18/03/2020

Vol inaugural pour le SpaceJet M90 en configuration certifiable ! 

mitsubishi aircraft,space jet m90,nouveaux avions de ligne,éco-avion,les nouvelles de l'aviation

L’avionneur japonais Mitsubishi a effectué le premier vol de son SpaceJet M90 (FTV10) en configuration certifiable aujourd’hui. Le SpaceJet M90 ne vous dit rien ? Il s’agit de la nouvelle dénomination du MRJ 90.

Le SpaceJet M90 a décollé à 14 h 53 (JST) de l'aéroport préfectoral de Nagoya et a effectué des tests de performance de base des avions dans des conditions d'exploitation normales au-dessus de l'océan Pacifique. Après environ deux heures de vol, l'avion est rentré à Nagoya à 16 h 40 (JST). Avec l’achèvement du premier vol de ce vol, Mitsubishi Aircraft Corporation est prête à entrer dans la phase finale des essais en vol de certification du SpaceJet M90, le premier avion commercial fabriqué au Japon.

mitsubishi aircraft,space jet m90,nouveaux avions de ligne,éco-avion,les nouvelles de l'aviation

Au cours des prochaines semaines, Mitsubishi Aircraft prévoit de poursuivre les essais en vol sur le SpaceJet M90 à Nagoya, ainsi que de préparer le vol de ferry vers le centre d'essais en vol de Moses Lake (MFC) pour rejoindre le reste de la flotte d'essai du Mitsubishi SpaceJet M90 pour la phase finale de la certification de type.

Le Mitsubishi Aircraft SpaceJet : 

3645786718.jpg

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont SpaceJet (ex MRJ) en deux classes, soit : le SpaceJet M70 (72 à 76 places) et le Spacejet M90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range. Le SpaceJet est le « Regional jet » qui comprend le plus de matériaux composites, afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

La famille SpaceJet devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Airbus A220 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le SpaceJet doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le SpaceJet pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

images.jpeg

Question confort, la cabine du SpaceJet permet l’installation de la nouvelle génération de « sièges minces », qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

67422_mitsubishimrjspacejetcairteamimages_353628.jpg

Photos : 1,2 & 4 Le SpaceJet M90 3 Cockpit 5 Intérieur @ Mitsubishi Heavy

 

L’Indonésie semble confirmer l’achat de Su-35 !

EBB79D4E-3C6A-491E-97E7-BF96F684F0F6.jpeg

En janvier 2018, Jakarta avait annoncé la finalisation de sa commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat est estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre Grâce de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense Russe.

Pressions américaines :

L’année dernière, Washington avait fait pression sur l'Indonésie sur l'achat des Su-35.  Le pays avait semble-t-il bloqué les discussions avec les russes en raison de plusieurs facteurs, notamment l'élection présidentielle indonésienne tenue en avril de la même année, des problèmes de financement et d'échanges compensés et des préoccupations à Jakarta concernant la législation américaine CAATSA.  

Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’Indonésie a démenti le 16 mars dernier, les informations des médias selon lesquelles Jakarta, sous la pression des États-Unis, a abandonné un accord pour acheter 11 des combattants de fabrication russe.

Du côté russe, on déclare : "Il n'y a pas d'annulation officielle de l'ordre indonésien pour les Su-35". Nous n'avons reçu aucun document sur la question et nous n'en avons pas été informés. « La Russie confirme que l'Indonésie souhaitait toujours acquérir les Su-35 ».

Rappel : 

Le ministère indonésien de la Défense (MoD) a choisi le Sukhoi Su-35 «Flanker-E » pour remplacer les actuels Northrop F-5E Tiger II de la Force aérienne. Ce programme représente la première commande à l'exportation du Su-35 russe. A l’origine, Jakarta avait exprimé son intérêt pour 16 Su-35, mais cette exigence a été réduite faute de moyens financiers suffisants.

Le Sukhoi Su-35 " Flanker-E " :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

2724286805.jpg

Photos : Su-35 « Flanker-E » @ Sukhoi