09/05/2020

Le Leonardo M-345 prêt pour l’exportation !

1100933348.jpg

L’avionneur italien Leonardo a d'annoncé que la DAAA (Direction des armements aériens et de la navigabilité), l'autorité de certification du ministère italien de la Défense, a délivré la "Certification initiale" pour le nouvel avion d'entraînement M-345. Cette réalisation importante pour le programme M-345 est le résultat d’activités intenses avec deux cents vols dédiés enregistrés aux côtés du soutien essentiel du Flight Test Center de la Force aérienne italienne, de la 61e Escadre et de la 10e Aircraft Maintenance Unit.

Lucio Valerio Cioffi, directeur général de la division Leonardo Aircraft, a commenté: "La réalisation de la certification initiale du M-345 unique dans son segment pour les coûts d'acquisition et d'exploitation  confirme que l'avion présente d'excellentes caractéristiques et capacités et le rend disponible pour le marché international. Ce résultat résulte d'une collaboration consolidée entre l'industrie, l'autorité de certification et l'armée de l'air italienne dans le cadre d'un effort national complet et incarne l'héritage de l'excellence de la formation qui est largement reconnu par les forces armées italiennes. "

La certification initiale du M-345 marque le premier cas d'application de la nouvelle règle AER (EP) P-21 pour un avion à voilure fixe. Cette règle adopte l'EMAR-21 européen (European Military Airworthiness Requirements) une exigence de certification internationale stricte qui sera également bénéfique pour l'exportation de l'avion.

Le M-345, grâce à ses performances et à son système d'entraînement intégré avancé, offre à l'Air Force une amélioration significative de l'efficacité de l'entraînement, une plus grande efficacité et une forte réduction des coûts d'exploitation. Le nouvel avion, conçu pour répondre aux besoins de formation de base et de base / avancé, complétera les M-346 utilisés pour la phase avancée de formation des pilotes et dans le cadre du projet "International Flight Training School", soutiendra le renforcement et l'internationalisation de l'offre de formation lancée par Leonardo en partenariat avec l'armée de l'air italienne.

Le M-345HET :

Pour Leonardo, le petit jet d’école offre aux élèves-pilotes un environnement d'entraînement simulant le comportement de vol, la capacité de manœuvre et l'expérience physique des avions à réaction. Le M-345 assure un niveau élevé, soit la norme de qualité qui doit être atteinte à la fin des activités de formation des élèves-pilotes.

L'avion est équipé de systèmes de bord simples et basiques nécessitant un minimum d'entretien et capables de garantir une sécurité et une fiabilité maximales. Le résultat est un avion d'entraînement très efficace alimenté par un moteur à double flux, mais avec des coûts d'achat et de cycle de vie  un peu supérieur à ceux des entraîneurs à turbopropulseurs. 

La structure du M-345, dans laquelle une large utilisation a été faite de matériaux composites, est construite pour beaucoup voler, avec une durée de vie allant jusqu'à 15’000 heures. Le moteur Williams FJ44-4M-34 sans postcombustion garantit une poussée substantielle, ce qui réduit la consommation de carburant et offre un système de contrôle numérique moderne.

3533935323.jpeg

Les étudiants pilotes et les instructeurs sont assis sur des sièges éjectables Martin Baker Mk.IT16D de dernière génération dans un cockpit confortable, entièrement équipé d'instruments sophistiqués comprenant, entre autres, trois grands écrans multifonctions LCD - très similaires au type d'équipement que les futurs pilotes trouveront devant avion de combat. 

La division Avions de Leonardo a créé un système d'entraînement intégré capable de déplacer facilement les pilotes des entraîneurs de base vers les chasseurs de dernière génération.

La présence du système ETTS (Embedded Tactical Training Simulation) embarqué, basé sur celui offert par l'avion M-346 éprouvé, est fondamentale. Ce système est capable de simuler le scénario tactique le plus approprié en fonction des besoins d'entraînement, en faisant apparaître des forces alliées ou ennemies, simulant le fonctionnement des capteurs embarqués qui ne sont pas réellement présents ou des armes. Les pilotes sont immergés dans un environnement connu sous le nom de LVC, qui combine de manière transparente des avions volants (Live), des avions simulés (Virtual) avec d'autres forces virtuelles alliées ou ennemies (Constructive).Le M-345 équipera prochainement la célèbre patrouille italienne des Frecce Triccolori.

CPX619_(14684738352).jpg

Photos : 1 M-345  2 Cockpit 3 la version futur des Frecce Triccolori @ Leonardo

 

 

Commentaires

Attention: il ne faudrait pas souffler à notre PSS émérite qu'il y aura désormais encore moins cher sur le marché comme "avion de combat" pour la Suisse que le M-346 proposé par eux l'an dernier. Cela leur évitera d'avoir à payer une autre étude bidon et un 2ème déplacement en Italie...

Écrit par : BadCox57 | 10/05/2020

@BadCox : tant qu'à faire, autant leur proposer d'armer les PC-21. Niveau vitesse maximale, plafond opérationnel, etc. le PC-21 est quasiment au niveau du M-345. Comme ça, en plus, on achèterait suisse...

Le seul problème serait l'absence de radar et la difficulté d'un caser un (dans un cas comme dans l'autre). Mais bon, comme tout le monde le sait, les radars au sol peuvent très bien guider les intercepteurs vers leur destination. Même au fond des vallées, vu leur position sur les sommets alpins...

Bien sûr c'est ironique.

Après de manière moins ironique, la question du FA-50 (la version la plus armée du T-50 Golden Eagle) m'a toujours interrogé.
Dans un rôle de police aérienne (et uniquement dans ce rôle, soit dans l'optique PSS), je ne vois pas trop ce qu'il qui lui manquerait (à contrario du M346).
En effet, il est supersonique (Mach 1.5), équipé d'un radar EL/M-2032 (c'est pas le plus performant des radars, mais de nombreux pays utilisent des avions équipés de ce radar pour de la police aérienne), est d'une taille similaire au Gripen C/D et en plus est équipé d'un réacteur F404 déjà connu de nos équipes de maintenance.

Même si bien sûr cela ne semble pas être l'optique des forces aériennes, mais en même temps une des justifications majeures de l'achat de nouveaux chasseurs, notamment pour le commun des mortels, cela reste la police aérienne. Du coup quels argument sérieux opposer au FA-50 ?
Parce qu'il y en aura bien un qui finira par ce rendre compte qu'entre le M346 objectivement pas assez performant pour de la police aérienne et les chasseurs moyens/lourds en compétition, il y a des chasseurs légers supersoniques, déjà équipés d'un radar et qui pourraient peut-être faire l'affaire. Le FA-50, peut-être un jour le T-7 Redhawk US (si une version équipée d'un radar voit le jour), qui à l'avantage d'être en partie "suédois" vu que Saab est impliqué ou, même si c'est pas réaliste d'envisager un tel achat, le Teja indien, etc.

Écrit par : chris2002 | 10/05/2020

@chris : un avion coréen ? Là , vous voulez faire entrer la Suisse en terre inconnue , à bien des égards . Le premier étant à l'évidence la capacité de KAI d'assurer ce qu'on peut qualifier pour faire simple la maintenance opérationnelle , en dehors de sa zone économique régionale , avec toutes les incidences liées aux composants étrangers (notamment américains) dont le FA 50 est l'assemblage . Avec l'impossibilité en l'état de sécuriser sur la durée le programme ,même si on peut penser que le gouvt coréen restera investi pour assurer son avenir ...

Écrit par : philbeau | 10/05/2020

@chris2002: Il est temps de stopper les BlaBla inutiles:

1. Le PC-21 NE PEUT PAS ÊTRE ARME on l'adit, et on le répète !
2. Le FA-50 coréen est avant tout un avion d'attaque au sol avec un radar mécanique de faible puissance notamment utilisé au Philippines pour combattre les islamistes. Le pays cherche d'ailleurs un véritable avion de combat pour la défense aérienne.
3. Les propos des opposants aux avions sur la proposition du M-346 ne sont qu'un LEURRE destiné à tromper les cityoennes et citoyens, a plus forte raison que l'arguement de la campagne est : PAS DE MILLAIRDS POUR DES AVIONS DE COMBAT ! Donc pas d'avion multirôle, mais pas non plus de M-346. Voilà comment se profile la campagne d'arnaque des opposants.

Écrit par : Martin | 10/05/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.