05/04/2020

La Bulgarie signe pour des F-16 « Viper » !

177509571.jpg

 

Lockheed-Martin a obtenu un contrat pour la fourniture de 8 F-16 C/D Block 70/72 « Viper » (6 monoplaces et 2 biplaces) pour la République de Bulgarie. Les travaux seront terminés le 31 janvier 2027.Ce contrat est entièrement financé par des ventes militaires étrangères (FMS) à la République de Bulgarie et est le résultat d'un concours organisé le pays.

Rappel : 

Après un premier choix avec le Saab JAS-39 C/D Gripen en 2017, l’opposition arrivée au pouvoir à casser la décision et relancé un appel d’offres. Les Etats-Unis, la Suède et l'Italie ont répondu à la demande de propositions de la Bulgarie concernant la fourniture de 16 avions de combat neufs ou d’occasions en provenance des États-Unis, du Portugal, de la France, de l'Allemagne, d’Israël, de l'Italie et de la Suède. Au final, les USA proposent le Lockheed-Martin F-16 et le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet », l’Italie l’Eurofighter T1 d’occasion et la Suède des Gripen E.

Le Cabinet du ministre de la Défense a recommandé l’achat de F-16 le 9 janvier 2019 et l’approbation du Parlement pour entamer les négociations a été donnée le 16 janvier.

Le F-16 Viper pour la Bulgarie : 

En plus des 8 appareils F-16 C/D Block 70/72, le contrat comprend notamment un large éventail d’équipements, d’armes et la formation et de soutien connexes. Son inclus : neuf radars AN/APG-83 AESA (Active Scanning Electronically Scanning Array) de Northrop-Grumman, quatre nacelles de ciblage SNIPER AN/AAQ-33, 16 missiles air-air de moyenne portée évolués AIM-120C7 AMRAAM, 24 missiles AIM-9X Sidewinder, neuf canons M61 Vulcan de 20 mm, 15 kits de bombe guidée GBU-49 Enhanced Paveway II, 15 kits de bombe guidée Laser JDAM GBU-54, 28 bombes de petit diamètre GBU-39 SDB-1 et 24 bombes MK-82 tritonales.
Les systèmes défensifs comprennent neuf suites de guerre électronique défensive intégrées internes AN/ALQ-211, des distributeurs de contre-mesures passifs/actifs.

Les autres systèmes et services comprennent un simulateur de vol et de maintenance, du matériel de communication, des installations et une assistance pour la construction, des pièces de rechange, une formation et des services techniques d’ingénierie et de soutien logistique.

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70 :

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures au sein de l’US Air Force.

2755641750.jpg

Photos : 1 F-16 Block 70/72 Viper 2 Image de synthèse @ LM

 

Commentaires

Qu'est-ce que les Bulgares peuvent bien faire avec 8 avions...? Même pour la police du ciel, ce n'est largement pas suffisant, non?

Écrit par : jp_perfect | 05/04/2020

@jp-Perfect: Ce n'est qu'un début, d'autres tranches seront acquisent progressivement.

Écrit par : Pk | 05/04/2020

Ne conviendrait-il pas à la Suisse ?

Écrit par : Mokito | 05/04/2020

@Mokito: Le F-16 avait été éliminé face au F/A-18 à l'époque. Bien que cette nouvelle version soit moderne elle n'a pas été proposée par Lockheed-Martin d'une part et de l'autre deux problèmes se posent : Le premier concerne les affaires compensatoires, peu de possibilité de transfert pour notre industrie. Le second l'évolution de l'avion n'est pas garantie sur le long terme.

Écrit par : Pk | 05/04/2020

Au fait PK sais tu pourquoi le F/A18 a été préféré face au f16 et le mirage 2000 ? (je sais pas si il y'a eu d'autres concurrents.)

Écrit par : Yo | 05/04/2020

Le F16V est un avion moderne aux coûts de maintenance et au prix d'achat (très) inférieurs par rapport aux concurrents FA18, F35,EF et Rafale.
Comme l'a très bien expliqué le patron de Pilatus, les affaires compensatoires ont pour conséquences de renchérir le prix (on oblige à des contreparties donc le prix augment).
Avec environ 25 pays utilisateurs et un F35 (aussi produit par LM) qui s'exporte mal, le F16 a un bel avenir devant lui.
Il aurait été le meilleur choix si l'appel d'offres helvétique s'était contenté de la police de l'air et de la reconnaissance (le combat aérien délégué aux missiles sol-air).
Avec un cahier des charges différents, nous aurions pu économiser des milliards pour notre défense aérienne au profits de notre défense terrestre souffrant de sous-investissements.

Écrit par : Wolff | 05/04/2020

Quelle longévité quand on y pense, sans grande modification de la cellule. Finalement le F-16 aura largement dépassé ses engagements, en devenant presque l'outil à bas coût des partenaires de l'Otan et autres alliés. Pourrions-nous féliciter l'ingénieur français (enfin... d'origine française), à la base de sa conception, Pierre Sprey ?

Écrit par : Specht | 05/04/2020

@Yo: Le Mirage 2000 n'offrait pas de liaison de données à l'époque ni de viseur de casque. Le F/A-18 avsit un radar plus puissant que le F-16 et était moins suceptible d'avoir de faux échos dans les montagne. De plus, sa taille permettait de recevoir de nouveaux systèmes à volontés.

Écrit par : Pk | 05/04/2020

@Wolff: C'est FAUX ! le F-16 n'offre plus de possibilités en matière de compensation. Les besoins ne se linites pas en matières de police du ciel et de reconnaisance pour la simple raison que la défense sol-air dans notre pays se trouve limitée de par la topologie ! Le combat aérien ne peut en aucun cas être délégué à la défense sol-air.

Notre défense terrestre va également bénéficier d'un budget large et qui n'aurait aucune raions d'être sans une défense aérienne valable.

Vous n'avez rien compris à la prise de position du CEO de Pilatus, le renchérissement n'est effectivement valable que si l'on produit l'avion en Suisse, ce qui ne sera pas le cas ! De plus, les compensations vont permettre de soutneir l'industrie, offrir des emplois, des places d'apprentiddages et permettent une amélioration du tissus industriel et économique. En cette période de crise, nous avons là un éléments démultiplicateur.

Écrit par : PK | 05/04/2020

@Wolf: C'est bien de lire la propagande du GSSa et du PS et des Verst encore faut -il en comprendre le fond. Votre poste montre une totale méconnaissance du sujet.

Écrit par : Marco | 05/04/2020

@Wolf: votre remarque est typique d'une personne qui ne maîtrise en rien le sujet (manque de connaissance, désinformation) celà n'est en soi pas grave, mais démontre que ce sujet doit rester en main de professionnels qui connaissent l'ensemble des données et les maîtrisent. On ne peut que vous inviter à vous informer avant de partir sur des convictions faussées.

Écrit par : Michael | 05/04/2020

Cher Marco,
Je n'ai pas fait d'armée dans les forces aériennes mais pour votre gouverne, j'étais tireur d'élite chez les Gren d'Isone avec 365 jours de service. Et vous? Quelle troupe?
Si vous aviez des arguments, je vous lirai avec plaisir et merci de me sortir autre chose que le rapport que j'ai lu comme vous je suppose.
PS:mon nom s'écrit avec deux "f"

Écrit par : Wolff | 05/04/2020

@ Pk, pourriez-vous expliquer cette pseudo traduction de ma part, j'ai probablement mal compris les propos d'Oskar Schwenk.

Extrait de l’article du Blick du 12.09.2018
La Suisse veut se procurer de nouveaux avions de combat. Souhaitez-vous les habituelles compensations pour les achats d'armes ?
Seulement si nous pouvons obtenir la technologie nécessaire pour nous aider à progresser. Je ne veux obtenir de travail (savoir-faire?) des Américains ou des Suédois que nous possédons déjà. Ces contre-échanges sont en fait inutiles. C'est ce que veulent les politiciens. Mais nous pourrions avoir des avions de combat jusqu'à un milliard de francs moins chers si nous nous passons des commandes pour la Suisse. Et les acheter au départ de l'usine.

Comment le savez-vous ?
Si Pilatus construit des avions d'entraînement pour d'autres armées et qu'il est obligé de conclure des accords de compensation à 100 %, nous paierons 15 à 20 % de plus. C'est normal.

Source :
https://www.blick.ch/news/wirtschaft/pilatus-chef-ist-ueberzeugt-schweiz-kann-kampfjets-eine-milliarde-billiger-haben-id8344463.html

Écrit par : Wolff | 05/04/2020

@ Pk, Aster 30 (SAMP/T en compétition avec le Patriot) a une portée contre avion de 120 km et 20km d'altitude. Si l'avion ennemi se fait accrocher par un radar au sol ou un avion de chasse suisse, en quoi la topographie joue un rôle?
Merci d'avance pour vos explications.

Écrit par : Wolff | 05/04/2020

@Wolff: Les propos de'O Schwenk n'ont pas été repris comme il se doit. Celui-ci insiste en fait sur le fait d'avoir des contrats de développement qui offre "plus" que simplement porduire une série de pièces par notre industrie.

C'est exact er c'est justement ce qui est notifié dans la demande des Compensations sous contrôle de Swissmem et d'un registre public.

De l'autre, les chiffres évoqués dans le Blick de 15 à 20% d'augmentation sont faux! Ils correspondent à la fabrication sous licence dans un pays n'ayant pas à la base la compétence de monter un appareil sur son sol comme l'Inde par exemple. Ce n'est pas le cas en Suisse et notamment par le fait que nous ne ferons pas le montage chez nous cette-fois.

Il n'y aura AUCUN renchérissement du prix étant donné que le montant des compensations de bases est fixé à 60%. Ce chiffre selon les accords de l'OMC permet d'éviter justement un augmentation de l'ordre 3 à 5 %.

Écrit par : PK | 06/04/2020

@Wolff: La question n'est pas dans la capapcité d'acquisition et d'engagementd'un système sol-air, mais dans le fait que les ondes radar ne traversent pas les montagnes. le futur système ne pourra protéger qu'une partie seuelment de l'espace aérien soit environ 15'000km avec des zone de trous dans les vallées. La seule solution pour combler ces vides dans une topèographie comme la notre est de posséder un avion de combat multifrôle doté d'un radar capapble de voir au loin et égalment vers le bas. Le projet prévoit également la mise ne réseau pour une cpapacité de communication avec le futur système sol-air.

Écrit par : Pk | 06/04/2020

@Wolff: Hé oui, la Suisse ce n'est pas les Pays-Bas, il est impossible de surveiler correctement l'espace aérien simplement avec des radars au sol. En tant que tireur d'élite (si vraiment ) vous devreir être au courant des effets lié au terrain, non ? Pour m'a part radariste Skyguard pou rles 35mm.

Écrit par : Marco | 06/04/2020

@Wolff: Effectivmetn les proposes du CEO de Pilatus ont été déformés sur certains points. pour le reste j'appuie la réponse de PK : Le Parlement fédéral a décidé que dans le cadre du projet partiel « Nouvel avion de combat », les fournisseurs sont en droit de ne réaliser qu’une compensation de 60% (20% de participation directe et 40% de participation indirecte en rapport avec la politique de sécurité et d’armement). Cependant, ceci ne concerne pas les autres projets partiels liés à « Air2030 ». Dans ce contexte, un quota de compensation de 100% reste à accomplir.
Les participations industrielles peuvent occasionner des coûts supplémentaires de 0 à 5% pour 100% de demande de compensation uniquement . En raison de la base industrielle hautement développée ainsi que de la situation de concurrence qui règne au niveau des affaires compensatoires, les investissements supplémentaires en Suisse sont relativement faibles par rapport à ceux des pays moins développés. Une étude réalisée en 2018 par l’université de St-Gall a montré que dans de nom- breux cas les retours fiscaux directs et indirects émanant des affaires de compensation, compensent pratique- ment tous les coûts supplémentaires.

Écrit par : Steeve | 06/04/2020

@Marco
J'ai dit que la reconnaissance aérienne avec un F16 permettait d'accrocher la cible pour un missile sol-air. Les radars au sol ne suffisent pas, on est tous les deux d'accord et c'est ce que j'ai déjà écrit dans mon premier poste. Il suffisait de lire correctement.

Écrit par : Wolff | 06/04/2020

@Wolff: Voici ce que vous avez écrit : "Il aurait été le meilleur choix si l'appel d'offres helvétique s'était contenté de la police de l'air et de la reconnaissance (le combat aérien délégué aux missiles sol-air)". Pas vraiment le même chose si je lis bien . Mais bon. Par contre il n'est pas sûr que le F-16 même avec son nouveau radar dispsoe d'une puissance suffisante ni d'une capacité de mise en réseau adéquat. Ce qui justifie amplement le choix des quatre appareils actuellement en course.

Écrit par : Marco | 06/04/2020

@ Wolff:

Prenons un exemple qui vous parlera pour bien comprendre le "problème" :

Admettons que vous soyez posté en surveillance de zone avec votre carabine en .308 (munitions "standard" Otan...

La portée PRATIQUE de cette munition est de 800m (bien que son ogive soit capable d'aller beaucoup plus loin,nous sommes d'accord)

Votre champ de tir est parfaitement plat,bien dégagé,sur 1200m de profondeur....
Ce n'est pas parce que votre ogive est capable de 1200+ que vous ferez mouche à chaque fois! (prenons par exemple le cas du missile Meteor,donné pour 120+ km de portée max,MAIS "seulement" 60 km de portée efficace => No Escape Zone)

Voilà déjà la première problématique des missiles anti-aériens: ne pas confondre portée pratique et portée maximale!


Maintenant,compliquons un peu les choses:

Votre secteur de surveillance est composé de forêt,collines et fossés:
Vous pouvez faire tout ce que vous voulez,même au grossissement maxi de votre lunette,il y aura des secteurs qui vous empêcheront de détecter une possible intrusion.....

Voilà la deuxième problématique des systèmes radar!
les ondes ne traversent ni les forêts,ni les montagnes......


Alors que,si vous vous postez "en hauteur" (une montgolfière,par exemple),vous vous affranchissez en grande partie des obstacles.....

C'est exactement à ça que servent les chasseurs: compenser les faiblesses des systèmes radar basés au sol (en plus des missions de combat)

Écrit par : Grosminet | 06/04/2020

Démonstration comme quoi un achat d'avion tout comme d'un système sol-air n'est pas du ressort d'amateurs mais bien de spécialistes.

Écrit par : Maïlis | 06/04/2020

Selon Northrop, les nouveaux F-16 sont équipés d'une capacité de traitement de données proche de celles d'un appareil de cinquième génération avec un radar ASEA APG-83.

Source (notamment): https://www.air-cosmos.com/article/des-radars-apg-83-pour-les-f-16-de-lair-national-guard-4724

Mais il est clair que le F16 (qui a tout de même abattu un Su 24 en 2015) n'a pas la capacité d'un Fa18 ou d'un Rafale (mais 2 préférences parmi les 4) .

La question de base est: est-ce que la différence de prix en vaut la chandelle? Réponse: "oui" avec le cahier des charges actuels. Est-ce que ce cahier des charges est le bon, c'est là que j'ai des doutes. Un avion plus "rustique" et largement utilisé à travers le monde aurait une résilience plus élevée qu'un F35 par exemple et pourrait être interopérable avec la défense sol-air, ce qui démultiplie son efficacité.

Quand vous voyez que la France a bloqué des masques à destination de la Suisse face à la crise du Covid 19, croyez-vous vraiment qu'en cas de crise majeur nous aurons les pièces pour faire voler des avions ultra-sophistiqués?

J'estime que le parlement a défini un cadre législatif inapproprié ou plutôt ne l'a pas suffisamment adapté et cela risque de faire échouer la votation à cause du prix tout simplement. Plutôt que le quite ou double, Maurer avaient choisi le Gripen qui n'est pas combat proven mais dont le prix était en-decà des autres prétendants. Mieux vaut rouler en Skoda que de s'imaginer en Mercedes.

Écrit par : Wolff | 06/04/2020

@Wolff: Justement, le cadre du contrat prévoit justement un nombre de pièces détachée et une garantie de suivi en cas de crise. Cette spécificité est clairement notifiée. En conséquence il n'y pas de comparaison avec le cas d'approvisionnement de masque dont vous parler.

Le cadre législatif a été étudier, il est clair et fait suite aux nombreux groupes de travail mis en place dès 2017 pour le programme air2030. Le financement est garantit par le budget ordinaire de l'armée.

Le cahier des charges est similaire à ce qui ce fait chez nos voisins et prend en compte les mêmes menaces et évolutions de celle-ci. Rapport : Sur la Défense Aérienne, rapport de C. Nicollier, Rapport sur les menaces de Mme l'ambassadrice Pulvi, rapport du groupe d'experts sur l'achaht d'un nouvel avion.

Le cadre est particulièrement bien défini et le travail de vérification lancé par Mme Amherd ne souffre d'aucune contradiction, il permet de confirmer les choix et engagements pris jusqu'ici.

La comparaions d'une Skoda ou d'une Mercedes n'a rien à voir avec ce sujet, les quatre avions répondent à un cahier des charges et à l'étude évolutive des menaces. Il n'y pas de choix "Light" ou de "Luxe " mais un choix qui correspont à des besoins définis.

Écrit par : PK | 06/04/2020

@Wolff: Deux choses : pour compléter ce que PK vient d'écrire, un partie des compensations doivent permettre en plus du suivi sur les pièces détachées de permettre une certaine autonomie de notre pays à travers la fabrication de pièces en Suisse.

Concernant cette affirmation : "'une capacité de traitement de données proche" Il ne s'agit pas d'obtenir une capapcité proche, mais complète pour la mise en réseau. Le F-16 n'est pas en course, il ne correspont pas aux besoins. l'affaire est close.

Écrit par : Patrice | 06/04/2020

@ Patrice
Quand vous dites que l'affaire est close, je ne suis pas certain. En cas de refus en votation, le 2e, je pense que le F16 refera parler de lui.

@PK
Quand je comparais avec les voitures, je mets d'un côté le Gripen et le F16 (Skoda) et de l'autre les 4 sélectionnés (Mercedes).

On n'a pas d'alliés, que des intérêts comme le disent les Anglais. En cas de crise majeur, on ne pourra pas compter sur les autres qui garderont leurs pièces pour leurs avions. C'est une bonne chose à ce titre de pouvoir fabriquer et avoir un certain savoir-faire mais combien de temps pourront-ils voler en cas d'effondrement du système et pas d'une guerre de haute intensité?
Vendre RUAG (ammotec notamment) est une décision qui découle des mêmes scenarios ne prenant pas en compte un effondrement des systèmes mais une possible guerre de haute intensité. Il faut se préparer aussi à un marathon, pas qu'à un sprint.

Écrit par : Wolff | 06/04/2020

@Wolff: En cas de refus lors de la votation, nous serons dans une impasse complexe qui sera très difficile à résoudre. Il n'y pas de plan "B" sauf le rsique évident d'une perte de notre souveraineté aérienne.

Si d'aventure il y avati un nouveau projet, le F-16 ne serait comme aujourd'hui pas présent. Le Gripen E pourrait refaire surface à la condition que ses systèmes soient opérationnelles, les essais en Finlande viennent de montrer le contraire. Mais à terme c'est possible.

Votre comparaisonSkoda/ mercedes est fausses, F-16 Viper, Gripen E peuvent dans une certaine mesure être engagés de la même manière que les quatre avions en courses. Pour autant, la longévité futur du F-16 doit être démontrée, ce qui n'est pas le cas, Le Gripen E doit encore évolué.

Le Gripen E hormis les finalités n'ont encore présente joue au même niveau que les quatre conçurent,mais il emporte moins d'armement.

Le choix du futur avion est directement lié à l'approvisionnement de pièces, de partenariat technique et de soutien et de transfert de technologue pour notre industrie. La Suisse optera pour le fournisseur qui garantit au mieux nos besoins, il s'agit là d'une exigence de pointe. Mais le 100% n'existe pas.

Écrit par : PK | 06/04/2020

@Wolff, @PK :
Ne croyez vous pas que le facteur politique risque d'avoir in fine un poids non négligeable parmi les "non dits officiels" ? Comme de vouloir, parmi d'autres raisons possibles, solder les mauvaises relations avec la France en achetant le Rafale ? On peut bien sûr trouver d'autres raisons du même ordre pour chacun des avions en lice.

Par contre et PK a bien relevé le facteur votation, il s'agit d'abord de remporter l'adhésion des votants en septembre prochain. Et si l'utilité d'avoir une armée a été hélas -ou heureusement- prouvée cette année avec la crise du Covid-19, une votation réalisée en plein marasme économique peut, par hypothèse, amener l'émotionnel à court terme de la population prendre le dessus sur le réalisme à long terme que représente un achat aussi important pour l'armée, mais forcément coûteux en période de vaches maigres.

Écrit par : BadCox57 | 06/04/2020

Ce blog aéronautique est magnifique, bravo à l'auteur !
De plus, je trouve toujours amusant les commentaires polémiques dès qu'il s'agit d'avions de combats ! Mdr

Écrit par : Mokito | 06/04/2020

@Badcox Le processus suisse de sélection de matériel militaire a beaucoup de défauts (à commencer par les lois édictées par le Parlement) mais c'est l'un des moins opaques et ou le politique à le moins son mot à dire sur la provenance du pays. Si on achète le Rafale (mon préféré des 4) en cas de oui du peuple, c'est parce que c'est le plus adapté. Combien y aura-t-il eu de gouvernements en France entre la sélection de l'avion et sa retraite ? Il faut voir long terme.

Écrit par : Wolff | 06/04/2020

@BadCox57, Wolff: Le processus du choix doit être pris dans son ensemble, soit un avion + un système sol-air. Comme je l'espliquais dans un article, il s'agit d'un choix stratégique. Quels systèmes nous conviennent le mieux ? Qui nous offre un partenariat technique, partage des données et entraînement les plus favorables ? Nous avons le choix entre des systèmes EU et US, nous pouvons donc choisir à volontés avec notamment la mixité des systèmes EU/US ou en provenance exclusive de l'un deux. Là, ou la politique aura un mot à dire concerne les accords bilatéraux avec Washington et Bruxelles. Alors mixité pour satisfaire tout le monde ? Fort possible, mais pas forcément non plus.

Écrit par : Pk | 06/04/2020

@Mokito: Un grand merci pour la remarque ! Oui, les discussions sont assez animées, parfois elles dérapent, mais au final chacun à le mérite de s'informer, de partager.

Écrit par : Pk | 06/04/2020

Je suis français .
J'aime les débats suisse car vous pratiquez la démocratie .vos échanges st très intéressant

Écrit par : Alex | 07/04/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.