22/11/2019

Des C-130J « Super Hercules » pour la Nouvelle-Zélande !

C-130J-30.jpg.pc-adaptive.full.medium.jpg

La Nouvelle-Zélande prévoit d’acquérir 5 avions de transport tactique Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules ». La DSCA (Agence de coopération pour la sécurité dans le domaine de la défense) confirme la demande et indique que le contrat est estimé à 1,4 milliards de dollars US.

Wellington semble bien privilégier l’offre américaine en lieu et place des A400M et KC-390 en vue du remplacement des actuels C-130H « Hercules » âgés de 53 ans. En plus de l'avion, le package comprend une large gamme d'équipements et de services liés à l'acquisition. Cette vente proposée fournira la capacité de soutenir des opérations nationales, des Nations Unies et autres coalitions.

L’offre de Lockheed-Martin comprend également des capteurs et des améliorations de performances qui aideront la Nouvelle-Zélande dans le cadre d’une surveillance et d’une reconnaissance maritimes étendues, ainsi que l’amélioration de ses capacités de recherche et de sauvetage. De plus, la capacité de fret supplémentaire et les performances des avions augmenteront considérablement les capacités de la mission antarctique néo-zélandaise, tout en augmentant simultanément les marges de sécurité.

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre « Hercules », cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE-2100D3, dotés d’hélices à six pales. L’avionique de dernière génération comprend notamment deux collimateurs tête haute (HUD) avec un poste de pilotage tout-écran. L’avion a une capacité de 26’000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11’000kg de carburant.

Photo : C-130J « Super Hercules » @ Lockheed-Martin

Commentaires

J'imagine que le A 400 M éàtait sur les rangs ... Airbus n'arrive-t-il pas à faire passer son offre pour ses avions hyper modernes devant les Américains ? Quel dommage de manquer une vente de plus. Il faut absolument que cette gamme d'avions se vende sinon ils finiront comme le fantastique A 380 ...

Écrit par : Daniel Cochard | 22/11/2019

l'A400M finira comme l'A380, trop de problèmes non résolus, trop chère a l'utilisation, un avenir incertain qui n'attire pas les acheteurs, et un gouffre a pognon pour les états Européens qui le finance, pour combien de temps encore ?. De plus la lâcheté des dirigeants Européens vis a vis des dictateurs et autres puissances sans scrupules de la planète, clos le débat.

Écrit par : ALAIN | 24/11/2019

@Alain : non, la grosse différence c'est qu'il n'y a pas beaucoup de concurrents sur ces capacités précises, que le marché militaire est de toute façon quasi saturé... et que le marché militaire répond dans tous les cas à d'autres logiques. On va produire les cellules prévues, il y a aura sans doutes quelques ventes annexes ; c'est tout, et ce n'est pas un problème. Bien des équipements militaires ne sont simplement pas proposés à la vente.
.
Pour les « problèmes non résolus », fin 2019 il n'en reste plus aucun. Les déploiement de parachutes par les 2 portes ont été réalisés au Mali en conditions opérationnelles ; les ravitaillements d'hélico ont eu lieu aussi en septembre... bref : les problèmes non résolus sont derrière.
.
Après l'Allemagne a refusé les siens pour des problèmes de boulons pas serrés assez fort, mais il semble surtout que l'Allemagne n'ait pas besoin de ces avions du tout et que retarder le paiement est plus intéressant qu'une clef dynamométrique.
.
A titre d'info, Boeing a encore plus galéré qu'Airbus pour la mise au point du C17.
.
Je ne vois pas ce que viennent faire les dictateurs sur le sujet.
.
@Daniel : a priori oui ; mais ce n'est pas une surprise même si Airbus fait sa vierge effarouchée. La Nouvelle-Zélande a des problèmes avec la Chine que n'a pas l'Europe.

Écrit par : v_atekor | 25/11/2019

@v_atekor,
Vous mentionnez les problèmes du C-17 .
On pourrait ajouter les problèmes du C130-J (Super Hercules) qui n'était "qu'une modernisation" d'un avion existant et qui a eu beaucoup de peine à être mis au point.
Certains élus ont remis en question cette modernisation en expliquant que la version modernisée avait moins de capacités opérationnelles que la version Hercules.
Cette modernisation était une très grosse mise-à-jour. Mais cette peine à mettre au point une voilure déjà connue et rodée permet de mieux comprendre la complexité de mise au point de ce genre de machine.
...
@Alain,
Si on compare l'A400M aux C-17 et C-130, on est dans une gamme intermédiaire en termes de masse transportable, mais surtout on combine les capacités tactiques du C130 et stratégiques du C-17.
Le volume et la masse que peut emporter l'A400M en tactique ouvre de toutes nouvelles possibilités militaires.
...
Et c'est justement là qu'on doit réfléchir... Quels sont les quelques paramètres pertinents pour le NZ dans la sélection?
- expérience avec le Hercules, plus facile de transitionner pour tous les personnels impliqués et donc économies
- collaboration avancée avec l'Australie qui elle a des C17, C-27 et des C130.
- 6'000 militaires dans l'armée... peu d'opérations extérieures, et certainement pas du tactique... Et absolument pas un partenaire nécessaire à une quelconque intervention en coalition...
Donc les transports de gros volumes rapidement ne sont pas nécessaire... Autant aller vers le petit et le nombre plutôt que la taille et un faible nombre.
5 avions sont limites pour l'entretien, la formation et l'utilisation. Avec ce même budget, il y aurait 2-3 A400M. Donc la moitié du temps, il n'y aurait pas d'avion disponible pour les missions standards comme l'aide en cas de catastrophe naturelle, etc...
Et dans tout ça, ajoutez-y l'entraînement de militaires au parachutage, ...
3 avions sont aussi utiles que 0 avion.
Donc peu importe la qualité de l'A400M, il ne correspond pas au besoin de la NZ

Écrit par : Fab | 25/11/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.