05/11/2019

Un nouveau leurre pour le Super Hornet !

%2Fprocess%2Fphoto%2Ffiles%2Fnews%2Fphotos%2F3%2F3037%2Fbae_raytheon_00.jpg

L'US Navy (USN) a choisi Raytheon et BAE Systems pour développer et démontrer des versions concurrentes d'un leurre remorqué à double bande destiné à sa flotte de Boeing F/A-18E/F Super Hornet BlockII et le nouveau standard BlockIII (Advanced Super Hornet). 

Développement :

Un montant de 33 millions de dollars a été alloué à Raytheon et 36,7 millions de dollars à BAE Systems pour développer et démontrer leur nouvelle génération de leurres sur une période de 27 mois.

Les leurres remorqués sont conçus pour tromper un missile ennemi en lui faisant croire qu'il poursuit et cible un avion de chasse alors qu'il vise vraiment le leurre. Les leurres sont traînés derrière les chasseurs à l'aide d'un long câble et créent une section transversale radar plus grande que celle de l'aéronef qu'il protège en émettant un schéma trompeur de fréquences radio.

En règle générale, les leurres remorqués offrent plusieurs niveaux de défense à leurs aéronefs parents. Dans le câble reliant le leurre à l'avion de chasse se trouve une ligne en fibre optique destinée à aider les deux personnes à communiquer et à changer de tactique de guerre électronique au fur et à mesure de l'évolution de la situation.

Initialement, les leurres sont programmés pour utiliser leurs capacités d’émission radio afin de brouiller et ensuite confondre la capacité d’un radar de suivre un avion de chasse. Le sacrifice du leurre contre un missile est considéré comme un dernier recours.

Amélioration des systèmes existants :

Les deux concurrents Raytheon et BAE Systems prévoient de développer des versions améliorées des leurres qu’ils fournissent déjà pour le Super Hornet F/A-18E/F actuellement en service au sein de l’USN.

BAE Systems AN/ALE-55 : 

Le leurre remorqué à fibres optiques AN/ALE-55 de BAE Systems est une unité d'autoprotection radiofréquence qui peut être utilisée dans tout avion, des chasseurs aux bombardiers, en passant par les transports. Contrairement aux leurres traditionnels, tels que les répéteurs directs, le leurre remorqué à fibre optique fonctionne en synergie avec l'équipement de guerre électronique embarqué d'un avion pour contrer les menaces de radiofréquence. Il protège les aéronefs tout au long de l'enveloppe de la menace, offrant trois niveaux de défense.

Raytheon AN/ALE-50:

L'AN/ALE-50 est un leurre remorqué utilisant des contre-mesures électroniques pour éloigner les missiles des avions militaires. Il a été créé dans le cadre d’un projet de développement conjoint de l’armée de l’air américaine, de la marine américaine et de Raytheon.

Le leurre fonctionne en projetant une section radar supérieure à celle de l'avion qu'il protège, ce qui en fait une cible plus attrayante pour le système de guidage d'un missile entrant. Il a protégé les aéronefs contre les menaces de missiles radiofréquences (RF) au Kosovo, en Afghanistan et en Irak.

Le système peut être utilisé sur pratiquement toutes les plates-formes aériennes et il est opérationnel sur les avions F-16, F/A-18E/F et B-1B. Plus de 25’000 ont été livrés.

Raytheon produit également des leurres remorqués à fibre optique, y compris des variantes haute puissance. La société est également en train de mettre au point une version réutilisable. 

Pas d’info sur la nouvelle génération :

Il n’est pas possible de connaître en quoi la prochaine génération de leurres sera améliorée. Les techniques de guerre électronique sont des secrets étroitement gardés.

L’US Naval Air Systems Command prévoit de tester les nouveaux leurres via le programme de systèmes de protection tactique avancée des aéronefs, sur les installations de la base aéronavale Patuxent River, dans le Maryland. Les essais détermineront le gagnant de la compétition qui entrera en service à fin 2023. 

Unknown.jpeg

Photos : Principe des leurres tractés@ BAe

Des A330neo pour Cebu Pacific !

A330-900-Cebu-Pacific.jpg

Le transporteur philippin Cebu Pacific (CEB) a signé avec Airbus une commande ferme portant sur 16 appareils A330neo à long rayon d'action. La commande consolide un protocole d'accord annoncé précédemment, qui comprend également des engagements pour 10 avions A321XLR et cinq avions monocouloirs A320neo.

L'A330neo commandé par Cebu Pacific est une version à capacité supérieure de l'A330-900, pouvant accueillir jusqu'à 460 sièges dans une configuration à classe unique. Cebu Pacific prévoit d'exploiter l'avion sur des liaisons principales aux Philippines et dans le reste de l'Asie, ainsi que sur des services à plus grande distance en direction de l'Australie et du Moyen-Orient.

Lance Gokongwei, président et chef de la direction de Cebu Pacific, a déclaré: «L'A330neo fait partie intégrante de notre programme de modernisation de la flotte. Avec cet achat, nous visons à réduire nos émissions de carburant et à construire une opération plus durable. Cela nous donnera également le coût par siège le plus bas, tout en permettant à CEB d’accroître la capacité en sièges et de maximiser les créneaux horaires des aéroports de Manille et d’autres mégalopoles asiatiques. »

La famille A330neo s’appuie sur la rentabilité, la polyvalence et la fiabilité éprouvées de la famille A330 existante. Intégrant les moteurs Rolls Royce Trent 7000 de dernière génération et une nouvelle aile, l'avion réduit la consommation de carburant de 25% par rapport aux produits concurrents de l'ancienne génération et offre une autonomie accrue pouvant aller jusqu'à 15’000 km.

La cabine A330neo offre le confort de l'espace aérien grâce aux équipements Airbus, notamment des systèmes de divertissement en vol ultramodernes pour les passagers et des systèmes de connectivité Wi-Fi.

Photo : A330neo aux couleurs de Cebu Pacific @ Airbus