07/10/2019

L’USAF : retour à la « Century Series » !

44216718c3040f45dd11ff363ceaa215.jpg

Vous n’avez pas connu l’époque des « Century Series » ? Eh, bien, nous allons vivre un ersatz de cette période, mais numérique. La référence à «Century Series» remonte aux années 50, lorsque les États-Unis ont mis au point une série de chasseurs, tels que le F-100, le F-102 « Convair » et le F-104 « Starfighter » dans un laps de temps relativement court tout en repoussant les limites de la technologie.

Changement de stratégie au sein de l’USAF :

Will Roper, le nouveau Directeur des acquisitions de l’US Air Force a créé un nouveau bureau pour aider au développement de technologies de chasse avancées. Ce nouveau bureau a été créé pour transformer le programme NGAD (Next Generation Air Dominance) en une initiative similaire à ce que fût la série « Century Series » en terme de création rapide d’avions. Cependant, la nouvelle version de la « Century » fera appel à l’architecture numérique, à l’architecture des systèmes ouverts modulaires et au développement de logiciels agiles pour concevoir des avions avancés plus rapidement et entrer en production avec un coût nettement inférieur. Cette nouvelle vision contraste fortement avec les programmes existants, qui peuvent durer des années tout en ne produisant qu'un seul avion.

La série Digital Century vise à améliorer la vitesse et la flexibilité avec lesquelles les avions peuvent être pilotés en utilisant des technologies de conception et de fabrication entièrement numériques et ne modifiera pas les technologies de combat poursuivies au NGAD.

Ce nouveau bureau exécutif du programme (PEO) sera dirigé par le colonel Dale White, qui a de l'expérience dans le développement et l'acquisition de plateformes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, avec d'autres rôles. Il a également participé au programme Northrop-Grumman B-21 « Raider ».

Pourquoi ce changement ?

Nous avons ici un véritable changement de concept qui renie tout simplement les 30 dernières années de gestion des programmes au sein de l’US Air Force. Il y a deux raisons principales dans cette nouvelle vision :

D’une part le concept actuel pose un problème de compétence en ce qui concerne la répartition du savoir faire entre les avionneurs américains. Lockheed-Martin se taille la part du lion avec le F-22 et le F-35, laissant ainsi Boeing et Northrop-Grumman sur la paille. Ces deux derniers pourraient à terme perdre des capacités de développement technologique. Une telle perte pourrait au final compromettre les chances de mise au concours futures.

De l’autre, le système actuel produit des avions trop chers. Le modèle actuel ne permet pas, par exemple de réagir face à la production de 3 à 4 avions de nouvelles générations en Chine. Hors, il faudra à l’avenir être capable de répondre rapidement à une nouvelle menace en créant un nouvel avion ou plus simplement un dérivé d’un aéronef existant qui réponde à celle-ci de manière spécifique.

La mort du programme F-35 ?

Cette nouvelle vision du concept de réponse aux menaces est totalement inverse de ce qui a été créé au sein du programme F-35. La nouvelle « Century » ne va pas aider le programme F-35 de Lockheed-Martin, bien au contraire. Elle devrait même le rendre obsolète et réduire considérablement les espoirs de produire 3'000 avions à terme. La « Digital Century » devrait également impacter à la baisse les envies d’exportations du F-35. Inutile de dire qu’à Washington, les pro-F-35 s’inquiètent de la nouvelle décision.

La nouvelle approche concrètement :

La nouvelle approche de la série « Digital Century » pourrait permettre  à l’US Air Force de disposer assez rapidement d’un nouvel avion furtif qui servirait de nœud central au NGAD, fonctionnant en réseau avec des capteurs, des drones et d'autres plates-formes. L’USAF utiliserait le prototypage pour accélérer l'utilisation de technologies clés dans l'espoir de les faire mûrir suffisamment tôt pour pouvoir être intégrées dans des aéronefs perfectionnés au début des années 2030. De fait, au lieu de produire un super avion, l’objectif serait de construire rapidement le meilleur chasseur que l’industrie puisse rassembler en quelques années, en intégrant toute la technologie émergente existante. Le service sélectionnerait, mettrait un petit nombre d’appareils sous contrat, puis relancerait une nouvelle ronde de concurrence entre les constructeurs de chasseurs, qui réviserait leurs conceptions de chasseurs et exploreraient de nouvelles avancées technologiques. Le résultat serait une famille d’aéronefs en réseau, certains plus interdépendants que d'autres, développés pour répondre à des besoins spécifiques et intégrant les meilleures technologies à bord d'une cellule unique. Un jet pourrait être optimisé autour d'une capacité révolutionnaire, comme un laser aéroporté. Un autre pourrait donner la priorité aux capteurs de pointe et ainsi de suite.

Chasseur-US-6ème-génération-vue-dartiste_USAF-1068x607.jpg

Photos : Image de synthèse d’avions futuristes

 

 

Commentaires

Bon les Century Series ont quand même emprunté un chemin qui s'avéra être un endroit impasse : des avions toujours plus lourds, complexes et chers.
Côté positif: ils ont conduit à la réflexion qui amènera les chasseurs moderne à commencer par le F-16.
(après avoir failli recevoir une raclée face aux Mig-21 vietnamiens d’ailleurs).
L’être humain apprend de ses erreurs (mais peu de politiciens

Écrit par : Al&X | 08/10/2019

Initiative très interessante et qui montre la réactivité américaine.

Écrit par : Marco | 08/10/2019

@AI&X,
Les erreurs dont vous parlez ne sont pas qu'une question de politique.
L'humain a une mémoire et la mémoire fonctionnant avec des connexions neuronales d'une complexité extrême qui lui permettent de faire des liens entre certaines situations pour au final entre autre ne pas répéter des erreurs.
Par contre, ce que vous mentionnez n'est selon moi pas une affaire de politique, mais une question de toute structure / organisation. La mémoires de celles-ci est généralement celle des employés / membres. Mais lorsque ceux-ci disparaissent ou s'en fichent, les erreurs se répéteront à l'infini. Et c'est d'ailleurs l'un des sujets de travail des grandes entreprises pour tenter de réellement apprendre en tant qu'organisation, et trouver les moyens de conserver les compétences autrement qu'avec les humains. Mais c'est loin de fonctionner.

Écrit par : Fab | 10/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.