03/02/2020

Airbus à l’amende pour corruption !

Airbus-final-assembly-line-Tianjin-Endmontage.jpg

L’avionneur européen Airbus est en passe de tourner l’une de ses pages les plus sombres de son histoire. Au total, l’avionneur devra s’acquitter d’une amende de 3,6 milliards d’euros pour des faits de corruption qui se sont déroulés entre 2004 et 2016.  

Les faits :

Bien que pointée du doigt, Airbus s’en tire à bon compte. En effet, l’entreprise a pris les devants en s’auto-dénonçant. De nombreux documents ont été remis à la justice durant l’enquête. L’ancienne direction d’Airbus avait créé une entité interne, baptisée Strategy and Marketing Organization (SMO), Cette organisation interne était chargée de gérer les intermédiaires dans les contrats avec certains pays. Les enquêteurs de trois pays (France, Angleterre, USA) ont mis à jour une série des faits de corruption d'agent public étranger et de corruption privée à l'occasion de contrats de vente d'avions civils et de satellites et de matériel militaire. Il en découle de nombreuses pratiques frauduleuses lors de campagnes de vente.

On parle par exemple de voyages organisés pour des fonctionnaires, d'activités de loisirs des cadeaux luxueux et des invitations pour divers événements, ainsi que des sommes importantes à des intermédiaires.

Les pays touchés par cette corruption sont la Chine, la Russie, le Népal, la Colombie, le Sri Lanka, la Malaisie, l’Indonésie, Taïwan et le Ghana et la Corée du Sud et les EAU.

Pas d’effet à long terme :

La nouvelle direction d’Airbus à dissout la SMO et sa bonne collaboration avec les autorités limitent donc les charges contre l’entreprise. De plus, Airbus a mis en place un programme de mise en conformité. L'avionneur a toutefois dû s'engager à accepter à ses frais des audits pendant trois ans. Pour autant, la pénalité infligée devrait engloutir une partie des profits d’Airbus, qui avait dégagé un bénéfice net de 3,1 milliards d’euros.

Photo : Site d’assemblage d’Airbus@ Airbus

 

 

 

Commentaires

Une stratégie Américaine pour s'emparer d'entreprises étrangères .... un exemple , Halstom ...un cas d'école ( voir les reportages...) Dans ces cas de corruption , même ne touchant pas directement les USA , c'est la loi Américaine qui prime . Et franchement , Airbus serait la seule "boîte" a pratiquer la corruption ? Bizarre...

Écrit par : alain peulet | 03/02/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.