17/09/2019

Le T-X devient le T-7A « Red Hawk » !

IMG_3454.JPG

Le nouvel avion école de l’US Air Force a un nom, il a été baptisé T-7A « Red Hawk ».  L'annonce a été faite lors du symposium de l'Air Force Association. Le secrétaire par intérim de l'Air Force, Matt Donovan, a révélé officiel de l'avion alors qu'il se tenait aux côtés d'un des légendaires aviateurs de Tuskegee, le colonel Charles McGee, un vétéran doté d'une 409 missions de combat réparties sur la Seconde Guerre mondiale, la Corée et le Vietnam. Le nom de « Red Hawk » est hommage rendu à cette unité combattante composéed’Afro-Américains.

«Le nom Red Hawk rend hommage à l'héritage des aviateurs Tuskegee et rend hommage à leur avion à queue rouge de la Seconde Guerre mondiale. Ce nom est également un hommage au Curtiss P-40 Warhawk, un avion de chasse américain qui a volé pour la première fois. 1938 et a été piloté par le 99e Escadron de chasse, le premier escadron de chasse afro-américain de l'armée de l'air américaine.

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab :

Le T-7A de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles. 

IMG_3456.JPG

Photos :T-7A « Red Hawk » @ USAF

Commentaires

Finalement il a un gène de F-18 et donc de T-38!
Il est assez équilibré et profilé comme zinc

Écrit par : James | 17/09/2019

Pour savoir quoi répondre à nos amis socialistes, en quoi cet avion serait inadapté aux missions de police du ciel, de même que le T-50 golden eagle?
Vous avez écrit dans l'un de vos article précédent que ce dernier ne possédait pas la puissance radar nécessaire, mais faut-il un radar de grande puissance pour détecter des avions civils, c'est-à-dire non furtifs?
Que les aéronefs M-346 de l’italien Leonardo et l’Aerovodochody L-159 soient disqualifiés du fait de leur vitesse trop faible, soit. Mais le manque de portée radar du T-50 pourrait être plus débattu. Les opérateurs et leurs appareils au sol ne suffiraient-ils pas à orienter l'avion, et de ce fait compenser le manque de puissance du radar, jusqu'à ce que celui-ci puisse rentrer efficacement en fonction?
Merci de votre réponse.

Écrit par : jp_perfect | 18/09/2019

@jP_perfect: Le problème du radr du T-50 Golden Eagle, est double. D'une part, il est ancien et doté d'une antenne mécanique de petite taille. Ce type d'antenne est problématique car la faiblesse du rayonnement diminue la résolution et augmente les faux échos dus aux montagnes. De fait, la poursuite d'un aéronef dans une zone montagneuse devient difficile. L'aide extérieur des radr au sol n epeut être complète du fait de notre topographie. Il est primordial que l'avion choisi puisse 'etre complètement autonome en matière de guidage par mauvais temps et de nuit et dans notre topographie.
Par ailleurs, en ce qui concerne les autres missions et notamment la guerre en réseau avec l'engagement eb binôme avec le futur système sol-air, le T-50 ne pourra jamais combrtattre des buts à longue distance ni communiquer et échanger des données avec le système sol-air.

Écrit par : Pk | 18/09/2019

@jp_perfect: on pourrait rajouter que la Suisse ne prévoit pas d’acheter une flotte pour intercepter des avions civils et une autre pour les avions militaires.
La police du ciel est du domaine des Forces Aériennes, tout comme la défense de *notre* espace aérien.
Donc on planifie l’achat d’avions qui remplissent les 2 missions.

Écrit par : Al&X | 18/09/2019

Encore un "avion en papier" (co)produit par Saab !!! Pour ceux qui se souviennent des "argumentaires intelligents" de la campagne de 2014...

Écrit par : Badcox57 | 18/09/2019

@Badcox57
"avion en papier"?
Ça m'étonnerait, les Américains ont vraiment besoin de cet avion, le T-38 est à bout de souffle.

Écrit par : james | 19/09/2019

Badcox57 : et ça ne te gènes pas de choisir un avion sur ses évolutions futures sans demander aux concurrents les évolutions futures qu'ils prévoient ? Car bon, si le Gripen avait été choisi sur une version 6 ans plus tard, le Rafale F3+ n'était pas évalué, le F18-ASH non plus, et le F35 non plus (et pour le coup, sur le papier c'est celui qui promettait le plus).
.
Et il se trouve que l'ensemble de ces avions n'ont pas tous tenus leurs promesses d'évolution de façon égales. Certains ont dépassé leur objectif sur un planning pessimiste, d'autres ont vraisemblablement un peu de retard sans qu'on ait pu l'évaluer exactement, et chez d'autres on rase gratis... demain.

Écrit par : v_atekor | 19/09/2019

Je suis désolé que mes propos n'aient pas été pris au 3ème degré comme ils auraient dû l'être (ou comme j'avais essayé qu'ils le soient).

Je visais indirectement les arguments faciles employé par des opposants de l'époque, tels l'ancien Conseiller national Christian van Singer ou d'autres qui parlaient du Gripen comme d'un "avion IKEA" sans voir (?) que Saab était tout à fait capable de produire des avions valables.

Maintenant il y a Boeing qui a fait équipe avec Saab pour remporter le concours du T-7A. Ce qui n'est pas rien. Et qui m'a fait me remémorer certaines des stupidités que l'ont avait entendues en son temps.

Écrit par : Badcox57 | 19/09/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.