28/01/2020

La Pologne va commander le F-35 !

manar-04339760015634324319.jpg

Ce n’est pas véritablement un secret, mais cette fois la nouvelle est officielle, la Pologne a choisi son nouvel avion de combat avec le Lockheed-Martin F-35A « Lightning II ». Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak a annoncé la signature ce vendredi d’un contrat de 4,6 milliards de dollars portant sur 32 avions F-35A. Cette annonce clos les négociations sur le sujet.

Pas de concours :

Le marketing de Lockheed-Martin déjà bien placé avec le F-16 en Pologne a bien marché. Varsovie a choisi son nouvel avion sans prendre la peine d’organiser une compétition loyale comme actuellement en Finlande et au printemps dernier en Suisse. Peine perdue pour la concurrence, dont les avions européens n’ont pas eu la possibilité de montrer ce qu’ils ont dans le ventre.

Forte baisse de prix :

Pour s’assurer de la vente en Pologne, Lockheed-Martin a fortement cassé les prix. Au départ, la demande auprès du Gouvernement américain portait sur un montant de 6,5 milliards de dollars pour les 32 appareils. Au final, l’offre a été descendue à 4,6 milliards de dollars.

Que cache cette baisse de prix ?

Sans avoir tous les détails, il apparaît que l’offre ne comprend plus l’ensemble des systèmes connexes prévus au départ. L’armement, les pièces détachées, ainsi que les simulateurs ont donc été en partie exclu du protocole de vente. Seul, une petite partie va subsister.

On apprend que la Pologne va devoir en réalité investir près de 9 milliards de dollars pour ses futurs 32 F-35. Cela va comprendre, le complément des équipements connexes, ainsi que l’adaptation des bases aériennes qui seront équipées du nouvel avion.

Par ailleurs, la Pologne ne bénéficiera pas de compensations industrielles prévues au début des négociations.

Campagne agressive de Lockheed Martin :  

La Pologne est engagée dans un effort important de modernisation de son armée. La mise à jour de la flotte de F-16 était déjà une étape importante. L’avionneur américain Lockheed Martin a déployé de nombreux efforts pour convaincre Varsovie d’opter pour le F-35, plutôt que de commander un nouveau lot de F-16. La Pologne cherche depuis un certain temps à remplacer ses flottes de MiG-29 et Su-22 encore en service. Lockheed Martin souligne que le F-35 est le seul chasseur de la 5e génération actuellement produit en série et que ses capacités de combat sont uniques par rapport à ses concurrents. La campagne du F-35 en Pologne a débuté officiellement lors de l'événement MSPO 2015.

A cette époque, le directeur de Lockheed Martin responsable du développement commercial international du programme F-35 avait fait remarquer que les capacités de combat des jets de 5ème génération ne peuvent être comparées à celles des chasseurs de la génération précédente, tels que F 16. Grâce à la technologie furtive et au fait que tous les éléments du chasseur, y compris l'armement, le carburant ou les capteurs, sont dissimulés à l'intérieur du chasseur, l'avion devrait avoir plus de chances de survivre dans des conditions de combat denses et un environnement de défense adverse. Une autre caractéristique du chasseur F-35 est visible lors de l’utilisation de capteurs multi-spectres de pointe, notamment des 6 caméras infrarouges. Lockheed Martin a également fait valoir aux polonais que le radar actif phasé AN/APG-81 de type AESA qui permet de suivre les menaces aériennes et terrestres en même temps. Les jets vont opérer en utilisant une tactique de « groupe de loups » à quelques kilomètres de l’avion, ce qui permet à une petite quantité de chasseurs de contrôler de vastes zones. Les F-35 vont pénétrer dans les systèmes de défense de l'ennemi, ce qui permettra aux cellules de la 4ème génération de mener à bien leurs tâches. On le comprend, l’avionneur a fait jouer ici l’interopérabilité de son F-16 modernisé et du F-35 en tant que complément indispensable à l’aviation polonaise.

a1f4ad7d07190e9420649b297ee56feb-1573654677.jpg

Photo : F-35A @ USAF

Boeing/Embraer : le régulateur brésilien dit: Oui !

1291472164.jpeg

Boeing et Embraer ont obtenu l'approbation inconditionnelle de leur partenariat stratégique par le Conseil administratif de défense économique (CADE) au Brésil. La décision deviendra définitive dans les 15 prochains jours à moins qu'une révision soit demandée d’ici là. Le partenariat a reçu l'autorisation inconditionnelle de toutes les juridictions de réglementation à l'exception de la Commission européenne, qui continue d'évaluer l'affaire. 

Boeing et Embraer sont en discussion avec la Commission européenne depuis la fin 2018 et continuent à collaborer avec la Commission.

Le partenariat stratégique prévu entre Embraer et Boeing comprend deux coentreprises : une coentreprise composée des opérations aériennes et de services commerciaux de Embraer (Boeing Brasil - Commercial) dans lequel Boeing détiendra 80% et Embraer détiendra 20% et une autre joint-venture pour promouvoir et développer des marchés pour le pont aérien moyen multi-missions C-390 (Boeing Embraer - Défense) dans lequel Embraer détiendra une participation de 51% et Boeing détiendra les 49% restants.

Un financement pour la crise du « MAX » :

Par ailleurs, l’avionneur américain Boeing, semble avoir trouvé des engagements d’une valeur de 12 milliards de dollars auprès d’établissements financiers, afin de pouvoir faire face à la crise du B737 « MAX ». Selon l’avionneur, la somme obtenue est plus importante que prévue initialement et va permettre d’assurer les pertes de la crise ainsi que la relance du programme, une fois les autorisations obtenues.

Photo : Partenariat Boieng/Embraer