21/02/2020

Vol inaugural pour le Beriev Be-200ES de la marine russe !

EQu4bIVXYAAnnDE.jpeg

Le premier amphibie bimoteur Beriev Be-200ES construit selon les spécifications demandées pour la marine russe a effectué son vol inaugural le 14 février dernier. L’avion a décollé depuis l’aérodrome du complexe aéronautique de Beriev à Taganrog.

Cette version du Be-200ES est dérivée du Be-200CHS destiné aux missions de recherche et sauvetage (SAR) avec la capacité supplémentaire de lutte contre les incendies. La version de la marine est également optimisée pour la lutte-anti-sous-marine.  L’avion va subir dans les prochaines semaines ses essais d'acceptation auprès de la marine russe.

Commande, puis retrait :

Le ministère russe de la Défense a signé un contrat pour six appareils en 2013, pour l'annuler quatre ans plus tard par une décision de justice concernant le différend du client avec l'industrie. Il n'y a aucune information concernant une autre commande. Il semble que cet exemplaire pourrait être utilisé comme démonstrateur de technologie dans le but de remporter des commandes nationales et étrangères pour une version militaire du Be-200. La marine russe semble vouloir utiliser l'unique exemplaire actuelle pour des essais.

Moteur ukrainien :

Le principal problème avec un Be-200Es militarisé est le fait l’avion utilise le turboréacteur D-436 développé par Ivchenko-Progress et fabriqué par Motor-Sich, tous deux situés en Ukraine. Même si Moscou maîtrise un grand nombre de pièces du moteur de 16’500 livres, le reste est importé. Le gouvernement de Kiev a interdit les exportations militaires vers la Russie à la suite des événements du Donbass et de la Crimée. Cela signifie que les D-436 peuvent pas au ministère russe de la Défense. Les exportations de civils ne sont toutefois pas limitées, ce qui permet aux entreprises ukrainiennes de fournir des services aux organisations non militaires russes et de leur fournir de nouveaux moteurs et pièces de rechange.

Une remotorisation n’est cependant pas totalement exclue, mais aucune information n’a été donnée pour l’instant à ce sujet.

Beriev-Be-200ES-Russian-Navy-800x445.jpg

Photos : Be-200ES aux couleurs de la marine russe @ UAC

 

 

 

Commentaires

En mai 2018, Safran avait signé un protocole d'accord pour remotoriser le Be-200 avec le moteur Powerjet SaM146 concu en commun avec la firme russe Saturn et qui équipe déjà l'avion régionale Sukhoi Superjet 100.
Mais en avril 2019, les russes on mis fin à cette coopération.
Le Be-200ChS-146 avait été vendu à dix exemplaires à la firme américaine, Seaplane Global Air Service, à deux exemplaires au chili, et plusieurs prospections étaient en cours en Asie. Ces ventes sont annulées faute de moteur SaM146.

Écrit par : François-01 | 21/02/2020

@François-01 : "Le Be-200ChS-146 avait été vendu à dix exemplaires à la firme américaine, Seaplane Global Air Service, à deux exemplaires au chili, et plusieurs prospections étaient en cours en Asie. Ces ventes sont annulées faute de moteur SaM146."
Merci pour l'info. Dommage pour ces annulations, c'est un appareil qui a vraiment d'intéressantes capacités. Il n'avait pas été testé en France par la Sécurité civile ?

Écrit par : Jo-ailes | 21/02/2020

@Jo-ailes
La sécurité civile l'avait testé en 2002, et on avait reparlé d'un éventuelle acquisition en 2018 lorsqu'il était question de le remotorisé par la coentreprise de Safran et Saturne. La rumeur d'un tel achat a disparue avec le projet de remotorisation. Il avait également fait des testes en Italie et en Grèce.

Par rapport à un Canadair, la sécurité civile avait trouvé l'appareil peu maniable dans les reliefs du sud de la France dans les quels elle opère habituellement.
Il présente toutefois l'avantage d'un emport d'eau plus important et, tout comme les Dash-8, il peut transporter des passagers.

Écrit par : François-01 | 21/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.