19/09/2019

Air2030, Thales remporte le contrat du système C2Air !

Radar_Anlage1.jpg

Dans le cadre d’Air2030, nous avons beaucoup parlé d’avions et de systèmes sol-air, mais il fallait aussi moderniser le système de surveillance et de conduite, le choix est fait. L’évaluation des trois candidats au nouveau système de surveillance de l’espace aérien et de conduites des opérations aériennes pour l’Armée suisse s’est conclue avec le choix du type de dispositif. La direction du programme Air2030 a suivi la recommandation de l’équipe d’experts en faveur du candidat français Thales avec le système Skyview. L’acquisition fera l’objet d’une demande au Parlement dans le programme d’armement 2020.

Le projet « C2Air » prévoit le remplacement des sous-systèmes Ralus/Lunas du système actuel de surveillance de l’espace aérien et de conduites des opérations aériennes des Forces aériennes suisses. Au cours des douze derniers mois, des spécialistes d’armasuisse et de l’Armée suisse ont testé en Suisse trois systèmes de remplacement venus de trois pays différents, évalué les offres reçues et formulé une recommandation à la direction du programme Air2030 dans un rapport d’évaluation. Le directeur général de l’armement a maintenant suivi cette recommandation et attribué le marché au candidat français Thales avec le système Skyview. Thales a été retenu en raison de son meilleur rapport qualité-prix. Par ailleurs, Skyview est le système qui s’avère répondre le mieux aux exigences. Il est prévu que le Conseil fédéral soumette l’acquisition de ce système au Parlement dans le message sur l’armée 2020. Les autres candidats étaient Saab (Suède) et Raytheon (États-Unis). Le constructeur et le système retenus ne causent aucun préjudice aux autres projets PAC et Bodluv du programme Air2030.

Système de surveillance de l’espace aérien et de conduite des opérations aériennes Florako Ralus (Radar-Luftlage-System) rassemble les données radar et établit l’image de la situation aérienne. Lunas (Luftlage-Nachrichtensystem) reproduit toutes les données à l’écran afin de soutenir la conduite de l’engagement. 

Ces deux sous-systèmes font partie du système de surveillance de l’espace aérien et de conduite des opérations aériennes Florako. Ce dernier est destiné à identifier les objets aériens civils et militaires (p. ex. avions, hélicoptères et drones) et à conduire les engagements des Forces aériennes, y compris la défense sol-air. Depuis 2005, l’espace aérien suisse est surveillé 24 heures sur 24 par Florako. 

Image pour intégration dans PPT_v2_0.jpg

Lien avec le programme Air2030:

Le projet C2Air (mis pour Command and Control) fait partie du programme Air2030, de même que les projets de prochain avion de combat (PAC), de système de défense sol-air de longue portée (Bodluv) et Radar. Les projets C2Air et Radar sont antérieurs dans le temps et feront l’objet d’une demande au Parlement dans des programmes d’armement distincts.

Soutenir les opérations de la force aérienne :

Thales est l'un des leaders mondiaux des systèmes Air C4I. le système SkyView permet aux pays de conserver une souveraineté aérienne efficace grâce à une image aérienne hautement fiable, unique et intégrée. Il permet également aux opérateurs d’assurer la police aérienne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, la protection d’une zone, d’un territoire ou d’un pays particulier contre toutes les menaces aéroportées.

SkyView est une solution agile, évolutive et ouverte offrant aux utilisateurs un système adapté à leurs missions opérationnelles actuelles et futures. Le système est totalement interopérable pour les missions nationales, conjointes et de coalition. La charge cognitive est optimisée pour aider les utilisateurs, alléger leur stress lors d'opérations intenses et faciliter le processus de formation.

Le support et les évolutions sont mutualisés au sein d'une large communauté d'utilisateurs.

8ae8b406ed3073e11597b2ff16ab0e8ee7e32f186f098b8c4c879bacf6718437.jpeg

Principales caractéristiques:

  • Une large communauté d’utilisateurs de la force aérienne de 12 pays représentant au total 43 centres
  • Suivi multisensoriel et fusion d’identification éprouvés sur le terrain
  • flexible à toute opération
  • Evolutif en déploiement
  • Ouvert aux systèmes hérités et futurs

 

 

Commentaires

Si je comprend bien, il y avait 2 systèmes à examiner en Suisse : Eurosam et Patriot.
Maintenant, on nous parle de 3 producteurs : 1 Suédois, 1 Américain et 1 Français ! Et qu'est le système SkyView ? Et le choix serait fait … Difficile pour un non-spécialiste d'avoir une idée claire ! Merci de vos prochaines explications.

Écrit par : Daniel Cochard | 19/09/2019

@Daniel Cochard: Deux systèmes sol-air le Patriot et le SEMP/T sont à l'essais. Ce dernier est en test actuellement. Le système C2I est une modernisation du système de radar FLORAKO qui permet une meilleure visualisation et fusion des données. Cette améliotation n'est pas liée au choix de l'avion ni du système sol-air, mais permettra une modernisation de la vision aérienne dans le cadre plus vaste du projet Air2030.

Écrit par : Pk | 19/09/2019

La question de M. Daniel Cochard peut faire sourire, pourtant elle démontre à quelle point le sujet d'air2030 est complexe et difficile pour le citoyen lambda. Merci pour ces articles et vos réponses qui permettent d'y voir plus clair.

Écrit par : Amélie | 19/09/2019

@Daniel,
Air 2030 = défense anti aérienne + renouvellement de la flotte d'avions de chasse.
La défense anti-aérienne au quotidien n'est pas faite par des systèmes d'armes. Le système Patriot et le système SAMP/T sont eux des systèmes d'armes qui ont leurs radars dédiés pour la conduite de tir, la reconnaissance des appareils amis/ennemis, etc...
Le système Florako actuel surveille l'espace aérien au quotidien, et à ce système sont liés des "modules" de conduites d'opérations aériennes.

Le Florako n'est pas un système armé, il est un système destiné à la surveillance, et au commandement.

J'espère que mon explication est suffisamment claire.

...

Commentaire autre:
Contrairement à ce que beaucoup de Français et même les journalistes, peuvent dire, la Suisse n'est absolument pas réticente au matériel français.
Lorsque la Suisse résiliait le contrat de Thales qui était chargé de préparer l'achat d'un système de défense sol-air, j'avais lu des commentaires totalement hors de propos, alors que le but de la confédération était de lier la défense aérienne à l'aviation dans le cadre de cet achat, ce qui semble pertinent.
Lorsque la Suisse choisit le Gripen et non le Rafale, les pro-Rafale parmi eux bcp de français, n'ont absolument pas pris en compte la méthodologie d'évaluation, ni les offsets.
Un document du Conseil National explique cette méthodologie à la page 16. Lorsque une technologie n'est que théorique sans avoir été testée (ce qui est le cas pour le Gripen E lors de la précédente évaluation, l'amélioration est minorée à 20%).
Exemple:
- note du Gripen C/D pendant les essais: 4
- note théorique du Gripen E: 9
- note retenue: 4+(9-4)*0.2 = 5
Les notes ayant fuité dans les médias ne sont pas complètes et ne permettaient pas d'évaluer le potentiel du Gripen E.
Or il se trouve que la seule grande différence, c'est la taille, le nb de réacteur et le rayon d'action. Mais technologiquement, si Saab conclut le développement avec succès, le Rafale et le Gripen auront une philosophie différente, mais l'un et l'autre n'ont aucun avantage technologique sur l'autre.
Et la réflexion du côté suisse était aussi de dire que Saab est un constructeur dont le travail est de qualité, réputation similaire à Dassault en ce sens.
...
Bref, la Suisse cherche des armements qui lui conviennent.

Écrit par : Fab | 20/09/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.