13/02/2020

Importantes pertes pour Airbus !

a350-1000-in-flight-.jpg

L’avionneur européen Airbus a annoncé jeudi une perte nette de 1,36 milliard d'euros pour l’année 2019, affectée notamment par des amendes de 3,6 milliards dans l’affaire de corruption et une nouvelle charge de 1,2 milliard sur le programme d'avion de transport militaire A400M. L’avionneur annonce cependant un bénéfice opérationnel ajusté de 6,9 milliards d'euros.

Ces résultats sont la conséquence des accords finaux conclus avec les autorités pour clore les enquêtes de compliance. En parallèle, Airbus doit faire face à une charge liée à la révision des prévisions de contrats d'exportation concernant l’avion de transport multirôle l'A400M. De plus, l’avionneur est tributaire des restrictions d’exportations de l’Allemagne en direction de l’Arabie Saoudite.

Eurofighter, corruption en Autriche :

airbus,autriche,corruption,résultat 2019,avionneur européen,les nouvelles de l'aviation

Un autre dossier de corruption semble également ressortir des tiroirs, celui des Eurofighter autrichiens. Vienne veut des réparations en ce qui concerne la vente d'avions de combat Eurofighter en 2003 pour un montant de 2 milliards d'euros. Vienne a estimé mercredi 12 février que les manquements récemment reconnus par Airbus dans la passation de nombreux contrats internationaux légitiment ses revendications. L’Autriche envisage plusieurs options, allant du procès criminel à la transaction judicaire et la sortie rapide du programme Eurofighter.

Côté bonnes nouvelles :

L'avionneur a livré 863 avions commerciaux en 2019, contre 800 l'année précédente et prévoit d'en livrer environ 880 pour 2020.

Les prises de commandes se sont élevées à 81,2 milliards d'euros, portant la valeur du carnet de commandes à 471 milliards, portées notamment par le programme A320neo (comprenant A319, A320 et A321) pour lesquelles les commandes s'élevaient à 6.249 appareils à fin janvier.

Nouvelle structure pour l’A220 :

 Airbus et le gouvernement du Québec et Bombardier Inc. ont convenu d'une nouvelle structure de propriété pour le programme A220, par laquelle Bombardier a transféré ses actions restantes d'Airbus Canada Limited Partnership (Airbus Canada) à Airbus et au gouvernement du Québec. La transaction prend effet immédiatement.

 Cette entente porte les participations d'Airbus Canada, responsable de l'A220, à 75% pour Airbus et 25% pour le gouvernement du Québec respectivement. La participation du gouvernement est remboursable par Airbus en 2026, trois ans plus tard qu’avant. Dans le cadre de cette transaction, Airbus, via sa filiale en propriété exclusive Stelia Aerospace, a également acquis les capacités de production des lots de travaux A220 et A330 de Bombardier à Saint-Laurent, Québec.

Cette nouvelle entente souligne l'engagement d'Airbus et du gouvernement du Québec dans le programme A220 durant cette phase de montée en puissance continue et de demande croissante des clients. Depuis qu'Airbus est devenu propriétaire majoritaire du programme A220 le 1er juillet 2018, le total des commandes nettes cumulées pour les avions a augmenté de 64% pour atteindre 658 unités à la fin de janvier 2020.

airbus,autriche,corruption,résultat 2019,avionneur européen,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 A350-1000 @ Airbus 2 Eurofihgter autrichiens @ FAA 3 A220 Air Baltic @ Airbus

Commentaires

Malgré ces charges qui pèse presque 5 milliards d'€ et les pertes, je pense que l'avenir d'Airbus n'a jamais été aussi souriant.
.
Par contre le démantèlement de Bombardier se termine. RIP. Embraer suit le même chemin.

Écrit par : v_atekor | 13/02/2020

Peut-on envisager un risque avec l'Eurofihgter en Suisse en ce qui concerne l'image et la vente potentielle de l'Eurofighter dans le cadre d'air2030?

Écrit par : Fabien | 13/02/2020

@ Fabien: La seule chose concerne une image écornée d'Airbus et de l'Eurofighter. En effet, on ne peut comparez ce qui a été fait en Autriche avec l'actuel concours en Suisse.

1) L'Allemagne et Airbus étaient sous pression, car il fallait au premier trouver un repreneur pour les 15 Eurofighter que le pays ne voulait plus, sous peine de payer plus cher les avions suivants.

2) L'équipe de l'époque quia fait pression et engagé un processus de corruption n'est plus aux affaires chez Airbus.

Nous ne sommes donc pas dans cette configuration spécitfique à l'Autriche. De plus, à l'époque le Chancelier allemand Schroeder avait lui-même fait pression sur le gouvernement autrichien de l'époque. Une telle action et impossible aujourd'hui, le projet air2030 est particulièrement adapté pour éviter toute corruption avec un système de compartiments des données et une équipe décisionnelle finale restreinte.

Écrit par : PK | 13/02/2020

Cet information donne l'occasion de noter ce particularisme d'Airbus , avec ses deux facettes : le civil , où elle apparaît comme une firme modèle , innovante , et performante par ses qualités propres ; et le militaire , où à l'inverse , tout est sujet à caution (je mettrais à part les hélicoptères) .
Que ce soit l'Eurofighter ou l'A400M , les déboires ont été nombreux , sur le plan technique d'abord , avec des dérives financières des projets inacceptables , qu'elle a enjambé sans efforts parce que c'était des programmes de défense , donc de l'argent public gratuit .Malgré cela , le résultat était loin de répondre aux attentes , et il a fallu du temps , qui n'est pas encore fini , pour stabiliser les produits . Mais comble de l'audace d'une direction qui sans doute s'est cru tout permis , ces mêmes produits , du moins l'Eurofighter ont fait l'objet d'un lobbying financier qui n'a pas grandi pour le moins ses auteurs , et l'image de marque de l'entreprise . Ce qui n'empêche par la technostructure de direction d'Airbus Defense , germanique notons-le , d'afficher encore et toujours une arrogance indue eu égard à ses capacités , dans les projets où elle se trouve impliquée , la modestie n'étant visiblement pas son fort . On pense bien sûr au (peut-être)prochain SCAF , projet très ambitieux mais reposant pour l'instant sur du sable politiquement , qui a vu le président Dirk Hoke faire preuve d'une prétention insupportable ;

Écrit par : philbeau | 13/02/2020

Et aucun amortissement sur le développement de l'A380?

Écrit par : P doebeli | 15/02/2020

Le titre de Pascal:"Importantes pertes pour Airbus!" risque de perdurer encore longtemps voire de s'amplifier.

En effet, les USA viennent de renforcer leur arsenal protectionniste, après une première étape (en cours) de 10%, les droits de douane sur les avions Airbus, vont être relevés à 15% à partir du 18 mars 2020...

Merci nos "amis" américains...

Écrit par : forêt10 | 15/02/2020

@P doebeli : Non, ce qui signifierai que la R&D est déjà amortie ?

Écrit par : v_atekor | 17/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.