01/05/2020

Coup de théâtre: Les Philippines vont choisir entre l’Apache et l’AH-1Z !

unnamed-3.png

C’est un changement de cap qui se déroule aux Philippines dans le cadre du choix du nouvel hélicoptère d’attaque. Souvenez-vous, en décembre 2018 Manille avait officiellement choisi le modèle de Turkish Aerospace Industries (TAI) T129 « ATAK » pour un montant limité à 240 millions de dollars. 

La Turquie sous pression du CAATSA :

Tout semblait donc bien engagé pour Turkish Aerospace Industries (TAI) aux Philippines. Mais le contrat n’est à ce jour pas signé et pour cause. En effet, l’accord est aujourd’hui sérieusement compromis, car Turkish Aerospace ne peut actuellement pas importer le turbomoteur LHTEC T800-4A. LHTEC est une coentreprise entre Honeywell et Rolls-Royce, et le groupe ne peut exporter le T800 vers la Turquie en vertu de la loi Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA). Le différend diplomatique se poursuit aujourd’hui avec les États-Unis, après que la Turquie a procédé à l'acquisition du système de missile russe Almaz-Antei S-400 « Triumph ».

Relance d’un programme :

Les Philippines n’ont donc pas d’autre choix que de relancer un programme d’acquisition et plus précisément en direction des Eats-Unis, afin de pouvoir se fournir sans embargo. Les pourparlers ont donc démarrés en ce qui concerne deux offres, l’une portant sur 6 hélicoptères Boeing AH-64 E BlockIII « Apache » et l’autre avec Bell Textron pour 10 hélicoptères AH-1Z « Viper ».

De son côté, le Département d'État n’a pas chômé, avec l’approbation d’une éventuelle vente militaire étrangère au gouvernement des Philippines portant sur les types d’hélicoptères et de l'équipement connexe pour un coût estimé à 1,5 milliard de dollars. L'Agence de coopération pour la sécurité de la défense a délivré la certification requise pour informer le Congrès de cette éventuelle vente.

L’AH-64 E Apache :

AH-64E-Apache-mode.jpg

L’AH-64E BlockIII «Apache» offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

Le Bell Textron AH-1Z « Viper » :

unnamed.jpg

L’ultime version du célèbre « Cobra » est dotée d’une nouvelle motorisation, soit le General-Electric T700-GE-401, l’appareil est doté d’une avionique de dernière génération qui incorpore un FLIR de troisième génération et fournit actuellement, une des plus longue portée du marché. En outre, le système complètement passif et automatique de balayage du champ de bataille, permet d’identifier de façon positive et de suivre des cibles multiples à des distances, au-delà, de la portée maximale de son système d'armes. L’AH-1Z permet l’usage varié d’un armement complet comme les AGM-114A, B, C, F « Hellfire », des roquettes de 70mm et missiles air-air AIM-9 « Sidewinder ». Le poste de pilotage rénové comprend des écrans couleurs de grandes tailles, multifonctionnels et combinés avec la technologie de cartes mobiles.

Photos : 1 Apache & AH-1Z 2 AH-64 Apache @ Boeing 3 AH-1Z Viper@ Bell Textron

Commentaires

La Turquie paie sa stratégie de rapprochement en direction de la Russie, ce pays bien que grand contributeur de l'Otan n'a cesser de de montrer une ambivalance dangereuse. A mon sens il est temps que la Turqie quitte l'Otan.

Écrit par : Raphael | 02/05/2020

Cela montre aussi l'importance de pouvoir proposer des appareils complètement ITAR free, pour ne pas avoir à subir le dictat US sur sa propre politique commerciale (de vente de matériel militaire bien sûr).
Car ce n'est ni la première fois, ni la dernière fois que cela arrive (l'Espagne et le brésil avaient par exemple été empêchés de vendre du matériel au Vénézuela, pour ne citer qu'un exemple parmi d'autres).

Écrit par : chris2002 | 02/05/2020

Entièrement d'accord avec Chris.
Il faut absolument produire ITAR free. De même il faudrait commercer en évitant les transactions en dollars. Les US, sur de leur bon droits, veulent imposer leurs normes partout : dans les domaines financiers (transactions en dollars), juridiques et fiscaux ( GAFA/ imposer partout dans le monde ceux qui payent en dollard ou qui ont un lien avec les US), militaire (règles ITAR), sanitaires (viande aux hormones, mal bouffe US) ...
Lors du choix air2030 nous devons absolument nous demander quelle souveraineté est fournée avec les moyens que nous allons acquérir (utilisation sans restrictions ?; souveraineté des données récoltées et exploitées par les systèmes, autonomie technique,... )

Écrit par : Martin | 04/05/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.