10/10/2019

F/A-18, il est devenu urgent de les remplacer !

boeing fa-18 cd hornet,blog défense,air2030,aviation militaire,nouvel avion de combat,fissurse découvertes. les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

Selon un communiqué du DDPS, de nouvelles fissures ont été découvertes le mercredi 9 octobre 2019 à l'occasion des travaux d'inspection des volets d'atterrissage du F/A-18C/D « Hornet ». La conséquence en est une restriction de vol pour assurer la sécurité du vol. Pour cette raison, les manifestations prévues jeudi de l'armée de l'air suisse sur l'Axalp doivent être annulées.

De nouvelles fissures ont été découvertes mercredi aux volets d'atterrissage d’un F/A-18C/D. À titre de mesure immédiate, le commandant de la Force aérienne a ordonné une restriction de vol pour la flotte de «  Hornet » et l'inspection de tous les aéronefs de type F/A-18 des Forces aériennes.

Pour les opérations aériennes, les restrictions de vol signifient qu'aucune démonstration d'avion près du sol et aucune attaque au canon ne seront effectuées avant la fin de l'inspection avec l'avion correspondant. Il applique également une altitude minimale d'environ 1’000 mètres au-dessus du sol.

Malgré cette restriction de vol, les appareils F/A-18 sont disponibles pour le service de police de l’air (LP24).

Un problème connu :

L’ensemble de la flotte de Hornet a été soumis à un contrôle suite aux fissures découvertes fin janvier 2018 sur une charnière d’un volet d’atterrissage d’un F/A-18C. L’inspection des charnières en question a fait apparaître des fissures sur cinq appareils.

Une charnière fissurée avait été découverte sur un volet d’atterrissage d’un F/A-18C lors d’un contrôle intermédiaire. Il avait alors été décidé, à titre préventif, de soumettre les 30 F/A-18 des Forces aériennes à une inspection des charnières.

Les avions ont été réparés les uns après les autres. C’est l’entreprise RUAG qui a procédé à la réparation du F/A-18 dont la charnière était la plus endommagée.

Un travail de deux à trois heures est requis par appareil en moyenne, préparatifs compris. Pour ce faire, on utilise un appareil spécial permettant de détecter les fissures même les plus minimes. Il s’agit là, d’une analyse dite non destructive des microstructures.

Une prolongation limitée :

Après le rejet par le peuple du projet d’acquisition de l’avion de combat Gripen en 2014, le Parlement a approuvé la prolongation de la durée d’utilisation de la flotte des F/A-18, la faisant passer de 5’000 à 6’000 heures par avion. Cette mesure doit permettre de combler les lacunes jusqu’en 2030. Dans ce cadre, il est notamment prévu d’assainir la structure de ces avions âgés d’une vingtaine d’années.

En été 2018, RUAG a pu réviser un premier appareil, qualifié de prototype, en l’espace de quatre mois. Concernant les cinq appareils suivants, les travaux dureront sensiblement plus longtemps que prévu. Ce retard est dû à des problèmes qui n’avaient pas encore été rencontrés à ce jour et remonteraient à l’époque de leur construction, à la fin des années 90 ; ils n’ont été pour l’instant que partiellement résolus. C’est ainsi que certaines pièces de rechange ne sont pas adaptées à la structure des avions. Le retard encore indéfini ainsi provoqué dans l’assainissement de cette structure a aussi des conséquences sur le reste de la flotte dans la mesure où cela bloque, chez RUAG, les capacités dévolues aux travaux de maintenance qui surviennent régulièrement.

La situation :

En conséquence, les Forces aériennes disposent de moins d’appareils pour assurer le service de vol : actuellement, ils sont dix sur les trente de la flotte de F/A-18, quand il en faudrait idéalement douze ou même quinze. Il faut s’attendre encore à d’autres situations de réduction de la disponibilité des avions de combat jusqu’en 2024, année prévue pour la fin du programme d’assainissement. Les F/A-18 prêts à voler suffisent cependant pour assurer, en tout temps, le service de police aérienne et les opérations de protection des conférences.

L’armée et RUAG font leur possible pour maintenir la disponibilité de la flotte à un niveau satisfaisant. Des travaux sont actuellement en cours pour que RUAG et les Forces aériennes puissent éventuellement disposer de ressources supplémentaires.

En conclusion:

La prolongation demandée de la flotte de F/A-18 n’est pas une solution à long terme. La flotte de F/A-18 est de plus en plus mise à contribution. En résulte une fatigue accrue des cellules et une obligation de renforcement de celles-ci. Cette situation et complexe et ne peut qu’être que provisoire. Le besoin d’une nouvelle flotte d’avions de combat devient inexorablement URGENT !

Note : Les « Hornet » suisses volent en  moyenne 200 heures par années contre à peine 180 pour l’US Navy. Une heure de vol en Suisse est constituée à 80% en vol de combat ou l’avion est utilisé à pleine capacité (accélération et forts G ayant un impact sur la structure). Aux USA, 50% d’une heure de vol est constituée d’un vol de convoyage (sans fatigue particulière pour la structure de l’avion) pour se rendre sur le site d’entrainement.

Photo : Les Hornet suisses sont très sollicités lors des entrainements@ DDPS

Commentaires

Mais alors la gauche et les verts nous auraient-ils menti lorsqu'ils affirment que l'ont peu prolonger encore et encore le Hornet ??

Écrit par : Stanislas | 10/10/2019

Ne pas trop croire nos politiciens, car déjà ils ne connaissent rien a l’armée en général, mais aussi ils ne veulent plus d’aviation qui au final coulera le reste de l’armée.
Quand nous avions choisi le F18, il a eu de grosses améliorations structurelles en les renforçant, mais on constate aujourd’hui que ça n’a rien changé.

Écrit par : Jean | 10/10/2019

Cependant les F/A-18 de l'US Navy connaissent les contraintes de l'appontage, cela doit mettre au moins autant sous pression les structures que les vols "à la Suisse"?

Écrit par : Axel | 10/10/2019

@ano: je ne parle pas d'emport de charge, mais de répartition des heures de vol !

Écrit par : Pk | 10/10/2019

@Jean: les renforcement de structure ont débuté seulement l'année dernière et resteront limités

Écrit par : Pk | 10/10/2019

@Axel: Oui, mais les Hornet de la Navy effectuent moins de vol et les tournus sur porte-avions ne sont pas constant.

Écrit par : Pk | 10/10/2019

Les nouveaux avions prévu ont-ils une durée de vie et donc une résistance structurelle plus élevée ?

Écrit par : Amélie | 10/10/2019

@Amélie : Oui absolument près du double pour la plus part.

Écrit par : Pk | 10/10/2019

Et l’US Navy retire les Hornets du service actif...
Pour ce qu’il en est de la durée de vie, je mets bien en doute qu’ils atteignent le double, vu que la plupart des machines ont deja plus d’heures de vol que les F-5.
Le remplacement de la flotte est urgente.

Écrit par : Ben | 11/10/2019

Quelle connerie d'avoir refusé l'achat de Gripen...
D'autant plus quand on voit qu'il atteint ses objectifs de conception... Et que le remplacement des Hornets aurait pu être différé à 2035, et on aurait pu acheter les successeur au Rafale ou Eurofighter entre autres... Donc la force aérienne aurait été plus avancée et plus diversifiée...
La perte de diversité avec une flotte unique est la plus grosse erreur. La Suisse a les moyens de cette "assurance" qu'est une bonne défense.

Écrit par : Fab | 11/10/2019

@ Fab

C’est sur que c’est une connerie d’avoir refusé le gripen, d’un côté nous avons une machine politique très puissante, un jour on s’unit avec ses ennemies de partie pour avoir la force de décision et le jour après on poignarde son allié, c’est le système Suisse.

Je pense que nous sommes le seul pays ou le peuple peut voter sur des choses qu’il ne connait pas et idem pour les politiciens.

L’armée devrait être une affaire militaire qui eux sont la pour protéger la population et ce sont eux les mieux informé de ce que nous avons besoin, chaque année un budget est pour l’armée et seul le militaire devrait décider de quoi on a besoin.

Écrit par : Jean | 11/10/2019

@ Fab
Déjà pour l’achat d’un avion il est très difficile d’un côté nos politiciens qui n’en veule pas, car ça coute trop cher et de l’autre a chaque fois une votation par le peuple donc vous voyez ce que ça donnera a la fin ! pas grand-chose ou rien.
Ensuite, avoir 2 modèles d’avion c’est impensable, car il faudrait 2x plus de pièces de rechange, entrainement des pilotes, simulateur, armement a double selon type d’avion sur la comptabilité.

Écrit par : Jean | 12/10/2019

@Jean
Il y a toujours des solutions pour réduire ces frais annexes. Par exemples pour la Belgique, la France avait proposé une sorte de mutualisation des formations et pièces de maintenance entre les deux pays, c'est du gagnant gagnant. La proximité des deux pays aidant en cela.
De toute façon, que ce soit le F-18 ou le rafale, ce seront de bons choix. Je ne suis pas certains qu'un monomoteur était un choix pertinent dans un pays globalement très montagneux où la perte d'un moteur en vol (ce qui arrive) serait inévitablement facteur de la perte d'un avion, voir meme, et c'est plus grave, du pilote. Concernant les performance les 3 avions sont très bon meme si le Gripen est surement le moins bon des trois mais il ne faut pas se limiter à la performance. Quand aux prix, c'est quelque chose de tellement négociables (offset) et maléables et confidentiel qu'il est difficile à notre niveau de définir avec exactitude les avantages des uns ou des autres. Chacun ayant ses plus et ses moins.

Écrit par : Albert66 | 12/10/2019

@Jean,
2 modèles c'est le minimum qu'on ait eu depuis la Seconde Guerre mondiale justement entre autres pour l'avantage de la diversité.
Ensuite concernant l'argent, vu comment ça se passe, je pense que l'armée et les politiciens pourraient s'arranger pour que ce genre d'achat ne se fasse pas par un vote. Seul un vote du parlement peut être contesté par le peuple.
Pour moi, le remplacement / la modernisation de l'armée se faisant sur le budget ordinaire me convient. Et il serait clairement possible avec le budget ordinaire de 5 milliards de faire des réserves pour les achats et les modernisations.

Écrit par : Fab | 13/10/2019

@Albert 66,
La mutualisation est pour moi une perte de souveraineté, et une perte de neutralité.
Mutualiser la formation signifie aussi déléguer des formateurs suisses pour un pays OTAN. Même si la Suisse est aujourd'hui proche de l'OTAN pour des raisons géographiques, ici ça serait un pas de plus en formant des pilotes qui ensuite entreront en guerre. Ainsi la politique de neutralité serait entachée.
De plus, concernant la souveraineté, perdre les capacités de formation est un risque à long terme. A court terme, pas de problème. Mais à long terme, personne ne sait si des guerres ont encore possibles en Europe.
La Suisse ayant les moyens financiers, le choix de l'indépendance de la formation a un coût, mais c'est une forme d'assurance.
Pour le Gripen, accompagné d'un F-18 et du succésseur au F-18, Rafale ou Eurofighter, il serait tout à fait capable, et cela serait excellent pour la Suisse. Le Gripen est conçu pour une armée non professionnelle. Le temps de ravitaillement au sol est de 10 minutes, et il peut se poser sur les routes suisses. 4 personnes sauf erreur suffisent à remplir cette mission. Donc en ce sens, le Gripen est idéal.
Ensuite, certes le mono-moteurs est toujours un désavantage (montagne ou pas, si il tombe en panne, l'avion est mort).
MAIS il faut aussi prendre en compte le fait que les moteurs de nouvelles générations gagnent en fiabilité. Ainsi un monomoteur actuel a moins de risque de panne complète qu'un bi-moteur il y a 30 ans.
Pour la performance, le Gripen est inconnu. Il est plus rapide que le Rafale. Il devrait être au moins aussi agile que le Rafale et le F-18 (plus petit). Et les technologies embarquées sont équivalentes au Rafale F-4. Alors certes, ce n'est pas sûr que le résultat soit à la hauteur des attentes. Toutefois, à ce niveau, Dassault et Saab ont la réputation de faire de la qualité et d'atteindre le niveau vendu aux clients.
----
Pour rappel, le budget de 2018 aurait presque suffi à l'achat des Gripen. Un excédent de 2.9 milliards sur les comptes de la confédération a été fait.
https://blogs.letemps.ch/cedric-tille/2017/08/30/frein_endettement/
Les excédents sur les 20 dernières années sont réguliers. Alors certes le frein à l'endettement est une chose. Mais les comptes équilibrés prennent cela en compte.
De plus il démontre un problème de mentalité typique de grandes structures (publiques ou privées). Une hausse budgétaire est difficile à obtenir même si elle est justifiée. Et donc tout le monde demande quelques pourcents en plus pour être tranquille. Ou encore, si une année pour une raison ou une autre, le budget est réduit de 20 % (moins de formations nécessaires par exemple, ou moins de voyages, etc...), l'année suivante, impossible d'obtenir le budget de l'année précédente. Donc on maintient le budget à son niveau pour ne pas se faire avoir.
Et le pire dans tout ça... La fin de l'année, avant les discussions sur les budgets, certains vont pousser leur équipe à faire des dépenses inutiles pour justifier le niveau de leur budget. Mais ces deux cas sont dus au manque de flexibilité...

Écrit par : Fab | 13/10/2019

@Fab : "Et les technologies embarquées sont équivalentes au Rafale F-4"
.
Sachant, que le développement du Gripen n'est pas terminé et que l'étude du Rafale F4 vient de démarrer, sur quoi basez-vous cette affirmation ?

Écrit par : FredericA | 14/10/2019

L’armée Suisse en général ne changera pas son système d’armée de milice avec des professionnelles dans nos 2 corps d’armée (terrestre et aérienne) mais uniquement une certaine quantité de professionnelles.
Après on ne verra plus jamais 2 sortes d’avions de combat en Suisse comme par le passé, nous aurons des équipements modernes, mais en quantité limitée à même sous-équipé.
Dans le temps notre armée sera plus réellement en mesure d’accomplir des missions de longue durée.
Ce qui est malheureux, il faut un conflit à notre porte pour que la mentalité de notre gouvernement change et idem pour la population, ce jour là il sera trop tard.

Écrit par : Jean | 14/10/2019

@Jean: l'objectif principal aujourd'hui est de combler justement le manque d'équipement de certaines unités. Oui, cela veut dire une réduction des effectifs avec comme concept: plus petit mais mieux équipés. Il aurait été difficile de combler en besoins des effectifs plus grands.

Mais vous avez raison, il y a un manque de soutien politique et de volonté, nous pourrions le payer cher au vue de ce qui se passe dans le monde. Malheureusement, nos politiques comme une partie du "petit-peuple" ne voit qu'à court terme. Finalement, nous commettons les mêmes erreurs que dans les années 30. Les générations se suivent et souffres toutes du même mal: l'amnésie collective.

Écrit par : Martin | 14/10/2019

@ Martin

Personnellement, je suis contre ce système de réduction des effectifs même si les troupes seront mieux équipées, même cela bien équipai-il n’empêche pas que les effectifs sont réduits et seront a un certain moment plu en mesure de résister, il y a que le volume en homme et matériel qui restera le fer de lance contre l’adversaire.
Aujourd’hui la guerre a changé, ce sera plus une traversée rapide du pays avec un minimum d’effectif, mais une force de frappe plus grande (missile longue portée, système de brouillage, véhicule blindé rapide, hélicoptère, etc.), mais ce genre de situation ne correspond pas pour tous les pays, il y a cas voir il y a pas si longtemps la guerre du golf c’était l’envers la coalition est allée avec du lourd et en nombre.

Écrit par : Jean | 14/10/2019

@Jean: Je vous rejoins sur le principe.

Écrit par : Martin | 14/10/2019

@Frederica,
Je base cette affirmation sur le fait que la conception des deux appareils est fixée maintenant. Donc on sait quelles technologies sont disponibles sur les 2 appareils.
Mais comme je le précise juste après, le résultat peut différer, il peut y avoir des problèmes de qualité, etc...
...
Armement:
- Gripen:
https://saab.com/gripen/our-fighters/gripen-fighter-system/gripen-e-series/gripen-e/
Ce lien donne les infos fournies par Saab directement.
Mais surtout, on peut se concentrer sur l'armement moderne.
Donc en gros, il embarque autant de l'armement européen qu'américain, son architecture open permet d'y intégrer facilement tout armement.
Et au niveau européen, il embarque ce qui se fait de plus récent (en Air-Air missile Meteor, Iris-T ; Missiles de croisière RBS 15 mk 4(antinavire), Taurus KEBD 350) ; bombes guidées laser)
- Rafale:
Le Rafale a lui aussi une architecture informatique Open. Il est possible que cela ait inspiré Saab. Donc il est facile d'y intégrer de l'armement.
En plus de l'armement actuel très complet du Rafale dont le Meteor fait aussi partie, le standard F4 utilisera le Mica NG.
.
En termes de motorisation:
Les 2 appareils ont une capacité de super-croisière.
.
Et la partie la plus intéressante pour ces 2 avions est certainement l'avionique:
- architecture open commune aux 2.
- nouvel optronique secteur frontal pour le Rafale F4, et le plus récent intégré aux Gripen. Comme je l'ai dit, il est possible que les résultats divergent. Mais en termes de Hardware, c'est très proche.
- Radar AESA de nouvelle génération pour Saab, et amélioré pour Dassault
- Fusion de données
- Capacité viseur de casque
- Communication satellite. Cela permet une meilleure collaboration et un meilleur échange d'information que ce soit dans le ciel ou au sol. C'est ce que LM vend avec son F-35 en plus de la furtivité. Mais LM n'est plus seul sur ce créneau.
Donc dans l'idée, Saab et Dassault se lancent dans la même direction. Les résultats vont diverger, peut-être en fonction des besoins qui diffèrent, ou alors en termes de qualité ou de fiabilité.
- les pods de désignation laser, pods d'observation sont globalement proches
- le Gripen et le Rafale ont par contre des solution de brouillage / furtivité active qui diffèrent. Mais à nouveau, même idée, 2 approches, résultat à voir
...
On peut encore parler de MCO qui est une discussion très actuelle dans l'aviation civile et militaire. Les aides électroniques ainsi que la maintenance prédictive, aidé par l'intelligence artificielle / deep learning sont en cours de développement.
...
Bref, les 2 conceptions sont connues aujourd'hui. Il n'est pas impossible que pour une raison ou une autre, l'un des 2 constructeurs air à ajouter des capacités additionnelles. Mais actuellement, c'est ce que les 2 constructeurs vendent.
...
Je peux avoir oublié des éléments. Mais de ce que j'ai vu, je ne vois pas de gross distinction technologique entre les 2 appareils.

Écrit par : Fab | 14/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.