27/11/2019

L’Espagne a choisi le Pilatus PC-21 !

301195182.jpg

L’information transpirait depuis quelques jours, ce matin le ministère espagnol de la Défense a finalement confirmé  officiellement le choix de l’avion école avancé de fabrication suisse Pilatus PC-21, pour venir remplacer la flotte de jet CASA C-101.

Pilatus est le lauréat du marché public avec une offre qui comprend 24 avions et équipements au sol, deux simulateurs de poste de pilotage et deux simulateurs de vol en réseau, ainsi qu'un package logistique. 

image.php.jpeg

Le meilleur rapport coût/efficacité :

Selon le ministère espagnol de la Défense, le choix du Pilatus PC-21 est la résultante du meilleur rapport coût/efficacité. Le futur PC-21 espagnol permettra aux pilotes de se familiariser au mieux avec leurs futures unités opérationnelles.

Les six premiers appareils doivent être livrés en mars 2020. Au sein l’Ejército del aire, le PC-21 sera nommé E-27. Les concurrents du PIlatus PC-21 étaient : le PZL-130 Orlik Turbo, le KAI KT-1, le Super Tucano EMB-314 d'Embraer pour les aéronefs avec un turbopropulseur. Et à réaction: le Leonardo M-345 et l'Aero-Vodochody L-39NG.

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités qui offrent de nouvelles dimensions. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes, tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter et F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

121526723_o.jpg

Dixième client pour le PC-21 :

C’est un nouveau succès pour l’avionneur suisse avec l’Espagne qui n’a jamais été cliente des avions formateurs suisses. L’école de la Force aérienne espagnole sera le dixième client pour le PC-21 avec 24 appareils. Arabie Saoudite : 55, Australie : 49, EAU : 25, France : 17, Jordanie : 10, Qatar : 24, Angleterre : Empire Test Pilots’School : 2, Singapour : 19 et la Suisse : 8

Photos : 1 PC-21 Swiss Air Force en vol 2 CASA-101 @ FAE 3 Cockpit @ Pilatus

Commentaires

Encore un beau succès pour Pilatus ! Et le PC 21 n'en est certainement qu'au début d'une longue carrière .

Écrit par : philbeau | 27/11/2019

C’est Noël avant l’heure pour Pilatus, qui continue sur sa très belle lancée, bravo !

Écrit par : Florence | 28/11/2019

Mais que reste-t-il à la concurrence ? Trêve de plaisanterie, cela confirme le très haut niveau du PC-21, Bravo nos ingénieurs !

Écrit par : Stéphane | 28/11/2019

C'est vrai que si l'on cumule l'ensemble des pays utilisateurs d'avions écoles de chez Pilatus, PC-7, PC-7MKII, PC-9 et PC-21 cela représente 38 nations, pas mal pour un petit constructeur.

Écrit par : Sébastien | 28/11/2019

Jolie commande, bravo à Pilatus!

Petite question : les 24 PC-21 remplaceront entièrement les 66 C-101 encore en service ou est-ce un remplacement partiel, avec éventuellement une seconde tranche de commande ?

Écrit par : Jo-ailes | 28/11/2019

C'est bien pour Pilatus, qui est un bon constructeur, mais, comme en France, le choix d'un avion de formation à turbopropulseur plutôt d'un avion à réacteur est le choix du moins-disant, un choix de déclassement, de paupérisation. Faute de grives, on mange des merles, mais qu'on n'ait pas l'hypocrisie de prétendre que les merles sont des grives.

Écrit par : Franck Boizard | 28/11/2019

@Franck Boizard : votre commentaire reflète votre incompétence sur le sujet car hormis la vitesse inférieure le PC-21 permet de tout faire avec mimétisme pour chaque appareil de combat en service dans les armées de l’air. Les retours depuis 10 ans en Suisse et ailleurs sont élogieux, mieux certains pays n’imaginent mêmes pas revenir sur un jet école.

Écrit par : Mathieu | 28/11/2019

@Mathieu,
En effet, votre commentaire pour Frank est très juste.
Et j'ajouterai même que le PC-21 a une capacité à prendre des g supérieurs à une bonne partie des avions qu'il remplace. Et prendre ces g, c'est clairement le défi physiologique le plus important.
La vitesse au final peut s'apprendre sur avion de chasse.
...
Ceux qui pensent que c'est un retour en arrière, c'est une erreur. C'est un changement dans l'ordre d'apprentissage.
Plutôt que de devoir apprendre la gestion des divers systèmes d'armement, de reconnaissance, défensifs, etc sur un avion de chasse.
Ceux qui pensent que transitionner sur Rafale / Mirage 2000 c'est une trop grosse étape, c'est oublier qu'ils ne sont pas obligés d'utiliser 100% de la puissance dès le premier vol.
Comme tout pilote de tout appareil, la transition est progressive.

Écrit par : Fab | 28/11/2019

Beau succès pour une belle machine .

Écrit par : Romain | 29/11/2019

@boizard, je vous trouve bien négatif monsieur pour critiquer un tel choix, qui bien que relevant d'une économie rationnelle à l'ordre du jour pour toutes lesarmées, , certes, est beaucoup plus adapté en terme technologique que ce qui existait pour les avion de training d'antan.Il s'agit de nouvelles procédures d'entrainement et transitoires débouchant sur des avions plus performants .Ceci a été largement étudié par des spécialistes aéronautiques des états majors qui savent ce qu'ils font en tenant compte de tous les paramétres et contraintes du moment.Mais peut étre étes vous un de ceux là pour étre aussi informé?? Pilatus construit des produits remarquables qui correspondent tout simplement aux besoins du moments des armées. En outre penchez vous sur le succés du PC24 , qui est parti pour avoir autant de succés; je ne rappelle méme pas ici le PC6/7/9.. qui n'étaient pas de simples coucous bon marché, ça se serait su…
J'ai beaucoup travaillé avec les Pilatus dans le trafic aérien, ce n'est pas n'importe quoi en matiére de performance ,je peux vous l'assurer...

Écrit par : lotser68 | 29/11/2019

Je suis assez surpris du délai entre la signature du contrat et les premières livraisons. À peine 4 mois pour construire et livrer 6 appareils, c'est très rapide. Soit Pilatus est extrêmement performant, soit il n'y avait actuellement rien sur les chaînes de montage. Ou même, avaient-ils anticipé le contrat et entamé la construction à l'avance? Quelle option est la bonne?

Écrit par : jp_perfect | 29/11/2019

Est-ce que le 11 ième client du Pilatus PC-21 pourrait être la Suède ? dont les jets d'entrainement Saab 105 / SK60 construits dans les années 1960 sont en début de fin de vie opérationnelle ?

Merci de m'informer à ce sujet.

Écrit par : Guy LeVasseur | 29/11/2019

@Guy LeVasseur: Bonne question en effet. Jusqu'ici la Suède semble très interessée par le PC-21. Mais avec le contrat du T-7A "Red Hawk" du partenariat Boeing/Saab pour l'US Air Force, l'avionneur suédois tente de placer le nouvel avion américano-suédois au sein de la Flygvapnet. De fait, il semble que les suédois se retrouvent face à un dilemme : le T-7A ou le PC-21 ? Et pourquoi pas un peu des deux ? Le T-7A étant plus cher à l'achat et à l'heure de vol, les moyens suédois étant principalement engagés sur le nouveau Gripen E, le PC-21 tient donc bien la corde. Pour l'instant aucune décision n'a été prise. A suivre...

Écrit par : PK | 29/11/2019

J'ai bien noté les réponses à mon commentaire, qui ne me surprennent pas. Quand on n'a pas les moyens d'acheter une Ferrari, on se raconte qu'une 2CV suffit parce que les choses ont changé, ce n'est plus comme avant.

Mais ça serait quand même bien de ne pas être dupe de ces discours de justification et de les prendre pour ce qu'ils sont, des pirouettes publicitaires.

Vous noterez qu'une armée qui n'a pas de problèmes budgétaires, l'USAF, a fait le choix d'un monoréacteur, le T-7 Red Hawk de Boeing + SAAB. Comme quoi, il doit y avoir quelques petit plus par rapport à un monoturboprop. Peut-être l'USAF est-elle aussi incompétente que moi ?

Nous en reparlerons dans cinq ans (pour tout vous dire, j'ai déjà des échos de réflexions comme quoi l'Alphajet va manquer, mais ce n'est pas encore mûr).

Nota : ce n'est pas une critique de Pilatus. Si je gagnais au Loto, j'achèterais un PC-24.

Écrit par : Franck Boizard | 29/11/2019

Pour les français qui n'auraient toujours pas compris au bout de 2 ans, ce très esthétique et performant appareil permet de remplacer 2 avions différents pour la formation de nos pilotes.

La formation "de base" qui s'effectuait déjà avec un appareil à hélices, et nos TRÈS VIEUX alpha jets....

Mutualisation des moyens, diminution des coûts de formation, et préserver un peu plus longtemps le potentiel de vol des alpha les plus récents....


Que demander de plus ????



C'est le "Rafale" de la formation

Écrit par : Grosminet | 29/11/2019

@FRanck Boizard: Donc vous en savez mieux que les pilotes d'essais de 10 armées de l'air qui ont choisi cet avion ? Votre nombril n'est pas trop gros j'espère ? Bon sinon, nos pilotes français semlbent déjà très satifaits :

https://www.youtube.com/watch?v=jhnJEM7k4fQ

Écrit par : Julien | 29/11/2019

@Franck Boizard : je serais tenté de venir un peu à votre rescousse , considérant aussi que des pays ayant une puissante Armée de l'Air comme les Etats-Unis , et Israel , référence s'il en est , ont fait le choix classique de l'écolage de leur pilotes sur jets .On peut aussi penser que , au sein de l'USAF il y ait des courants conservateurs peu enclins à changer les méthodes . Après , il n'est pas interdit de réfléchir et d'expérimenter les possibilités nouvelles apparues en termes de simulation de vol . C'est la voie prometteuse explorée par Pilatus , qui a réussi à intéresser des pays de référence aussi comme la France On peut quand même penser que les responsables de l'Armée de l'Air ne sont pas tout à fait naîfs ou demeurés , et ont mesuré les possibilités offertes . Et il n'est pas immoral de chercher à réduire les coûts de fonctionnement , qui péjorent les possibilités opérationnelles ...L'avenir sera le juge de paix , ce choix est réversible , mais pour l'instant , l'enthousiasme des promoteurs de ce nouveau type de formation semble reposer sur du concret . (PS , je suis moi aussi un fan de Pilatus)

Écrit par : philbeau | 30/11/2019

Bonne nouvelle pour Pilatus, ça confirme que le PC-21 est un très bon avion d'entraînement.

Maintenant, pour amener ma petite pierre à cet intéressant débat, je pense que la Suisse avait revendu les hawks à la Finlande à l'époque pour des raisons de coût (Ca coûtait trop cher d'entrenir une vingtaine d'avions pour former 4 à 5 pilotes par année de mémoire), mais elle doit être un des seuls clients du PC-21 dont les pilotes passent ensuite directement sur avion d'arme. A ma connaissance, la plupart des autres pays utilisent encore des jets pour une partie du cursus (Alphajet en France, Hawks en Australie et en Arabie Saoudite, etc...).

Pour les USA, je pense que le cahier des charges était différent. L'USAF prévoit son cursus pour former des pilotes d'avions de 5ème génération (F-22 ou F-35) qui n'ont pas de version biplace, donc effectivement le saut d'un avion d'entraînement à turbopropulseur (T-6 ou PC-21) directement vers un jet monoplace (qui accessoirement coûte un bras) est peut-être un peu violent, quelque soit la qualité des simulateurs à disposition. :-)

A voir si la Suisse pourra maintenir son cursus de formation tel quel si elle choisit le F-35, mais c'est une autre histoire :-)

Écrit par : Norbert | 01/12/2019

@Norbert : "A voir si la Suisse pourra maintenir son cursus de formation tel quel si elle choisit le F-35, mais c'est une autre histoire :-)"
C'est un effet un point supplémentaire que nos experts prendront très certainement en compte lors du choix du modèle. Je pense également que passer directement à un jet monoplace risque d'être un peu gonflé, surtout vu le prix de l'engin et le nombre d'exemplaires achetés... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 02/12/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.