17/02/2020

Air2030 : Pourquoi faut-il un nouvel avion, interview de Claude Nicollier

image.TdM_titel_fr.png

Le professeur et ex-astronaute Claude Nicollier explique pourquoi une armée sans défense aérienne ne peut pas remplir sa mission avec succès. Et pourquoi il est urgent de décider de l'acquisition de nouveaux avions de chasse.

Claude Nicollier a été pilote de milice dans les Forces aériennes suisses, pilote de ligne, chercheur à l'Agence spatiale européenne (ESA), puis pilote d'essai et astronaute à la NASA. Il est professeur à l'École polytechnique fédérale de Lausanne depuis 2007. Sa passion pour l'aviation ne s'est jamais éteinte: ici, devant «son» Hunter. (Photo : DDPS)

Professeur Nicollier, vous dites que nous sommes sur le point de prendre une décision politique essentielle au maintien de la défense aérienne de notre pays. N’êtes-vous pas en train de tomber dans le catastrophisme ?

À mon avis, non, parce qu’une défense aérienne n’est possible que si les moyens nécessaires sont disponibles. Les systèmes actuels – avions de combat et systèmes de DCA – arriveront au terme de leur durée d’utilisation dans les prochaines années. S’ils ne sont pas remplacés, l’armée ne disposera de plus aucun moyen adéquat pour protéger l’espace aérien à partir de 2030.

Le F/A-18 est une machine robuste et la mise en œuvre de mesures visant à prolonger sa durée d’utilisation a commencé. Quand est-ce que cela ne suffira plus ?

Une prolongation au-delà de 2030 et de 6000 heures de vol n’a aucun sens. C’est déjà un défi que d’atteindre cette limite! Notre espace aérien est petit et étroit. En Suisse, un avion de combat parvient dans son secteur d’engagement quelques minutes après son décollage; là, il doit souvent effectuer des virages serrés. Nos F/A-18 auront près de quarante ans en 2030, plus encore pour la technologie qu’ils embarquent. Ils ne pourront bientôt plus être alignés contre un adversaire moderne, à l’instar des F-5 Tiger aujourd’hui.

Dans votre avis sur le rapport d’experts « Avenir de la défense aérienne », vous soulignez l’urgence: est-on vraiment «quelques minutes avant minuit», s’agissant de garantir la sécurité de l’espace aérien et de protéger la Suisse ainsi que sa population ?

Absolument. Par rapport à la planification initiale, nous avons déjà 15 ans de retard dans le remplacement de nos avions de combat. Par conséquent, la durée de vie du F/A-18 a dû être prolongée. Depuis quelque temps, les problèmes de fonctionnement s’accumulent. Cela signifie que nous allons amener ces aéronefs à leurs limites d’ici 2030. Il n’y a vraiment plus de temps à perdre.

La question de la taille de la flotte d’avions de combat, destinée à remplacer le F/A-18, suscitera de vives discussions. Vous soulignez qu’il ne faut pas se montrer minimaliste. Pourquoi ?

Si nous acquérons aujourd’hui une flotte réduite au strict minimum, toute perte affectera directement la capacité d’ensemble. Et si l’on me rétorque que nous pourrons toujours en racheter, je réponds que les avions de combat évoluent en permanence. Si nous voulions racheter le même type d’avion de combat dans quelques années, il ne disposerait plus de la même configuration.

En chiffres, qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Dans mon analyse, j’ai plaidé pour l’option 2, qui prévoit environ 40 avions de combat. En fonction de la manière dont les avions atteignent les capacités requises et de leurs cycles de maintenance, il faudra un peu plus ou un peu moins d'avions pour atteindre le niveau de performance demandé.

Vous soulignez qu’une armée sans défense aérienne ne peut remplir sa mission. Quelles ressources complémentaires sont nécessaires et quelle doit être leur ampleur ?

Il ne fait aucun doute que les avions de combat ne peuvent être utilisés efficacement que dans un système global. Cela signifie qu’il faut également un système de défense aérienne basé au sol, notamment pour protéger durant une période prolongée les installations critiques des menaces aériennes. Et bien entendu, nous avons besoin d’un équipement radar et d’autres capteurs pour que l’armée dispose en permanence d’une image complète de la situation aérienne.

Quel équilibre doit-on trouver entre les avions de combat et la défense sol-air ?

Il y a deux critères financiers: 8 milliards de francs suisses pour les deux systèmes, dont 6 milliards pour les avions de combat, si les citoyens approuvent cette décision. C’est dans ce cadre que nous devons tenter de nous rapprocher le plus possible de l’option 2.

Dans votre prise de position, vous écrivez que la topographie et l’environnement particuliers de notre pays exigent une défense aérienne combinée. Est-il possible de l’assurer de manière totalement autonome ?

Nous ne pourrons jamais être complètement indépendants du fabricant, qu’il soit européen ou américain, surtout en matière de maintenance. Néanmoins, nous devons nous efforcer d’obtenir un degré d’autonomie approprié. Sur ce point, les évaluations doivent fournir des réponses. En ce qui concerne l’autonomie opérationnelle, nous devons être en mesure de garantir de manière indépendante le service de police aérienne et d’assurer pendant quelques semaines au moins la défense en cas de conflit. Cela n’est possible qu’avec une défense aérienne combinée.

Comment nos voisins assurent-ils leur défense aérienne ? Et comment le font les autres petits États non alliés ?

En tant que membres de l’OTAN, l’Allemagne, la France et l’Italie ont fortement concentré leurs capacités sur la défense de l’Alliance; en même temps, ces pays revendiquent tous une certaine autonomie. Neutre et non alliée, l’Autriche tente, elle, de protéger son espace aérien de manière indépendante, dans la limite des ressources financières disponibles. À l’avenir, elle souhaite toutefois miser davantage sur une politique de défense européenne. Les autres pays neutres comme la Suède et plus particulièrement la Finlande visent un niveau élevé d’autonomie, ce qui est bien sûr lié à leur situation géopolitique. Le « prêt-à-porter » ou la « taille unique » n’existe pas en matière de défense aérienne.

Comment expliquez-vous au public que notre espace aérien revêt une importance stratégique ?

Le trafic aérien civil – passagers et fret – ne peut utiliser l’espace aérien que s’il est sûr. Deux des plus importantes voies du trafic aérien européen passent par la Suisse. Il est donc essentiel de garantir que les règles de la circulation aérienne soient observées et de veiller à ce que personne n’y circule sans autorisation ou en violation de la neutralité de la Suisse. Cette tâche, seules les Forces aériennes peuvent l’effectuer.

Est-il pertinent de parler à nouveau de «dissuasion» ?

Si l’espace aérien suisse est perçu comme bien contrôlé au quotidien, cela diminue le nombre de violations des règles du trafic aérien, comme c’est le cas pour le trafic routier !

En cas de conflit imminent, il peut être crucial de savoir que la Suisse dispose d’une force aérienne opérationnelle et efficace. De fait, la meilleure défense est celle qui dissuade un adversaire d’attaquer.

À quel point doit-on être ambitieux ?

Le but est d’assurer l’endurance de nos Forces aériennes, afin qu’elles puissent rester opérationnelles pendant une période prolongée de tensions accrues. En cas de conflit, on doit fixer des priorités. Ainsi, le système DCA doit garantir une protection permanente d’une grande partie des régions peuplées de Suisse.

On entend souvent l’argument selon lequel nous devrions acheter des hélicoptères de combat. Qu’en pensez-vous?

Les hélicoptères de combat sont conçus pour de tout autres tâches. Ils sont prévus exclusivement pour l’appui-feu des troupes au sol. Ils ne conviennent pas pour le service de police aérienne, car ils n’ont ni la vitesse ni l’altitude opérationnelle suffisantes pour pouvoir contrôler un avion de ligne. Engagés contre des avions de combat, ils seraient également trop lents et pas suffisamment armés.

Et qu’en est-il des drones?

En matière de police aérienne, leur particularité première constitue leur limite : il n’y a aucun homme à leur bord ! Dans ce contexte, il est souvent décisif que le pilote de chasse puisse établir un contact visuel avec le pilote de l’avion intercepté et communiquer avec lui au moyen de signaux manuels si la liaison radio est perdue. Cette tâche ne peut pas être effectuée avec un système non habité.

Certaines personnalités politiques plaident pour des « avions de combat légers ». Pouvez-vous comprendre cela ? Et en existe-t-il, d’ailleurs ?

Je peux très bien comprendre que l’on recherche des alternatives. Mais les avions de combat légers ne sont à mon avis pas une solution. Tout d’abord, il s’agit simplement d’avions d’entraînement conçus justement pour la formation des pilotes et non pour des engagements. S’ils peuvent servir à compléter une flotte d’avions de combat pour effectuer certaines tâches, ils ne pourront jamais la remplacer. Pas même le service de police aérienne ne pourrait être assuré, et encore moins la défense aérienne. Penser que des machines moins chères à l’achat et à l’exploitation ont les mêmes capacités que des avions plus chers, c’est faire fausse route. Où a-t-on déjà vu cela ?

A propos de Claude Nicollier :

Claude Nicollier a été pilote de milice dans les Forces aériennes suisses, pilote de ligne, chercheur à l'Agence spatiale européenne (ESA), puis pilote d'essai et astronaute à la NASA. Il est professeur à l'École polytechnique fédérale de Lausanne depuis 2007. Sa passion pour l'aviation ne s'est jamais éteinte: ici, devant «son» Hunter. (Photo & sources : DDPS)

2341306364.png

Les quatre appareils en course : Boeing Advanced Super Hornet, Dassault Rafale F4, Airbus Eurofighter T3B, Lockheed Martin F-35A.

Commentaires

la voix et la voie de la sagesse...

Écrit par : forêt10 | 17/02/2020

Claude Nicolier est de loin le meilleur expert en aéronautique dont dispose la Suisse. Son intégrité est reconnue par tous. Ne pas accepter son expertise ne peut découler que d'une opinion politique défavorable à notre Pays.

Écrit par : Charles Chammartin | 17/02/2020

J'espère sincèrement que ces propos soient lus surtout par les adversaires et plus particulièrement par le PS. Ces informations sont complètes, simples et non négociables. Bravo à vous pour la nature de vos questions et un grand merci à M. Claude Nicollier pour la franchise de ses réponses.

Écrit par : Tzaut | 17/02/2020

Clair et précis ! Oui au nouvel avion !

Écrit par : Marco | 17/02/2020

Aucun commentaire à ajouter, Claude Nicollier fait une analyse remarquable. Pascal, il faudrait que cet interview soit diffusé dans tous les médias!

Écrit par : Jacques Rimaz | 17/02/2020

Parfaite analyse de M. Nicollier, qui reste un Grand homme et un exemple.

Écrit par : Steeve | 17/02/2020

Merci pour votre engagement Monsieur Nicollier, réaliste et sobriété.

Écrit par : Florence | 17/02/2020

Comme le reprends Claude Nicollier ici, compte tenu du relief très montagneux de la Suisse, les avions de chasse helvètes subissent des contraintes excessivement fortes.
C'est en partie pour cette raison, qu'à l'époque le F-18 avait été choisi. S'agissant d'un chasseur embarqué sa structure est renforcée afin de pouvoir encaisser les choques répétés des catapultages et des arrêts brutaux par brins d'arrêt.

De ce point de vue, le Rafale et le Super Hornet disposent d'un avantage indéniable.
Avec un léger avantage supplémentaire pour l'appareil français, dont les versions C et B de l'armée de l'air disposent de la même structure renforcée que le Rafale M de l'aéronavale, mais qui sont dépourvues des trains renforcés, plus lourds, plus encombrants et inutiles au Suisses.
Evidemment ce ne sera de loin pas le seul critère de sélection ...

Écrit par : François-01 | 17/02/2020

Il n'y pas d'alternative à la sécurité aérienne en Suisse et en centre Europe, nous devons garder notre souveraineté aérienne tout en assurant notre partenariat avec nos voisins et ceci quelque soit la situation.

Écrit par : Martin | 18/02/2020

@Raoul: Je n'ai pas publier votre post, car celui-ci est mensonger. Non, Claude NIcollier que je connais bien n'est pas pro-US encore moins pro-F-35. Il ne participe pas au choix final de l'avion. C'est pour celà qu'il a été mendaté par la Conseillière Fédérale Amherd pour son rapport sur le dossier air2030. Par ailleurs, si Claude NIcollier à effectivement volé au sein de la NASA, il n'en reste pas memebre de l'ESA et a été instructeur pour celle-ci.

Écrit par : PK | 18/02/2020

@PK : Aie, il semble que des perseonnes tentent de salir Monseiur C. Nicollier. Simplement scandaleux ! Que ce soit par manque de connaissance ou pour des raisons politiques. Peut importe ces personnes ne sont que la bassesse humaine et nauséabonde.

Écrit par : Albane | 18/02/2020

Les commentaires de Monsieur Claude Nicollier sont à diffuser largement. Ils expliquent de façon claire et précise la nécessité d'un nouvel avion de chasse pour la Suisse.

Écrit par : Daniel Cochard | 19/02/2020

Les propos de M. Nicollier sont pleins de bon sens et de justesse, à diffuser largement !!

Écrit par : Chloé | 19/02/2020

J‘était le moniteur de vol militaire du caporal Claude Nicollier à l‘école pilote 1965 sur l‘avion Dh-115 Vampir Trainer et c‘était déjà là un exéllent pilote!

Écrit par : Ernst Otto Kuster | 29/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.