03/03/2020

La crise du coronavirus impact le transport aérien !

367.jpg

La crise du coronavirus touche de plein fouet le transport aérien. Les vols en direction et en provenance de la Chine sont les plus touchés. Mais d’une manière générale, les compagnies aériennes ont réduit leurs capacités en raison de la baisse de la demande de voyages en avion liée à l'épidémie de coronavirus. 

De nombreux transporteurs ont suspendu leurs vols vers la Chine continentale, à l'origine de l'épidémie initiale du virus, jusqu'à la fin mars et prolongent désormais ces suspensions jusqu'en avril. Mais les réductions de capacité sur des réseaux plus larges deviennent de plus en plus courantes à mesure que de nouvelles poches d'incidence du coronavirus émergent.

Premiers effets sur les créneaux horaires :

Du côté, des régulateurs on a renoncé aux règles des créneaux horaires sur une base continue pendant la crise, principalement pour les opérations en Chine et à Hong Kong. Cette suspension de l'exigence pour toute la saison se terminant en octobre permettrait aux compagnies aériennes de répondre aux conditions du marché avec des niveaux de capacité appropriés, évitant ainsi d'avoir à exploiter des services vides, afin de maintenir les créneaux horaires.

Cette décision fait suite à un effondrement du trafic aérien sur les principales routes asiatiques et que cela se répercute sur tout le réseau de transport aérien dans le monde, même entre les pays n’ayant pour l’heure pas d’épidémies majeures en ce qui concerne le coronavirus.

Réactions chez les transporteurs européens :

En Europe, la demande passagers a fortement diminué en direction de l’Italie. Le pays étant actuellement, le plus touché par les cas de COVID-19. De nombreux vols ont été annulés. Pour faire face au manque à gagner, certaines compagnies aériennes ont mis en place une réorganisation des domaines d’activité comme :

  • Réduction budgétaire dans l’administration et les dépenses discrétionnaires.
  • Gel des recrutements, promotions et salaires sur l’ensemble du réseau.
  • Report des projets non critiques et des dépenses d’investissement.
  • Offre de congés sans solde et interruption des formations non obligatoires.
  • Contrats avec des prestataires pour une réduction supplémentaire des couts.
  • Réallocation des avions pour l’été 2020 pour saisir les meilleures opportunités de revenus en période de reprise.

Photo : Les avions se vident en Asie @ Reuters

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.