19/11/2019

Boeing et Etihad Airways lance l’initiative « Greenliner » !

0.jpg

Dubaï Airshow, l’avionneur américain Boeing et la compagnie aérienne Etihad Airways lance un partenariat en vue de développer la recherche en matière de développement durable pour la réduction de CO2. Cet « éco partenariat » unique en son genre, doit permettre de tester les produits, les procédures et les initiatives visant à réduire les émissions de carbone des avions.

Un B787 « Greenliner » :

Pour ce faire, un avion Boeing B787 « Dreamliner » d’Etihad Airways a été renommé « Greenliner » et servira de banc d’essais. L’avion va permettre d’explorer et évaluer les initiatives de durabilité de l'environnement, alors que l'avion sera exploité dans des services réguliers à travers le réseau de la compagnie aérienne. D'autres parties prenantes, des fournisseurs d'équipement aux organismes de réglementation de l'espace aérien, seront invités à se joindre au partenariat pour faire avancer et tester les mesures d'efficacité. Les activités comprendront également la formation des pilotes, l'équipage de cabine et les techniciens de maintenance et d'autres opérateurs.

Le transporteur n’en est pas à sa première initiative en vue de la diminution de CO2. Depuis 2014, plusieurs vols ont été effectués avec du biocarburant. Cette année, en collaboration avec la Khalifa University d’Abu Dhabi, la Sustainable Bioenergy Researc (SBRC) de nombreux vols sont effectués à l’aide d’un nouveau type de biocarburant à base de salicorne à bord d’un B787.

Les nouveaux vols « éco » débuteront durant la semaine du développement durable à Abu Dhabi en janvier 2020, en direction de Bruxelles intégrant un large éventail d'initiatives axées sur l'environnement.

Des groupes de travail seront formés entre les opérations aériennes et les bras d'ingénierie des deux sociétés, avec des pilotes chevronnés et les ingénieurs du B787 de Boeing au siège de la compagnie à Abu Dhabi. Pour ce faire un exemplaire de B787 sera peint avec une livrée spécifique vert-bleu reconnaissable par tous. Si, le B787 a déjà permis d’économiser des tonnes d’émissions de CO2 par rapport aux anciens aéronefs, les nouvelles initiatives vont permettre d’accentuer encore la diminution de l’empreinte environnementale.

La croissance rapide du voyage aérien a augmenté les émissions de carbone des avions. Il est de la responsabilité de l'industrie de l'aviation d'inverser cette tendance. « L’Etihad Greenliner » mettra en évidence l'engagement commun de Boeing et Etihad pour faire progresser les pratiques durables au sein de l’industrie de l’aviation.

L’aviation vise le zéro carbone :

Cette nouvelle initiative vient  en compléter d’autres qui visent à atteindre l’objectif « zéro émission de carbone en 2050. Elle rejoint par exemple, l'association des aéroports européens (ACI Europe) qui s'est engagée en juin dernier à ce que tous les aéroports européens arrivent en 2050 au « zéro » émission de carbone produites dans le cadre des opérations d'exploitation aéroportuaire (côté ville et côté piste). De leur côté, les transporteurs aériens demandent que les Etats mettent en place des mécanismes incitant notamment au développement d'une filière de carburants durables (base de déchets, compost, algues) pour l'aviation et stimulant la recherche et l'innovation dans le domaine aéronautique.

EJo_UM8X0AA-Wpa.jpg

Photos : 1 Le B787 « Greenliner »  2 Membres Etihad Airways/Boeing pour l’initiative Greenliner @ Boeing/Etihad Airways

Commentaires

Hé, oui, il y a ceux qui travaillent à l'amélioration du climat et les glandouilleurs qui manifestent et ne font rien ! Belle initiative.

Écrit par : Eric | 19/11/2019

@ Eric

Oui mais une goutte d'eau dans l'océan.
Sans refroidir votre optimisme, un belle démonstration de greenwasing non ?

Écrit par : Elise | 19/11/2019

@Elise: Non, l'industrie de l'aviation et celle qui agit le plus en matière d'économie et de réduction de la consommation de carburant. En près de 40 ans, nous sommes passé de 28 litres par siège à 2,5 aujourd'hui. L'automobile, les navires ne peuvent en dire autant. Les initiatives pour rendre l'aviation plus propre sont en plein accélération.

Écrit par : Eric | 19/11/2019

@Elise: le problème c'est que les médias traditionnels sont tellement obnubilés par le thème du climat qu'ils en oublient de faire leur travail. Comme l'explique l'article peut de gens savent que l'objectif est de zéro émission de carbone pour 2050, ce qui implique un effort en pleine croissance d'ici là. Nous en avons l'exemple ici , mais il y en a d'autres.

Écrit par : Florence | 19/11/2019

Ah Ah le marketing !!!! l'Ecologisme à toutes les sauces. Greta va pouvoir reprendre l'avion !!!!

Écrit par : Liber | 19/11/2019

@Eric : on est à 1.8L/100km/passager sur les meilleurs avions, c'est ce qui ressort des l'exploitation de l'A220 par AirFrance, ce qui est moins qu'une mobylette et qui fait de l'avion le moyen de transport carboné le plus économe disponible.
.
Cela étant, le problème écologiste se concentre sur sur le moyen de transport sans réfléchir à la cause. On a beau réduire la consommation spécifique, la question est surtout de savoir si on a vraiment besoin de se déplacer autant.
.
Et la remarque vaut bien plus pour l'automobile que pour l'avion. Lorsque l'organisation physique de l'espace est pensé en fonction de l'automobile, les trajets inéluctables, et il vaut mieux un gros diesel qui crache du noir et consomme 30L/100 mais qui réalise deux trajets de 300km par an qu'une microvoiture qui consomme ses 3L et mais aligne 20.000km an boulot-dodo.

Écrit par : v_atekor | 20/11/2019

@Eric...
La situation est plus complexe que celle que vous dépeignez.
La réduction de la consommation signifie une baisse de coût de transport, et donc plus de clients.
La croissance du nb de km*pax est plus importante que la baisse de consommation. La pollution causée par le transport aérien augmente globalement. Et cela n'est pas une bonne nouvelle.

Écrit par : Fab | 20/11/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.