07/04/2020

Sukhoi prépare la livraison des premiers Su-57 « Felon » !

234.jpeg

L’avionneur russe Sukhoi Corporation s’active en vue de débuter les livraisons de son nouvel avion de combat Su-57 « Felon » aux forces aérospatiales russes en 2020.  

Les forces aérospatiales russes testent actuellement 10 prototypes Su-57 « Felon » dont quatre auraient effectué des missions de combat en Syrie. Le chef d'état-major des Forces armées russes, premier vice-ministre de la Défense, le général Valery Gerasimov, a révélé en décembre 2019 que le Su-57 avait subi un «deuxième test de combat» en Syrie « au cours duquel toutes les tâches prévues ont été exécutées avec succès ». 

Livraisons retardées :

Les livraisons devaient initialement débuter à la fin de 2019, les Forces aérospatiales devant prendre livraison de deux Su-57 en 2019 et de deux autres durant le printemps 2020. Cependant, le crash d'un Su-57 en décembre 2019 considéré comme le premier appareil de série, lors d'un test en vol, il aurait retardé de plusieurs mois le transfert du premier lot d'avions. De son côté, le ministère russe de la Défense a confirmé les premières livraisons durant l’année, sans en préciser les dates.

Planification:

En mai 2019, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé que les forces aérospatiales recevraient 76 Su-57 « Felon » d'ici 2028. Un contrat entre le ministère russe de la Défense (MoD) et United Aircraft Corporation (UAC) a été signé en juillet 2019.

Essais du nouveau moteur :

Les prototypes du Su-57 sont équipés d'un dérivé du moteur Saturn AL-41F1S de fabrication russe. Les essais en vol du nouveau moteur izdeliye 30 étape 2 ont débuté en décembre dernier. Le moteur izdeliye 30 étape 2 a été développé au Lyulki Design Bureau sous la direction d'Evgeny Marchukov et en collaboration avec d'autres grandes sociétés de construction de moteurs russes. Selon des données connues, l’izdeliye 30 est un turboréacteur à double circuit avec postcombustion. Au niveau de certaines idées de base, il présente des similitudes avec les moteurs plus anciens des familles AL-31 et AL-41. Mais de nouveaux éléments spécialement conçus pour lui offre une augmentation notable de toutes les caractéristiques de base, permettant d'attribuer le «izdeliye 30» à la prochaine génération de turboréacteurs à double flux. Le moteur a une architecture typique de sa catégorie avec des compresseurs hautes et basses pressions à plusieurs étages, une chambre de combustion et des turbines à plusieurs étages. Derrière les turbines se trouvent une postcombustion et une buse avec TVC (contrôle du vecteur de poussée). Le compresseur assure une compression de l'air entrant avec un degré de 6,7, fournissant un débit d'air allant jusqu'à 20-23 kg/s. La chambre de combustion est équipée d'un système d'allumage plasma installé directement sur les buses. Ces outils enflamment le carburant immédiatement après son entrée dans la chambre de combustion. Pour cette raison, le mode de combustion optimal est maintenu. La température des gaz devant la turbine va de 1950 à 2100 ° K. A titre de comparaison, dans le moteur de série AL-31F, ce paramètre ne dépasse pas 1700 ° K. Selon des données connues, la poussée maximale du moteur du izdeliye 30 atteint 11’000 kgf, postcombustion à 18’000 kgf. A titre de comparaison, le moteur du premier étage AL-41F1 a une poussée de 9’500 et 15’000 kgf, respectivement. L’izdeliye 30 correspond pleinement au niveau mondial des moteurs de cinquième génération. Il peut développer une poussée de 107 kilonewtons en mode croisière et de 176 kilonewtons avec postcombustion. On ne sait pas quand la production passera au moteur Saturn izdeliye 30.

1069603458_28-0-1399-742_1000x0_80_0_1_1b64db0c7d79d3a87999aa3dfa07b1b9.png

Le Sukhoi Su-57 « Felon » :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 « Felon » est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolaser qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuels du Su-57 Izd117 ne sont pas définitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’ Izdeliye 30 permettra le mode de la « Supercroisière » avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tous les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique. De plus, l’avion est doté d’un système de contre-mesure infrarouge directionnelle, capables de perturber à la fois les systèmes de détection air-air et les missiles air-air infrarouge.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos et le missile balistique hypersonique Kh-47M2 Kinzhal («Dagger») (ALBM). Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

87.JPG

Photos : Su-57 Felon @ Sukhoi

 

Commentaires

@Pk: Ce nouveau système perturbateur à infrarouge peut-il rendre l'avion furtif du moins en ce qui concerne les IRST ?

Écrit par : Martin | 07/04/2020

Sur le papier et en vidéo, cet appareil semble être un formidable avion sur le plan de la manœuvrabilité.
Par contre aucun élément permettant de s'avancer sur ses qualités électroniques en termes de brouillage, contre-mesures, résistance au brouillage. Et sur la qualité de son armement.
Dans un monde idéal on verrait cet appareil en Red Flag pour se mesurer aux autres :-)

Écrit par : nibua | 07/04/2020

@Martin: C'est en tout cas l'objectif. Maintenant, il faut déterminer quels systèmes seront perturbés, s'agissant des premières générations d'IRST, celà semble très réaliste. Mais qu'en est-il de la nouvelle génération ? Là, il faudra attendre un peu. De plus selon les systèmes embarqués ce brouillage infrarouge peut avoir diverses efficacités, soit une dissimulation à grande distance (là encore avec des résultats différents en fonction des capteurs adverses) mais qui diminuent en rapprochement par exemple. Comme tout les systèmes, c'est le jeu du chat et de la souris.

Par ailleurs, il faut prendre en compte l'ensemble des capteurs qui équipent un avion, la fusion permet entre autre de combler certaine faiblesse. Là, encore la démonstartion nous prouvent que seul un avion moderne ayant des capteurs sophistiqués couplés une informatique puissante peut sortir gagnant.

Écrit par : PK | 07/04/2020

L'autre question, c'est la santé d'un pilote assis entre 5 radars en fonctionnement continu... ça promet.

Écrit par : john | 08/04/2020

Concernant le système de contre-mesure IR directionnelle, il s’appuie vraisemblablement sur un laser qui permet d'aveugler et/ou détruire le capteur du missile.
Mais dès lors qu'on parle de laser l'efficacité de cette solution est directement dépendante de la distance de sa cible et décroit très vite. D'autre part j'avais fait une étude sur les armes laser et j'avais conclu que la portée de tel laser est également directement fonction de leur ouverture : en clair de la taille de l'optique de sortie.
EN aucune manière un laser sur le SU-57 ne peut avoir une portée supérieur à quelques kilomètres (3 ou 4) vraisemblablement plutôt autour de 1 à deux. D'autre part les lasers ont des longueurs d'onde très précises qui sont dès lors relativement simples à filtrer par exemple à l'aide de réseaux de Bragg.
C'est donc très probablement un système de protection contre les missiles incident ou pour éviter en combat rapproché d'être accroché par l'IRST de l'adversaire.

Écrit par : Herciv | 08/04/2020

Sans entrer dans des considérations techniques, cet avion est magnifique ! (photo ci-dessus). L'adage veut qu'un bel avion soit un bon avion (dixit feu M.Dassault).

Écrit par : Daniel Cochard | 08/04/2020

Quand on pense qu'on à intercepté des vieux bombardiers Tupolev en pénétration au dessus de la Manche.
Avec cet avion, la Russie se dote de moyens aériens stratégiques pour frapper ses ennemis où elle veut.
Il ne lui manque que des capacités navales.

Écrit par : LeHoink | 09/04/2020

Outre le moteur qui n'est pas encore au point, les caractéristiques du Félon peuvent-ils le mettre exactement au même niveau que Raptor F22 américain ?

Écrit par : Prince | 09/04/2020

@Prince le f22 a été mit en service en 2007 quand même. J'imagine que le Pak Fa doit avoir quelques as en plus.

Écrit par : yo | 10/04/2020

@Prince je ne vois pas comment quiconque pourrait comparer réellement 2 avions qui sont absents hors de leur pays, sans aucune base de comparaison viable, ni aucunes informations exhaustive partagées à leur sujet. Néanmoins, vu leurs ages respectifs, j'espère pour les Russes voir le F22 derrière le Felon, 30 ans les séparent.

Écrit par : nibua | 10/04/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.