31/03/2020

Nouvelle commande pour le P-8A « Poseidon » !

P-8A-Coastline_hi-res.jpg

La marine américaine a attribué à Boeing un contrat de production portant 1,5 milliard de dollars la production d’un nouveau lot de 18 P-8A « Poseidon ». Le contrat comprend huit avions pour la Marine américaine, six avions pour la République de Corée et quatre avions pour la Royal New Zealand Air Force. 

La République de Corée et la marine royale néo-zélandaise Air Force a acquis l'avion à travers le processus de vente militaire à l'étranger et recevra le même P-8A « Poseidon » que pour l’US Navy. La Royal New Zealand Air Force devrait commencer à recevoir des avions en 2022 et la République de Corée devrait commencer à recevoir ses appareils en 2023. 

Avec plus de 254’000 heures de vol à ce jour, le P-8A « Poseidon » et la variente indienneP-8I assurent dans le monde les missions anti-sous-marine et de guerre anti-surface, renseignement, surveillance et reconnaissance, humanitaire et les missions de recherche et de sauvetage.

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

2481362512.jpg

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage.  

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

3765352428.jpg

Photos : 1 P-8A Poseidon  2 Intérieur @ Boeing

 

Commentaires

C'est moi où 1.5 milliards de dollars, ça fait drôlement peu pour 18 avions de ce type? ça fait à peine 83 millions l'appareil, moins qu'un avion de chasse. C'est vraiment si "bon marché" que cela?

Écrit par : jp_perfect | 01/04/2020

C'est même moins cher que le prix catalogue qu'un 737-800 (NG pas MAX) civil : 106.1 millions. Certes les compagnies me paient pas ce prix là, mais quand même.

Est-ce que par hasard, les 1.5 milliards ne seraient pas que pour les appareils destinés à l'US Navy(même si le lot concerne 18 appareils, dont 6 pour la Corée et 4 pour la Nouvelle-Zélande) , soit 8 appareils, ce qui ferait un prix de 187.5 millions, ce qui me parait plus cohérent.

Écrit par : chris2002 | 01/04/2020

La réponse de Chri2002 me semble pertinente, le rapport du Sénat US 2013 induque pour 122 P-8 Poseidon un coût de développement de 8826,6 M$ soit 72,131 M$ unitaire, et 25122,3 de fabrication soit 205,92 M$ unitaire, ce qui correspond à peu près au montant indiqué dans l'article.
Le coût unitaire total est de 278 M$ malgré une série de 122 appareils.
On peut s'amuser à calculer le coût sur une série de 18 appareils, cela donne 490 M$ de développement unitaire et 205,92 M$ soit 695,92 M$ unitaire qu'on peut comparer au 845 M€ des 22 ATL2 rénovés avec le nouveau Radar Searchmaster dérivé du Radar nouveau AESA du Rafale, avec un coût unitaire de 38 M€, 42,2 M$ la Marine nationale française est 20 fois moins dépensière et disposera d'un avion presque aussi efficace.
https://www.gao.gov/products/GAO-13-490 294SP
http://www.senat.fr/rap/a18-149-8/a18-149-811.html

Écrit par : Colbert | 01/04/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.