagle @ Boeing

Commentaires

Où il devient aveuglant que la définition du programme JSF tel que l'état-major de l'USAF l'avait établi était le fait d'un groupe de rélexion (et par la suite de pression) orienté de manière rigide sur des considérations intellectuelles exclusivement autour de la furtivité et du cyber , notions très en vogue au moment de sa naissance . Le bébé aurait pu grandir et se développer de la manière dont ses pères le souhaitaient , s'il n'avait pas eu de malformation et des problèmes de croissance . Il faut maintenant l'aider , avec des frères plus robustes , moins intello et plus vigoureux . Dans la grande famille des forces aériennes US c'est faisable , mais chez les voisins européens, comment on fait ?

Écrit par : philbeau | 20/05/2020

philbeau: "diriger c'est prévoir" les élites des nations européenne ont renoncé à tout travail de réflexion et de logique.
A l'image du SCAF. Nous n'avons besoin de personne pour construire un bon avion. L'EUROFIGHTER coute plus cher que le rafale pour un résultat inférieur. Au final, L'F35 n'aura fait qu'une victime avant son abandon: la défense des pays qui l'on choisie.
De plus, les USA vont rapatrier la production sur leur sol.
La cigüe sera bu jusqu’à la lie!
Puis ils réduiront leurs commandes au fur et à mesure!

Écrit par : Loïc | 20/05/2020

@Philibeau,
Le F-35 prévu par les USA était celui d'un chasseur multi-rôle très fortement orienté bombardier / attaque au sol.
Le F-22, au moment de la définition du cahier des charges du F-35 était sensé couvrir les F-35 dans leurs missions en cas d'attaque d'un pays étranger.
Sauf que la crise de 2008 est passée par là, les budgets pour les F-22 ont été sucrés, et les F-15 Eagle n'ont pas eu suffisamment de remplaçants.
Les Eagle sont purement des avions de supériorité aérienne. Le F-35 peut réaliser ce rôle mais absolument pas de manière optimale au vu de la conception...
Pour rappel, le F-35, pour les USA, devait remplacer:
F-16, F18, Harrier, A-10, F-117.
Pour le F-22, l'objectif était de 750 appareils. Et le nombre actuel de F-22 est très limité, donc pour protéger son potentiel, il faut d'autres appareils capables de remplir une partie de son rôle.
Le F-15 ne démontre
Quant aux partenaires OTAN, ils partent du principe qu'ils ont la dissuasion nucléaire comme protection de toute attaque venant de l'étranger. Et comme appareil d'attaque, le F-35 est très intéressant (pour autant que son niveau de furtivité soit suffisant pour être protégé de tout missile guidé par radar.

Écrit par : Fab | 21/05/2020

@Loïc,
La France a besoin de financements, et c'est bien ça le problème. Plus de 40 ans de déficits, 1/3 des dépenses publiques financées par de la dette...
A un moment ou à un autre, il faudrait être un peu plus réaliste, et ouvrir les yeux sur la réalité budgétaire. Les déficits structurels sont un danger bien plus grand pour la défense de tout pays que le F-35.
Le jour où les investisseurs considéreront la France comme étant un mauvais investissement, il n'y aura plus d'argent pour la défense.
...
Et le rapatriement de la production, ce ne sont que des paroles... C'est Trump, il parle bcp, il fait des promesses, mais il ne sait pas si celles-ci sont possibles. Mais comme il le dit, ses supporters partent du principe que c'est fait, et il n'a pas besoin de le faire derrière.
Avant de pouvoir rapatrier certaines productions, il faudra voir les accords signés, et les contrats industriels. Trump ne fait pas ce qu'il veut.

Écrit par : Fab | 21/05/2020

Attention le problème des F-15C/D en vient pas que du F-35...

Pour rappel, à la base il n'était pas prévu de remplacer les F-15C/D par des F-35, mais par des F-22. Si les F-22 supplémentaires voulus à l'époque par l'USAF n'ont jamais été commandés, c'est en partie pour soutenir le F-35, mais surtout à cause du prix du F-22 et d'un manque de vision à long terme des politiques US des années 2005-2010, c'est à dire à une période où la Russie était encore "l'ombre d'elle-même" et la Chine une nation peu avancée au niveau de son armée (et où il fallait aussi soutenir une guerre extrêmement couteuse en Irak, en plus de celle qui avait déjà lieu en Afghanistan...).

Hors le F-35 n'est pas un avion de supériorité aérienne, même s'il peut assurer des missions de défense aérienne, comme le F-16 choisis auparavant par de nombreuses nations européennes. D'ailleurs, depuis 2008 l'US Navy a un programme de chasseur de supériorité aérienne qui suit gentiment son cours... https://en.wikipedia.org/wiki/F/A-XX_Program

Moralité le F-35 n'est pas forcément adapté pour remplacer les F-15C/D restants, notamment en terme de capacité d'emport, de rayon d'action, etc. Et aussi nombre, car avec les retards du F-35, l'USAF va devoir remplacer en 10 ans plus d'un millier de F-16 (et de F-15E aussi à terme) notamment, qui commencent à se faire vieux.

Du coup des F-15EX permettent de combler le trou, et de s'occuper de la défense du territoire américain (notamment contre d'éventuels vagues de bombardiers ennemis, la plus grosse menace aérienne pour les états-unis vu leur caractère insulaire) pendant que les avions plus récents vont au front. Et aussi de servir de camions à missiles de croisière dans des zones moins dangereuses, comme le B-52 d'ailleurs, puisque le F-15 a une capacité d'emport très élevée (plus élevée que le F-22 et le F-35, même en y montant des armements sous aile).


@Loic
1) le F-35 en Europe ne fait que suivre le chemin tracé par le F-16 (et d'autres avions avant lui). La majorité des pays européens envisageant ou ayant achetés des F-35 avaient déjà des F-16 (à part l'Italie et les UK, mais surtout les UK avaient aussi besoin d'un appareil STOVL...). Du coup accuser le F-35 de tous les maux n'est pas forcément corrects, puisque déjà avant le F-35 ces pays achetaient US et avaient en partie liquidé leur industrie aéronautique...

2) Les premiers piégés par les surcoûts et retards du F-35, c'est les US, ne l'oublions pas.
D'une part ce programme leur coûte très cher (et les empêche de développer de nouveaux programmes plus avancés),
D'autre part ils commencent à avoir un sérieux problème avec leur flotte, qui vieillit très vite à cause des nombreux engagements de ces vingt dernières années. Comme déjà dit, en une dizaine d'années, l'USAF va devoir remplacer plus de 1000 appareils, sous peine de perdre en capacités de déploiement.
Sans parler des Marines qui risquent de perdre leur capacité de soutien propre et devoir dépendre des chasseurs de l'US Navy si les problèmes des F-35B et C n'arrivent pas à être résolus à terme.

Écrit par : chris2002 | 21/05/2020

Pour compléter mon message.

La moyenne d'âge (en 2020) des chasseurs de l'USAF est de 27 ans (presque 35 ans pour les F-15), des ravitailleurs de 41 ans et des bombardiers de 51 ans...
https://www.csis.org/analysis/us-military-forces-fy-2020-air-force
https://www.airforcemag.com/article/usaf-almanac-2019/

Le dernier F-15C/D a été livré en 1985, le dernier F-16C/D en 1994, le dernier F-15E en 2004. Depuis, seulement 187 F-22 sont entrés en service et au maximum 200 F-35 (pour l'USAF). Durant cette même période, l'US Navy a du recevoir autant de Super Hornet et de Growler que l'USAF de F-22 et de F-35. Alors que la Navy a normalement entre 3 et 4 fois moins de chasseurs que l'USAF...

En sachant de plus que l'USAF risque de ne recevoir ces prochaines années que 48 F-35A par an, il va y avoir un sérieux problème à moyen terme.
De fait, rien qu'en 2020, 800 millions de $ vont être engagés pour moderniser des A-10, des F-16 et des F-15 pour prolonger leur durée de vie.

La question est soit dit en passant encore plus dramatique au niveau des ravitailleurs ou des bombardiers.
D'ici une dizaine d'année au maximum, l'USAF n'aura plus que 20 B-2 capables de faire des missions un peu risquées, car les B-1B commencent sérieusement à tirer la tronche (niveau fatigue structurelle notamment), et les B-52 sont juste bon à tirer des missiles de croisière à distance de sécurité... (de plus l'USAF n'en a "que" 75 en service)

Écrit par : chris2002 | 21/05/2020

@ chris : vous êtes bien indulgents sur les choix européens , qui si l'on vous suit , étaient inévitables et déjà prévisibles ...Mais on l'a suffisamment dit ici et ailleurs ,ils sont avant tout politiques , et le choix de saborder toute possibilité de développement d'une industrie aéronautique européenne a été fait en connaissance de cause . Peut-être d'ailleurs parce que celle-ci à l'évidence aurait boosté la seule firme vraiment indépendante et ayant le know how nécessaire , Dassault (on ne reviendra pas sur l'égoïsme individuel et la jalousie des européens entre eux . Avec le recul , on en voit le résultat , si flagrant que même un poids lourd atlantiste comme l'Allemagne a opéré une volte-face spectaculaire en renonçant au F35

Écrit par : philbeau | 21/05/2020

Certes, le sujet est le F15 ici, mais que dire des 165 Rafales qui assurent la sécurité d'un si grand pays comme la France, et que dore de la vétusté des mirages 2000 qui ne tiennent plus que avec de la corde et de la ficelle ? Même chose concernant le vétusté des F18 suisses. Le problème du non renouvellement est un problème de tous les pays occidentaux. Ces armes coûtent tellement t cher qu'on les use jusqu'à la corde. Le post de Fab plus haut sur la solvabilité de la France interpelle aussi ! Le déficit monétaire étant une menace plausible bien plus grande que une attaque vznue de l'extérieur.

Écrit par : Francois 38 | 21/05/2020

@François & Fab : la question du déficit n'est plus d'actualité avec le Covid On vient de s'apercevoir que la manipulation monétaire n'a pas les limites qu'on s'accordait à lui donner . On aura beaucoup manipulé les opinions publiques avec cela, en mettant le focus sur des angles donnés , et puis d'autres , en fonction des politiques et de la sociologie des populations qu'on voulait toucher . Au surplus , et indépendamment de la dette elle-même , c'est la structure de la dépense publique qui est l'important . Mais là vous touchez où ça fait mal pour la France , c'est la gabegie de son administration pléthorique et souvent inefficace qui est le point dur .

Écrit par : philbeau | 21/05/2020

@philbeau : saborder tout développement d'une industrie aéronautique européenne ?

Désolé mais à part la France, l'Angleterre, l'Allemagne, la Suède, l'Italie et à la limite l'Espagne, les autres pays n'avaient déjà plus vraiment d'industrie aéronautique de pointe, en tout cas dans le domaine des avions de chasse, avant même le lancement du programme F-35. C'est au moment du développement du F-16 (et de la construction de l'Union Européenne soit dit en passant) qu'il aurait fallu faire quelque chose, parce que c'est là que les industries nationales ont vraiment commencé à disparaître dans plusieurs pays ayant achetés des F-16 (après avoir pour certaines participé à la fabrication des F-16 européens). Pas au moment d'acheter des F-35, parce que le "mal" était déjà fait. Pour rappel, avant le F-16 la Belgique avec des Mirage, le Danemark des Draken, etc.

Et si on regarde les pays qui n'ont pas (entièrement) succombé à "la tentation du F-35" et qui aujourd'hui sont ceux qui réfléchissent au développement de nouveaux chasseurs européens... France, Allemagne et Espagne d'un coté, Angleterre, Suède et Italie de l'autre.
Soit EXACTEMENT ceux qui ont développé un avion européen de 4ème génération et qui ont donc gardé une capacité de développer une nouvelle génération d'avions.

Que les autres n'aient pas acheté d'appareil européen à la place du F-35, ok, ce n'est pas très européen comme visée.
Sauf que si on regarde les acheteurs de F-35 en Europe, lequel n'est pas actuellement sur F-16 ? Et avaient donc déjà succombé à la tentation US depuis au moins 30 ans ?
Si je ne dis pas de bêtises, seulement l'Italie et l'Angleterre, qui sont des partenaires de relativement haut-niveau dans le développement du F-35 (et qui ont toujours été très tourné vers les USA) ET qui en même temps sont aussi des partenaires dans le programme Eurofighter (et auparavant Tornado) et dans les programmes SCAF et Tempest...

Bref, les nations européennes capables de produire un nouvel avion de chasse, même si uniquement en coopération avec d'autres le sont toujours. Du coup le F-35 n'a rien changé à ce niveau. Tout au plus a-t-il continué d'"enchainer" des nations qui étaient déjà équipées d'appareils américains et englouti une partie des fonds de l'Angleterre et de l'Italie, sans pour autant les empêcher de développer un nouveau chasseur à moyen terme.

Ah et juste comme ça, l'Allemagne n'a jamais été un partenaire de développement du F-35 (à la différence d'autres pays européens comme l'Angleterre, l'Italie, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark ou la Norvège), même si à partir de 2017 ils ont envisager d'en acheter, en même temps qu'ils réfléchissaient aussi à acheter des F-18 ou des F-15 à Boeing ou des Eurofighter à Airbus, constructeurs vers lesquels les politiques et l'armées semblent actuellement préférer se tourner, même si à une époque le F-35 avaient la faveur de beaucoup.
Bref l'implication de l'Allemagne dans l'affaire F-35 est très loin d'être aussi forte que celles d'autres pays européens, puisqu'il ne s'agit presque que d'un achat sur étagère...



@François : Pour les F-18 suisses il ne faut pas non plus exagérer. Ils sont parmi les plus récents, ont été régulièrement mis à jour et peuvent tirer des versions modernes de l'AMRAAM et du Sidewiner. Par rapport à bien des nations européennes, on est plutôt bien loti (n'oublions par exemple pas que les F-16 en service dans bien des nations européennes datent du début des années 80 et remplissent encore bien leur rôle...), surtout que le programme de remplacement est en cours (malgré le premier échec, qui au final n'était peut-être pas si terrible que cela car cela nous permettra d'avoir une flotte uniforme).
Le problème du F-18, c'est que son principal utilisateur, l'US Navy, qui les utilise de manière beaucoup plus "brutale" que nous puisqu'elle les utilise depuis des porte-avions les a retiré du service actif après 32 ans de service seulement (pour la version C/D), là où l'USAF continue d'utiliser et de moderniser ces F-16 C/D dont les cellules datent de la même époque, ce qui laisse un poil plus de marge de manoeuvre (surtout avec les retards du F-35).

Et je ne suis pas forcément d'accord pour dire que le problème du non-renouvellement touche tous les pays occidentaux. L'US Navy s'en sort très bien (la majorité de sa flotte de chasseurs doit avoir moins de 20 ans de service), l'armée de l'air suédoise s'en sort bien, les finlandais s'en sortent relativement bien (si le programme de remplacement des Hornet suit correctement son court), l'Allemagne s'en sort relativement bien (elle a un bon chasseur air-air/multirôle récent et les Tornados sont entrain d'être progressivement remplacés par de Eurofighter et peut-être des Super Hornet), l'Espagne s'en sort relativement bien (même si le remplacement complet des F-18 se pose car ils sont relativement ancien), même la Suisse s'en sort relativement bien (à condition que l'achat de nouveaux chasseurs passe la rampe).
Pour l'USAF, le problème est surtout qu'au rythme actuel de livraison, les derniers F-16 ne pourront pas être remplacés avant 2030-2035. Et qu'en face, en Asie, où les USA veulent marquer leur présence, de nombreux pays voient leur armée de l'air se développer à vitesse élevée...

Écrit par : chris2002 | 21/05/2020

@ Philbeau
Votre remarque sur la déficience et l'inefficacité de la fonction publique interpelle.
En comparant également la fonction défense sur les mêmes critères d'efficience, on en vient à s'interroger sur la pertinence d'un arsenal aussi important qui en definitive ne sert qu' à 1/100 ème de ses capacités. Les interventions actuelles ne sollicitant qu'une infime partie des matériels qui dorment en grande partie dans des arsenal.
Vous allez sans surprise évoquer le principe de précaution et de prévoyance, mais n'importe quelle analyse de risque basée sur une si grande période de référence (depuis la dernière guerre mondiale) démontre que les conflits d'après guerre mondiale sont de nature limitée en ampleur et en intensité ; conflits d'indépendance, révolutions, missions Onu, lutte anti-terroriste etc. Suite à la non utilisation de tout ce matériel, on voit par exemple que le tiers des Rafales sont mis sous blister ou que les chars Leclercq sont continuellement démantelés par dizaines. Et oui, le monde a bien changé
depuis que la menace russe a disparue. et si elle montre encore les dents par ci par là, le risque d'un conflit majeur de grande ampleur est proche de zéro. Faut il dès lors continuer à y mobiliser tant de ressources de façon massive ? Tout l'arsenal de la guerre froide n'a finalement jamais servi, et leur démantèlement suscite bien des questions sur leur impact environemental, un nouveau critère qui est de moins en moins négligeable !

Écrit par : Francois 38 | 21/05/2020

Pour la motorisation: je verrai bien 2 moteurs de F35, Avec prés de 40 tonnes de poussé, il va nous faire des cobras avec sa dotation complète en armement!

Écrit par : Loïc | 21/05/2020

@Chris à part le RU, la France, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne...
.
Le F35 a eu comme ambition de casser les reins à une réédition du Tornado et de l'EF, et y est arrivé. Il ne vous a pas échappé qu'en alternative du F35 BAe avait dans ses cartons un furtif bitubes pour remplacer le Tornado, qui aurait probablement entraîné les anciens partenaires de ce projet...
.
Il faut être clair : sans les promesses extravagantes de LM, il y aurait un bombardier furtif à moyen-long rayon d'action en Europe pour remplacer le Tornado.
.
Ils ont renoncé contre une part importante au projet F35 (qu'ils n'ont pas eu) qui a eu.

Écrit par : v_atekor | 21/05/2020

@François : je ne parlais pas de la défense dans mon propos sur l'administration,vous l'aviez bien compris . Après , vu ce que vous avancez sur les moyens militaires français , on va arrêter là tout de suite . Votre argumentation parfaitement décousue interroge sur ce que vous faîtes sur ce site , à part "troller" .

Écrit par : philbeau | 21/05/2020

Je pense honnêtement que si les brits n'avaient pas abandonné le Replica pour le F35 beaucoup de choses aurait été différentes.

Écrit par : yo | 21/05/2020

@v_atekor ok... après d'une certaine manière ce n'est que partie remise vu les développements sur le Tempest et le SCAF.

@Loïc le F-35 est monomoteur parce que réaliser un avion STOVL bimoteur est problématique. En vol stationnaire, avec deux réacteurs en parallèle, en cas de défaillance d'un des moteurs, l'appareil devient complètement incontrôlable à cause de la poussée dissymétrique. Alors que sur un appareil monomoteur, il tombe "normalement" comme une brique. Idéalement même dans le cas du F-35, vu que la soufflante est actionnée directement par l'arbre du réacteur.

En fait le principal problème* du F-35 c'est qu'on a voulu en faire un appareil capable de remplacer à peu près tout et n'importe quoi, y compris dans des besoins très différents.
Vu la taille, un avion conventionnel aurait probablement gagné à être bimoteur, surtout vis à vis de son utilisation sur porte-avions (la Navy aurait préféré un bimoteur...) mais vu la version B, cela n'était absolument pas envisageable...

*c'est clairement le cas pour les versions B et C qui accumulent les problèmes structurels...


C'est un peu hors sujet, mais on peut aussi se demander pourquoi une version D, reprenant les ailes agrandies du F-35C (mais idéalement sans le système permettant de replier les ailes) n'a jamais été envisagée, car elle permettrait d'emporter plus de carburant en interne (surtout sans le mécanisme de repliage des ailes) et serait intéressante pour des missions furtives plus longues distances. Par exemple pour remplacer à terme les F-15E et compléter les F-22 qui peuvent aussi réaliser ce genre de missions mais qui ne sont disponibles qu'en petit nombre. Israel aurait probablement pu aussi être intéressée (ils envisagent une version biplace, donc des ailes plus grandes pourrait être un moyen d'emporter plus de carburant)


PS: pour conclure sur le F-35... ...au fond les seuls qui ont su suffisamment négocier avec les US sont les Israéliens, qui vont obtenir ce qu'aucune autre nation, même partenaire, n'a jamais pu obtenir et qui vont pouvoir participer à la fabrication de plusieurs éléments de l'appareil. Le tout en partie aux frais des US bien sûr, sinon cela ne serait pas drôle...
Et si les israéliens semblent content de leurs F-35 c'est que l'appareil n'est pas si mauvais que cela. lol

Écrit par : chris2002 | 21/05/2020

@Chris2002 : "Sauf que si on regarde les acheteurs de F-35 en Europe, lequel n'est pas actuellement sur F-16 ? Et avaient donc déjà succombé à la tentation US depuis au moins 30 ans ?
Si je ne dis pas de bêtises, seulement l'Italie et l'Angleterre,..."

Juste pour info : pour remplacer ses F-104S en attendant de recevoir ses Eurofighter, l'Italie a loué 34 F-16A/B de 2004 à 2012, passant en quelque sorte elle aussi par "la case" F-16... Il est juste que les F-35 italiens ne remplacent pas ces F-16, mais les AV-8B de l'Aviazione Navale italiana, des appareils de construction US également.

Écrit par : Jo-ailes | 21/05/2020

@Chris : je rajoute quelques éléments. Il n'existait que 2 acteurs capables de concevoir un avion de combat de A à Z dans les années 90 : Dassault et BAe (La Suède en particulier ne maîtrisait pas les réacteurs ni les radars).
.
BAe était sans doute dans les années 90 celui qui pouvait agréger le plus facilement ses partenaires Européens, car il en aurait été à son 3e avion conçu selon ce mode : Tornado, EF et probablement un Tempest dont je ne doute pas qu'il aurait été une réussite à l'égard des deux avions précédents. Les français taperont sur l'EF, mais conçu au départ comme intercepteur pur, il est probablement l'un des meilleurs appareils de cette catégorie. Et le Tornado est un excellent bombardier, typique des années 70. On peut même ajouter à BAe des coopérations réussies avec la France sur le jaguar et surtout les missiles.
.
Les US s'en sont pris en priorité à BAe car sans le RU l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie tombaient mécaniquement en château de carte. C'est le cas. Les investissements sur l'EF sont peu ou prou gelés malgré deux tentatives de relances tuées dans l'oeuf (notamment en 2012 pour une version navalisée, souvenez vous, et une version chasseur-bombardier où les partenaires traînent des pieds depuis 10 ans sachant que le RU ne suivrait pas).
.
En 2020, le RU n'a plus les fonds pour se payer un nouvel avion (voir le cas du Tempest figé par le RU et l'Italie manque de fonds).
.
30 ans, c'est le temps de renouvellement des personnels des bureaux d'études. Lorsque la génération '90 qui a mis au point l'EF depuis une feuille blanche partira à la retraite, les compétences seront définitivement perdues à moins d'un énorme effort financier.
.
En bref : si le RU ne lance pas un Tempest rapidement, ils sont cuits (et avec eux l'Italie), et s'ils le lancent... ils risquent de manquer de £.
.
L'Espagne, l'Allemagne (un peu la Grèce) se regroupent autour de la France qui reste le dernier cavalier à maîtriser la chaîne complète. Gageons de façon optimiste que l'Italie et le RU se rapprocheront du scaf par nécessité de survie, mais un point reste acquis : LM a tué le Tempest et BAe est dans une sale situation.
.
De ce point de vue là, la première victoire du F35 est industrielle et politique, avant même toute considération militaire.

Écrit par : v_atekor | 22/05/2020

@ Philbeau
Votre remarque sur la déficience et l'inefficacité de la fonction publique interpelle.
En comparant également la fonction défense sur les mêmes critères d'efficience, on en vient à s'interroger sur la pertinence d'un arsenal aussi important qui en definitive ne sert qu' à 1/100 ème de ses capacités. Les interventions actuelles ne sollicitant qu'une infime partie des matériels qui dorment en grande partie dans des arsenal.
Vous allez sans surprise évoquer le principe de précaution et de prévoyance, mais n'importe quelle analyse de risque basée sur une si grande période de référence (depuis la dernière guerre mondiale) démontre que les conflits d'après guerre mondiale sont de nature limitée en ampleur et en intensité ; conflits d'indépendance, révolutions, missions Onu, lutte anti-terroriste etc. Suite à la non utilisation de tout ce matériel, on voit par exemple que le tiers des Rafales sont mis sous blister ou que les chars Leclercq sont continuellement démantelés par dizaines. Et oui, le monde a bien changé
depuis que la menace russe a disparue. et si elle montre encore les dents par ci par là, le risque d'un conflit majeur de grande ampleur est proche de zéro. Faut il dès lors continuer à y mobiliser tant de ressources de façon massive ? Tout l'arsenal de la guerre froide n'a finalement jamais servi, et leur démantèlement suscite bien des questions sur leur impact environemental, un nouveau critère qui est de moins en moins négligeable !

Écrit par : Francois 38 | 22/05/2020

@ Philbeau
Votre remarque sur la déficience et l'inefficacité de la fonction publique interpelle.
En comparant également la fonction défense sur les mêmes critères d'efficience, on en vient à s'interroger sur la pertinence d'un arsenal aussi important qui en definitive ne sert qu' à 1/100 ème de ses capacités. Les interventions actuelles ne sollicitant qu'une infime partie des matériels qui dorment en grande partie dans des arsenal.
Vous allez sans surprise évoquer le principe de précaution et de prévoyance, mais n'importe quelle analyse de risque basée sur une si grande période de référence (depuis la dernière guerre mondiale) démontre que les conflits d'après guerre mondiale sont de nature limitée en ampleur et en intensité ; conflits d'indépendance, révolutions, missions Onu, lutte anti-terroriste etc. Suite à la non utilisation de tout ce matériel, on voit par exemple que le tiers des Rafales sont mis sous blister ou que les chars Leclercq sont continuellement démantelés par dizaines. Et oui, le monde a bien changé
depuis que la menace russe a disparue. et si elle montre encore les dents par ci par là, le risque d'un conflit majeur de grande ampleur est proche de zéro. Faut il dès lors continuer à y mobiliser tant de ressources de façon massive ? Tout l'arsenal de la guerre froide n'a finalement jamais servi, et leur démantèlement suscite bien des questions sur leur impact environemental, un nouveau critère qui est de moins en moins négligeable !

Écrit par : Francois 38 | 22/05/2020

@ v_atekor : je souscrit à 100% à votre analyse , j'ai fait depuis longtemps la même , on a dû en parler lors d'un échange ou un autre . Il n'y a rien à ajouter , elle est indiscutable même parmi les promoteurs , qui ne veulent pas l'avouer , d'une inéluctable mainmise totale américaine sur l'aéronautique européenne . Et j'ai des craintes que le pilier français , qui gêne depuis longtemps nos problématiques "alliés" américains ait la capacité de résister indéfiniment aux coups de boutoirs actuels et à venir...

Écrit par : philbeau | 22/05/2020

@philbeau
"Et j'ai des craintes que le pilier français , qui gêne depuis longtemps nos problématiques "alliés" américains ait la capacité de résister indéfiniment aux coups de boutoirs actuels et à venir..."
C'est quand même pour cette raison que je pense que les renforcements d'activités en Inde pour Dassault sont une excellente réponse stratégique. De même que le SCAF pour les allemands est la dernière coopération possible avec un industriel complet. Les allemands y vont en se bouchant le nez mais ils n'ont pas le choix.

Écrit par : Herciv | 22/05/2020

@herciv : comme avec v_atekor , je partage vos conclusions sur cet aspect de la question . L'avenir de Dassault et de ses satellites , à court et moyen terme , repose sur ces deux caps stratégiques . Faute , on ne le répètera jamais assez , d'une incapacité congénitale des pays européens à concevoir des projets profitables à tous . Seule domine la jalousie mesquine , et le plaisir malsain de tirer la couverture à soi , héritage indélébile de siècles d'histoire conflictuelle sans doute ...

Écrit par : philbeau | 22/05/2020

"Seule domine la jalousie mesquine , et le plaisir malsain de tirer la couverture à soi , héritage indélébile de siècles d'histoire conflictuelle sans doute .." et peut-être aussi un amour maladif pour les USA qui se ressent particulièrement dans les têtes étoilées.

Écrit par : Herciv | 22/05/2020

Eh oh, les déprimés, c'est la loi du marché point barre ! L'offre et la demande. Je vends parce que je correspond le mieux aux besoins de mon client! A ce jeux là, la France s'en sort extrêmement bien avec ses blindés, peut être moins avec ses avions. Oui, le bloc occidental glisse vers les USA au travers de l'OTAN mais c'était très prévisible ! Reconnaitre la mésentente historique entre les ingegneurs allemands et Français révèle une partie du problème, l'offre de 3 appareils pour un si petit marché (les miettes des USA et des russes) en est un autre ! Et attendez quand les chinois vont casser le marché avec leurs avions bon marchés à destination des pays émergeants. Vous allez dire qu'ils ne peuvent offrir des technologies fiables, mais ils apprennent très vite !

Écrit par : John | 22/05/2020

@john
A mon sens on va vers un monde de bloques. Les anglo-saxons, l'europe la chine et l'Inde en étant certain des principaux. Si l'europe délègue au us ses savoir faire elle ne jouera pas dans la cour des grands.
Ensuite pour être commercial moi moi-même ça fait déjà un moment que je sais que la loi de l'offre et de la demande sur un produit n'est pas le seul facteur. Il ne faut surtout négliger le facteur psychologique. Ma maxime que je répète avant de faire un rdv commercial : vendre ma société, moi et mon produit.

Écrit par : Herciv | 22/05/2020

@philibeau @herciv : je crois que si l'on suit tous l'actualité aéro depuis des années, et qu'on en arrive tous aux mêmes conclusions, c'est qu'il s'agit probablement plus que d'une coïncidence...

Écrit par : v_atekor | 22/05/2020

@Philibeau,
Combien même la création de dettes pour de bonnes raisons peut se justifier, au final, si cette dette est structurelle, peu importe la structure des dépenses à long terme, elles vont finir par être un vrai problème.
Quant à la sociologie, je pense que certains pays "souffrent" de la situation actuelle, celle n'ayant vu aucune crise d'ampleur majeure depuis la Seconde Guerre Mondiale, et d'un économie "relativement saine".
Et à cause de ça, il y a beaucoup trop de personnes qui considèrent certains privilèges comme étant des droits. Et tant qu'on ne différencie pas privilège et droit, chaque personne qui vote ne va s'intéresser qu'à son propre intérêt mais à court terme. Or il faudrait comprendre que l'état c'est "nous" et donc que toute dépense aura des conséquences à terme, et donc qu'il faut gérer l'argent publique avec intelligence pour le bien de tous, et par conséquent voter pour des politiciens ne promettant pas l'impossible.
Et il faudrait aussi voir que le système politique français ne fonctionnera jamais plus. Construire qqch qui sera ensuite détruit par le successeur et ainsi de suite, ça a un coût énorme, sans apporter le moindre bénéfice. Le compromis avec tous les partis impliqués permettent une politique cohérente, avec surtout tout le monde qui serait responsabilisé, et qui ne permettrait pas à "l'opposition" de se dédouaner de tout problème.
Bref, beaucoup à dire, mais pour conclure, je dirais que la France a les compétences pour être un des pays avec une économie des plus florissantes, capable d'allier les artisanats de haut niveau dans le luxe, la restauration, etc... et les industries modernes ainsi que les sciences. Malheureusement, le potentiel est mal utilisé.

Écrit par : Fab | 23/05/2020

@John: La loi du marché ? Dans les armes ? Vous êtes soit très naïf soit d'une mauvaise foi totale ! Les marches stratégiques que sont les armes (et l'énergie selon certains aspects) sont d'abord politiques.
.
Si les ventes d'armes étaient de même nature que ceux des réfrigérateurs, des boulons de 12, et des parapluies ça fait bien longtemps que je m'en désintéresserais.

Écrit par : v_atekor | 23/05/2020

@Fab : on est un peu hors sujet , et il faudrait développer largement , ce qui n'est pas l'objet de ce blog , mais je pense qu'on est d'accord sur cette dichotomie navrante entre le potentiel économique français , et le résultat obtenu par des politiques conduites sans aucun souci de l'avenir . Et c'est le mur qui arrive devant . Au détriment d'entreprises extraordinaires , en particulier dans l'aérospatial . C'est le drame de ce pays .

Écrit par : philbeau | 23/05/2020

En effet, c'est du hors sujet, mais tous ces sujets sont fortement liés.
Quant au potentiel reconnu de me part, c'est un Suisse qui le dis, un Suisse très critique en général, mais qui sait reconnaitre les qualités.

Écrit par : Fab | 24/05/2020

@Fab : votre impartialité vous honore ; c'est suffisamment rare dans ce genre de forum , quelle que soit la qualité ou l'origine des intervenants , pour que cela soit signalé .Merci pour nous tous .

Écrit par : philbeau | 24/05/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.